La dérive identitaire

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 10 juin 2022

Le recrutement de Bernard Drainville par la CAQ a eu l’effet d’un tremblement de terre selon certains. On évoque dès lors la confirmation de la disparition prochaine du Parti québécois du paysage politique et la consécration du virage identitaire de la CAQ recrutant en grande pompe le fondateur du défunt projet de loi sur la  « Charte des valeurs québécoises » du dernier gouvernement péquiste, une loi qui aurait été encore plus restrictive que l’actuelle loi 21 (sur la laïcité de l’État) si elle avait été adoptée à l’époque.

On peut se demander comment le nationalisme du temps de René Lévesque a-t-il pu évoluer ainsi? Voici que d’un nationalisme plutôt inclusif et émancipateur, le peuple québécois glisse lentement vers son opposé, un nationalisme fermé et réactionnaire.

La CAQ semble devenir progressivement le refuge de tous les nationalistes déçus cherchant un exutoire. À défaut de réussir la souveraineté politique, on se réfugie maintenant dans la lutte pour les « valeurs culturelles », pour la protection du français et pour un contrôle accru en immigration comme planche de salut d’un peuple qui hésita, deux fois plutôt qu’une, à faire le grand saut vers l’indépendance.

Bien que cela soit compréhensible dans le contexte d’un recul du français au Québec, cette nouvelle approche nationaliste n’est toutefois pas sans péril.  Si l’histoire nous apprend quelque chose, c’est que les possibilités de dérive vers un nationalisme revanchard, xénophobe et chauvin aux graves conséquences sont bien réelles et ne relèvent pas de l’utopie — surtout dans un proche avenir dans lequel l’immigration sera de plus en plus présente afin de contrecarrer le vieillissement de la population et de combler le manque de personnel autant dans les services publics que l’entreprise privée.  

Espérons que les Québécois seront assez sages pour choisir ultimement une autre façon que ce type de nationalisme afin d’exprimer leur sentiment national ainsi que leur inquiétude face à leur survie.

Stagflation et baby-boom

From Pixabay

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 3 juin 2022

Les épisodes de grande inflation ont toujours été des sujets de préoccupation majeure dans l’histoire des économies occidentales. Il y a près de cinquante ans, les deux crises pétrolières des années 70 ont contribué à la fin de la croissance soutenue d’après-guerre des «Trente Glorieuses».

On assiste à l’époque à une période de stagflation, c’est-à-dire une période de stagnation économique et de forte inflation, qui ébranla les conceptions keynésiennes de l’économie qui s’étaient établies depuis la Grande Dépression.

Aujourd’hui encore, le spectre d’un tel scénario plane au-dessus de nos têtes, bien que la situation soit différente, car elle ne correspond plus uniquement à une simple hausse du coût des carburants fossiles comme jadis. Désormais, l’inflation est davantage le fruit d’une perturbation dans la chaîne de production de nos biens de consommation en réaction aux confinements imposés par la crise sanitaire et aussi, surtout, par une crise de la main-d’œuvre (poussant les salaires à la hausse ainsi que les prix), que nous savions proche en raison du vieillissement prévu de la population, mais que les conséquences de la pandémie nous ont brusquement révélée et qui sera difficile à renverser. 

De plus, toute déstabilisation géopolitique de l’échiquier mondial, telle que la récente invasion de l’Ukraine par la Russie, exacerbe à sa façon la montée générale des prix.

Il faudra alors possiblement s’habituer à une inflation supérieure à la fourchette traditionnelle que l’on situe entre 2 % et 3 % et à une croissance économique famélique — ce qui imposera probablement des changements socio-économiques majeurs dans les sociétés occidentales.

Le baby-boom, qui a pourtant permis des décennies de croissance économique jamais vue dans l’histoire de l’Occident, sera probablement aussi la cause, dans son contrecoup, du déclin de son économie qui a besoin d’une main-d’œuvre abondante et de jeunes consommateurs pour prospérer.

