Du vert conservateur

Cet article a été publié dans le journal Métro Montréal le 16 septembre 2019

À une lointaine époque, j’ai milité pour le Parti vert du Québec, car je croyais à un certain progressisme social et environnemental. Mais, les récentes prises de position de son cousin fédéral me font douter de voter vert au prochain scrutin pancanadien.

Les verts canadiens semblent bien différents de leurs collègues québécois situés plus à gauche. Sa base principale se trouvant dans l’Ouest canadien, ce parti vert peut être considéré comme une aberration au plan idéologique.

En effet, le mouvement politique vert se place idéologiquement à gauche sur le spectre politique, car le programme environnemental qu’il soutient implique nécessairement une réforme socio-économique profonde de la société. Ce n’est manifestement pas le cas ici pour le Parti vert canadien qui s’est positionné, pour sa part, ouvertement pour l’exploitation des sables bitumineux à moyen terme, pour une privatisation des infrastructures d’eau des Premières Nations et pour permettre à ses éventuels députés de voter librement lors d’un possible projet de loi des conservateurs sur le droit à l’avortement – bien que la cheffe Elizabeth May se soit rétractée récemment dans la confusion la plus totale.

D’aucuns pourraient penser qu’avec un parti vert comme ça, nous n’avons pas vraiment besoin d’un parti conservateur…

Un investissement perdant

La décision de la Caisse de dépôt et placement du Québec d’investir davantage (à hauteur de 16,7 milliards en 2016) dans les énergies fossiles, le secteur gazier, le pétrole des sables bitumineux et les pipelines fut plutôt à courte vue et insensée.

Cette stratégie financière de la Caisse contrevient à l’esprit de la politique environnementale de la province voulant s’attaquer aux gaz à effet de serre et hisser le Québec au niveau de champion de la lutte aux changements climatiques sur le continent.

Il s’agit aussi d’un placement à court terme qui se met en porte à faux avec le but ultime de l’investisseur institutionnel qui cherche à maximiser les rentes de retraite des Québécois. À quoi sert-il d’amasser des milliards de dollars pour la future retraite des citoyens si les placements que nous effectuons fragilisent le climat, polluent notre environnement et détériorent notre qualité de vie et celle des futures générations de retraités?

À cette époque de gains rapides et de maximisation des profits sans considération de l’avenir, la Caisse de dépôt et placement, au contraire, devrait être un moteur de changement vers une transition énergétique viable, car elle est de propriété publique et se doit d’être responsable envers ses actionnaires, les citoyens québécois.

À quoi bon épargner afin de jouir plus tard d’une retraite dorée si le futur n’est plus assuré ?

La lumière au bout du pipeline

On croyait que l’avènement du pic pétrolier, cette théorie annonçant le plafonnement et l’épuisement graduel des réserves de pétrole, allait enfin pousser la planète à rechercher des ressources énergétiques alternatives moins polluantes.

Depuis plus de 20 ans, plusieurs projets de transition virent timidement le jour – comme l’énergie éolienne, solaire, marémotrice – mais la découverte récente de nouveaux gisements pétroliers a changé la donne. L’exploitation du pétrole des roches de schistes, des fonds marins de l’Arctique et des sables bitumineux que nous acheminons par pipeline et même par trains (avec tous les risques que cela comporte pour l’environnement) repousse encore plus l’éventualité d’un changement de paradigme si pressant en matière d’énergie afin de préserver la stabilité du climat.

L’humanité aligne encore sa destinée avec celle du pétrole sans penser à l’après-pétrole. Mais, qu’arrivera-t-il, dans plusieurs décennies, lorsque l’or noir se tarira?

Premièrement, les conséquences finales sur l’environnement seront désastreuses. Le réchauffement climatique dû au surcroît de CO2 dans l’atmosphère et le rejet de méthane émanant des glaciers fondants, un gaz encore plus à effet de serre que le CO2, bouleverseront l’ordre climatique tel que nous le connaissons. Et ce n’est qu’un début avec les perturbations climatiques (typhons, tornades, tsunamis, inondations) que nous avons vues depuis quelques années aux quatre coins du globe.

