L’autre révolution culturelle

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 2 décembre 2022

Le peuple chinois. Depuis des temps immémoriaux il est soumis aux exactions des absolutistes ayant gouverné l’Empire du Milieu. Sauf que récemment, la colère gronde et des manifestations inédites depuis les évènements de Tiananmen (eux aussi au nom de la liberté et de la démocratie) parsèment les régions touchées par les nouvelles restrictions sanitaires contre la COVID19 du gouvernement central.

Et il ne faut pas s’en étonner. Depuis 40 ans, les Chinois ont goûté au mode de vie occidental, du moins à son volet consumériste, et son pendant politique ne saurait attendre. En effet, ce qu’on appelle le libéralisme économique (ou le capitalisme) peut difficilement s’exclure indéfiniment du libéralisme politique. Il en est même un corollaire. La liberté économique, celle d’entreprendre, de fonder son entreprise dans un marché concurrentiel non assujetti aux diktats d’un État omniprésent ou d’une élite cherchant à préserver son pouvoir, est intimement liée aux libertés civiles et politiques comme la liberté d’expression, de déplacement ou le droit de vote. Un environnement économique favorable demande un climat politique et social favorables. Par ailleurs, les pays les plus développés au plan économique sont pratiquement tous des démocraties libérales de longue date. 

Nous devons nous attendre possiblement à une prise de conscience de la nouvelle classe moyenne chinoise récemment éduquée qui, jusqu’à ce jour, a profité de la croissance inégalée de l’économie chinoise depuis des décennies en échange de ses libertés politiques, mais elle risque bien d’être moins docile advenant un fort ralentissement économique mondial (qui semble se profiler) qui plomberait son niveau de vie qu’elle a acquis avec peines et labeurs. 

Pendant les dix années avant sa mort, Mao Zedong initia sa Révolution culturelle qui s’avérera être un échec. Peut-être la Chine connaîtra-t-elle, sous peu, une nouvelle révolution culturelle, mais accomplie cette fois… 

Photo de Sabel Blanco: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/touristes-au-temple-interdit-1486577/

Publicité

Musk et la liberté d’expression 

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 5 novembre 2022

Elon Musk, le grand défenseur autoproclamé de la liberté d’expression, nous le savons tous, vient d’acheter Twitter pour cette noble cause, affirme-t-il.

Par Duncan.Hull — Debbie Rowe, Photographer

Mais est-ce que le fait de congédier plus de 3 500 employés de cette entreprise, qui pourraient le contredire une fois de temps en temps, ne mine pas la liberté d’expression?  Le nouveau roi de Twitter mènera désormais seul la barque de ce navire et peu des employés restants oseront le contester sur la moindre de ses décisions. 

Et dans une vision plus globale, est-ce qu’il est sain qu’un seul homme ait un contrôle total sur un média s’étendant à la grandeur de la planète?  On pourrait facilement faire un parallèle avec la concentration de la propriété  des médias d’information plus traditionnels. 

Enfin, sa volonté de charger des frais sur son réseau social ne va pas aussi à l’encontre de la liberté d’expression ouverte à tout le monde?  L’homme le plus riche du monde n’est pas à une contradiction près…

Pas de liberté sans égalité

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 29 octobre 2022

Ces jours-ci, nous entendons souvent dire, surtout dans les cercles politiques plus conservateurs, que la liberté est la pierre angulaire de la démocratie en conformité avec la tradition politique romaine et américaine tout en oubliant l’aspect le plus fondamental de la démocratie, c’est-à-dire l’égalité.

Sans l’égalité, pas seulement sur le papier, mais aussi et surtout sur le terrain, la liberté ne sert que les intérêts des riches et des puissants. Le démuni peut bien être libre, mais il n’a pas les moyens d’exercer pleinement sa liberté.

En vérité, l’égalité entre tous constitue le socle sur lequel s’appuie la liberté de tous…

La femme, l’Iran et les États-Unis

Cet article a été publié le 17 octobre 2022 dans Le Devoir et le 18 octobre 2022 dans Le Soleil de Québec

L’Iran et les États-Unis. Deux pays que l’on penserait diamétralement opposés, mais qui ont plus de ressemblances qu’on ne le croit ces derniers temps. Autant les Américaines que les Iraniennes sont contraintes de mener un combat pour le respect de leurs droits fondamentaux.

