En attendant le déluge

Cet article a été publié le 7 décembre 2010 dans Métro Montréal

Un nouveau record vient d’être battu.

L’année 2010 n’est même pas encore terminée que l’on conclut déjà qu’elle trônera sur le podium des années les plus chaudes tandis qu’une cascade de catastrophes déferle sur le globe : de la canicule dévastatrice en Russie aux inondations meurtrières au Pakistan en passant par les grands froids en Europe conséquents à la perturbation du Gulf Stream par l’eau douce de la fonte de la calotte glaciaire de l’arctique.

La montée des eaux océaniques ainsi que le recul des glaciers au pôle arctique continuent sans cesse et ne pourront être évités même si  les émissions de gaz à effet de serre s’arrêtaient abruptement.  C’est ce que confirme une étude récente de l’École polytechnique de Zurich qui souligne que les glaciers réagissent avec des décennies et même des siècles de retard par rapport aux transformations du climat.

Un grain de sable s’est insinué dans les rouages de la mécanique climatique laissant craindre que le pire reste à venir face à l’accélération du rehaussement des températures par les émissions fugitives de méthane du pergélisol fondant ou des hydrates de carbone des mers qui feront perdre toute prise de l’homme sur l’accentuation du réchauffement planétaire.

Pourtant, le rapport Stern a bel et bien prévenu qu’il en coûtera 20 fois plus cher dans l’avenir pour protéger la planète contre les hausses de températures que si nous nous y attardions dès maintenant.

Et pendant ce temps, notre attentisme dans la prévention des périls écologiques futurs frise l’insouciance puérile malgré la tenue de la Conférence de Cancun.

L’incrédulité ambiante et les intérêts contradictoires des nations développées contre ceux des pays émergents sont autant de freins à la résolution définitive de la problématique climatique.

Sans compter la rivalité croissante entre les deux superpuissances planétaires, l’ancienne et la nouvelle,  les États-Unis et la Chine, hypothéquant davantage les prochaines générations par le refus de ces dernières d’investir systématiquement dans la lutte aux changements climatiques considérée comme trop dispendieuse devant leur désir de domination économique et militaire.  Ces deux pays émettant à eux seuls la moitié des GES de causalité humaine.

Malgré les beaux laïus entendus lors des multiples conférences sur le climat, les dirigeants politiques se cantonnent dans l’immobilisme.  Les uns attendent que les autres bougent dans la crainte de perdre le moindre avantage économique dans ce féroce marché mondial globalisé où les nations les plus faibles mordent la poussière.

En ce monde dominé par l’implacable capital, peu importe les considérations environnementales ou la pérennité du genre humain.  L’important est de garnir son portefeuille d’actions immédiatement au détriment du prix qu’aura à payer la descendance.

Cela est bien symptomatique de notre époque consumériste: achetez maintenant, payez plus tard…

À lire: Cancun: un accord de façade

Niveau de difficulté de texte selon Scolarius d’Influence Communication :  209 (initié)

17 réflexions sur “En attendant le déluge

  1. nationalisterevolutionnaire

    Très bon texte Jimmy qui explique bien les enjeux liés à la problématique du réchauffement climatique. Il nous fait réfléchir aussi sur l’urgence à agir alors qu’on, ou plutôt nos dirigents politiques, se complait dans un attentisme dangereux et dans l’insouciance face au futur.

  2. Ce matin dans le métro bondé (tempête oblige), en train de lire le journal métro, j’ai sourcillé lorsque j’ai commencé à lire un texte intitulé « En attendant le déluge ». J’avais comme un sentiment de déjà vu. Je regarde à la fin du texte et je comprends pourquoi. Il était signé Jimmy St-Gelais ^_^;

    Excellent texte! Je trouve ironique que la droite québécoise ait adoptée le « pelter vers l’avant » pour critiquer le modèle québécois et l’immobilisme actuel, alors qu’elle prône exactement cette approche en terme d’environnement.

