Quebecor: une menace pour la démocratie

Rarement n’a-t-on vu une telle menace pour la démocratie au Québec.  La concentration des médias a atteint un tel niveau que la santé du processus démocratique et la liberté d’expression sont en péril.

Quebecor de Pierre-Karl Péladeau a réussi avec sa stratégie de« convergence » (un terme mielleux remplaçant « monopolisation ») à mettre la main sur un vaste réseau médiatique chevauchant l’imprimerie commerciale, la presse écrite, les médias télévisuels, la câblodistribution et les portails internet.

Qu’est-ce que Quebecor?

Faisons un portrait rapide de Quebecor.  Tout d’abord, il s’agit d’un amalgame d’entreprises de communication à concentration verticale.

Quebecor, c’est Videotron, le plus grand réseau câblé dans la province et Canoë, un portail internet bien connu.  C’est aussi le groupe télévisuel TVA, les librairies Archambault, les éditions CEC et Sogides incluant les Éditions de l’Homme ainsi que les Presses Libres.  Il ne faut surtout pas oublier Sun Media avec son éventail de journaux comprenant Le Journal de Montréal, le Journal de Québec, le Toronto Sun et bien d’autres quotidiens locaux.

Le tout générant près de 4 milliards de dollars de revenus annuellement.

Nous devons aussi inclure les imprimeries de Quebecor World, présentement sous la protection de la loi sur les arrangements avec les créanciers, qui rapportaient presque 7 milliards de dollars à la fin de l’exercice fiscal 2006 (source).

Les périls de la concentration et de la convergence

Au fil des années, Quebecor acquis de nombreuses entreprises afin d’étendre ses activités et d’opérer de la sorte des économies d’échelle.  En ayant la mainmise sur des compagnies aux fonctions complémentaires, elle a pu réduire ses coûts d’opération en contrôlant du bas jusqu’au haut tous les intermédiaires impliqués dans son processus de production.

Des presses de l’atelier d’imprimerie à la Une du Journal de Montréal, de l’enregistrement des nouvelles du soir à TVA jusqu’aux téléviseurs des clients câblés de Videotron,  Quebecor contrôle de A à Z l’ensemble des étapes d’exploitation.

La machine fonctionne tellement bien qu’une récente étude d’  Influence Communication révèle qu’ « en 2008, 36% de la couverture des quotidiens de l’empire Quebecor a porté sur des émissions diffusées par ses propres chaînes (TVA et LCN, entre autres) » et que plusieurs autres émissions issues d’autres réseaux ont été éclipsées.

Seulement, c’est que toute cette concentration indue pose un problème éthique évident.  Outre le fait que l’on impose un modèle culturel aux clients en privilégiant tel contenu provenant du même propriétaire au lieu d’un autre originaire d’un concurrent, il y aussi la problématique de la conservation de la liberté de presse et de l’objectivité des journalistes.

C’est ce qu’évoquait l’Institut de Recherche sur le Québec à la suite d’un avis du Conseil de Presse du Québec datant de 2003 : «  on constate que les salles de rédaction et les rédacteurs en chef sont en perte d’autonomie et d’indépendance face aux directives formelles et informelles des propriétaires ayant des visées certes économiques mais aussi idéologiques ».

Ingérence politique de Quebecor

Depuis les tentatives de rationalisation de Quebecor par son président, Pierre-Karl Péladeau, initiées avec l’ancien conflit au Journal de Québec et se continuant avec le présent lock-out au Journal de Montréal, nous avons pu constater de nombreuses attaques contre le modèle québécois et le mouvement syndical à TVA/LCN ainsi qu’au Journal de Montréal avec des campagnes propagandistes telle que « Le Québec dans le rouge » et les participations de ténors de droite comme Daniel Audet, Nathalie Elgrably, Joseph Facal et Richard Martineau dont certains sont collaborateurs à l’Institut Économique de Montréal.

Le patron de Quebecor cherche évidemment à dicter une direction idéologique à son empire en privilégiant les discours de la droite économique et en implantant  une nouvelle agence de presse de son cru dénommée QMI.

Plusieurs éléments de preuves peuvent appuyer ce constat :

–  Dans un récent article de QMI, une agence se prétendant de même qualité et aussi objective que la Presse Canadienne ou l’AFP, on a pu lire, dans un texte sans auteur, une phrase émettant clairement un jugement de valeurs contraire à la véritable objectivité journalistique : «  Les gouvernements ont-ils raison de sacrifier autant d’argent alors que les finances publiques sont à la dérive? Le déficit du Québec devrait se chiffrer à près de cinq milliards pour l’exercice 20092010 et celui d’Ottawa atteindra une cinquantaine de milliards. »

Le travail d’un journaliste se borne à rapporter les faits, pas à les interpréter.