Au pays de l’Oncle Sam, où le principe de liberté est pourtant galvaudé et érigé en valeur fondamentale, on assiste depuis l’avènement de la présidence de Donald Trump à un recul du droit à l’avortement et on envisage que d’autres droits considérés comme acquis seront bafoués avec une Cour suprême positionnée résolument à droite par les nominations de juges de l’ex-président républicain.

Et, en Iran, la République islamique, qui a écrasé toute velléité d’émancipation de la femme avec sa révolution de 1979, semble vaciller sous de nombreuses manifestations contre le régime, durement réprimées par les autorités, qui ont pour origine la mort d’une jeune femme survenue à la suite de son arrestation par la police iranienne pour une infraction mineure au code vestimentaire islamique.

Les femmes de ces deux nations se retrouvent à présent à un moment historique crucial. Les Américaines doivent voter en masse lors des prochaines élections de mi-mandat afin de renverser la vapeur sur l’étiolement de leur liberté et du choix de décider de ce qu’elles font de leur corps. De leurcôté, les Iraniennes vont poursuivre la lutte courageusement pour sortir du carcan patriarcal des ayatollahs, qui dure depuis plus de quarante ans.

Les Américaines devraient s’inspirer de la lutte des Iraniennes afin d’éviter qu’une régression plus marquée de leurs droits ne se produise aux États-Unis. C’est dans quelques semaines, lors de ces élections de mi-mandat, que se décidera le chemin qu’empruntera le peuple américain. Un faible taux de participation des femmes ferait oeuvre de leur approbation à l’accès restreint à l’avortement et concrétiserait la mainmise pour des décennies de la religion et du Parti républicain sur les institutions politiques américaines. Et alors un retour en arrière s’avérerait très difficile, sauf peut-être au prix de manifestations sanglantes comme celles que l’on connaît actuellement en Iran…

Conservez-nous des conservateurs

La montée dans les intentions de vote du Parti conservateur du Québec avec à sa tête Éric Duhaime nous donne un avant-goût d’une possible américanisation de la politique québécoise.

La politique de la division, ou le wedge politics, surtout employée par les conservateurs américains, semble être au cœur de la stratégie électorale de Duhaime. En polarisant à l’extrême une certaine frange de l’électorat sous l’impulsion de la pandémie et des mesures sanitaires, il espère cristalliser des votes à son avantage avec des déclarations-chocs, comme celle, entre autres, « de faire entrer la grogne au parlement  » — des mots inappropriés et irresponsables après les tristes événements du 6 janvier 2021 à Washington.

Grand admirateur du « miracle chilien » du dictateur Pinochet, il prévoit aussi transformer radicalement la société québécoise à l’image des États américains les plus à droite : casser les syndicats, déréglementation à tout-va, privatisation de tout ce qui peut être privatisé (Sociétés d’État, santé, etc.) et démantèlement de l’État-providence pour le livrer aux grands intérêts privés — ce qui est pourtant une politique économique de type néolibéral dont certains économistes du FMI remettent en question l’efficacité depuis quelques années.

Pour monsieur Duhaime, l’environnement et le réchauffement climatique ne sont pas des enjeux et il veut aller de l’avant avec l’exploitation optimale des réserves de carburants fossiles sur le territoire québécois. Pour les conservateurs, comprenons-le bien, toute législation, qu’elle soit sociale, économique ou environnementale est une entrave à la liberté individuelle et surtout à celle du monde des affaires. Mais quelle sorte de liberté hériteront nos enfants si nous continuons à exploiter encore plus les carburants fossiles ?

Libres chez nous, clame-t-il. Mais serions-nous plus libres sans aucun levier étatique ou collectif pour protéger la minorité continentale que nous sommes, pas seulement au plan linguistique, mais aussi au plan socio-économique lorsque la qualité de vie des Québécois est pourtant actuellement l’une des meilleures au monde ?

Si l’on appliquait ce que le Parti conservateur du Québec professe, les Québécois seraient à la merci des aléas du marché et des multinationales, tout comme nous l’étions à l’époque de Maurice Duplessis. À quoi sert-il alors de se « libérer  » de l’État (que monsieur Duhaime pourfend depuis toujours), si c’est pour se trouver un nouveau maître dans l’implacable grand capital?

