L’inconsistance de Nathalie Elgrably

Suite au texte très pertinent « Pour une autre vision de l’économie» publié dans Le Devoir (édition du 9 février), voici que la très « sensée » économiste Nathalie Elgrably de l’Institut Économique de Montréal saute les plombs dans sa dernière chronique au Journal de Montréal en traitant les signataires de ce document de socialistes!

Sa petite vision réductrice de l’économie se résume en deux options s’excluant l’une de l’autre : la liberté économique absolue ou l’interventionnisme total, comme si rien n’était possible entre les deux. On est socialiste ou capitaliste, point final. Ceci est une approche purement dichotomique et simpliste comme seul l’IEDM sait nous servir.

Pour elle, l’État est le mal incarné, brimant à tout coup les libertés individuelles tandis que l’entreprise privée assure à elle seule ces libertés. Mais les libertés de qui? La liberté du riche d’exploiter le pauvre sans la présence d’un arbitre qui s’assure au moins d’un minimum d’équité dans la société. En fait, la liberté en elle-même n’est pas viable sans une relative égalité économique la soutenant.

Elle ne peut concevoir dans son esprit obtus imprégné de beaux concepts théoriques néolibéraux que même un système de libre marché à besoin d’un encadrement étatique afin de pallier aux dérapages éventuels en matière socio-économique.

Cette pauvre caricature de la mondialisation néolibérale n’est que le miroir des riches élites économiques qui montent aux barricades dès qu’elles entendent parler de gouvernement car cela signifie que leur puissance sera amoindrie ainsi que leurs précieux profits.

Afin d’appuyer ses propos, madame Elgrably apporte en exemple le Venezuela qui connaît des difficultés d’approvisionnement ces derniers temps et menace que tout interventionnisme étatique majeur mènerait le Québec à la catastrophe. Mais ce que cette économiste de pacotille évite de dire est que la superpuissance américaine et ses alliés bourgeois ayant la main mise sur l’offre dans ce pays d’Amérique Latine nuisent à la distribution des biens essentiels et mettent des bâtons dans les roues à toute politique un peu trop socialisante à leur goût du président Chavez. Un petit pays se lève devant les injustices du consensus de Washington et on fait tout pour l’écraser. Mais le Venezuela n’est pas le seul pays à lutter contre le néolibéralisme, comme je l’évoquais dans mon billet Un nouvel effet domino. Ce n’est donc pas une exception. Alors comment explique-t-elle ce phénomène?

L’exposé en question n’est en rien un hommage au socialisme, mais le désir de rétablir un équilibre socio-économique vital qui s’est détérioré depuis plusieurs décennies, particulièrement dans les pays hors-du-champ occidental. Sans un contrepoids social, ce qu’on appelle l’Économie Pure ne peut perdurer à long terme dans toute société qui a à cœur la justice sociale.

La sortie d’Elgraby ne représente qu’une tentative de dénigrement de tous ceux qui vont à contre-courant de la pensée économique dominante. Elle les traite de lâches, de vendeurs de rêves, pendant que sa propre idéologie néolibérale n’a causé que misère et dégradation des conditions de vie pour le plus grand nombre dans la plupart des pays en développement depuis 30 ans malgré toutes ses belles promesses de prospérité.

À lire:

Les motivations cachées de Nathalie Elgrably

La mauvaise foi de Nathalie Elgrably

Les contre-vérités environnementales de Nathalie Elgrably

La petite démagogue

Donnons une chance aux idées de Nathalie Elgrably!

Publicité

19 réflexions sur “L’inconsistance de Nathalie Elgrably

  1. internationaliste

    De toute façon à défendre le socialisme bien au contraire. Quand je vois des dinosaures comme Nathalie Elgrably qui sont acoquinés avec l’ancien maoïste Pierre-Karl Péladeau et qui peuvent déverser leur propagande ultralibérale et néoconservatrice partout j’enrage!

  2. Bah il faut lui donner qu’elle est jolie.

    Mais Nathalie s’adresse à un public particulier. Un public vénérant déjà ses arguments de facto (comme certains gauchistes vénèrent de facto les théories entières de Marx, ou les droitistes construisant des altars à Milton Friedman – comme Antagoniste).