Dans ce contexte, les répercussions sur les nations occidentales et leurs finances publiques seront indéniables avec un cortège de hausses des prix à la consommation, de diminutions des revenus des gouvernements en conséquence de la contraction du nombre de travailleurs actifs et d’explosions des coûts de soins de santé pour soigner une population vieillissante.

Déliquescence démocratique

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 20 avril 2022

Une course haletante se profile entre les deux candidats au deuxième tour de la présidentielle française, Emmanuel Macron et Marine Le Pen – qui s’affrontent pour une seconde fois au deuxième tour – et le résultat pourrait bien tracer le chemin qu’empruntera le modèle de la démocratie libérale dans le monde lors des prochaines décennies.

Après un président Donald Trump qui a ébranlé les fondations des institutions démocratiques aux États-Unis par ses actions ainsi que son non-respect du jeu démocratique et qui a eu une résonance toxique dans les autres démocraties de la planète, une éventuelle victoire de Marine Le Pen fragiliserait encore plus un système politique déjà mis à mal par le désenchantement des électeurs se traduisant par un cynisme entourant la chose politique et une méfiance envers les politiciens. Nous avons pu d’ailleurs noter une diminution en Occident du taux de participation aux élections depuis les années 80.

Surtout, en toile de fond, il y a aussi toute la symbolique qu’amènerait une victoire de l’idéologie d’extrême droite de Marine Le Pen en France qui fut, rappelons-le, la deuxième démocratie libérale de l’histoire (1789) après que la toute première démocratie libérale, issue pareillement d’une révolution (1775), les États-Unis, ait aussi fleurté avec une telle dérive idéologique antidémocratique avec la présidence de Donald Trump. Il est difficile de faire pire comme image de déliquescence de la démocratie libérale lorsqu’une grande partie des populations des deux premières nations qui l’ont adoptée semblent vouloir lui tourner le dos.

Mais le plus inquiétant est que ces mouvements néofascistes en sols américain et français cherchent à saper les traditions démocratiques et de liberté qui se sont développées depuis le siècle des Lumières (1715 à 1789), particulièrement en France, en faisant fi du fait que c’est à partir de ce moment charnière que la civilisation occidentale a rejeté l’autoritarisme politique hérité de l’ancien régime médiéval tout en mettant en valeur la connaissance. En effet, cet ancien régime se caractérisait par une société fermée aux idées du progrès et par une gouvernance absolutiste (incarnée par le Roi) très autoritaire et dénuée de respect envers les libertés fondamentales ainsi que les droits politiques que nous considérons comme acquis de nos jours et que certains partis politiques aimeraient bien édulcorer.

Et, ironie de l’histoire, profitant des largesses de la démocratie libérale qu’ils méprisent pourtant, voici que ces mouvements politiques d’extrême droite aspirent à rétablir un régime autocratique, considéré comme idyllique, en canalisant un vote de protestation autour de leur cause dans l’espoir de faire élire leurs chefs aux penchants autoritaires au sommet de l’État, tels de nouveaux monarques, qui rêvent depuis toujours de se débarrasser de l’héritage du libéralisme politique afin d’imposer leurs programmes politiques réactionnaires…

Comptabilité de nature

Photo de Jani Tisler provenant de Pexels

Un grand espoir résidait dans la lutte aux changements climatiques lorsque les cinq grandes banques du Canada ont annoncé, il y a quelques années, leur volonté de diminuer sensiblement leurs investissements dans les énergies fossiles afin d’atteindre une certaine carboneutralité dans leurs activités – ce qu’elles ont fait pendant un court lapse de temps.

Cependant, force est de constater que le naturel est rapidement revenu au galop. En effet, de récentes informations nous indiquent que le rythme de ces investissements bancaires dans les énergies fossiles au plan mondial a repris de plus belle en 2021, notamment dans le pétrole bitumineux de l’Ouest canadien dans le cas des banques canadiennes.

