Une fraude parallèle

Cette lettre a été publiée le 09 novembre 2020 dans Le Devoir

Donald Trump affirme que la corruption à grande échelle vient de lui ravir sa reélection à la présidence américaine. Est-ce à dire alors que tous les officiers des deux partis surveillant le processus électoral de chaque état à la grandeur des États-Unis (chaque état compilant à sa façon les voix pour la présidence) sont dans le coup?

Bien qu’il n’existe aucune preuve de fraude électorale et que la décentralisation dans chaque état du dépouillement du vote rende très difficile un détournement dans l’ensemble du pays du résultat du scrutin présidentiel, Trump et ses partisans continuent de crier à la fraude électorale sans considération des faits ou de la logique.

C’est ce qui arrive lorsqu’on vit dans un univers parallèle.

Une vérité alternative

Ce texte a été publié dans Le Devoir le 24 janvier 2017

Le concept de « faits alternatifs » lancé par Donald Trump revient à dire que chacun a droit à son opinion et que toutes les opinions sont égales, ce qui est fallacieux. On peut avoir droit à son point de vue, mais le simple fait de l’exprimer ne le rend pas plus valable s’il est dénué de sens logique ou de références à des faits avérés. Affirmer que toutes les opinions se valent sous-entend que tout le monde a tort et raison à la fois et que la vérité ne revêt plus aucune importance…