    Nathalie voit dans son monde une théorie du complot étatique. Il y a quelques mois, elle se plaignait du gouvernement, ayant « déclaré la guerre aux enfants » en retirant la malbouffe dans les écoles, et ne s’attaquant pas au problème de base: la conscientisation des parents. Plus loin, elle craignait que l’État vienne nous dire quoi faire, quoi manger, blablabla…

    C’est ridicule. C’est justement parce que l’État ne peut rien faire d’autre de plus musclé que celui-ci s’attaque à la malbouffe dans les écoles. L’État contrôle les cantines de ses institutions publiques (du moins indirectement); peut-il au moins choisir de ne pas y vendre de la nourriture qui mettent en péril la santé de ses citoyens?

    Pas selon Mme Elgrably.

    Enfin, Mme Elgrably s’adresse à des gens qui veulent l’entendre, qui croient que de sa fine bouche jaillit la bonne parole, mais bon… personnellement, je la place sur la même coche que les blogueurs. Et je m’excuse à mes compatriotes blogueurs de les comparer à cette si jolie, mais ô combien impertinente, dame.

  3. sylvainguillemette

    Elle s’adresse peut-être à ceux qui veulent l’entendre, mais reste qu’elle a une tribune, pas nous. Je crois que beaucoup de prolétaires aimeraient aussi avoir notre avis sur la bourgeoisie, s’ils en avaient la chance devant la tv avec une grosse bière.

    Et tant qu’à y être, c’est aussi du totalitarisme, puisque le système capitaliste a échoué dans toutes ses missions.

    Parlant de totalitarisme, Duraivage à RDI vient de dire que la Chine était encore communiste…

    Et aussi, ils sont en ce moment en train de parler du coût qui hausse dans le réseau public de la santé, faisant entre autre fi des études récentes qui prouvent que c’est plus cher au privé. Totalitarisme, partout!

    Le réseau médiatique EST entièrement totalitaire.

  4. @Manx

    « Bah il faut lui donner qu’elle est jolie ».

    Le mal peut emprunter une belle apparence.

    Elgrably est une libertaire extrémiste en somme. Tout ce qui est État l’effraie, ce qui est un non sens de nos jours avec la détérioration de l’environnement, l’accroissement de l’exclusion sociale, de la misère et l’internationalisation des problèmes qui touchent l’humanité.

    Comme les blogueurs? Je dirais que les blogues sont un reflet des médias traditionnels. Il y a une prédominance de droite, un peu de gauche, de bons et de mauvais journalistes ou intervenants..

  5. « Elgrably est une libertaire extrémiste en somme. Tout ce qui est État l’effraie, ce qui est un non sens de nos jours avec la détérioration de l’environnement, l’accroissement de l’exclusion sociale, de la misère et l’internationalisation des problèmes qui touchent l’humanité. »

    C’est pas nécessairement l’État qui peut aider à la non-détérioration de l’environnement, mais dans le climat actuel des choses, où les entreprises n’ont de comptes à rendre qu’aux actionnaires (jugeant parfois qu’il est même moins cher de payer une amende que de se conformer à des lois), c’est l’État qui est le plus proche de pouvoir garantir un contrôle plus consciencieux des produits.

    Quand je parlais des blogueurs, je parle plutôt du style de texte de la jolie Nathalie. Elle n’a pas étudié en littérature (en fait elle n’a même pas étudié directement en économie) et elle ne se renseigne pas assez avant de parler, ou se contente plutôt de donner son opinion a priori sur telle ou telle chose, en y ajoutant ses préjugés.

    C’est pourquoi je classe ses articles dans la même catégorie qu’un blogue d’opinion.