Il est tentant ici de mettre en parallèle l’agissement des grandes banques avec les principes de la comptabilité, avec ses bilans, ses actifs, ses passifs et son capital dont elles sont tributaires. De toute évidence, la terre est présentement « dans le rouge » et le sera davantage si l’on ne dévie pas de la course actuelle. Les richesses naturelles se raréfieront, la biomasse se rétractera et la crise climatique atteindra une ampleur inégalée qui fera peser sur l’économie mondiale un lourd tribut, comme l’a déjà mentionné le rapport Stern (2006), et cela sans compter le risque d’une accélération d’une 6e extinction de masse déjà en cours.

Pourtant, si les grands PDG de ces institutions financières appliquaient les mêmes raisonnements comptables aux écosystèmes et au climat, ils constateraient que la pertinence du capitalisme sous sa forme actuelle doit être plus que jamais remise en question. Ils instaureraient alors des mesures afin d’assurer la pérennité de leurs entreprises en changeant de paradigmes tout en modifiant les anciennes façons de faire.

Si, autrefois, le capitalisme tel que nous le connaissons créait de la richesse, dixit Adam Smith, désormais, il en détruit et pire encore, il risque de tout emporter avec lui…

Un Québec à tribord

Cet article a été publié dans Le Devoir, le 25 mars 2022 et dans Le Soleil, le 26 mars 2022

Photo de Evan Velez Saxer provenant de Pexels

Nous apprenions cette semaine, à la suite de la divulgation d’un sondage Mainstreet, que le Parti conservateur du Québec arriverait en deuxième position dans les intentions de vote, devant le Parti libéral du Québec, Québec solidaire et le Parti québécois. À la lumière de ces résultats, l’hypothèse que le PCQ forme l’opposition officielle, quoiqu’improbable, s’avère possible. Dans l’avènement de ce scénario, que cela nous apprendrait-il de l’évolution politique du Québec contemporain ?

Tout d’abord, pour la première fois de son histoire, l’Assemblée nationale serait dominée par un parti au pouvoir et un parti d’opposition ancrés tous les deux résolument au centre droit et à la droite de l’échiquier politique : la CAQ de François Legault, avec son programme autonomiste et nationaliste à la Duplessis teinté d’une profession de foi envers le libéralisme économique, face à un Parti conservateur d’Éric Duhaime qui baigne dans les eaux du libertarianisme, de l’antisyndicalisme et de la privatisation à tout-va.

Ensuite, certains pourraient dire, advenant cette éventualité, qu’il s’agirait d’une rupture avec la période de la Révolution tranquille, qui a permis l’émergence d’une classe d’hommes et de femmes d’affaires ayant maintenant saisi les rênes du pouvoir de la scène politique québécoise tout en remettant en question les acquis de la Révolution tranquille dont ils et elles ont paradoxalement bénéficié.

Je me demande bien ce que penseraient les dignes représentants des générations des grandes luttes syndicales et des aspirations souverainistes que sont Michel Chartrand et Pierre Falardeau, aujourd’hui malheureusement décédés, en constatant que tous les idéaux pour lesquels ils se sont battus risquent de tomber aux oubliettes chez une population québécoise qui semble avoir perdu ses repères. Mais il s’agit encore ici de pure spéculation… jusqu’aux élections.

Improbable Charest

Cet article a été publié le 11 mars 2022 dans Le Devoir et Le Soleil de Québec

Photo de Tetyana Kovyrina provenant de Pexels

On le sait depuis toujours. Jean Charest rêve de devenir premier ministre du Canada. Il a raté sa chance autrefois, et maintenant le rêve semble à sa portée. Vraiment ?

M. Charest oublie que ce Parti conservateur est un Reform party 2.0 qui n’a plus rien à voir avec le défunt Parti progressiste-conservateur. Plus le temps passe, plus ce parti ressemble au Parti républicain de l’autre côté de la frontière. Il se dirige à droite de la droite comme nous avons pu le voir avec les appuis de certains conservateurs envers le Convoi de la liberté.