Une liberté contre nature

Ce texte a été publié dans Le Devoir en version abrégée, le 27 juillet 2022

La cohérence est primordiale lorsqu’on manifeste pour une cause. La fin de semaine dernière, en Ontario, un convoi provenant de l’Ouest, associé de toute évidence à la manifestation de camionneurs d’il y a plusieurs mois à Ottawa, est venu soutenir les agriculteurs néerlandais dans leur lutte contre des lois environnementales plus strictes de leur gouvernement, au nom, encore, de la liberté. Les manifestants craignent qu’on instaure de semblables lois au Canada.

Alors, où est l’incohérence ? Ces protestataires défendent prétendument l’industrie agricole, qui est pourtant tributaire d’un environnement sain et d’une nature en bon état. L’agriculture est un secteur économique vital, bien sûr, mais comme toutes les industries, elle n’est pas à l’abri d’un changement de réglementation dans le temps qui servirait à l’adapter aux nouvelles réalités.

La biosphère est en péril. La vie animale est en déclin. Des périodes de canicules et de sécheresses seront de plus en plus fréquentes et auront un impact significatif sur la production agricole. Il faudrait alors aller vers moins de protection de l’environnement lorsqu’au contraire, la planète demande qu’on la protège et la respecte plus?

S’agit-il d’un prélude à des manifestations du genre contre toute loi visant à combattre le réchauffement climatique, qui devient partout un problème criant, sauf pour ces gens ?

Liberté, je scande ton nom, en m’opposant à la nature qui m’octroie pourtant cette liberté…

Suprême inconséquence

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 8 juillet 2022 et de manière écourtée dans Le Devoir, le 6 juillet 2022

Photo by Jesse Collins on Unsplash

Il est rare dans l’histoire politique américaine qu’un président d’un unique mandat et, qui plus est, des plus controversés de tous les temps ne laisse autant son empreinte que Donald Trump. Les répercussions des deux récents jugements d’une Cour suprême dont il a contribué au remodelage avec les nominations de trois juges ultraconservateurs en son sein se feront sentir pendant longtemps.  

Ainsi, avec des décisions en porte-à-faux avec l’opinion publique, la Cour suprême des États-Unis a signé l’annulation de l’arrêt pro-avortement Roe v. Wade que pourtant 70% des Américains appuient selon un sondage de mai 2022. Et dans un autre jugement impliquant l’industrie du charbon, la Cour limite grandement le pouvoir de l’Agence pour la protection de l’environnement (EPA) de réglementer les émissions de gaz à effet de serre même si encore une vaste majorité des Américains (72%) considèrent les changements climatiques comme un réel problème selon un sondage de l’Université Yale en 2021.

Il est alors facile de constater que l’influence d’un certain monde des affaires avide de profits et de groupes de pression religieux vient d’atteindre un nouveau sommet dans les institutions politiques américaines. Le pouvoir judiciaire, la Cour suprême, qui se doit pourtant de refléter la société dont elle est issue en interprétant les lois selon les préoccupations et les enjeux contemporains, n’est plus un instrument de progrès et de stabilité comme elle le fut jadis. Force est de constater qu’elle devient progressivement un simple organe idéologique et dogmatique de certaines minorités influentes dont les intérêts vont à l’encontre de la volonté de la majorité en violation du principe de séparation des pouvoirs si cher aux Pères fondateurs.  Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que son prestige et sa crédibilité décroîssent de plus en plus selon ce qu’indiquent d’autres récents coups de sonde. 

Finalement, il est intéressant de pointer du doigt le caractère contradictoire et l’inconséquence de ces deux jugements de la Cour suprême américaine concernant l’avortement et les gaz à effet de serre. De l’un, on cherche à protéger la vie à tout prix, mais de l’autre, on prend des mesures anti-environnementales qui polluent l’atmosphère des générations futures et qui fragilisent plus que jamais la pérennité de la vie humaine sur Terre en contribuant à la crise climatique…  

Véganisme, écologie et société  

Cet article a été publié en version abrégée dans Le Soleil de Québec, le 29 juin 2022

La récente flambée des prix en alimentation due aux récentes périodes caniculaires anormales donne du poids au dernier rapport  du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui suggérait, en avril de cette année, une réduction drastique de la consommation alimentaire carnée afin de privilégier une alimentation essentiellement d’origine végétale dans le but de lutter contre les changements climatiques qui s’apprêtent à franchir le point de non-retour. 