Deuxièmement, cette voie amènera inéluctablement la fin de notre civilisation tant dépendante du pétrole. Si nous ne prévoyons pas assidûment un modèle différent et viable de consommation énergétique dans un futur rapproché, nos sociétés cesseront de fonctionner et nous retournerons malheureusement à un état proche du Moyen-Âge.

Le plus ironique est que nous puisons la plus grande part de notre énergie des restes d’une espèce disparue subitement voilà des dizaines de milliers d’années, les dinosaures (le pétrole étant en partie un résidu fossile provenant de cette race), et que nous courons probablement à une pareille disparition en les utilisant.

Il est grand temps que nous voyions, enfin, la lumière au bout du pipeline…

Se mettre la tête dans les sables… bitumineux

Les conservateurs ne manquent pas d’aplomb ni de contradictions dans leur défense dogmatique des sables bitumineux.

Depuis quelques semaines, nous pouvons écouter dans les médias une publicité mielleuse du gouvernement du Canada encensant la nouvelle rigueur du fédéral dans sa lutte aux pollueurs dans l’industrie du pétrole (principe du pollueur-payeur) et, dans le même temps, on apprenait qu’Ottawa hésite à débloquer un montant pour la décontamination du site de l’incident du train de l’entreprise Montreal Maine and Atlantic à Lac-Mégantic.

On se serait pourtant attendu à une réponse immédiate avec les nouvelles vertus écologiques du gouvernement conservateur ou est-ce simplement la crainte d’une facture salée qui rebute Stephen Harper dans son élan?  En effet, le déversement (d’un pipeline d’Enbridge) de 3,7 millions de litres à Kalamazoo au Michigan en 2010 a coûté à ce jour plus de 1 milliard de dollars et les opérations de nettoyage ne sont pas encore terminées.  Or, avec ses 5,7 millions de litres répandus, la décontamination de Lac-Mégantic devrait demander tout au moins le double d’investissement!!!  En période de compression budgétaire, le fédéral y pense alors à deux fois avant de délier le cordon de sa bourse!

Et qu’en est-il de l’Alberta et de ses bassins de rétention des résidus de traitement des sables bitumineux?  Qui payera les dommages catastrophiques sur la faune et la flore ainsi que sur les conséquences des fuites dans la nappe phréatique causant maladies et cancers chez les populations environnantes (on a d’ailleurs déjà noté un taux de cancer élevé chez les habitants à proximité)?  Et même si les entreprises responsables payaient, aucune somme d’argent ne compensera jamais la destruction de l’environnement pendant des générations et les souffrances et vies détruites par cette exploitation désastreuse et irresponsable.

Aucune problématique ici pour les conservateurs au pouvoir, car comme le disait à l’étranger le ministre des Ressources naturelles du Canada, M. Joe Oliver, en voyage promotionnel pour les sables bitumineux, il s’agit d’une ressource « renouvelable et verte »!

Une autre contradiction réside aussi dans les coupures sauvages dans le personnel scientifique d’Environnement Canada  : comment assurer la qualité de vastes projets de décontamination sans une cohorte de scientifiques qualifiés de l’État?  Les entreprises fautives devront donc gérer les opérations et surveiller elles-mêmes la réparation des dégâts qu’elles ont causés? N’importe quoi…

On peut dire une chose et faire son contraire, continuer à extraire un produit pétrolier dommageable pour l’environnement et le faire promener aux quatre coins du continent dans des pipelines aussi peu sécuritaires que les trains – comme le témoigne la fuite dans la rivière Kalamazoo – et souhaiter que rien de malencontreux n’arrive, en pure pensée magique.  Il n’en reste pas moins que les conservateurs se mettent toujours la tête dans les sables… bitumineux.

La Pétrocratie

Ce que démontre le prix élevé de l’essence à la pompe, souvent sans corrélation au cours du baril du pétrole brut, est que la traditionnelle démocratie libérale ayant assise en Occident n’est plus qu’une vue de l’esprit.

En effet, les pétrolières – détenant parfois l’exploitation de la ressource et toujours les raffineries servant à traiter la matière brute – assoient leur pouvoir économique ainsi que leurs politiques en imposant leurs velléités implacables.

