Démocratie et économie de marché

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 27 janvier 2023

Nous apprenions, sans grande surprise, que l’écart entre les revenus des salariés et ceux des PDG des grandes entreprises canadiennes (et partout dans le monde) s’était encore accentué. Le phénomène, au lieu de se résorber, tend à s’amplifier en corrélation avec la disparition lente et certaine de la classe moyenne depuis plus d’une trentaine d’années en Occident.

Comment alors définir notre civilisation en regard de ce creusement inédit des inégalités? Certes, nous nous berçons dans l’illusion de vivre dans une démocratie politique représentative idéale, mais dans la réalité, la démocratie réelle, c’est-à-dire économique, est aussi mise à mal et sa détérioration arrive même à compromettre la démocratie politique par l’ascendance délétère de riches personnages et de puissances d’argent sur les élus et les institutions politiques.

Paradoxalement, les principes démocratiques et de liberté hérités du siècle des Lumières, qui ont pourtant permis l’essor de l’économie de marché dans un cadre libéral, sont désormais menacés par la concentration excessive des richesses et l’influence de super-riches (qui sont l’ultime aboutissement du capitalisme) situés bien au-dessus des lois et des réglementations étatiques (notamment dans le paiement de leurs impôts), comme si la civilisation occidentale avait fait un retour en arrière vers l’ancien régime féodal qui était dominé par quelques familles possédant l’essentiel des richesses et du pouvoir politique face à une masse servile et appauvrie.

Ces nouveaux maîtres du monde, comme les anciens nobles et aristocrates du Moyen Âge, dans un contexte social de désinformation, de remise en question de la science, de recul des droits fondamentaux et d’atomisation de la société, hésitent à suggérer des changements positifs de paradigmes, qui seraient pourtant bénéfiques à la collectivité, de peur de perdre leurs avantages et tout ce qui a permis leur enrichissement, comme la consommation de masse polluant à l’extrême l’environnement et la commercialisation à grande échelle des énergies fossiles réchauffant dangereusement le climat.

Il y a plus de quatre siècles advenait une Renaissance qui a permis de sortir d’une époque de ténèbres. Espérons, bientôt, qu’une nouvelle renaissance émerge de ce nouveau Moyen Âge pour guider le genre humain vers une période historique plus humaniste et respectueuse de l’environnement… pour la suite du monde.

Photo de Karolina Grabowska: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/suivre-caoutchouc-riche-empiler-4386476/

Publicité

Les occasions manquées

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 17 janvier 2023

La Banque mondiale, en ce début de 2023, dresse un portrait plutôt sombre des années à venir pour l’économie mondiale. La guerre en Ukraine, l’inflation galopante, la montée des taux d’intérêt, les événements météorologiques extrêmes liés au réchauffement climatique et les tensions géopolitiques sont dans le tableau et entraîneront, selon les experts de l’institution, un faible taux de croissance un peu partout sur la planète et même une croissance nulle en Europe.

On parle aussi d’une deuxième récession en une seule décennie, ce qui serait du jamais vu depuis la Deuxième Guerre mondiale, ainsi que des taux de croissance anémiques qui ne s’étaient pas produits depuis les années 1960.

Et si les forts taux de croissance que nous avons connus avec les Trente Glorieuses et le début des années 2000 tiraient à leur fin? Plusieurs personnes l’ont évoqué: la croissance infinie dans un monde fini est impossible selon les conclusions du Rapport Meadows de 1972.

Serait-ce alors notre chance d’opérer le changement dont le monde a tant besoin avant que la réalité nous rattrape? Les échecs du néolibéralisme et du laisser-faire économique deviennent de plus en plus patents. Le non-respect de l’environnement et du climat, l’exploitation abusive des richesses naturelles planétaires ainsi que les grands écarts de richesse (même décriés par l’OCDE) nous dirigent inéluctablement vers un cul-de-sac.