–  En février 2010, un article du journaliste Dany Doucet du Journal de Québec, repoussait l’insolence et le dédain de la volonté populaire au delà de ses limites.  La trame et le titre de son torchon « Le Québec dans le rouge: dix solutions acceptées » laissent perplexe.

Se basant sur un sondage, il affirme que les recettes proposées pour s’attaquer aux « vaches sacrées » de la société québécoise sont approuvées par la population!

Depuis quand un sondage traduit la volonté d’un peuple? Depuis quand on remet l’expression des désirs d’une société à un média qui affirme sans équivoque qu’un consensus s’est dégagé sans à prime abord qu’un véritable débat public se soit déroulé ou qu’une implication des citoyens ait eu lieu?

On suggère carrément aux citoyens ce qu’ils doivent penser. Pure démagogie et propagande, voilà tout.

–  Le 28 octobre 2009, on publiait le prétendu témoignage d’un papa québécois qui s’inquiète de la dette publique refilée à son bambin.  Ce que le Journal de Montréal a évité de dire dans cet article est que ce père, Yannick Labrie, est un chercheur associé à l’Institut Économique de Montréal, un groupe de réflexion de droite!

Quebecor est vraiment prompt à faire toutes les bassesses et joue sur la fibre sentimentale ainsi que sur la fourberie afin de faire passer son message doctrinal et propagandiste.

En conclusion

L’arrogance du prince des médias ne s’arrête donc plus à la sphère communicationnelle, son terreau naturel, mais déborde maintenant sur la vie publique et politique du peuple québécois. Jamais le pouvoir d’un seul homme n’a autant menacé la viabilité démocratique du Québec.

Une menace qu’a mis en lumière la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) : « Le président de la Fédération, Bryan Myles, considère que le droit du public à une information complète et diversifiée est menacé ».

Même constation de la part de l’Institut de Recherche sur le Québec : « l’uniformisation et la standardisation du contenu fait en sorte que le pluralisme idéologique et la libre circulation des idées inhérents à la bonne santé démocratique d’un pays sont mis en péril. Cette situation constitue un danger puisque la diffusion de différents points de vue sur un enjeu est réduite »

Les autorités publiques devraient se pencher sur ce dossier et envisager un démantèlement de Quebecor pour assurer une véritable pluralité de l’information et des opinions mais aussi pour empêcher une domination des points de vue et conséquemment des intérêts particuliers de certains individus sur ceux de la population en général.

La vie démocratique du Québec en dépend.

Mise à jour au 21 février :  le nouveau président du Conseil de presse du Québec évoque le problème:  »  John Gomery entend proposer des décisions plus tranchées lorsque des dérives journalistiques surviendront. Il y a quelques jours, un article signé Agence QMI dans le Journal de Montréal faisait carrément la promotion d’articles dérivés de la téléréalité Montréal-Québec diffusée sur les ondes de TVA. Ce genre d’article est-il un dérapage aux yeux du nouveau président? « Si un journaliste prône une certaine attitude, c’est son droit. S’il a été engagé pour faire la promotion, ce n’est plus du journalisme, mais bien du lobbying. Je pense que ça devient une [faute] en matière de déontologie et le reporter doit être critiqué », a-t-il répondu.

http://www.ruefrontenac.com/nouvelles-generales/55-enjeux/18208-gomery-conseil-de-presse

À lire:

Convergence politico-médiatique

Le vol de la dette publique

Convergence politico-médiatique

Le rideau est levé.  La grande pièce théâtrale de la tragédie grecque de la dette publique du Québec peut enfin être jouée.

Le gouvernement Charest entame le premier acte avec l’annonce d’un déficit projeté de 4,7 milliards pour 2009.  Et Quebecor via TVA et l’antisyndical Journal de Montréal dramatise la scène en amplifiant pernicieusement le sujet avec des semaines de reportages titrés « Le Québec dans le rouge », question de faire « freaker » encore plus les contribuables et de les préparer à la suite des choses qu’élaborent les metteurs en scène de cette campagne propagandiste.