Lorsque le président des États-Unis, Barack Obama, – l’homme supposément le plus puissant de la planète –  admet son impuissance face aux montées du coût de l’essence lorsque celui-ci ne cesse de progresser depuis trois semaines dans son pays au risque de miner une reprise économique plus qu’attendue, on est en droit de s’interroger.

Et n’oublions pas son prédécesseur, Georges W. Bush, digne fils de son papa lui aussi ancien président à la solde des magnats du pétrole, qui déclencha une guerre en Irak pour le motif évident de mettre la main sur ses puits d’or noir.

Au Canada, l’homme de paille des géants pétroliers, Stephen Harper, fait fi des risques environnementaux apparentés à l’exploitation des sables bitumineux pour alimenter le puissant voisin du Sud si avide du pétrole nécessaire à son économie.  Rappelons-nous que le traité de libre-échange, l’ALENA, signé par un autre ancien premier ministre conservateur, Brian Mulroney, contraint le Canada à fournir les États-Unis du quart de sa production de cette ressource.  Pendant ce temps, en pure incohérence, l’Est du pays doit s’approvisionner à l’extérieur même si la logique dicte qu’un pays aussi pourvu en pétrole devrait être autarcique en ce domaine et ainsi pouvoir contrôler le prix à la pompe à l’avantage de ses citoyens avec un peu de volonté politique.

En somme, la souveraineté politique des États a migré vers des organisations transnationales se souciant peu de l’équité ou de la justice.

Oubliez la démocratie représentative. Elle est désormais désuète et surannée.  Dites bonjour à la pétrocratie!

Le vrai pouvoir n’est plus dans les assemblées législatives ou les cabinets exécutifs.  Il siège maintenant, derrière des portes-clauses, dans les conseils d’administration de l’oligarchie des grandes pétrolières….

Niveau de difficulté de texte selon Scolarius d’Influence Communication : 172 (universitaire)

Les contradictions de Stephen Harper et de ses conservateurs

Rarement a-t-on vu autant de contradictions dans une gouvernance fédérale.  Le Parti Conservateur de Stephen Harper brandit vainement la menace d’un gouvernement de coalition entre les libéraux, les « socialistes » de Jack Layton et les séparatistes en espérant cacher les incohérences de ses politiques et le péril d’une majorité conservatrice.

La prétention de transparence détonne avec l’opacité des décisions gouvernementales et la Loi sur la responsabilité votée en grande trompe par les conservateurs eux-mêmes après le scandale des commandites.  Conflits d’intérêts, trafics d’influence, nominations partisanes, clientélisme culturel, outrage au parlement, utilisation de l’État à des fins politiques démagogiques se placent en contraste avec l’image éthique et d’ouverture du premier ministre Harper qui contrôle l’accès à l’information et musèle ses ministres ou députés trop encombrants.  Évoquons aussi les fraudes électorales des élections de 2006 avec le stratagème du « In and Out » dénoncé par Élection Canada et les tentatives d’éliminer le financement public des partis politiques pouvant avantager grandement les conservateurs déjà hautement financés par les pétrolières ainsi que le monde des affaires.  Tout ça en parfaite antinomie avec l’allocution du ministre de la défense, Lawrence Cannon, prétendant promouvoir la démocratie à travers le monde tandis que son parti viole les processus démocratiques les plus élémentaires.

L’allégement des taxes aux grandes entreprises, la mesure privilégiée des conservateurs pour appuyer la reprise économique, se porte en porte-à-faux à l’efficacité de la relance. En effet,  il est démontré, selon diverses études, dont celles de Statistique Canada et de la fiscaliste Brigitte Alepin, que l’investissement, qui se doit d’être inversement proportionnel à l’abaissement de la taxation, n’est pas au rendez-vous depuis les années 80.    La cible est ratée quand on considère que ce sont les petites et moyennes entreprises qui contribuent à 80% dans la création d’emplois.

Leur animosité face à l’avortement occulte une inconsistance philosophique profonde de cet aspect du conservatisme social.  Les conservateurs stipulent que seuls les enfants issus d’un mariage sont acceptables, mais enlèvent le droit aux femmes de se faire avorter à la suite d’un viol ou d’une relation amoureuse passagère.  Si l’enfantement n’est digne que dans le cadre des vœux sacrés du mariage, pourquoi alors refuser ce droit à l’extérieur de ceux-ci?