Donc, Jean Charest ne se retrouverait pas dans le même parti qu’avant. Ce qui reste du Parti ­progressiste-conservateur a disparu avec lui lorsqu’il a quitté pour le Parti libéral du Québec. Et Charest n’est pas assez à droite pour diriger ce parti. C’est un conservateur dans la vieille tradition tory, pas un extrémiste religieux et réactionnaire comme l’est la base partisane de l’Ouest du nouveau Parti conservateur… à moins qu’il ne décide d’ouvrir la porte à un contrôle moindre des armes à feu, à la restriction du droit à l’avortement ou même au rétablissement de la peine de mort afin de s’attirer des partisans.

De plus, le dernier chef a justement été désavoué parce qu’il recentrait trop le parti. Un chef Charest ne reviendrait-il pas à la même chose ? Et son passé comme premier ministre du Québec, avec la participation du Québec à la Bourse du carbone et son ancienne étiquette libérale, ne devrait-il pas lui nuire aussi devant les Albertains et l’Ouest conservateur ? Toute cette histoire me semble très improbable…

Leçon de guerre

Ce texte a été publié dans Le Devoir, le 28 Février 2022

Photo de Karolina Grabowska provenant de Pexels

J’ai lu quelques livres de stratégie militaire dans ma vie, Sun Tzu, Clausewitz et autres. Un concept de base semble constant chez tous les auteurs : on ne s’engage pas dans une attaque sans être certain de vaincre à court ou à moyen terme.

Ici, Poutine a pris un dangereux pari en sous-estimant la résistance ukrainienne. Cette guerre d’invasion risque de s’enliser et de perdurer beaucoup plus longtemps que le pensait le maître du Kremlin, sans compter que les Occidentaux fournissent en armes et équipements les Ukrainiens dans leur lutte.

Pourtant, les exemples de conquêtes s’étiolant devant l’usure du temps et la volonté combative des indigènes sont nombreux dans l’histoire. Le Vietnam et l’Afghanistan en sont les cas les plus patents.

Soumettre une population contre son gré au diktat de l’envahisseur n’est pas chose facile et s’avère pratiquement impossible, surtout à notre époque avec les nouveaux moyens de communication. Nous ne sommes plus au temps de la guerre froide, et Poutine et ses sbires risquent de le réaliser amèrement…

Médias et complotisme

Cet article a été publié le 31 janvier 2022 dans le journal Le Soleil et Métro Montréal

Photo de Produtora Midtrack provenant de Pexels

Les manifestations se déroulant à Ottawa nous montrent encore le spectacle de la grande méfiance, voire de la haine envers les médias, de tous ceux qui gravitent autour du complotisme – plusieurs journalistes ayant été harcelés lors de l’événement, comme ce fut aussi le cas dans plusieurs autres événements du genre.

« Les médias nous mentent », voilà le mantra de ces protestataires qui préfèrent donner toute leur confiance à des réseaux sociaux inondés de désinformation. Nous pourrions bien donner du poids à une telle assertion, mais rien de probant ne permet d’arriver à une telle conclusion.

Tout d’abord, le journalisme est un programme universitaire qu’un bon nombre de journalistes suivent et le Conseil de presse du Québec peut blâmer les inexactitudes et la démagogie de certains journalistes ou chroniqueurs.

De plus, affirmer que tous les médias du Québec, du Canada ou même du monde font partie d’un grand complot relève d’une méconnaissance profonde du milieu de l’information et de l’histoire des démocraties libérales. Au contraire des dictatures les plus implacables qui contrôlent intégralement la diffusion de l’information afin de protéger leurs régimes, notre système politique accepte la diversité des sources d’information en permettant à plusieurs acteurs médiatiques de couvrir l’information, la transmettre et aussi de l’interpréter par des analyses et des chroniques. Ainsi, le gouvernement et l’opposition peuvent se faire entendre sur diverses tribunes et ils ne contrôlent donc pas unilatéralement le flux d’information.

D’autres affirment que les médias sont « achetés » par le gouvernement. Il est un fait que les médias, écrits surtout, ont de la difficulté à rivaliser avec Google, Facebook et consorts qui grugent une grande partie de leurs anciens revenus en détournant la publicité et en diminuant leurs abonnements. Le Québec et bien d’autres gouvernements dans le monde subventionnent alors les médias d’information afin d’en préserver l’existence et permettre une multiplicité des sources d’information vitale en démocratie. Il s’agit tout de même d’un phénomène relativement récent et ce soutien gouvernemental ne constitue pas un trait historique fondamental des démocraties libérales. En fait, avant l’avènement d’internet, c’était plutôt chose rare.