Le GIEC nous rappelait alors les coûts environnementaux énormes de la production de viande à grande échelle, comme les émissions des gaz à effet de serre (GES) tels le CO2 et surtout le méthane (un très grand gaz à effet de serre). Selon les rapports du GIEC, l’agriculture et l’élevage à des fins commerciales représentent la deuxième source d’émission de GES de causalité humaine dans le monde, derrière le secteur énergétique et devant le secteur industriel.  Il est à noter que les grands pays producteurs de viande, mécontents des conclusions du rapport, firent pression sur le groupe pour qu’on n’élimine pas entièrement de l’équation la consommation de viande. 

À cela s’ajoute la déforestation croissante afin d’accroître les pâturages destinés au bétail (comme en Amazonie), la surutilisation d’eau potable (surtout dans le secteur bovin), la pollution des cours d’eau et l’appauvrissement des sols qui, regroupés tous ensembles, affaiblissent encore davantage la capacité agricole de la planète à moyen et long terme.

Le véganisme (c’est-à-dire un régime alimentaire composé exclusivement de sources végétales à la différence du végétarisme qui permet l’élevage du bétail de façon complémentaire), dont la popularité se fait croissante et que même le GIEC semble promouvoir dans son troisième et dernier rapport, constitue une piste de solution intéressante à la réduction des GES et comporte des avantages indéniables autant pour l’environnement que pour la santé des individus.

Tout d’abord, une production alimentaire à base végétale nécessite moins d’utilisation de ressources (dont l’eau), moins d’équipements spécialisés et met moins de pression sur l’écosystème et sur le climat.  Elle est aussi moins affectée par les perturbations du climat que sa contrepartie animale et elle facilite une capture accrue de GES dans l’atmosphère.  

Par ailleurs, l’individu bénéficierait tout autant d’une telle transformation des habitudes alimentaires avec une nourriture plus saine.  Notons que la production industrielle de viande ne garantit pas la qualité de la nourriture avec l’ajout d’hormones ou d’agents de conservation dont on ne connaît pas toujours les effets sur la santé humaine.

Mais au-delà de ces considérations environnementales, quelles seraient les implications sociales, économiques ou philosophiques d’une alimentation uniquement à base végétale?

L’accès à la nourriture et son abondance sont des facteurs de stabilité sociale.  Rappelons-nous que des troubles sociaux et même des révolutions ont déjà débuté avec des disettes ( c’est-à-dire un manque général de vivres).  La crise alimentaire suscitée par le changement climatique mettra encore plus de pression sur le pouvoir politique pour répondre aux besoins alimentaires de base des citoyens afin de calmer l’insatisfaction populaire.

Et dans ce contexte de rareté alimentaire dans un monde déjà confronté à des écarts grandissants de richesses et de revenus, la première des inégalités sociales se révèlera être l’inégalité devant l’alimentation.  Le pauvre a peu de moyens de se nourrir adéquatement, ce qui impacte négativement sa santé ainsi que sa qualité de vie.   Dès lors, la question alimentaire deviendra de plus en plus une source d’inégalité majeure avec les changements climatiques et ses différentes conséquences négatives sur la production alimentaire de viande (qui se retrouve encore au centre de notre alimentation), car celle-ci est plus sensible aux sécheresses que la production alimentaire végétale qui demeure plus stable et résiliente, même dans un milieu naturel moins favorable.  En somme, une diète de type végan permettrait de démocratiser la saine alimentation à un coût abordable et d’empêcher les augmentations marquées des prix suscitées par le déclin de l’offre alimentaire mondiale ébranlée à la suite des répercussions du réchauffement climatique.

Il est d’ailleurs fort probable qu’à terme, la production de viande s’avérera tellement onéreuse et risquée en raison des soubresauts du climat que les investisseurs privés et les agriculteurs se tourneront naturellement vers la production alimentaire végétale.

Ce changement dans l’alimentation amènera aussi à une redéfinition au plan philosophique de la relation entre l’être humain et la nature.  Depuis le début de l’ère industrielle, l’humanité n’a cessé de s’approprier les ressources naturelles et la vie animale sans aucun respect du vivant ou du fragile équilibre de la biosphère.  En se retrouvant prochainement acculé au pied du mur en raison d’une exploitation abusive des richesses naturelles et de la pollution, le genre humain devra redécouvrir son lien intime avec toutes choses sur cette planète et réaliser qu’il fait partie d’un tout dont les animaux font aussi partie intégrante en tant qu’êtres vivants.    Le respect qu’il prodiguera aux autres espèces que la sienne, autant animale que végétale, lui assurera une survie qui lui échappe aujourd’hui en raison de son mode de vie destructeur de l’environnement.  