Les conservateurs érigent la famille comme valeur suprême, mais mettent en péril celle-ci en négligeant la protection de l’environnement.  En déniant le réchauffement planétaire et en atténuant la réglementation environnementale à l’exploitation des sables bitumineux, par exemple, ils laisseront à leurs enfants une planète malade et en piteuse état.  Belle façon de protéger sa descendance.

La loi et l’ordre, le crédo conservateur, ne s’arrime pas avec la réalité sociale canadienne.  Le crime est en baisse partout au Canada depuis plusieurs années.  Aussi, leurs attaques incessantes contre le registre des armes à feux, pourtant très utile aux policiers dans leur lutte contre les délinquants, sont incompréhensibles dans une logique de répression du crime. Même la Fédération des policiers municipaux clame avec véhémence l’utilité de ce registre.  De plus, permettre à des jeunes fautifs de 14 ans de purger une peine de prison avec de grands criminels adultes ne fait que perpétuer les comportements antisociaux générant encore plus de criminalité.

La militarisation, dont sont friands les conservateurs, va à l’encontre de leur mantra de réduction de l’État –  le budget de la défense gonflant de manière pléthorique.  Sans compter que les contrats sont donnés à l’extérieur du pays, privant ainsi les travailleurs canadiens de nouveaux emplois, lorsqu’il serait possible, dans certains cas, de les octroyer à l’interne.    Le gouvernement conservateur affirme, pour se justifier, que la majeure partie de l’entretien des avions F-35, par exemple, sera effectué à l’intérieur des frontières, ce qui s’avère erroné selon le Pentagone.  Bilan : les déficits cumulés depuis l’accession au pouvoir du Parti Conservateur atteignent 100 milliards de dollars – même si l’héritage de la précédente administration libérale avait dégagé des surplus de 13 milliards en 2006.  En parallèle, plus de 93 milliards ont été dédiés à l’achat de nouveaux équipements militaires. Très bonne gestion des finances publiques pour un parti prônant la rigueur budgétaire!  Il est ainsi inconséquent d’endetter le pays pour satisfaire le bellicisme des conservateurs.

Face à autant de contradictions, on peut se questionner sur le genre d’électeurs se confortant dans le programme de ce parti politique de droite. Le clientélisme qu’opèrent les conservateurs visant à cibler des segments de l’électorat favorables à telles ou telles promesses électorales semble avoir été récemment porteur pour ces derniers.  Néanmoins, les limites d’une stratégie aussi éclatée cherchant à séduire les uns et les autres risquent d’apparaître sans une ligne directrice et cohérente au niveau pancanadien.  Ce qui manque cruellement pour la formation de Stephen Harper…

Niveau de difficulté de texte selon Scolarius d’Influence Communication :  179 (universitaire)

Les conservateurs s’attaquent encore aux changements climatiques

Le Devoir dévoilait mercredi dernier qu’Ottawa allait couper les vivres  à la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l’atmosphère.

En effet, cet organisme s’attardant à la recherche sur les changements climatiques ne recevra plus de financement fédéral et les scientifiques qui y sont rattachés perdront leurs rémunérations habituelles.

Fidèle à leurs habitudes, les conservateurs en ont passé une petite vite en pleine vacances de la construction afin d’éviter la médiatisation de cette décision et tout débat public.

On le sait, le gouvernement conservateur, très lié d’amitié avec les pétrolières, ne croit pas au réchauffement climatique ainsi qu’à l’implication humaine dans l’accentuation du phénomène.  En 2002, Stephen Harper lui-même, parlait à la Chambre des communes de « complot socialiste » à propos du protocole de Kyoto.

Ainsi, afin de couper l’herbe sous le pied aux écologistes et aux études attestant de la réalité du réchauffement climatique, l’administration conservatrice procède à un délestage du support monétaire fédéral en ce domaine.  Cette tactique est aisément plus pratique que de confronter les données et susciter un véritable dialogue sur ce sujet « chaud » pendant que l’industrie pétrolière en Alberta génère en énorme quantité des gaz à effet de serre dans la transformation des sables bitumineux.