On le sait, les 475 000 employés du gouvernement provincial regroupés sous le front commun syndical (Secrétariat intersyndical des services publics (SISP), Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec(FTQ)) rentrent désormais en période de négociation avec l’État québécois.

Les frictions s’annoncent intenses: d’un coté, le gouvernement libéral qui n’apprécie guère le mouvement syndical mais plutôt les intérêts de grandes entreprises privées telle que Power Corporation;  et de l’autre, les salariés de l’État qui réclament 11,25% sur trois ans et qui en ont gros sur le cœur avec le décret de 2005 les ayant antérieurement amputé de deux années de hausses salariales.

Alors, il est de mise de mettre de la pression sur les syndiqués gouvernementaux en martelant encore et encore dans les médias que le pauvre petit Québec s’enlise dans un trou noir financier et qu’il faut limiter et même dépecer le budget de l’État coûte que coûte car notre endettement menace le bien-être des générations futures.

Comme toujours, la faute revient évidemment aux méchants parasites syndiqués ainsi qu’à nos services sociaux trop dispendieux, et non pas à la diminution au fil des années des quotes-parts des compagnies privées aux coffres de l’État, à l’évasion fiscale ou au pillage de nos ressources naturelles par les grands capitalistes sans ristourne véritable au peuple québécois. Bien sur que non!

En fait, la dette publique du Québec, qui fut de 2,2 milliards en 1971, augmenta jusqu’à 128,7 milliards en 2009 en complète synchronicité avec les élévations des bénéfices ainsi que des allégements d’impôt des entreprises privées canadiennes.  De 1964 à 2004, les profits des compagnies furent multipliés par un facteur de 4,7 tandis que leurs contributions fiscales diminuèrent de 4,2% à 2,4% du PIB de 1984 à 2004 (soit 43% de moins)! En 1999, 52% des entreprises québécoises n’ont pas payé d’impôt alors qu’elles avaient enregistré plus de 9 milliards de bénéfices! De plus, en 2002, Québec a octroyé 4,2 milliards d’aide financière aux gens d’affaires tandis que leurs compagnies n’avaient contribué que 3 milliards aux deniers publics!  Un manque à gagner de 1,2 milliard (source)!  Et les mercantiles ne cessent de se plaindre qu’ils sont trop taxés au Québec!

Quel est le résultat de cette dynamique de transfert du fardeau fiscal des entreprises vers les petits citoyens? En 2008, 80% des revenus de l’État provenaient des particuliers!

C’est alors que Quebecor, dirigé par l’infâme Pierre-Karl Péladeau (ex-sympathisant communiste et maintenant gros capitaliste avare), rentre en scène et jette de l’huile sur le feu en utilisant son empire médiatique afin de faire gober à la population les vertus de la recette des Lucides de Lucien Bouchard et compagnie.   Avec tout le poids de ses journaux, de ses magazines et de son réseau de télédiffusion, Pierre-Karl Péladeau cherche à éclipser les vraies raisons de l’explosion de la dette publique en blâmant nos acquis collectifs et le mouvement syndical afin de détourner l’attention des citoyens de ses véritables causes.

En outre, PKP fait d’une pierre deux coups en privilégiant dans ses médias les propos dogmatiques des « grands penseurs » de la droite économique qui pullulent à l’Institut Économique de Montréal.

En premier lieu, il emploie de soi-disant collaborateurs au Journal de Montréal (qui ne sont, en fait, que des émissaires de l’IEDM) en les utilisant comme briseurs de grève (scabs) durant le lock-out imposé aux syndiqués de ce quotidien.

Pensons à Daniel Audet, membre du conseil d’administration de l’IEDM, qui nous déverse par sa chronique quotidienne le même discours creux et répétitif de dégraissage de l’État ou à l’inimitable Nathalie Elgrably-Lévy dont les travers démagogiques sont bien connus.

Plus récemment, c’est-à-dire le 28 octobre 2009, on publiait le prétendu témoignage d’un papa québécois qui s’inquiète de la dette refilée à son bambin.  Ce que le Journal de Montréal a évité de dire dans cet article est que ce père, Yannick Labrie, est un chercheur associé à l’Institut Économique de Montréal!  Quebecor est vraiment prompt à faire toutes les bassesses et joue sur la fibre sentimentale ainsi que sur la fourberie afin de faire passer son message doctrinal et propagandiste.

