La dérive identitaire

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 10 juin 2022

Le recrutement de Bernard Drainville par la CAQ a eu l’effet d’un tremblement de terre selon certains. On évoque dès lors la confirmation de la disparition prochaine du Parti québécois du paysage politique et la consécration du virage identitaire de la CAQ recrutant en grande pompe le fondateur du défunt projet de loi sur la  « Charte des valeurs québécoises » du dernier gouvernement péquiste, une loi qui aurait été encore plus restrictive que l’actuelle loi 21 (sur la laïcité de l’État) si elle avait été adoptée à l’époque.

On peut se demander comment le nationalisme du temps de René Lévesque a-t-il pu évoluer ainsi? Voici que d’un nationalisme plutôt inclusif et émancipateur, le peuple québécois glisse lentement vers son opposé, un nationalisme fermé et réactionnaire.

La CAQ semble devenir progressivement le refuge de tous les nationalistes déçus cherchant un exutoire. À défaut de réussir la souveraineté politique, on se réfugie maintenant dans la lutte pour les « valeurs culturelles », pour la protection du français et pour un contrôle accru en immigration comme planche de salut d’un peuple qui hésita, deux fois plutôt qu’une, à faire le grand saut vers l’indépendance.

Bien que cela soit compréhensible dans le contexte d’un recul du français au Québec, cette nouvelle approche nationaliste n’est toutefois pas sans péril.  Si l’histoire nous apprend quelque chose, c’est que les possibilités de dérive vers un nationalisme revanchard, xénophobe et chauvin aux graves conséquences sont bien réelles et ne relèvent pas de l’utopie — surtout dans un proche avenir dans lequel l’immigration sera de plus en plus présente afin de contrecarrer le vieillissement de la population et de combler le manque de personnel autant dans les services publics que l’entreprise privée.  

Espérons que les Québécois seront assez sages pour choisir ultimement une autre façon que ce type de nationalisme afin d’exprimer leur sentiment national ainsi que leur inquiétude face à leur survie.

Un Québec à tribord

Cet article a été publié dans Le Devoir, le 25 mars 2022 et dans Le Soleil, le 26 mars 2022

Photo de Evan Velez Saxer provenant de Pexels

Nous apprenions cette semaine, à la suite de la divulgation d’un sondage Mainstreet, que le Parti conservateur du Québec arriverait en deuxième position dans les intentions de vote, devant le Parti libéral du Québec, Québec solidaire et le Parti québécois. À la lumière de ces résultats, l’hypothèse que le PCQ forme l’opposition officielle, quoiqu’improbable, s’avère possible. Dans l’avènement de ce scénario, que cela nous apprendrait-il de l’évolution politique du Québec contemporain ?

Tout d’abord, pour la première fois de son histoire, l’Assemblée nationale serait dominée par un parti au pouvoir et un parti d’opposition ancrés tous les deux résolument au centre droit et à la droite de l’échiquier politique : la CAQ de François Legault, avec son programme autonomiste et nationaliste à la Duplessis teinté d’une profession de foi envers le libéralisme économique, face à un Parti conservateur d’Éric Duhaime qui baigne dans les eaux du libertarianisme, de l’antisyndicalisme et de la privatisation à tout-va.

Ensuite, certains pourraient dire, advenant cette éventualité, qu’il s’agirait d’une rupture avec la période de la Révolution tranquille, qui a permis l’émergence d’une classe d’hommes et de femmes d’affaires ayant maintenant saisi les rênes du pouvoir de la scène politique québécoise tout en remettant en question les acquis de la Révolution tranquille dont ils et elles ont paradoxalement bénéficié.

Je me demande bien ce que penseraient les dignes représentants des générations des grandes luttes syndicales et des aspirations souverainistes que sont Michel Chartrand et Pierre Falardeau, aujourd’hui malheureusement décédés, en constatant que tous les idéaux pour lesquels ils se sont battus risquent de tomber aux oubliettes chez une population québécoise qui semble avoir perdu ses repères. Mais il s’agit encore ici de pure spéculation… jusqu’aux élections.

L’argent n’a pas de patrie

La vente du fleuron québécois RONA au géant américain LOWE’S confirme bien que l’élite économique du Québec ne s’entrave pas de considérations nationalistes lorsque vient le temps d’empocher le magot, tout comme la Caisse de dépôt et placement du Québec – actionnaire à 17% – qui n’a pas levé le petit doigt pour bloquer la transaction en se réfugiant derrière une neutralité politique douteuse qui concorde étrangement avec la position de l’actuel gouvernement libéral.