Nous avons eu, plus d’une fois, notre chance de procéder à un changement de modèle socio-économique. La crise financière mondiale de 2007-2008, qui a fait vaciller le capitalisme, et la pandémie de la COVID-19, qui nous a démontré qu’un style de vie moins déjanté était possible, ont été autant d’opportunités de changer de cap. 

Aujourd’hui, un fort ralentissement économique se pointe à l’horizon. Serons-nous capables d’en profiter pour le mieux? Combien d’occasions manquées raterons-nous encore?

La faim du monde

Cet article a été publié dans Le Devoir et Le Soleil de Québec, le 22 décembre 2022

L’année 2022 se conclut avec la COP15 sur la préservation de la biodiversité, et malgré les laïus rassurants, on se doute que le tout risque de rester lettre morte en raison des tractations difficiles qui ont marqué le sommet. S’il y a un sujet aussi important, sinon plus que tout autre, c’est bien la biodiversité. Grâce à elle, la pyramide du monde vivant se maintient ainsi que la pérennité alimentaire de l’humanité.

Pourtant, de nombreuses espèces continuent à s’éteindre à un rythme effarant (dont les abeilles, qui jouent un rôle essentiel dans la pollinisation) dans ce qu’on appelle déjà la sixième extinction de masse, et nous persistons dans la monoculture qui appauvrit les sols sans oublier l’utilisation de pesticides, de semences et d’organismes génétiquement modifiés à la Monsanto-Bayer qui comportent des risques pour l’environnement ainsi que pour la santé humaine.

Sans un changement de paradigme dans l’agriculture et la conservation des espèces animales et végétales, serons-nous capables d’éviter dans l’avenir la faim du monde ?

Photo de Lena Sova: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/nature-foret-feuille-arbre-9902192/

Une nouvelle course au nucléaire

Cet article a été publié dans Le ZigZag, la voix du citoyen, le 15 décembre 2022

Nous apprenions, il y a quelques jours, qu’une équipe de scientifiques américains avait réussi un exploit technologique lors d’une expérience de fusion nucléaire qui est un peu le Saint Graal en matière d’énergie.

Au contraire de la fission nucléaire bien connue, la fusion nucléaire assemble deux atomes pour produire plus d’énergie qu’il en est investi, et ce avec peu de déchets nucléaires et aucun gaz à effet de serre.

Pour l’humanité, cette découverte peut constituer une planche de salut en matière énergétique et suppléer aux énergies fossiles qui ont tant contribué au réchauffement climatique.

On peut s’imaginer alors que les équipes de scientifiques déjà au travail sur la planète s’activent davantage pour réussir eux aussi une expérience de fusion nucléaire, car les enjeux sont énormes pour les superpuissances mondiales et les plus petites. Le pays qui parviendrait à générer le premier en quantité industrielle de l’énergie grâce à la fusion nucléaire obtiendrait un avantage économique et militaire indéniable.  

Et au plan éthique, les pays qui pourront produire une grande quantité d’énergie de cet ordre l’utiliseront-ils simplement pour accroître leur puissance ou pour améliorer la qualité de vie de leurs citoyens? Feront-ils confiance au secteur privé avide de profit ou au secteur public pour gérer cette nouvelle manne énergétique? 

Le coup de départ vient de se faire entendre. Il s’agit possiblement d’une nouvelle course au nucléaire, un peu comme celle que nous avons connue après Hiroshima et la Deuxième Guerre mondiale, entre les grandes nations et les conséquences futures sur l’échiquier politique mondial restent encore à déterminer…

Une constitution verte

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 12 décembre 2022

Les différents sommets sur la biodiversité ou sur le réchauffement climatique nous donnent toujours l’impression que nos gouvernants s’occupent des questions environnementales.