En second lieu, avec cette collaboration de l’Institut Économique de Montréal, Pierre-Karl Péladeau attaque de front et dénigre tout le mouvement syndical québécois en propageant les vils mensonges de l’IEDM pour en finir avec les syndicats présents dans ses entreprises qui gênent ses activités commerciales.  En affaiblissant l’ensemble des syndicats québécois, il espère nuire à ceux qui l’empêchent de mener sa shop à sa guise.

C’est dans ce contexte que débutent les négociations dans le secteur public.  En trame de fond, une concentration indue des médias au Québec contrôlée par un homme d’affaire sans scrupule poussant à une privatisation accrue des services collectifs ainsi qu’à la décapitation des « vaches sacrées » et un gouvernement libéral trop heureux du tapage médiatique autour de la question de la dette publique qui lui donnera les coudées franches pour dicter par décret la future convention collective des fonctionnaires.

Il s’agit d’une véritable complicité entre deux acteurs dont les intérêts coïncident.  Une collusion naturelle entre un empire médiatique dominant peu préoccupé par les conditions des travailleurs au Québec avec un gouvernement au parti pris pro-patronal et antisyndical.

Après la convergence médiatique, voilà la convergence politico-médiatique!

Tout est en place!  Que le spectacle commence!

À lire:

Le combat des employés du Journal de Montréal est le combat de tous les travailleurs

Pierre-Karl Péladeau : l’avarice du parvenu des médias

Pierre-Karl Péladeau se maintient dans sa mégalomanie

À l’attaque des programmes sociaux!

Les motivations cachées de Nathalie Elgrably

La pseudo-économiste Nathalie Elgrably, déesse néolibérale de l’Institut Économique de Montréal et de l’Institut Fraser, s’est attaquée dernièrement aux régimes publics de retraite qu’elle qualifie de frauduleux au même titre que l’escroquerie de l’affaire Madoff, comme si l’État était un bandit de grands chemins.

 

Pour ce chantre du libre-marché, le régime des rentes du Québec (RRQ) ainsi que le fond de pension du Canada constituent du vol caractérisé. Elle stipule que les travailleurs devraient se voir dégager des paiements de la RRQ car ce régime est depuis toujours déficitaire.  C’est pourtant le lot de tous les fonds de pension par les temps qui courent.

 

Néanmoins, bien que ce fond ait été mal établi depuis sa fondation ( les premiers prestataires n’ont pas déboursé un sous dans leurs vies de travail), il n’en demeure pas moins que le RRQ est une mesure sociale d’équité qui permet à ceux n’ayant pas les moyens de se payer un fond de pension privé de recevoir des revenus décents durant leurs retraites.

 

Un fait qu’elle a oublié de plein gré. 

Cependant, la réelle motivation de madame Elgrably se cachant derrière cet article n’est pas le bien-être des futurs retraités québécois, comme elle semble le prétendre, mais bien d’accroître encore plus les profits des capitalistes.

 

En effet, les employeurs contribuent eux-aussi, comme leurs employés, au régime des rentes du Québec.  Une réalité qu’elle ne dévoile pas dans sa chronique car son objectif est de libérer le patronat de ce boulet anti-profit au détriment de leurs employés qui devront alors contribuer seuls dans leurs plans de retraite.  

 

De plus, sa position est totalement incohérente en période de crise économique. 

Pendant qu’on cherche à diminuer les salaires et les avantages sociaux pour renflouer les coffres des entreprises en difficulté, on devrait, selon elle, en plus, retirer ce filet social minimal à l’ensemble des travailleurs pour permettre à une minorité de s’enrichir encore plus. 

 

Elle vise ainsi à détourner l’argent dû aux salariés vers les poches des plus nantis en exacerbant le fossé entre les classes sociales et en aggravant conséquemment la crise par une diminution de la demande générale.

 

Finalement, toutes les interventions de madame Elgrably ne servent qu’à avantager unilatéralement toujours et encore la caste des richissimes en faisant fallacieusement croire au commun des mortels que ce qui est bon pour les privilégiés économiques est aussi bon pour toute la société. 

Lire:

La mauvaise foi de Nathalie Elgrably

Les contre-vérités environnementales de Nathalie Elgrably

L’inconsistance de Nathalie Elgrably

La petite démagogue

Donnons une chance aux idées de Nathalie Elgrably!

Un vent antisyndical

Ce texte a été publié dans Le Devoir le 16 décembre 2003

Les commentaires antisyndicaux que l’on peut lire ces derniers temps sur certains blogues sont déconcertants. C’est à croire que les syndicats sont responsables de tous les maux du Québec et des penseurs de droite comme Martin Masse ou Nathalie Elgrably de l’École de l’Institut Économique de Montréal jettent de l’huile sur le feu en montrant du doigt les grandes centrales comme des boucs émissaires de la crise économique actuelle.