Un style de vie végan ne sauvera pas la planète à lui seul, mais il peut constituer néanmoins une partie de la solution à ce vaste problème qu’est le réchauffement climatique.  

La dérive identitaire

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 10 juin 2022

Le recrutement de Bernard Drainville par la CAQ a eu l’effet d’un tremblement de terre selon certains. On évoque dès lors la confirmation de la disparition prochaine du Parti québécois du paysage politique et la consécration du virage identitaire de la CAQ recrutant en grande pompe le fondateur du défunt projet de loi sur la  « Charte des valeurs québécoises » du dernier gouvernement péquiste, une loi qui aurait été encore plus restrictive que l’actuelle loi 21 (sur la laïcité de l’État) si elle avait été adoptée à l’époque.

On peut se demander comment le nationalisme du temps de René Lévesque a-t-il pu évoluer ainsi? Voici que d’un nationalisme plutôt inclusif et émancipateur, le peuple québécois glisse lentement vers son opposé, un nationalisme fermé et réactionnaire.

La CAQ semble devenir progressivement le refuge de tous les nationalistes déçus cherchant un exutoire. À défaut de réussir la souveraineté politique, on se réfugie maintenant dans la lutte pour les « valeurs culturelles », pour la protection du français et pour un contrôle accru en immigration comme planche de salut d’un peuple qui hésita, deux fois plutôt qu’une, à faire le grand saut vers l’indépendance.

Bien que cela soit compréhensible dans le contexte d’un recul du français au Québec, cette nouvelle approche nationaliste n’est toutefois pas sans péril.  Si l’histoire nous apprend quelque chose, c’est que les possibilités de dérive vers un nationalisme revanchard, xénophobe et chauvin aux graves conséquences sont bien réelles et ne relèvent pas de l’utopie — surtout dans un proche avenir dans lequel l’immigration sera de plus en plus présente afin de contrecarrer le vieillissement de la population et de combler le manque de personnel autant dans les services publics que l’entreprise privée.  

Espérons que les Québécois seront assez sages pour choisir ultimement une autre façon que ce type de nationalisme afin d’exprimer leur sentiment national ainsi que leur inquiétude face à leur survie.

Stagflation et baby-boom

From Pixabay

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 3 juin 2022

Les épisodes de grande inflation ont toujours été des sujets de préoccupation majeure dans l’histoire des économies occidentales. Il y a près de cinquante ans, les deux crises pétrolières des années 70 ont contribué à la fin de la croissance soutenue d’après-guerre des «Trente Glorieuses».

On assiste à l’époque à une période de stagflation, c’est-à-dire une période de stagnation économique et de forte inflation, qui ébranla les conceptions keynésiennes de l’économie qui s’étaient établies depuis la Grande Dépression.

Aujourd’hui encore, le spectre d’un tel scénario plane au-dessus de nos têtes, bien que la situation soit différente, car elle ne correspond plus uniquement à une simple hausse du coût des carburants fossiles comme jadis. Désormais, l’inflation est davantage le fruit d’une perturbation dans la chaîne de production de nos biens de consommation en réaction aux confinements imposés par la crise sanitaire et aussi, surtout, par une crise de la main-d’œuvre (poussant les salaires à la hausse ainsi que les prix), que nous savions proche en raison du vieillissement prévu de la population, mais que les conséquences de la pandémie nous ont brusquement révélée et qui sera difficile à renverser. 

De plus, toute déstabilisation géopolitique de l’échiquier mondial, telle que la récente invasion de l’Ukraine par la Russie, exacerbe à sa façon la montée générale des prix.

Il faudra alors possiblement s’habituer à une inflation supérieure à la fourchette traditionnelle que l’on situe entre 2 % et 3 % et à une croissance économique famélique — ce qui imposera probablement des changements socio-économiques majeurs dans les sociétés occidentales.

Le baby-boom, qui a pourtant permis des décennies de croissance économique jamais vue dans l’histoire de l’Occident, sera probablement aussi la cause, dans son contrecoup, du déclin de son économie qui a besoin d’une main-d’œuvre abondante et de jeunes consommateurs pour prospérer.

Dans ce contexte, les répercussions sur les nations occidentales et leurs finances publiques seront indéniables avec un cortège de hausses des prix à la consommation, de diminutions des revenus des gouvernements en conséquence de la contraction du nombre de travailleurs actifs et d’explosions des coûts de soins de santé pour soigner une population vieillissante.