Mais, entre les belles paroles et les agissements concrets, il y a un monde. Plus souvent qu’autrement, les promesses restent sur le papier et le business poursuit son petit bonhomme de chemin en négligeant comme toujours l’environnement avec l’assentiment des gouvernements. Nous le voyons bien avec le Canada qui se drape d’un linceul vert tout en étant dans le peloton de tête des pays permettant une déforestation abusive et exploitant des énergies fossiles parmi les plus polluantes.

Force est de constater que des mesures plus coercitives seront nécessaires afin d’initier les changements tant attendus si l’on veut escamoter l’alternance politique entre les partis de gauche et de droite qui nous enlise dans l’immobilisme (les premiers essayant souvent d’établir des législations pro-environnementales et les seconds tentant de les diluer lorsqu’ils sont à nouveau au pouvoir) pour que progresse concrètement la résolution de la crise climatique.

Une avenue à explorer consisterait à enchâsser dans la Constitution canadienne, en espérant que d’autres pays emboîtent le pas, l’obligation de protéger l’environnement comme le sont déjà les libertés et droits fondamentaux des citoyens. Une telle initiative a déjà été tentée récemment au Chili dans la dernière proposition constitutionnelle avant-gardiste offerte aux citoyens, mais elle a malheureusement essuyée un refus par voie référendaire en raison de la complexité de la situation politique de ce pays. Cependant, l’idée mérite d’être retenue. 

La nécessité de protéger l’environnement va de paire avec la préservation de notre qualité de vie et de ce que nous considérons comme des droits acquis, comme la liberté et la sécurité (physique ou alimentaire), entre autres. Lorsque le jeu politique ou les lois du marché ne suffisent pas à régler une situation, il est impératif d’utiliser la loi fondamentale d’une nation, c’est-à-dire la Constitution, pour enfin faire avancer le dossier et changer les mentalités.

Photo de Akil Mazumder: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/personne-tenant-une-plante-verte-1072824/

L’autre révolution culturelle

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 2 décembre 2022

Le peuple chinois. Depuis des temps immémoriaux il est soumis aux exactions des absolutistes ayant gouverné l’Empire du Milieu. Sauf que récemment, la colère gronde et des manifestations inédites depuis les évènements de Tiananmen (eux aussi au nom de la liberté et de la démocratie) parsèment les régions touchées par les nouvelles restrictions sanitaires contre la COVID19 du gouvernement central.

Et il ne faut pas s’en étonner. Depuis 40 ans, les Chinois ont goûté au mode de vie occidental, du moins à son volet consumériste, et son pendant politique ne saurait attendre. En effet, ce qu’on appelle le libéralisme économique (ou le capitalisme) peut difficilement s’exclure indéfiniment du libéralisme politique. Il en est même un corollaire. La liberté économique, celle d’entreprendre, de fonder son entreprise dans un marché concurrentiel non assujetti aux diktats d’un État omniprésent ou d’une élite cherchant à préserver son pouvoir, est intimement liée aux libertés civiles et politiques comme la liberté d’expression, de déplacement ou le droit de vote. Un environnement économique favorable demande un climat politique et social favorables. Par ailleurs, les pays les plus développés au plan économique sont pratiquement tous des démocraties libérales de longue date. 

Nous devons nous attendre possiblement à une prise de conscience de la nouvelle classe moyenne chinoise récemment éduquée qui, jusqu’à ce jour, a profité de la croissance inégalée de l’économie chinoise depuis des décennies en échange de ses libertés politiques, mais elle risque bien d’être moins docile advenant un fort ralentissement économique mondial (qui semble se profiler) qui plomberait son niveau de vie qu’elle a acquis avec peines et labeurs. 