Les syndicats ne sont pas parfaits, certes, et comme toutes les organisations humaines, ils commettent parfois des erreurs.  Les récentes nouvelles concernant les dérives de la FTQ-Construction entachent le mouvement syndical, mais il ne faut pas s’empresser d’affubler des mêmes travers tous les syndicats.  La plupart sont transparents et s’impliquent positivement dans leurs communautés.

Au bout du compte, le rôle de redistribution des richesses du mouvement syndical l’emporte sur ses possibles effets négatifs. Citons un exemple concret: les États-Unis ont un faible taux de syndicalisation (13 % contre 41 % au Québec), mais l’écart économique entre riches et pauvres dans ce pays est le plus élevé de tous les pays industrialisés selon l’économiste Alain Lipietz.

De plus, de récentes études socio-économiques montrent que le Québec est la société en Amérique du nord avec l’écart le plus faible entre les classes sociales.

La problématique est simple: voulons-nous un développement économique hors de contrôle qui ne permettrait pas une bonne répartition des revenus comme aux États-Unis, ou, au contraire, devrions-nous rechercher une politique économique plus équitable teintée d’une meilleure redistribution des richesses?

La société idéale devrait, en principe, chercher à rapprocher les individus et ne pas accentuer les inégalités sociales, surtout en ces temps de crise économique.

Donnons une chance aux idées de Nathalie Elgrably!

Nathalie Elgrably évoque depuis plusieurs semaines dans ses chroniques la futilité de l’interventionnisme de l’État dans l’économie qui endetterait davantage les nations et aggraverait encore plus la situation économique difficile.

 

Elle doute des effets stimulants de l’injection de capitaux gouvernementaux bien que le passé démontre qu’une présence accrue de l’État dans la sphère économique permet une certaine stabilité sociale. 

 

Le laisser-faire économique est exactement ce qui nous a mené à cette crise et elle persiste et signe pour continuer dans cette direction. 

Alors je dis : appliquons ce qu’elle préconise.

 

Laissons les entreprises en déroute se démerder seules.  Laissons jouer la sacro-sainte loi de l’offre et de la demande et donnons la possibilité au libre-marché de démontrer ses mérites.

 

Et lorsque que l’économie mondiale sera à terre, que l’échec du mercantilisme nous sautera au visage, que les miséreux deviendront la majorité, que les conflits sociaux seront le lot de notre quotidien, peut-être enfin verrons-nous que le besoin collectif l’emporte sur le besoin individuel et que l’avenir se définit plus par le « nous » que par le « moi ».

Ajout : le meilleur aboutissement à la résolution d’un problème est de le confronter jusqu’à ses derniers recoins et alors d’envisager une alternative.

Lire:

La mauvaise foi de Nathalie Elgrably

Les contre-vérités environnementales de Nathalie Elgrably

L’inconsistance de Nathalie Elgrably

La petite démagogue

La mauvaise foi de Nathalie Elgrably

La reine de la démagogie néolibérale au Québec remet ça dans sa dernière chronique du 4 septembre 2008 (L’inspecteur inspecté) dans le Journal de Montréal. Elle se surpasse une fois de plus en contradictions et en incohérences.

Selon cette prétendue sainte oracle de l’économie de marché, l’État est le seul responsable des cas de listériose. Elle accuse au passage l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour l’inefficacité de son travail.

Mais, ce qu’elle ne dit pas, c’est que les conservateurs, ses comparses, ont usé de laxisme dans la réglementation de l’industrie alimentaire depuis leur arrivée au pouvoir. C’est ce que témoigne le Globe and Mail : « Le quotidien (…) rapportait mercredi que, selon un document dont il a obtenu copie, l’Agence canadienne d’inspection des aliments aurait déjà commencé à laisser l’industrie procéder elle-même aux contrôles de qualité … »

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper a fait aveuglement confiance aux industries alimentaires en matière d’hygiène en conformité avec ses préceptes de déréglementation, mais les faits démontrent que le relâchement d’un contrôle public entraine inévitablement des coûts mortels pour l’ensemble de la société. Ne soyons pas dupes. Les cas de listériose ne se rapportent pas seulement aux produits Maple Leaf, mais à un ensemble de produits provenant de sources diverses. En somme, les entreprises de production de denrées ont coupé les coins ronds en surveillance bactériologique en l’absence d’un encadrement étatique afin d’arrondir encore plus leurs profits.

