Entre deux extrêmes


Le monde politique, on le sait, est divisé en deux pôles antagonistes : gauche versus droite. Ces deux courants politiques aux idées opposées ont marqué les événements des derniers siècles par leurs conflits fratricides dans différentes altercations souvent violentes.

Le concept gauche/droite se veut relatif et se transforme au gré de l’Histoire. La gauche d’hier peut devenir la droite d’aujourd’hui (voir À propos de la gauche et de la droite).

Mais, dans notre contexte contemporain, est-il possible de trouver un « juste centre » entre ces deux idéologies? La gauche se veut la représentante des causes sociales et de l’équité tandis que la droite prône la conservation du système social existant et des privilèges des plus nantis. Parfois même, elle met en avant un retour aux valeurs plus traditionnelles d’antan et la xénophobie.

Avec la multiplication des problèmes sociaux qui guettent le monde, le centre sera de plus en plus difficile à maintenir en politique. Les inégalités économiques et les conflits ethnoculturels qui teinteront l’Occident ainsi que toute la planète avec la hausse de la pauvreté (voir ce lien) et l’afflux majeur d’immigration provenant des pays du Sud pousseront les sociétés occidentales vers l’un ou l’autre de ces deux extrêmes. Et l’Histoire l’a déjà démontré : en France et en Allemagne durant la grande dépression des années 30, la lutte entre la gauche et la droite fut exacerbée par la profonde crise économique (voir ce lien).

De plus, le phénomène a déjà été initié. Les succès électoraux du Front national en France depuis 20 ans, la montée de l’ultra-conservatisme aux États-Unis et la prise du pouvoir par le socialiste Hugo Chavez au Venezuela traduisent un malaise politique qui ébranle le fondement même de l’ordre du monde. On doit s’attendre à une polarisation accrue des acteurs politiques et sociaux dans l’avenir et à l’apparition de frictions irréconciliables entre la gauche et la droite.

10 réflexions au sujet de « Entre deux extrêmes »

  1. Bonjour Jimmy, je t’invite à participer au Blog action day le 15 octobre prochain. Le thème est l’environnement et des blogues de la planète vont le faire également. Le lien est sur ma page ou recherche sur google

  2. Coucou Jim,
    J’adore la petite image que tu as mis en haut ^^ je suis toujours un visuel d’abord, faut avouer. Mais je me suis toujours demandé ce que c’était le centre. Un équilibre gauche-droite, ou une ouverture au dialogue de tous?

  3. @Folliculaire

    Ok je regarde ça. Merci!

    @Manx

    Oui, le graphique est pas mal. Ça synthétise bien les tendances politiques au Québec (regarde bien, le PVQ est à gauche).

    Pour répondre à ta question, le centre « pur » n’existe pas. Un parti qui se dit de centre à toujours une tendance gauche ou droite. Il y a aussi un mouvement fondamental qui fait que n’importe quel parti de gauche ou de droite tendera vers le centre afin de gagner des électeurs et prendre éventuellement le pouvoir.

    Et oui, peut-être que le centre ouvre la porte à la concertation et à l’ouverture. Le PQ dans les dernières années de pouvoir rencontrait autant les syndicats que les grandes entreprises. Il tentait de joindre les deux cotés afin de mieux décider. C’est un peu aussi ce que Clinton a fait aux États-Unis.

  4. Mais je dois t’avouer que la gauche PQ est considérée comme centre-droit. La social-démocratie envenime la gauche réelle et propose une alliance avec la bourgeoisie, ce qui est loin d’être favorable dans la gauche. Sincèrement, je ne crois pas à la semie-gauche. Désolé…

  5. @Sylvain

    Je comprends ton raisonnement. Selon la théorie marxiste, les sociaux-démocrates ne sont là que pour maintenir la stabilité à court terme du système capitaliste et ne servent qu’a perpétué l’ordre existant à l’avantage de la bourgeoisie.

    Mais, à mon avis, avant la chute finale du capitalisme, il vaut mieux un peu de socialisme que pas de socialisme du tout. Cela aide une certaine partie de la population à survivre et de toute façon, comme l’évoquait Marx, les sociaux-démocrates ne parviendront pas à éviter la crise finale du capitalisme.

    Finalement, la concentration des entreprises, les crises de surproduction liées à la mécanisation, la paupérisation croissante et la baisse tendancielle du taux de profit auront le dernier mot de ce système.

    En attendant, il ne faut pas dédaigner l’aide économique qu’apporte le centre-gauche, même s’il est biaisé et même si ses convictions ne sont pas tout à fait honorables dans la logique historique de la lutte du prolétariat.

    C’est mon point de vue, et je sais que le centre-gauche flatte les grandes entreprises afin de recevoir leurs faveurs. C’est un peu de la prostitution. Mais, malgré tout, la population a reçu certains acquis sociaux non négligeables : syndicalisation, assurance chômage, aide sociale, assurance santé… Sûrement des mesures pour nous endormir et éviter une révolte contre l’élite économique, je te l’accorde.

  6. « Mais, malgré tout, la population a reçu certains acquis sociaux non négligeables : syndicalisation, assurance chômage, aide sociale, assurance santé… Sûrement des mesures pour nous endormir et éviter une révolte contre l’élite économique, je te l’accorde. »

    -C’est à ce niveau que ça cloche, car en fait les partis social-démocrates n’ont pas amené ces changements, des groupes de lutte ont fait pression sur ces parti, qui n’ont qu’en fait plié sous la pression populaire. Comme à l’assurance maladie, Normand Béthune a passé pour un méchant communiste, ce qu’il est ensuite devenu, sauf méchant.

    Les syndicats sont le résultat de la demande prolétarienne. Finalement, toutes ces avancées sont issues de mouvements de la gauche?

    Savais-tu que le parti communiste du Québec a été le premier parti du Québec à parler de souveraineté? Visistes les archives de Radio-Canada, c’est intéressant.

  7. Intéressant de savoir que le PCQ a été le premier à suggérer la souverainneté. Les communistes ont été précurseurs dans bien des domaines. On peut le voir dans le manifeste du PC où la plupart des revendications des communistes sont une réalité de nos jours.

    En passant, le NPD a été créé conjointement avec une centrale ouvrière: « Le NPD a été créé en 1961 à l’initiative de l’ancien Parti social démocratique du Canada (PSDC) et du Congrès du travail du Canada (centrale ouvrière) ».

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_Parti_d%C3%A9mocratique

  8. Ping : L’utopie du centrisme en politique « Homo politicus

  9. Le concept de droite et gauche, l’ADQ et cie ont raison sur ce point (mais PAS la solution), est plutôt archaique dans sa forme actuelle. Marx a écrit ses trucs au 19eme siècle, pendant l’ère industrielle, par exemple.. et nous entrons dans une ère nouvelle, post-industrielle. Buzzword peut-être, ici en occident au moins, l’économie se base de plus en plus sur les idées (et aussi des trucs comme les services).

    Nous avons/aurons besoin d’idées nouvelles, adaptées au monde qui viens, futuriste. Regardez les ‘nerds’ et la science-fiction – pourquoi pas, par example, le Techno-Socialisme, ou le Néo-Anarchisme (comme dans le cyberpunk/post-cyberpunk mouvement)?

    Et vite.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s