La colère de Gaïa frappe le Texas

L’ouragan Ike s’est déchainé dans la mer des Caraïbes et se dirige maintenant vers le Texas, patrie natale de l’infâme Président G.W.Bush et pilier du raffinement du pétrole américain.

La planète en a tellement marre de ces dirigeants politiques et de ces compagnies la violant impunément qu’elle a décidé de montrer de quel bois elle se chauffe à ces autocrates bourgeois au service des bandits corporatistes .

Alors, elle a envoyé son messager, Ike, pour leur faire comprendre qu’elle ne se laissera plus faire en attaquant directement le royaume américain du pétrole.

Pourtant, elle a déjà lancé des avertissements avec son dernier émissaire Katrina, mais ce président de pacotille et sa petite clique d’industriels ont préféré les ignorer et fermé les yeux devant la détresse de leur propre peuple en Lousiane.

Et cela se perpétuera sans cesse jusqu’à ce que les Hommes et les élites de droite comprennent enfin qu’il faut respecter Gaïa.

La pollution et les gaz à effet de serre sont des affronts constants pour une terre déjà à bout de patience.

Elle nous envoie des signaux et nous regardons ailleurs jusqu’au jour où elle perdra sa retenue et déferlera les pires maux sur l’Humanité.

« L’événement » ou la vengeance de Gaïa

Le visionnement du nouveau film du réalisateur Night Shyamalan m’a un peu déçu.  Je m’attendais à plus. L’Histoire est intéressante, mais le film ne livre simplement pas la marchandise et la bande annonce renferme à elle seule les meilleures scènes du long métrage.

Ceci dit, l’idée sous-jacente du scénario est purement géniale!

Au début, les personnages ne savent pas trop ce qui se passe. On évoque une attaque bactériologique terroriste.  Mais, plus l’intrigue avance, plus on se doute que les causes seraient naturelles dans cette vague de suicides humains.

Finalement, on apprend que les vrais responsables de cette hécatombe ne furent nuls autres que les plantes se défendant contre l’agresseur homosapien à l’image de certaines algues sous-marines qui dégagent des toxines afin de tuer leurs prédateurs (les poissons).

Tirer par les cheveux? Peut-être, mais « L’événement » a le mérite de faire réfléchir sur les dommages que cause l’être humain sur l’environnement. Nous sommes devenus l’espèce dominante sur cette planète et nous ne respectons ni nos semblables et encore moins les autres espèces animales ou végétales.

Gaïa, la Terre, c’est-à-dire tout ce qui vit sur le globe, pourrait un jour en avoir marre de nous. Elle pourrait lancer des assauts semblables à des anticorps attaquant des intrus viraux dans un organisme biologique afin d’éradiquer notre race dont les actions vont à l’encontre de la pérennité de la vie sur la planète.