En conséquence,  ces faits ont été complètement oblitérés par cette « haute » idéologue de droite. Elle propose ainsi une solution vide de sens afin de soutenir les propagandistes de droite acoquinés avec le monde des affaires assoiffé d’une réduction de la taille de l’État : abolir l’ACIA,  même si cela entraîne encore plus de décès en rapport aux intoxications alimentaires! Le privé sait tellement mieux agir de manière responsable. Laissons les businessmen faire encore plus de profits et ne s’occupons pas de la santé publique! Quelques centaines de morts n’ont que peu d’importance face aux bénéfices des entreprises!

Quand le comprendrons-nous enfin? Les activités des entreprises privées vont à l’encontre de l’intérêt collectif, particulièrement en ce qui a trait à l’alimentation constituant un service essentiel. Les affairistes ne recherchent que le profit, quitte à sabrer dans les dépenses de contrôle de qualité.

Et cette petite démagogue ne s’arrête pas là. Tant qu’à frapper sur les institutions gouvernementales, elle y va gaiement. Madame Elgrably avait sûrement quelques paragraphes à remplir pour sa chronique, donc elle les a comblés avec les inepties habituelles qu’on lui connaît. Elle s’attaque alors à la qualité de l’eau provenant des aqueducs publics. Pourtant, plusieurs experts stipulent que l’eau traitée par les municipalités est généralement de bonne qualité, même supérieure à celle embouteillée.

Par ailleurs, madame Elgrably cite en exemple le scandale de Walkerton pour étayer sa thèse de l’incompétence de l’État en matière de distribution d’eau! Cette dame doit vivre sur une autre planète ou être complètement malhonnête intellectuellement pour mettre en avant ce cas. Tout le monde sait que la cause de cette tragédie ayant entrainé plusieurs morts par une infection à la bactérie E. coli a été les coupures dans l’hygiène publique d’un ancien gouvernement conservateur ontarien affilié à sa propre idéologie! Bonjour la contradiction!

Peu importe les agissements des gouvernements conservateurs qui sabrent dans l’État et mettent en péril la vie de nos concitoyens, cela est sans considération pour madame Elgrably.

Comme toujours, elle idolâtre le secteur privé au lieu de se questionner sur ses propos purement délirants et son argumentaire dénué de toute logique.

Pire encore. Elle blâme insidieusement l’institution gouvernementale dans le dossier de la listériose ou dans celui de Walkerton après que la « gang » conservatrice et néolibérale dont elle fait partie ait tout fait depuis sa prise du pouvoir pour miner la confiance des citoyens envers les services publics par des politiques de déréglementation. Du grand art et une preuve de mauvaise foi : mettre les fautes des conservateurs sur le dos des institutions au lieu d’admettre leurs torts par leurs agissements.

Ce n’est pas l’État qu’Elgrably devrait dénigrer, mais ses petits amis conservateurs, pour leurs gestions déficientes des affaires publics, notamment en alimentation.

Voir aussi: Les contre-vérités environnementales de Nathalie Elgrably,  L’inconsistance de Nathalie Elgrably,  La petite démagogue

Remstar recycle les rebuts

Télévision Quatre-Saisons (TQS) a besoin d’argent et cela à n’importe quel prix afin de générer des profits au plus vite.

Le nouvel acquéreur Remstar a l’habitude de travailler avec des déchets et il met son expertise à l’œuvre ici en créant une programmation matinale d’information animée par Jeff Fillion. De plus, avec son savoir-faire dans le traitement des sacs de vidange, cette compagnie prouvera possiblement qu’on peut faire du cash avec des émissions-poubelles!

On connaît le passé de Jeff Fillion. Ses anciens propos vitrioliques à CHOI-FM, qui lui ont valu maintes poursuites, contre tout ce qui est communautaire ou syndical et son manque de respect flagrant envers les minorités visibles ne devraient pourtant pas lui ouvrir les portes de TQS.

Mais que cela ne tienne. Le salissage et le manque de rigueur journalistique ont toujours été les marques de commerce du « Mouton noir de la télé» comme le démontraient les diffusions de « L’avocat du Diable » ou l’émission de Jean-Luc Mongrain. L’achat par Remstar ne changera pas ce fait car cette entreprise compte bien en profiter et en remettre pour augmenter les cotes d’écoute.