Lointaine est désormais l’époque du «  Maître chez nous  » d’un autre gouvernement libéral qui portait jadis le flambeau d’un nationalisme économique nécessaire à l’émancipation d’un peuple minoritaire à l’avenir incertain.

Avec un dollar canadien particulièrement bas, la table est mise pour les achats à rabais de plusieurs entreprises québécoises que les actionnaires ne peuvent refuser en raison des énormes montants engagés. Le «  Québec Inc.  » oublie de cette façon les acquis de la Révolution tranquille et les aspirations de tout un peuple, celui dont il est pourtant issu, et se vend au plus offrant ainsi que son peuple dans la foulée.

Mais ce manque de sensibilité nationaliste ne se limite pas aux entreprises qui se sabordent en se faisant avaler par la concurrence étrangère. Il touche aussi celles ayant encore leurs sièges sociaux chez nous et qui profitent de soutien financier important du gouvernement provincial tout en délocalisant dans l’indifférence certaines de leurs activités vers des contrées au faible coût de main-d’œuvre… comme Bombardier.

Oui, sans aucun doute, les événements des derniers mois nous ont démontré que l’argent n’a pas de patrie…

Retour vers l’avenir

Le virage nationaliste de la CAQ et la venue récente parmi ses rangs d’un transfuge du Parti québécois, le conseiller politique Stéphane Gobeil, suscitent l’espoir d’un regain de popularité de ce parti vivotant dans le paysage politique québécois.

Mais cette image revampée – ultime tentative de relancer la formation politique – ne constitue en rien une nouveauté. On tente simplement d’appliquer une nouvelle couche de vernis sur un tableau déjà bien craquelé. En fait, cette nouvelle allégeance «  nationaliste  » n’est point différente de la position de l’ADQ, son ancêtre, et aussi de la défunte Union nationale.  L’une comme l’autre prônaient une politique autonomiste – c’est-à-dire un nationalisme mou prétendant défendre les intérêts du Québec dans la Confédération canadienne.

De plus, ce nationalisme de droite, disons-le, s’aligne dans la même pensée de l’ancien premier ministre Maurice Duplessis de tendance très conservatrice: donner un appui exclusif à l’entreprise privée locale ou étrangère, rapetisser un État jugé trop tentaculaire et s’opposer aux revendications syndicales.

Ce changement cosmétique de la Coalition Avenir Québec ne cache pas sa véritable intention, soit «  retourner vers le passé  » – tout comme l’Action démocratique du Québec affichait fièrement l’adjectif «  démocratique  » dans son appellation pendant qu’elle proposait ni plus ni moins une politique économique de droite qui aurait favorisé indubitablement un écart croissant entre riches et pauvres.

Un axe politique inchangé

Ce texte a été publié dans Métro Montréal le 7  septembre 2011

Panoplie de commentateurs politiques évoque la fin du paradigme définissant le monde politique québécois polarisé entre souverainistes et fédéralistes avec la chute du Bloc Québécois et la récente débâcle dans les sondages du Parti Québécois.

Ainsi, dans ce contexte,  selon eux, l’ancien axe politique marqué par la lutte pour l’indépendance du Québec céderait la place à un nouvel axe dominé par la dichotomie gauche-droite, ventilé de toutes velléités nationalistes.

Cependant, pour l’œil aguerri de l’expert en science politique, telle mouvance des plaques tectoniques des allégeances politiques dans la Belle Province ne s’opère point.

Que l’axe du débat politique se mute d’une dualité souverainisme-fédéralisme à une autre gauche-droite ne transforme en rien l’ADN de la politique québécoise, car la souveraineté a toujours été l’apanage des partis de gauche au Québec et le fédéralisme, ou encore « l’affirmation nationale », la position des partis de droite.

Intrinsèquement, la gauche défend philosophiquement l’émancipation des peuples – ne pas confondre avec nationalisme chauvin se campant à droite-  qui se veut le moyen de libération des nations opprimées contre leurs oppresseurs extranationaux.

Et la droite opte toujours pour le statu quo ou, pire, le retour en arrière.

Alors, que cet axe change de dénomination importe peu.

Il faut se remémorer l’histoire québécoise ainsi que les attributs des idéologies politiques pour réaliser que, même si les joueurs peuvent changer, le jeu demeure toujours le même.

Niveau de difficulté de texte selon Scolarius d’Influence Communication :  207 (initié)