Étiquettes

, , , , , , , , , ,

L’aspirant à la chefferie de l’Action Démocratique du Québec, Éric Caire, soutient que le Québec doit aller encore plus à droite en cette période de crise économique mondiale.

S’inspirant avec fierté du documentaire « L’Illusion Tranquille », un manifeste néolibéral appelant au démantèlement de l’État et à la privatisation généralisée des services publics,  il s’adjoint le co-auteur de ce film (Denis Julien) en tant que conseiller principal de sa campagne au leadership.

C’est à croire qu’Éric Caire et ses disciples n’ont pas vécu sur la même planète depuis les débuts de la méga-débâcle financière planétaire.  Ils ne réalisent pas que c’est justement la domination de la droite depuis les années de la présidence de Reagan qui a mené à la crise actuelle avec son héritage de déréglementation bancaire et économique ainsi que de destruction du filet social.

En fait, le dogmatisme de droite est plus que jamais présent dans les rangs de l’ADQ malgré le virage interventionniste de la presque totalité des gouvernements des pays occidentaux.

Pourtant, les exemples de faillite de l’idéologie néolibérale ne cessent de pleuvoir : l’échec de l’application des thèses du libéralisme économique en Amérique latine est évident avec la montée récente de plusieurs gouvernements socialistes locaux et que dire de la quasi-banqueroute de l’Islande qui a payé chère son adhésion au néolibéralisme.

L’option déconnectée que propose Éric Caire aux militants de l’ADQ ne peut aboutir qu’à deux alternatives futures: une fusion possible avec le nouveau Parti Conservateur du Québec suite à une élection générale désastreuse pour l’ADQ ou la disparition pure et simple de cette formation.