Oui à la hausse de la taxe sur l’essence

Les maires de Montréal et des banlieues vont bientôt demander à la Régie de l’énergie du Québec d’augmenter la taxation sur le prix du litre d’essence afin de supporter les coûts du transport en commun.

Cette majoration pourrait se situer entre 2 cents et 10 cents le litre dépendamment des projets en cours sous l’égide de l’Agence Métropolitaine de transport (AMT).

Il s’agit d’une excellente initiative pour deux raisons.

Premièrement, cette hausse du tarif de l’essence inciterait encore plus les automobilistes à utiliser les transports en commun, plus particulièrement les trains de banlieue, qui ont connu depuis un an une baisse d’achalandage et donc de financement.

Deuxièmement, cela contribuerait à opérer une pression à la baisse sur le prix du carburant fossile.  En effet, en offrant aux automobilistes une satisfaction alternative à leur besoin de transport, c’est-à-dire le train de banlieue au lieu de leurs voitures, on induirait un effet de substitution sur ce produit pétrolier qui poussera indubitablement son prix vers le bas.  Même si l’industrie du raffinage de pétrole est un oligopole imposant sa volonté implacable, la concurrence de la part d’un moyen de transport désormais plus économique aura tendance à faire replier la demande et à influer sur la fixation du prix du litre de manière baissière.

En fait, une telle suggestion intègre parfaitement la philosophie du présent cabinet libéral prétendant à une profession de foi envers la protection de l’environnement et la lutte contre les abus des pétrolières : on se souviendra des menaces contre ces dernières du ministre des ressources naturelles, Claude Béchard, à l’été 2007.

Le gouvernement provincial devrait accueillir favorablement cette proposition car elle permettra de délivrer un tant soit peu la population du joug des multinationales du pétrole et de jouer positivement sur l’écosystème en atténuant la pollution et le réchauffement climatique.

À lire: Oligopole et prix du carburant à Montréal

Police à vendre

Par ces temps difficiles, le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) cherche de nouvelles sources de financement.  La métropole n’ayant plus d’argent,  la direction de la ville se tourne vers ceux qui en possèdent : le secteur privé.

Ainsi, on propose la nouvelle formule : rent-a-cop.

Le directeur adjoint du SPVM, Mario Gisondi,  l’affirme d’emblée : « ma vision ultime, c’est que le service de police s’autofinance ».

C’est d’une aberration sans borne.

D’accord pour un financement hors du champ de la taxation municipale.  Remettre des contraventions pour infractions au code de la route afin d’arrondir les fins de mois d’un service de police est une chose, mais vendre au plus offrant les services des policiers en est une autre.

La bêtise a atteint son paroxysme lorsque le directeur du SPVM lui-même, Yvan Delorme, a demandé à ses policiers d’être créatifs et de repérer les opportunités d’affaires!!!

On pourrait l’entendre dire : « En passant les gars (et les filles), entre deux arrestations, faites du porte à porte chez les riches commerçants de la municipalité ».

Et les citoyens ordinaires dans tout ça?  Jouiront-ils de la même protection civile? Devront-ils donner un petit pourboire aux agents de leur secteur afin de s’assurer de leur assistance?

De plus, les policiers pourront-ils garantir la sécurité du public dans leur nouvelle fonction de représentant de commerce? Et auront-ils tendance à accourir chez leurs clients-commerçants et à trainer les pieds chez le petit citoyen qui ne gratifie pas le service de quelques dollars?

Aussi, l’indépendance et l’intégrité de la police ne seraient-elles pas mises en péril avec une telle manœuvre ?  Un service de police n’aurait-il pas avantage à ignorer un crime commis par une compagnie ou par l’un de ses employés si une inculpation se traduisait par une coupure subséquente de l’aide financière privée provenant de cette entreprise?

Allons plus loin.  Ne serait-ce que la première étape de l’instauration de milices privées dont chaque grande entreprise se munirait afin de lutter contre la criminalité qui l’assaille avec tous les problèmes éthiques que cela comporte?

Devant les crises budgétaires qui touchent la plupart des gouvernements occidentaux, cette alternative peut s’avérer alléchante pour les États face à la criminalité croissante.

Mais la police est un service public et se doit de demeurer ainsi.  Le privé est subordonné à l’État de droit et il ne peut s’ingérer, financièrement ou autrement, dans l’action policière au risque de la corrompre et de la vendre aux intérêts particuliers.

Les compagnies désirent plus de protection policière afin de préserver leurs biens et bénéfices ?  Qu’elles acquiescent alors à payer un peu plus d’impôt afin de dégager des argents qui seront destinés à cette fin sans ingérence ou pression monétaire de leur part comme on pourrait le connaître si ce projet est adopté.

Collusion dans la construction et mœurs politiques

Rien ne va plus.

Les récentes révélations d’une collusion des entrepreneurs en construction lors de l’octroi de contrats municipaux ou gouvernementaux, la corruption politique afférente et le ras-le-bol général appellent à une remise en question des mœurs politiques.

Tout a commencé avec la saga des compteurs d’eau pour être suivi par les allusions de relations douteuses de Benoit Labonté, ancien chef de l’opposition à l’Hôtel de ville de Montréal,  avec l’entrepreneur Tony Accurso.  En entrevue à RDI, Monsieur Labonté a répondu à ces accusations en impliquant anonymement plusieurs élus et fonctionnaires dans le « système mafieux » qui régnerait à la Ville de Montréal.