    Quant à la tribune, c’est à la mode de passer le micro aux pro-libertariens ou néo-cons « sous-représentés » (pouffe de rire!) dans les médias de la « gaugoche » (deuxième éclat de rire). Le prof Lauzon, après avoir vu les idées louches de l’IEDM pour « relancer le Québec », comme le dégel des frais de scolarité et le travail forcé des assistés sociaux dans la fonction publique (nous dira-t-on que l’on veut une institution publique « fonctionnelle », par après?), a proposé au journaliste du JdM qui a publié ce torchon de publier 11 idées que la chaire d’études socio-économiques trouverait. Le journaliste fut très intéressé par l’idée et alla en parler à son patron. Le lendemain, il rappela M. Lauzon pour lui dire que c’était « non » et qu’il n’aurait pas de publication.

    Voilà voilà la question de la tribune. Pendant que l’IEDM publie son papier de toilette taché d’encre dans les journaux et qu’une jolie donzelle un peu trop gauchophobe pour sa propre santé mentale tente d’y répandre son venin, on refuse de laisser à ses adversaires la possibilité de montrer de nouvelles idées, tout aussi (sinon plus, dépendant de l’où on se place) légitimes.

  6. internationaliste

    Je crois qu’on peut le trouver sur le site Presse-toi à Gauche. Il y a une réplique très intéressante sur ce site contre l’IEDM et pense que ça vient de Lauzon et de sa Chaire d’Études.

  7. Tenez, j’ai retrouver l’article qui traitait de la proposition de Lauzon au JdM ^^.

    http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=551

    « J’ai téléphoné au journaliste du Journal de Montréal et je lui ai proposé que nous lui fournissions, la Chaire d’études socio-économiques, 11 propositions à mettre en débat. Il a trouvé l’idée intéressante mais, le lendemain, il me rappelait pour me dire que son patron ne partageait pas son enthousiasme. »

    « Ça ne m’étonne pas, de me dire Lauzon. C’est toujours les mêmes idées de droite qu’on met au jeu. On a beau nous inviter à les commenter, on joue toujours sur la patinoire de l’adversaire. »

    « J’aimerais bien que le Journal de Montréal consacre une semaine à des propositions comme le rapatriement des 100 milliards placés dans les paradis fiscaux, la gratuité scolaire, la hausse du salaire minimum à 10 $ pour combattre la pauvreté qui fait en sorte que la moitié des écoles du Grand Montréal sont considérées comme défavorisées, la baisse des ratios dans l’enseignement, la fin des subventions publiques aux écoles privées, pour ne donner que quelques exemples dans le monde de l’enseignement », de lancer le professeur de Sciences comptables.

  8. L’IEDM ne manque pas décidément pas de culot. Avez-vous vu les 4 propositions de péage de route cette semaine dans les journeaux? Ça a été diffusé massivement par nos médias de merde (notez leur proprio…) et le gouvernement y a même répondu. C’est absolument dégueulasse!

    J’ai parlé à Alexis de la possibilité de former une sorte de coalition régionale pour l’informatique et la culture libre et indépendante… la venue du forum social régional pourrait être un occasion intéressante pour faire de l’action politique là-dessus. La formule serait à développer collectivement mais, qu’en penses-tu?

  9. @SagLac – Résiste!

    Je suis partant, comme je le disais à Alexis. Mais je n’écris pas beaucoup sur la région 02. J’habite présentement dans les laurentides (oui, comme bien des jeunes gens, j’ai quitté le saguenay…) et je suis pas mal loin des nouvelles du coin.

  10. Paul Trudel

    «Sa petite vision réductrice de l’économie se résume en deux options s’excluant l’une de l’autre : la liberté économique absolue ou l’interventionnisme total, comme si rien n’était possible entre les deux. On est socialiste ou capitaliste, point final. Ceci est une approche purement dichotomique et simpliste comme seul l’IEDM sait nous servir.»

    Réf : Jimmy St-Gelais 17 février, 2008
    https://pourquedemainsoit.wordpress.com/2008/02/17/l’inconsistance-de-nathalie-elgrably/
    Titre : L’inconsistance de Nathalie Elgrably

    Ah oui? Et que dit la principale intéressée?

    «Une économie libre n’implique ni la loi de la jungle, ni le cautionnement d’un système sans foi ni loi qui permet le banditisme, ni le chaos. La liberté économique signifie simplement que les individus peuvent prendre eux-mêmes les décisions qui les concernent tout en étant protégés par la primauté du droit et un système judiciaire fiable qui assure, entre autres, le respect de la propriété privée.»