Et comme si ce n’était pas assez, on prévoit inclure dans l’émission la collaboration de Nathalie Elgrably et de Jacques Brassard afin d’aller encore plus loin dans la démagogie de droite! Bonjour la désinformation!

On prétend que monsieur Fillion ferra preuve de plus de retenu. Je l’espère. Mais connaissant le personnage qui n’a cessé autrefois de péter sans vergogne l’élastique de la liberté d’expression, il est à parier que les dérives réactionnaires et les bavures arriveront avant longtemps.

Voir aussi: CHOI FM : rien de nouveau

Les contre-vérités environnementales de Nathalie Elgrably

La dernière chronique de Nathalie Elgrably dans le Journal de Montréal intitulée «  Choisir ses batailles » dévoile encore son parti pris pour le sacro-saint monde des affaires et son animosité envers les véritables causes du réchauffement planétaire.

Maintenant, elle tente de soutenir la position environnementale de Stephen Harper qui a été tant décriée par l’Union européenne et les groupes écologistes. Pourtant, cette semaine, le G8 a réitéré la prédominance des gaz à effet de serre dans la hausse générale des températures. Mais que cela ne tienne : madame Elgrably s’efforce de miner la crédibilité du consensus scientifique qui existe en ce domaine.

Nathalie Elgrably cite l’Oregon Petition qui contiendrait 32 000 signatures de scientifiques opposés à l’idée que les GES sont les principaux moteurs du réchauffement mondial.  Un nombre de signatures imposant, certes, mais elle évite de préciser que seulement 2600 de ces signataires sont des chercheurs en sciences physiques (climatologie, océanographie, science de l’environnement, etc.). 

En fait, la vaste majorité de ces 32 000 personnes a étudié dans des champs de connaissance n’ayant aucun lien avec l’écologie.  Est-ce parce qu’on se prétend « homme de science » que notre opinion est valable dans tous les domaines scientifiques?  Un astronome est-il expert en biologie?

De plus, tous les signataires de cette pétition sont américains et donc ne peuvent prétendre représenter l’opinion scientifique mondiale.  Aussi, provenant d’un pays qui doute de la théorie de l’évolution, qui dépend des carburants fossiles et se veut le premier consommateur de pétrole, on est en droit de douter de la validité de cette pétition.      

Dans sa basse récrimination, cette employée de l’Institut Économique de Montréal (IEDM) se demande pourquoi les médias ne diffusent pas la nouvelle de cette pétition à contre-courant.  Peut-être que la raison réside dans le fait que les journalistes savent faire la part des choses et distinguer la puérile propagande aux véridiques constats scientifiques.
 
L’accord mutuel de mai 2007 de la part de 2500 scientifiques émanant de plus de 130 pays qui ont été réunis précisément pour évaluer l’état du climat de la planète n’a-t-il aucun poids?  Ce consensus scientifique a été établi à partir d’un groupe de gens « connaissants leur affaire » et non pas par un ensemble hétéroclite d’individus originaires d’un seul pays avec des compétences variées.

Encore une fois par cette nouvelle chronique, cette économiste néolibérale prouve davantage que sa subjectivité n’a d’égal que son manque de rigueur.

 Voir aussi: L’inconsistance de Nathalie Elgrably, La petite démagogue

 

L’inconsistance de Nathalie Elgrably

Suite au texte très pertinent « Pour une autre vision de l’économie» publié dans Le Devoir (édition du 9 février), voici que la très « sensée » économiste Nathalie Elgrably de l’Institut Économique de Montréal saute les plombs dans sa dernière chronique au Journal de Montréal en traitant les signataires de ce document de socialistes!

Sa petite vision réductrice de l’économie se résume en deux options s’excluant l’une de l’autre : la liberté économique absolue ou l’interventionnisme total, comme si rien n’était possible entre les deux. On est socialiste ou capitaliste, point final. Ceci est une approche purement dichotomique et simpliste comme seul l’IEDM sait nous servir.

Pour elle, l’État est le mal incarné, brimant à tout coup les libertés individuelles tandis que l’entreprise privée assure à elle seule ces libertés. Mais les libertés de qui? La liberté du riche d’exploiter le pauvre sans la présence d’un arbitre qui s’assure au moins d’un minimum d’équité dans la société. En fait, la liberté en elle-même n’est pas viable sans une relative égalité économique la soutenant.