Par ailleurs, il est hautement improbable qu’un complot ourdi par des groupes obscurs au niveau planétaire ait prise dans un environnement médiatique dont les acteurs peuvent être de différentes allégeances politiques (gauche ou droite) et être de propriété privée, publique ou coopérative. Inévitablement, une fuite mettant à jour la mascarade coulerait.

Enfin, il est aisé de critiquer les médias et la profession journalistique. Certes, comme toute activité humaine, il peut y avoir des dérapages et des erreurs. Cependant, la garantie d’une information aux pôles multiples, malgré ses défauts, est une assurance contre la désinformation propagée en ligne et un rempart aux forces antidémocratiques qui tentent de saper la tradition et les institutions démocratiques dans l’objectif d’obtenir le pouvoir dans un but contraire à l’intérêt collectif.

Dans le microcosme

Photo de Soulful Pizza provenant de Pexels

Nous savons tous que les ultra-riches ont engrangé encore plus de richesses avec la pandémie. Le capitalisme, avec tous ses excès, ne parvient évidemment pas à juguler l’écart grandissant des richesses entre les individus et l’on se doute très bien que cet état de fait n’est pas de très bon augure pour l’avenir.

Toute cette situation me fait penser à une expérience sociale de mes années d’études collégiales, il y a plus de 30 ans, dans le cadre d’un cours de psychologie (si ma mémoire est exacte). Certains l’ont probablement aussi vécue. Cela s’appelait un microcosme. Veuillez noter que ces événements ont eu lieu il y a longtemps et que mes souvenirs sont assez lointains. Toutefois, je crois me rappeler l’essentiel, car ce fut tout de même une expérience marquante.

Alors voici.

Pendant plusieurs heures, les étudiants furent cloîtrés dans un local qui ne comportait que quelques chaises. On leur demandait aussi d’amener leurs repas du dîner. L’enseignant assure la direction de l’expérience qui consistait à reproduire une microsociété avec ses différentes classes sociales avec l’implication active des étudiants.

Au départ, l’enseignant distribue des enveloppes à chaque étudiant dans lesquelles se trouvaient des cartes de couleurs représentant les unités de valeur monétaire de cette microsociété. Et, à ce que j’ai cru comprendre, l’enseignant octroya sciemment une plus grande richesse dans les enveloppes des étudiants arborant les plus beaux vêtements et une attitude plus bourgeoise, dans l’objectif de reproduire le plus fidèlement possible les traits caractéristiques de la véritable société dans cette microsociété. Il devait probablement en être ainsi pour la qualité de l’expérience. Par ailleurs, dans un souci de non-interférence, l’enseignant se dissimulait souvent dans un petit local jouxtant la classe et observait l’expérience à travers un miroir sans tain.

Ensuite, il y a eu des activités simulant un marché économique. Tout ce jeu consiste à échanger des cartes entre les participants afin que ceux-ci ramassent des combinaisons de cartes de couleurs qui permettaient de multiplier la richesse fictive de chacun. Cependant, comme je le signalais ci-haut, j’ai eu la forte impression que les dés étaient pipés au départ afin d’avantager certains individus au détriment de d’autres.

L’expérience se poursuivit. Le nombre de chaises dans le local étant limité, elles furent mises aux enchères. Les quelques « privilégiés » de la microsociété les accaparèrent aisément grâce à leur richesse tandis que le reste de la « populace » devait s’asseoir sur le sol pendant tout le déroulement de l’expérience.

Et arriva enfin l’heure du repas. L’enseignant regroupa alors les repas de tout le monde pour les déposer devant le groupe des privilégiés (qui était beaucoup moins nombreux que l’autre groupe). Ceux-ci se servirent à leur guise dans cette corne d’abondance simulée et dégustaient leurs repas tandis que les autres devaient se contenter de les regarder tout en étant inconfortablement installés sur le plancher. Et c’était précisément là que la pertinence de l’expérience trouva tout son sens.