    Réf : Nathalie Elgrably
    http://www.iedm.org/main/show_editorials_fr.php?editorials_id=617
    Titre : Quelle autre vision?

    Pris du texte que vous avez lu mais que currieusement vous ne faite pas mention…

    «Je n’aime pas la dichotomie gauche-droite car on est tous du même bord, ajoute-t-elle. On veut tous l’égalité sociale et la fin de la pauvreté. On veut tous que les pauvres soient logés convenablement à des prix abordables. On veut tous que les gens aient un accès rapide à des soins de santé de qualité. C’est simplement sur les outils mis en place pour y arriver qu’on ne s’entend pas.»

    Réf : Nathalie Elgrably
    http://argent.canoe.com/lca/chroniques/mytheseconomiques/archives/2006/03/20060331-152549.html

    Cessez donc votre propagande, votre désinformation, votre assasinat de personne.

  11. @ Paul Trudel

    J’ai bien lu ces belles phrases creuses de Elgrably. Mais que propose-t-elle dans la pratique?

    Plus de libéralisation qui ira à l’encontre de la justice sociale même en présence d’un état de droit. Nous sommes déjà passé par là. Inutile de revenir en arrière.

    Comment assurer un juste équilibre de la richesse en retirant le gouvernement de toute intervention sociale?

    Cela ne fonctionne pas. Elle prend ses rêves pour des réalités!

    « Cessez donc votre propagande, votre désinformation, votre assasinat de personne. »

    Je me marre! Elle, en traînant les opposants au néolibéralisme dans la boue de cette façon, ne démontre aucune intégrité intellectuelle. Il faudrait avaler les diktats de cette gourou sans mot dire!

  12. Décidément, Nathaly Elgrably ne changera jamais ! Sa malhonnêteté intellectuelle, en tant que porte-parole du monde des affaires, est frappante. Son acharnement à s’en prendre aux environnementalistes frise le ridicule. Quand elle ne les accuse pas d’être responsables de l’augmentation du prix de l’essence, elle les accuse de répandre des faussetés et de faire peur aux gens. Dans sa chronique d’aujourd’hui : Choisir ses batailles, elle tente de démolir la thèse selon laquelle il existerait un lien étroit entre l’augmentation des CO2 et le réchauffement de la planète. Elle cite une pétition de 32,000 scientifiques (dont personne n’a entendu perler), rendue publique par la Oregon Institute of Science and Medecine, qui contesteraient le lien entre les CO2 et le climat. Nathaly Elgrably leur oppose la parole de Al Gore ou d’un représentant de Greepeace, des environnementalistes qui affirment le contraire, comme si ces gens étaient les seuls à faire le lien entre les CO2 et le réchauffement de la planète.

    Nathaly Elgrably prend soin de ne pas citer un savant, mondialement connu comme Hubert Reeves, collaborateur au Journal de Montréal et expert dans ce domaine, qui a écrit plusieurs livres, dont ‘’Mal de terre’’ dans lequel il démontre le lien direct entre l’augmentation des CO2 et le réchauffement de la planète. Elle ne cite pas David Susuki, un environnementaliste et généticien reconnu, qui a consacré sa vie à la protection de l’environnement et qui a écrit de nombreux livres, dont ‘’En route vers l’an 2040’’ et ‘’l’Équilibre sacré’’, dans lesquels il fait le même constat. Elle prend soin de ne pas citer le document produit par 1600 scientifiques, reconnus mondialement et provenant de 71 pays, dont la moitié des prix Nobel, document intitulé : ‘’World Scientists Warning to Humanity’’ ou ‘’Avertissement des scientifiques du monde à l’Humanité’’ dans lequel ces scientifiques mettent en garde la population du monde entier, contre la pollution et l’augmentation des CO2 , qu’ils relient au réchauffement de la planète.