  3. Quelle mobilization devons-nous demander de nos dictateurs pour ce climat qui se refroidit?

    What happened to the ‘warmest year on record’: The truth is global warming has halted http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-1335798/Global-warming-halted-Thats-happened-warmest-year-record.html

    Even Phil Jones, the CRU director at the centre of last year’s ‘Climategate’ leaked email scandal, was forced to admit in a littlenoticed BBC online interview that there has been ‘no statistically significant warming’ since 1995.

    Coldest in Trondheim, Norway, in 222 years Coldest since 1788 http://www.iceagenow.com/Coldest_in_Norway_in_222_years.htm

    Record cold in Denmark Worst in 131 years http://iceagenow.com/Record_cold_in_Denmark-Worst_in_131_years.htm

    Ça c’est juste des articles de cette semaine.

    Si on prend le temps d’observer dehors par nous même, sans rien croire de la propagande, les hivers et étés ont été froids depuis 2008. Et en ce moment on a de la neige, qu’on a normalement pas avant le 21 décembre.

    Ce que les médias disent, et ce qu’on voit dehors, ça ne concorde pas.

    Intéressant d’observer qu’il y a des tempêtes de neige records lors des conférences COP. Bell ironie qui devrait servir de message.

    Il faut considérer que vu la quantité d’information pro-réchauffement et pro-refroidissement, c’est clair que…. ce n’est pas clair et ça devrait faire poser des questions sur ce qui se passe vraiment.

  4. entropie

    6 terres pour vivre comme les ricains… Dire que si il arrive un bug dans le système de distribution alimentaire la France serait en famine en moins de 4 jours…

  5. the Ubbergeek

    @Botrax

    Le Climategate est une fausse controverse, une balloune dégonflée.

    En passant, il neige moins lorsqu’il fait vraiment très frois (comme en Antarcticte, aussi un désert), alors… paradoxalement, ca peut confirmer le réchaufement.

  6. entropie

    @ Ubbergeek et @ Botrax

    Je suis d’accord avec toi Ubbergeek, par contre l’humanité n’a pas tendance à croire « au vrai », mais à croire et à fonder ses convictions en fonction de l’efficacité de la propagande liée. Si le Climategate est faux, il a tout de même réussit à frapper les imaginaires, légitimer les tenants du laissé faire et placer un doute dans le coeur des gens… et le doute a généralement tendance à grandir dans le coeur des hommes jusqu’à celui-ci trouve un autre mensonge auquel croire comme vérité.

  7. En effet, le phénomène est très inquiétant. Ce que je trouve dommage, c’est que la lutte contre les changements climatiques soit devenue un enjeu politique, alors qu’elle devrait préoccuper tout le monde sans exception. Plusieurs personnes de droite, et je le déplore, croient marquer des points et faire avancer leur cause en niant qu’un réchauffement climatique soit en train de se produire, et que l’activité de l’homme y soit pour quelque chose. C’est une forme assez triste d’aveuglement.

  8. entropie

    @ Jimmy St-Gelais

    Le comble c’est que pour les climatosceptiques la NASA est un organisme du gouvernement… Elle fait donc parti de la conspiration et n’est donc pas un objet de référence. D’ailleur la NASA sait que Nibiru s’approche de notre système solaire, mais le cache et fait de la désinformation (liser le sarcasme svp) http://www.nasa.gov/topics/earth/features/2012.html

  9. Ping : Cancun: un accord de façade « Pour que Demain soit

  10. entropie

    @ the Ubbergeek

    Oui je sais ça, mais il faut ajouter que le conspirationnisme tue les cervaux avec efficacité et que d’autre récupère une partie du discour pour faire avancer leurs fantasmes libertariens du genre : le réchauffement climatique est une conspiration des communistes illuminaties faschiste pour emprisonner les hommes dans une bureaucratie totalitaire.

  11. Ping : Cancun: un accord de façade | CentPapiers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s