Que s’est-il passé lors cette étape cruciale?

Ici, je vais relater mon expérience personnelle ainsi que celle d’un vieil ami qui a aussi participé à cette simulation, mais dans une classe différente (lui aussi s’en souvient assez bien). Les dénouements des deux microsociétés sont des plus intéressants.

Microsociété 1

Ce groupe fut constitué de personnes un peu plus âgées que la moyenne dans un cégep. Les tensions y ont été aussi nettement vives.

Au départ, il y a eu une altercation entre l’une des privilégiées et une « ressortissante de la populace » au sujet de la propriété de l’une des chaises. À la suite d’une discussion assez vive et de quelques empoignades, la privilégiée a pu garder son siège.

Aucune offre de partage collectif ne vint du côté des privilégiés. Ils se servaient allègrement dans les repas de tous pendant plusieurs longues minutes avant que quelques personnes et ultimement tous les gens au sol se lèvent pour enfin reprendre leur dû. La classe des privilégiés, devant un tel soulèvement du plus grand nombre, n’eut d’autre choix que de se plier à la « volonté populaire » revendiquant un partage intégral de tous les repas.

Microsociété 2

Ce groupe avait une moyenne d’âge assez jeune avec des finissants du secondaire qui se retrouvaient pour la première fois au cégep.

Les privilégiés, bien adossés sur leurs sièges, savouraient leurs repas en choisissant ce qui leur plaisait dans le vaste choix de repas que tout le monde avait amenés. Il ne vint à l’idée de personne dans ce groupe restreint d’offrir sans condition les repas à l’ensemble du groupe.

Devant la grogne qui commençait à se faire sentir, ils eurent une idée plus « pratique » afin de calmer la populace et de conserver en même temps leur statut de privilégiés : ils offrirent à l’un des membres de la populace d’agir en tant qu’agent de distribution de la nourriture avec compensation monétaire (c’est-à-dire un salaire avec certaines cartes de couleurs). Son rôle consistait à dispenser la nourriture graduellement, autrement dit petit à petit à un ou deux individus à la fois, tandis que les privilégiés conservaient leur mainmise et leurs prérogatives sur l’ensemble de la nourriture. Et la stratégie a fonctionné. Les membres de la populace se tinrent tranquilles, sachant bien qu’éventuellement, ils auraient leur petite part du gâteau.

Constats

Essayons maintenant, de manière non scientifique, de dégager des constats de ces deux expériences, bien que nous sachions qu’il est fort probable que des études poussées menées par des sociologues et des psychologues ont probablement compilé des données et sont parvenues à des conclusions plus exhaustives et complètes que les petits constats que je suis sur le point de vous présenter.

Étonnamment, je n’ai trouvé rien en référence à ce genre de simulation sur la toile. Est-ce que ce genre d’expérience de groupe ne se fait plus pour être en concordance avec le politiquement correct? Je n’en ai aucune idée.

Mais bon. Continuons.

La constance principale dans les deux cas est invariablement la résistance des « élites » à partager leurs richesses avec le reste de la population.

Dans un cas, il a fallu une révolte pour qu’enfin un partage plus équitable s’opère.

Dans l’autre cas, les élites ont eu la perspicacité, face à l’exaspération populaire pouvant se détériorer en révolte, de sous-traiter (avec un ressortissant de la classe populaire) une distribution progressive et partielle de la nourriture tout en gardant la mainmise et la priorité sur l’ensemble de la « richesse collective ». Nous pouvons d’ailleurs faire un parallèle avec plusieurs civilisations dans l’histoire qui distribuaient gratuitement des vivres afin de freiner les aspirations populaires, comme dans la Rome impériale, par exemple.

De plus, on a pu remarquer que le groupe composé de personnes plus âgées était nettement plus revendicateur que celui dans lequel la moyenne d’âge était plus basse.