Le plus incohérent dans toute cette histoire est que près de 200 scientifiques canadiens risquent de se retrouver sans emploi en temps de crise économique et pourraient fuir le pays vers des cieux plus cléments.

Le ministre de la Défense, Peter Mackay, n’a pas hésité à accorder, le 8 juillet dernier, 5 milliard$ au secteur de la défense malgré les prévisions d’un déficit budgétaire accumulé de 172 milliard$ sur cinq ans et le cabinet conservateur se permet d’éliminer ces misérables petits subsides de 10 millions de dollars dans les recherches sur le climat!!!

En fait,  les contraintes budgétaires ne sont évidemment pas les réels motifs de cette coupure, mais bien les prétentions idéologiques.

Nationalisons le pétrole, et vite!

Léo-Paul Lauzon ne cesse de réclamer la nationalisation du pétrole et les vertigineuses ascensions du prix du baril de pétrole semblent encore lui donner raison.

Pourquoi devrions-nous payer le carburant au prix fixé sur le marché international lorsque le Canada aurait le potentiel de devenir autosuffisant en énergie? Le comble est que le pétrole de l’Alberta se dirige en direction du marché américain pendant que l’est du pays importe son carburant d’ailleurs sur la planète.

On a privatisé Pétro-Canada à tout vent depuis 1991 et les profits retournent uniquement au domaine privé car on a abandonné en 2004 les dernières parts gouvernementales sur l’ancienne compagnie publique. En plus, 50% de ses actions peuvent être détenues par des intérêts étrangers tandis que plusieurs autres compagnies pétrolières présentes au Canada n’appartiennent pas à des canadiens, comme le témoigne le récent investissement de la compagnie française Total dans les sables bitumineux albertains.

Le Canada se fait avoir sur tous les plans car il ne retire pratiquement rien de l’exploitation du pétrole sur son propre territoire, à l’exception de quelques emplois temporaires qui disparaîtront après l’épuisement des gisements. En fait, nous sommes le seul pays exportateur qui ouvre ses portes à l’implantation d’entreprises étrangères sans demander de ristournes appréciables.

Les bénéfices dédiés au privé ne servent pas à amoindrir les impacts environnementaux des activités des usines de raffinage ou à la R&D d’énergies de rechange, ce qui serait pourtant souhaitable et possible sous un contrôle national car l’argent reviendrait au trésor public. Présentement, ils ne font qu’engraisser de façon indécente les riches actionnaires des pétrolières étrangères profitant du pétrole qui est le nôtre.

La nationalisation de l’industrie pétrolière est de plus en plus crédible et nécessaire dans le présent contexte. Il s’agirait de révoquer les contrats privés d’exploitation et d’investir avec les fonds publics dans l’exploitation et le traitement de cette énergie. Des coûts élevés au départ, mais qui s’avéreront très profitables dans l’avenir. Après tout, ces terres sont la propriété de la population canadienne et le siphonage de cette ressource épuisable par des intérêts particuliers constitue un véritable vol à grande échelle.

L’inflation galopante résultante qui nous rattrapera dans les prochaines années et affectera notre pouvoir d’achat ainsi que notre qualité de vie pourrait être évitée ou atténuée si nous avions l’audace de réclamer une gestion publique du pétrole national comme cela se fait en d’autres États.

Une telle opération s’avèrerait difficile, voire impensable, sous le règne du Parti Conservateur qui n’est qu’un gouvernement fantoche des pétrolières. On tente de nous éluder de la dilapidation des réserves pétrolifères du pays en nous accordant des baisses d’impôt dans le but d’acheter notre consentement ainsi que notre silence.

Mais, ce que nous gagnerons en diminution d’imposition, nous le perdrons en hausse générale des prix à la consommation.

Il nous reste qu’à ouvrir les yeux et faire entendre nos voix discordantes lors des prochaines élections fédérales.

 

Bush devient « écologiste » devant la montée du dollar canadien

En début de cette année 2008, on pouvait lire que G.W. Bush était maintenant opposé à l’importation aux États-unis du pétrole issue des sables bitumineux de l’Alberta car celui-ci serait trop polluant à produire. En fait, il est maintenant interdit aux organismes fédéraux américains d’acheter cette énergie.