Elle ne peut concevoir dans son esprit obtus imprégné de beaux concepts théoriques néolibéraux que même un système de libre marché à besoin d’un encadrement étatique afin de pallier aux dérapages éventuels en matière socio-économique.

Cette pauvre caricature de la mondialisation néolibérale n’est que le miroir des riches élites économiques qui montent aux barricades dès qu’elles entendent parler de gouvernement car cela signifie que leur puissance sera amoindrie ainsi que leurs précieux profits.

Afin d’appuyer ses propos, madame Elgrably apporte en exemple le Venezuela qui connaît des difficultés d’approvisionnement ces derniers temps et menace que tout interventionnisme étatique majeur mènerait le Québec à la catastrophe. Mais ce que cette économiste de pacotille évite de dire est que la superpuissance américaine et ses alliés bourgeois ayant la main mise sur l’offre dans ce pays d’Amérique Latine nuisent à la distribution des biens essentiels et mettent des bâtons dans les roues à toute politique un peu trop socialisante à leur goût du président Chavez. Un petit pays se lève devant les injustices du consensus de Washington et on fait tout pour l’écraser. Mais le Venezuela n’est pas le seul pays à lutter contre le néolibéralisme, comme je l’évoquais dans mon billet Un nouvel effet domino. Ce n’est donc pas une exception. Alors comment explique-t-elle ce phénomène?

L’exposé en question n’est en rien un hommage au socialisme, mais le désir de rétablir un équilibre socio-économique vital qui s’est détérioré depuis plusieurs décennies, particulièrement dans les pays hors-du-champ occidental. Sans un contrepoids social, ce qu’on appelle l’Économie Pure ne peut perdurer à long terme dans toute société qui a à cœur la justice sociale.

La sortie d’Elgraby ne représente qu’une tentative de dénigrement de tous ceux qui vont à contre-courant de la pensée économique dominante. Elle les traite de lâches, de vendeurs de rêves, pendant que sa propre idéologie néolibérale n’a causé que misère et dégradation des conditions de vie pour le plus grand nombre dans la plupart des pays en développement depuis 30 ans malgré toutes ses belles promesses de prospérité.

À lire:

Les motivations cachées de Nathalie Elgrably

La mauvaise foi de Nathalie Elgrably

Les contre-vérités environnementales de Nathalie Elgrably

La petite démagogue

Donnons une chance aux idées de Nathalie Elgrably!

La petite démagogue


La chronique de l’économiste Nathalie Elgrably parue dans le Journal de Montréal du 5 juillet a de quoi faire sursauter. Elle attaque cette fois le film Sicko de Michael Moore. Bien que ce film contienne quelques inexactitudes, le fond demeure tout de même pertinent. Fidèle à son habitude, elle idolâtre le modèle de santé à prédominance privée des États-Unis et qualifie les régimes publics, dont celui du Québec, de meurtriers!

Pendant que 45 millions de citoyens américains n’ont aucune couverture, soit 15% de la population, elle prétend, à tort, que le pourcentage du PIB américain consacré à la santé égale celui du Canada, de la Grande-Bretagne et même de la France! Une bien piètre performance si l’on admet la véracité de ces statistiques. Pourtant, une étude américaine de l’Economic Policy Institute de Washington démontre tout le contraire de ses allégations. Les États-Unis y consacreraient plus de ressources que tous les autres pays de l’OCDE. De plus, certains pays européens, avec la moitié moins de leur PIB investit en ce domaine, couvriraient médicalement presque que la totalité de leurs populations.

En fait, cette collaboratrice de l’Institut Économique de Montréal use d’idées préconçues et d’analyses simplistes afin d’étayer ses affirmations. Malgré son beau discours de droite, les faits parlent par eux-mêmes: si le régime de santé américain est tellement parfait, pourquoi l’espérance de vie en ce pays est-elle l’une des plus faibles en Occident ? Pourquoi le taux de mortalité infantile est-il le plus élevé ? Aussi comment expliquer que la proportion des familles vivant dans la pauvreté (ne pouvant se payer une assurance santé) est en tête de liste dans les pays industrialisés ?

Cette petite démagogue semble avoir oublié les méthodologies de recherche objective et n’hésite pas à dénigrer avec des propos incendiaires et sans fondements réels tout ce qui ne cadre pas avec sa conception néolibérale de la société. Elle devrait se regarder dans le miroir avant de pointer du doigt l’auteur de Sicko pour son manque de rigueur.