    Nathaly Elgrably, en ardente défenseur du monde des affaires et des industries polluantes, jouent bien son rôle. Elle me rappelle les pdg de l’industrie du tabac qui sont venus affirmer, sous serment, devant le Congrès américain, que le tabac ne causaient aucune dépendance et n’était pas nocif pour la santé des populations. Ces pdg ont produit des rapports d’experts qui affirmaient la même ineptie. Son titre d’économiste ne m’impressionne nullement, car je ne suis pas du genre è gober n’importe quoi, surtout pas de ceux et celles qui ont un parti pris aussi évident.

    J’ai lu énormément de livres sur le sujet et j’écris sur mon blogue : http://libertaire9.space-blogs.com/

    Jean-Claude St-Louis

  13. Ping : Les motivations cachées de Nathalie Elgrably « Homo politicus

  14. Steph_anne

    Nathalie Elgrably fais dans le délire Libertarien!

    Ceux qui croient le plus sérieusement du monde que nous serons en sécurité si les compagnies d’aviation devraient assumer la sécurité selon leur propre critère..

    Donc si une compagnie d’aviation veut des mesures de sécurité x… qu’ils le fassent à leur risque et péril…

    Laissons les choisir leur niveau de sécurité et nous… choisissons notre compagnie d’aviation…

    Bien entendu, David Gagnon, Grand prètre libertarien et chef occulte de la secte qui refuse une argumentation trop soutenue, en banissant les infidèles… a des réponses sougrenue `pour laisser voler des avions sans mesures de sécurité…

    non mais allez lire…

    http://www.antagoniste.net/2010/01/04/plus-ca-change/#comments

    C’est tordant!!!

    David le grand pape dit que de toute façon, les compagnies ne faisant pas dans la sécurité aérienne vont faire faillite rapidement…

    Ok Grand pape Minarchiste et après combien de vols??? Combien de Crash d’avion sur Wall-Street??? Sur la Maison Blanche? Sur tout ce qui pourrait précipiter le monde dans le chaos???

    D’autres des Libertariens de la famille de Nathalie proposent (le plus sérieusement du monde) de donner un gun à tout citoyen pour éliminer les terroristes dans les avions…

    Bien entendu, gens sensé vous aurez convenu qu’on veut aussi éviter une scène de Farwest dans les avions… avec des protagoniste quis se cache derrièrent d’autre pour esquiver des coup de feu… (bref regarder un bon James Waynes.. loll)

    Mais le plus fort… c’est qu’un terrorisme près à se crasher en avion sur un immeuble va arrêter de bouger devant un gun… de peur de mourir???

    hmmmmmm Misère intelectuel quand tu nous tiens!!!

    Alors oui l’école d’Elgrably est une folie!

    Ce qui est triste c’est qu’elle nuie à quelques thèmes très intelligent de la droite…

    Mais quand on est l’antithèse de Marx… de Lénine ou de Claudette… on s’expose pour sur à un manque de crédibilité…

    Un juste milieu???

    Qu’en pensez-vous?

  15. Denis R.

    Tout ça semble bien faire l’unanimité entre nous. Le problème est très certainement la capacité de jugement, sujet délicat, de nos concitoyens qui s’abreuvent aux téléréalités, concours télévisés pour maigrir et autres drogues médiatiques. je ne veux pas condamner ces gens, je constate ce que je vois et me désole des méfaits de notre société de consommation où les valeurs de la majorité sont…comment dire, superficielles? Pour moi, le point de départ reste une éducation générale large capable de « produire » des citoyens libres et généreux, et surtout outillés pour « réfléchir »… suis-je politiquement incorrecte??

    Par ailleurs, je voudrais réagir au commentaire #5 en mentionnant que les mots libertaires et libertariens sont à des années-lumières l’un de l’autre. Si les deux réclament la fin de l’État, les raisons qui motivent cette position ne sont pas du tot les mêmes. Les libertaires, ou les anarchistes, prônent la disparition de toute forme de pouvoir illégitime, dont l’État.. Pour les libertariens, la disparition de l’État permetttrait enfin (sic) au marchés de s’exprimer librement. On comprend que cela ne fait que déplacer le pouvoir entre les mains du capital et ouvre la porte à un darwinisme social plutôt désolant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s