Pendant les dix années avant sa mort, Mao Zedong initia sa Révolution culturelle qui s’avérera être un échec. Peut-être la Chine connaîtra-t-elle, sous peu, une nouvelle révolution culturelle, mais accomplie cette fois… 

Photo de Sabel Blanco: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/touristes-au-temple-interdit-1486577/

Le monde est fou

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 23 novembre 2022

«Le monde est fou, c’est ce qu’on s’est dit mon chum puis moi.» Ces célèbres paroles de Beau Dommage me reviennent à l’esprit à chaque conclusion d’un sommet sur le réchauffement climatique. Depuis la première COP en 1995 à Berlin, ces sommets nous ont habitués aux mêmes discours lénifiants et aux belles promesses creuses tandis que l’aiguille de l’horloge climatique s’approche de minuit.

La rivalité entre les puissances économiques, les divergences entre les économies développées, émergentes et pauvres ainsi que les intérêts des grands acteurs du secteur des énergies fossiles ont toujours constitué des freins à une solution optimale de la crise climatique. Et la COP27 n’en fait pas exception… Comble de l’ironie, l’industrie pétrolière s’y invite désormais dans une tentative lamentable de «greenwashing» et les pays riches n’offrent au final qu’une vague promesse de compensation financière encore reconduite afin d’aider les pays touchés par les catastrophes à s’adapter aux impacts du réchauffement climatique au lieu d’investir immédiatement dans la décarbonisation de la planète. Qui plus est, pendant le déroulement de ce sommet, le gouvernement du Canada et celui de Terre-Neuve-et-Labrador envisagent de leur côté de délivrer des permis d’exploration pétrolière en milieu marin.

Pourtant, il est plus que temps de tenter une approche différente et plus radicale face à l’échec des initiatives précédentes. Plusieurs penseurs le suggèrent, comme la journaliste et essayiste Naomi Klein. Selon sa vision, il serait nécessaire de placer en position prioritaire la lutte aux changements climatiques dans les politiques gouvernementales, car depuis longtemps les impératifs du commerce international ont préséance sur tout le reste. En effet, les accords commerciaux internationaux nuisent aux initiatives nationales dans la transition énergétique en raison des ententes garantissant une juste compétitivité. De plus, en parallèle, madame Klein suggère d’opérer une transformation sociétale écologique qui permettrait aux exclus du système d’intégrer le monde du travail tout en participant à de vastes projets d’économie durable et sociale.

«La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent», nous rappelait Einstein. Cette phrase célèbre devrait être en en-tête de tous les documents des rencontres de la COP, surtout après plus d’un quart de siècle de tentatives infructueuses de s’entendre sur ce problème et de l’aggravation de la situation. Serons-nous capables de soigner notre folie collective avant qu’il ne soit (vraiment) trop tard?

Musk et la liberté d’expression 

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 5 novembre 2022

Elon Musk, le grand défenseur autoproclamé de la liberté d’expression, nous le savons tous, vient d’acheter Twitter pour cette noble cause, affirme-t-il.

Par Duncan.Hull — Debbie Rowe, Photographer

Mais est-ce que le fait de congédier plus de 3 500 employés de cette entreprise, qui pourraient le contredire une fois de temps en temps, ne mine pas la liberté d’expression?  Le nouveau roi de Twitter mènera désormais seul la barque de ce navire et peu des employés restants oseront le contester sur la moindre de ses décisions. 

Et dans une vision plus globale, est-ce qu’il est sain qu’un seul homme ait un contrôle total sur un média s’étendant à la grandeur de la planète?  On pourrait facilement faire un parallèle avec la concentration de la propriété  des médias d’information plus traditionnels. 

Enfin, sa volonté de charger des frais sur son réseau social ne va pas aussi à l’encontre de la liberté d’expression ouverte à tout le monde?  L’homme le plus riche du monde n’est pas à une contradiction près…

La femme, l’Iran et les États-Unis

Cet article a été publié le 17 octobre 2022 dans Le Devoir et le 18 octobre 2022 dans Le Soleil de Québec

L’Iran et les États-Unis. Deux pays que l’on penserait diamétralement opposés, mais qui ont plus de ressemblances qu’on ne le croit ces derniers temps. Autant les Américaines que les Iraniennes sont contraintes de mener un combat pour le respect de leurs droits fondamentaux.