Certains diront que le président américain s’est éveillé à l’écologie, mais il faut savoir lire entre les lignes. La position de Bush concernant le pétrole albertain cache un autre motif.

Le dollar canadien a surpassé celui de l’Oncle Sam et cela suscite bien des préoccupations.Bush voit d’un mauvais oeil les dollars américains qui s’enfuient vers le Canada et qui compromettent la balance commerciale américaine. L’Amérique étant grande consommatrice de carburants fossiles, un déficit commercial énergétique pèse lourd dans la balance commerciale.

Si le dollar canadien était inférieur au dollar américain, ce président républicain ne daignerait pas profiter de cette manne énergétique à rabais.  Mais ce n’est plus le cas.

Rien d’écologique dans cette décision. Voyons au-delà des apparences.

En conséquence, on désire exploiter de plus en plus les gisements d’or noir de l’Alaska dans une volonté autarcique.  Alors, les américains vont puiser dans leurs réserves nationales de pétrole et conséquemment accroître leur dépendance envers l’importation étrangère lorsque ces réserves seront à sec.

De plus, avec cette nouvelle politique, Bush tourne le dos à son ami idéologique canadien Stephen Harper qui doit se poser des questions. On voit ici que les préoccupations économiques supplantent toutes les affinités politiques.

Finalement, il s’agit simplement d’une mesure protectionniste qui va à contre-courant de l’ALENA et du libre-échangisme dont les américains sont friands seulement lorsque cela tourne à leur avantage.

L’Alberta : future zone sinistrée


On nous chante depuis longtemps que la province de l’Alberta est un modèle. La richesse semble à porter de la main dans cette contrée bénie des dieux où la croissance de l’économie atteint des sommets inégalés. Les pétrodollars coulent à flot et la balance commerciale ainsi que les surplus ne cessent de faire l’envie des autres provinces canadiennes.

Mais, il y a une autre Alberta, celle de la violation de l’environnement dont l’avenir semble plutôt terne. L’exploitation des sables bitumineux est tellement rémunératrice pour les compagnies pétrolières et si précieuse pour l’économie américaine qu’on hésite d’évoquer les répercussions sur l’environnement de cette province.

Les réserves de sables bitumineux traités en pétrole consommable représenteraient une quantité supérieure de plus de 20% aux gisements de pétrole de l’Arabie Saoudite.

Les coûts énergétiques élevés liés au processus de transformation du matériel brut en pétrole utilisable sont très onéreux et génèrent cinq fois plus de rejets reliés aux gaz à effet de serre par l’utilisation, notamment, de gaz naturel.

De plus, on se doit d’utiliser 4 litres d’eau pour chaque litre de pétrole transformé, que l’on puise surtout dans la rivière Athabasca, et les rejets liquides toxiques de cette transformation qui ne sont utilisables à aucune fin sont emmagasinés dans de vastes bassins de rétention qui risquent de contaminer la faune et la flore envoisinantes avec le temps.

La qualité de l’air en Alberta est aussi affectée. Sans compter les gaz à effet de serre, on peut dénombrer des émanations d’oxydes d’azote, de dioxyde de soufre et des éléments contribuant au smog et aux pluies acides.

L’exploitation de ces sables bitumineux nécessitera une coupe à blanc de la forêt boréale dans cette province car ils se situent directement sous le couvert forestier et on prévoit une augmentation de l’extraction de cinq fois supérieure d’ici 2015.

Avant d’envier l’état économique florissant de l’Alberta, nous devrions considérer les impacts écologiques de cette croissance qui affectent de façon irréversible le milieu biophysique. Le produit intérieur brut écarte de ses calculs les conséquences sur le « produit naturel brut ». Dans 20 ou 30 ans, l’Alberta sera devenue une véritable zone sinistrée et la qualité de vie de ses habitants aura payé le prix d’un développement économique anarchique et irrespectueux de la nature. Cette province sera peut être un exemple pour toute la planète qu’une priorisation de l’économie sur l’environnement n’est pas viable à longue échéance.