En somme, le but de cette expérience de microcosme ou de microsociété est de faire comprendre à l’étudiant la dynamique sociale qui existe dans tout groupe humain organisé. La plupart du temps, il existe deux classes opposées par la richesse et le statut social (bien que parfois des classes moyennes plus ou moins importantes puissent exister) essayant de faire pencher la balance de leur côté au détriment de l’autre. Parfois, cela se conclut par un affrontement à tendance révolutionnaire et, d’autres fois, on en arrive à un partage des richesses certes inéquitable, mais suffisant pour calmer le mécontentement populaire et éviter de chambouler le cadre social.

En conclusion, tentons une comparaison avec notre époque dans laquelle les écarts de richesse sont grandissants et la classe moyenne est en déclin depuis des décennies (encore plus avec les hausses récentes du coût de la vie associées aux conséquences économiques de la pandémie). Même si quelques milliardaires ont proposé que les gouvernements les taxent davantage, comme Warren Buffett, il est encore trop tôt pour deviner quel scénario adviendra possiblement pour notre « macrocosme » qu’est la civilisation occidentale, ou à plus grande échelle, l’ensemble des sociétés humaines contemporaines. Tout dépendra de notre façon de réagir comme dans les deux expériences de microcosme : nous contenterons-nous de miettes ou nous solidariserons-nous pour recevoir notre juste part?

En attendant le déluge…

Photo de Markus Spiske provenant de Pexels

Cet article a été publié dans Le Devoir le 16 novembre 2021 sous le titre « Bientôt le déluge »

L’année 2021 n’est même pas encore terminée que l’on conclut déjà qu’elle trônera probablement sur le podium des années les plus chaudes tandis qu’une cascade de catastrophes déferle sur le globe.

La montée des eaux océaniques ainsi que le recul des glaciers aux pôles continuent sans cesse et ne pourront être évités même si les émissions de gaz à effet de serre s’arrêtaient abruptement.  C’est ce que confirment plusieurs études soulignant que les glaciers réagissent avec des décennies et même des siècles de retard par rapport aux transformations du climat.

Un grain de sable s’est insinué dans les rouages de la mécanique climatique laissant craindre que le pire reste à venir face à l’accélération du rehaussement des températures, notamment par les émissions fugitives de méthane du pergélisol fondant ou des hydrates de carbone des mers qui feront perdre toute prise de l’homme sur l’accentuation du réchauffement planétaire et de ses conséquences sur le climat. Pourtant, le rapport Stern a bel et bien prévenu qu’il en coûterait 20 fois plus cher dans l’avenir pour protéger la planète contre les hausses de températures que si nous nous y attardions dès maintenant.

Et pendant ce temps, notre attentisme dans la prévention des périls écologiques futurs frise l’insouciance puérile malgré la tenue de maintes conférences sur le climat, comme celle de Glasgow récemment (COP26), qui ne débouchent toujours que sur de creuses promesses et des vœux pieux.

L’incrédulité ambiante et les intérêts contradictoires des nations développées contre ceux des pays émergents sont autant de freins à la résolution définitive de la problématique climatique. Sans compter la rivalité croissante entre les deux superpuissances planétaires, l’ancienne et la nouvelle, les États-Unis et la Chine, hypothéquant davantage les prochaines générations par le refus de ces dernières d’investir systématiquement dans la lutte aux changements climatiques considérée comme trop dispendieuse devant leur désir de domination économique et militaire.  Ces deux pays émettant à eux seuls près de la moitié des GES de causalité humaine.

Malgré les beaux laïus entendus lors des multiples conférences sur le climat, les dirigeants politiques se cantonnent dans l’immobilisme.  Les uns attendent que les autres bougent dans la crainte de perdre le moindre avantage économique dans ce féroce marché mondial globalisé dans lequel les nations les plus faibles mordent la poussière.

En ce monde dominé par l’implacable capital, peu importe les considérations environnementales ou la pérennité du genre humain.  L’important est de garnir son portefeuille d’actions immédiatement au détriment du prix qu’aura à payer la descendance.

Cela est bien symptomatique de notre époque consumériste: achetez maintenant, payez plus tard…