Au pays de l’Oncle Sam, où le principe de liberté est pourtant galvaudé et érigé en valeur fondamentale, on assiste depuis l’avènement de la présidence de Donald Trump à un recul du droit à l’avortement et on envisage que d’autres droits considérés comme acquis seront bafoués avec une Cour suprême positionnée résolument à droite par les nominations de juges de l’ex-président républicain.

Et, en Iran, la République islamique, qui a écrasé toute velléité d’émancipation de la femme avec sa révolution de 1979, semble vaciller sous de nombreuses manifestations contre le régime, durement réprimées par les autorités, qui ont pour origine la mort d’une jeune femme survenue à la suite de son arrestation par la police iranienne pour une infraction mineure au code vestimentaire islamique.

Les femmes de ces deux nations se retrouvent à présent à un moment historique crucial. Les Américaines doivent voter en masse lors des prochaines élections de mi-mandat afin de renverser la vapeur sur l’étiolement de leur liberté et du choix de décider de ce qu’elles font de leur corps. De leurcôté, les Iraniennes vont poursuivre la lutte courageusement pour sortir du carcan patriarcal des ayatollahs, qui dure depuis plus de quarante ans.

Les Américaines devraient s’inspirer de la lutte des Iraniennes afin d’éviter qu’une régression plus marquée de leurs droits ne se produise aux États-Unis. C’est dans quelques semaines, lors de ces élections de mi-mandat, que se décidera le chemin qu’empruntera le peuple américain. Un faible taux de participation des femmes ferait oeuvre de leur approbation à l’accès restreint à l’avortement et concrétiserait la mainmise pour des décennies de la religion et du Parti républicain sur les institutions politiques américaines. Et alors un retour en arrière s’avérerait très difficile, sauf peut-être au prix de manifestations sanglantes comme celles que l’on connaît actuellement en Iran…

Et si le capitalisme était une religion?  

Une idéologie et une croyance religieuse ont beaucoup de choses en commun.  Toutes les deux cherchent à définir la réalité en imposant des règles qui supportent leurs visions du monde. Une question me vint alors à l’esprit : et si le capitalisme était une religion? Voyons-y de plus près.

Le capitalisme, comme tout culte, a eu un prophète qui est à l’origine de la rédaction du livre sacré qui deviendra la bible du mouvement de croyance ( Adam Smith et La richesse des nations). De plus, le capitalisme a créé aussi un véritable clergé de la théorie du marché qui n’hésite pas à user d’un prosélytisme dans toutes les sphères de la société (groupes de réflexion, groupes de pression, etc.). 

Et comme les religions monothéistes, il n’a qu’un seul Dieu. L’argent.

De façon semblable au christianisme, le capitalisme a étendu son emprise sur d’autres contrées et continents afin de propager la bonne parole et d’accaparer ainsi autant les esprits des indigènes que leurs richesses naturelles, allant même parfois à faire la guerre.

Le capitalisme cherche également à remplacer les anciennes religions et même à les intégrer en partie dans son système de croyances comme le fit la religion chrétienne.  Pensons seulement à la thèse présentée par Max Weber dans L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme. 

Dans le dogme capitaliste, comme dans la plupart des confessions, il y a des déclinaisons entre les pratiquants orthodoxes et hétérodoxes, autrement dit ceux qui croient sur parole et ceux qui se posent des questions. Nous pouvons relater ici le courant libéral classique et l’école keynésienne en économie qui proposent des façons de faire différentes dans l’application du capitalisme. 

Enfin, la doctrine capitaliste a connu aussi sa guerre sainte, plus précisément dans son cas contre l’Empire du mal (dixit Ronald Reagan) que constituait l’URSS et tout l’ancien bloc communiste. Une guerre sainte dont le capitalisme est sorti vainqueur et qui prouva indubitablement la justesse de sa cause et l’appui inébranlable du Divin en son credo.