Et le gouvernement libéral de Jean Charest réagit avec tiédeur en écartant une enquête publique, comme s’il avait des choses à cacher, et remet la paternité du dossier à la Sureté du Québec (SQ) avec l’opération Marteau afin de se délester des conséquences politiques éventuelles et de diluer ses rapports incestueux avec certaines entreprises privées de génie-conseil et de construction.

Pourtant, les coûts de construction en infrastructure au Québec sont de 42% supérieurs à la moyenne des provinces canadiennes (selon le reportage d’Enquête à Radio-Canada) et l’on se demande pourquoi notre réseau routier est en si pitoyable état.  Il y a évidemment anguille sous roche.

Le monde politique québécois est malade, même si notre démocratie est l’une des plus saines de la planète par ses pratiques électorales intègres.  Mais le symptôme de la maladie se situe en amont, pas en aval.

Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

Le nœud du problème se situe dans le financement des élus et des partis politiques.  Bien qu’une loi sur le financement des partis politiques ait été votée en 1977 par le Parti Québécois, il semble évident que cette législation manque de dents et devrait être revue de fond en comble.

Comme je l’affirmais dans un précédent article publié dans Le Devoir, il faudrait limiter le financement des partis politiques qu’aux contributions de l’État déterminées en rapport aux nombres de voix obtenues.  Ainsi, un parti politique ne recevrait qu’un budget égal à la quantité de votes reçus lors du dernier scrutin et ne pourrait travestir les élections et la gestion des affaires publiques par des dons électoraux privés et particuliers contraires aux intérêts collectifs.

Seulement ainsi pourrions-nous assainir les mœurs politiques et se payer une véritable démocratie.

Ajout: un nouveau parti pourrait recevoir du financement en rapport à son nombre de membres et ensuite, après une élection, se voir attribuer des contributions selon les voix obtenues, comme tous les autres.

À lire:  Corruption libérale

Une loi vide de sens

Une démocratie plus équitable

Pour en finir avec la corruption politique

Oligopole et prix du carburant à Montréal

Parlons du prix élevé du carburant dans la grande région métropolitaine. 

 

Comment expliquer les tarifs de plus de 93 cents le litre à Montréal tandis que le baril de pétrole est à un coût baissier de 37.92$US sur le marché mondial et que certaines régions du Québec affichent des prix de plus de 10 cents inférieurs? 

 

prix-pet

En fait, depuis 8 mois, le cours de l’or noir ne cesse de décliner en raison d’une baisse générale de la demande mondiale mais il semble que la loi de l’offre et de la demande ne s’applique pas au marché de Montréal.   En fait, depuis un mois, la valeur du litre d’essence n’a cessé de croître.

 

L’explication peut se traduire ainsi : les grandes raffineries canadiennes (Irving, Ultramar, Esso, Shell) possédant un oligopole dans la transformation et la distribution du pétrole raffiné au Canada imposent des prix gonflés dans les marchés plus populeux comme Montréal afin de renflouer leurs pertes de profits des derniers mois.

 

Une prise d’otage, voilà tout.  Les automobilistes du grand Montréal ne peuvent se passer de pétrole et l’on exploite à fond cette faiblesse.

 

Ici, la loi de l’offre et de la demande ne s’applique pas car la production est contrôlée par quelques compagnies et celles-ci distorsionnent l’efficacité de cette « loi économique » à leur avantage.

 

 

Les Canadiens de Montréal sont hors séries!

Les Habs viennent de perdre leur dernière partie contre les Flyers et sont par le fait même en vacance technique.  Ils joueront au golf ce printemps.

 

Toutes mes condoléances aux fans qui doivent enterrer leur espoir en le Canadien qui a connu une belle saison mais qui n’a pu conserver la cadence en séries.

 

Mais, pour moi, cette défaite permettra de passer à autre chose. Je commençais à être las des unes des journaux étalant les prouesses de ces joueurs lorsque des sujets beaucoup plus importants auraient mérité de défrayer la une, comme la détérioration de l’environnement, le privé dans la santé, la pauvreté croissante, la centralisation de l’information ou tout autre sujet plus pertinent que ces événements de sportifs de salon qui ne sont pas déterminants dans nos vies.

 

Comme je le citais dans mon billet Du pain et des jeux, le sport professionnel est comparable aux jeux de l’antique Colisée de Rome qui abrutissaient la plèbe romaine en dérivant l’attention de la populace des véritables problèmes. Les gens se laissent prendre dans l’euphorie tandis que les affairistes accroissent leurs profits « par la bande ».

 

J’ai de la difficulté à comprendre la suraffection des québécois envers une équipe qui ne leur rapporte rien personnellement, sauf une poussée d’adrénaline lors des victoires, et qui de plus, ne contient que peu de joueurs québécois.

 

La nation québécoise en est rendue ainsi.  On transporte notre fierté nationale sur une équipe sportive commerciale qui n’a plus rien de québécois et qui nous fait oublier que notre véritable salut réside dans notre seule indépendance collective en tant que nation souveraine.