Rien ne change au pays du dollar

Une nouvelle surprenante est tombée sur les dépêches internationales.

La plus grande compagnie des États-Unis, General Electric, n’a versé aucun impôt au fisc pour l’année 2010, malgré qu’elle ait enregistré un profit substantiel de 5,1 milliards de ses activités sur le sol américain.

Cette situation pourrait s’expliquer si l’entreprise n’engrangeait pas des bénéfices aussi faramineux. Mais non.  Ses 800 fiscalistes, payés à prix d’or pour contourner les lois fiscales, ont trouvé le moyen d’éluder le trésor américain.    Un prix d’or totalisant aisément un montant dans les 9 chiffres qui aurait pu profiter à l’État américain au prise avec une crise financière.

De quoi faire rager les contribuables américains frappés de plein fouet par la morosité économique, qui eux, payent leurs impôts.

Le plus affligeant est que le PDG de General Electric, Jeffrey R. Immelt, a été récemment nommé à la direction du Conseil pour l’emploi et la compétitivité par le président Barack Obama afin de l’appuyer dans son plan de relance.  Ce même président américain ayant clairement démontré sa volonté de punir l’évasion fiscale dans le monde des affaires!

General Electric se devait pourtant de montrer l’exemple, en tant que première entreprise des États-Unis, et de contribuer à l’effort fiscal.  Depuis 30 ans, elle a profité, comme toutes les autres grandes compagnies, d’allégements d’impôt et il était de mise qu’elle mette son épaule à la roue dans le redressement des finances publiques américaines.

Malgré ses efforts à l’encontre des puissances d’argent se liguant contre lui, le démocrate assis derrière le pupitre du bureau ovale n’a pu retourner la vapeur se dégageant de la politique économique néolibérale de ses prédécesseurs – au risque de faire sombrer encore plus rapidement le système économique des États-Unis.

Oui, décidément, rien ne change au pays du dollar….

Une étude incomplète de l’Institut Fraser

L’Institut Fraser affirme, dans une récente étude, que le niveau d’imposition accapare 41,7% des revenus des ménages canadiens en 2009, ce qui constitue une hausse significative par rapport à 1961 (33,5%) et 1981 (40,8%).

Une constatation d’une évidence plus que pléthorique qui est inutile de nous rappeler.

Seulement en 2003, 80% des revenus de l’État provenaient des particuliers.

Mais cette étude brille par l’absence de la détermination des causes de cet accroissement du boulet fiscal enchainé aux pieds des contribuables ordinaires.

La première raison de ce phénomène est l’allégement marqué des impôts payés par les entreprises canadiennes depuis plus de vingt ans (source).

La deuxième cause fut l’évasion fiscale qui s’est multipliée par huit de 1990 à 2003 pour atteindre présentement la coquette somme de 88 milliards par année en fuite de capitaux.

La troisième explication sont les subventions avantageuses fournies par les divers palliers de gouvernement dont profitent les compagnies ne retournant que des miettes une fois leurs profits encaissés.

Cependant, ce think tank de droite, comme tous ses semblables, dont l’Institut Économique de Montréal (IEDM), se dispense bien de révéler certains faits dans ses études afin de ne pas affaiblir ses positions douteuses.

L’objectif de ces groupes de réflexion de droite financés par le monde des affaires est clair : appeler à la dislocation des services publics et tenter de convaincre le citoyen qu’il vit au-dessus de ses moyens.  Ce qui est éminemment faux.  Chacun à droit à la santé, à une bonne éducation et à des services publics dignes d’une société moderne, surtout en cette période de vieillissement de la population et de perturbation économique.

Mais qu’entendent-ils par vivre au-dessus de ses moyens?  Que la santé universelle,  l’éducation publique ou le soutient aux chômeurs coûtent trop chers?  C’est bien là tout le leitmotiv de leurs discours.

Si les canadiens vivent plus haut que leurs moyens, c’est plutôt en rapport aux biens mercantiles offerts par ces mêmes compagnies qui financent l’Institut Fraser.

Consommez, consommez nous rabâchent-elles par leurs publicités omniprésentes tandis que les consommateurs s’endettent afin d’acquérir de plus en plus de produits matériels souvent inutiles.  Si les gens vivent au-dessus de leurs moyens, c’est bien plus en ce domaine que dans le financement des services collectifs plus qu’essentiels.  Par contre, cela, l’Institut Fraser ne l’évoquera pas.

L’éclectisme de ces think tanks n’a d’égal que leur manque de rigueur.  Ils ne montrent qu’un coté du miroir afin d’avantager leurs contributeurs financiers ne rêvant qu’à s’approprier les actifs de l’État providence.

Finalement, au sujet de la dite étude citée en début de billet, pourquoi les salaires des canadiens n’ont-t-il pas suivi la courbe de progression des profits des entreprises depuis deux décennies (source)?

En ce sens,  les contribuables auraient peut-être pu subvenir équitablement aux frais sociaux si les compagnies avaient été moins avares dans leur course aux profits.

La nouvelle chasse aux sorcières des libéraux

Récession et déficit appréhendé obligent, le gouvernement Charest et son ministre Sam Hamad de l’emploi et de la solidarité sociale raclent les fonds de tiroirs en s’attaquant aux assistés sociaux, ces bandits de grands chemins qui vivent le grand luxe au frais des contribuables avec moyennement 675$ par mois.

Selon une récente étude gouvernementale, les soi-disantes « fraudes » dans le régime d’assistance sociale s’élèveraient en moyenne à 69 millions sur un budget annuel de 3 milliards de dollars.  Autrement dit, une goutte d’eau dans l’océan.

Par ailleurs, en divisant ce montant par le nombre de prestataires, soit environ 370 000 personnes, on obtient le chiffre faramineux de 189$ par année par assisté social.  Une somme pourtant insignifiante, mais qui peut faire toute la différence pour une personne vivant avec à peine 8 100$ annuellement.

Mais cette constatation n’empêche pas les sbires du ministère de l’emploi et de la solidarité sociale de courir après ces fraudeurs invétérés avec tous les moyens coercitifs possibles en dépit des éventuelles dérives et injustices d’une telle manœuvre. Nous avons pu le constater dernièrement avec la coupure sauvage et injustifiée des prestations d’une assistée sociale des Laurentides ayant souffert d’un anévrisme.

Cela n’est pas sans rappeler les Boubou Macoutes de Robert Bourassa, comme si les libéraux québécois avaient toujours tendance à frapper en priorité sur les moins chanceux de la société.

Bien sûr, il faut lutter contre la fraude, mais on se doit de s’attaquer aux vrais fraudeurs et non pas aux plus démunis de la société que l’on pousse souvent à déjouer le système afin de pallier à leur manque de ressources.

Mais qui sont ces véritables fraudeurs? Il s’agit des nantis qui usent d’évasion fiscale.  Il s’agit aussi des grandes entreprises qui reçoivent des congés d’impôt indécents et des subventions généreuses sans motif valable ou les entrepreneurs en construction routière obtenant de manière douteuse des contrats gouvernementaux juteux par un procédé d’appel d’offre corrompu (lire:Le vol de la dette publiqueCorruption libérale et  Convergence politico-médiatique).

Pour le gouvernement libéral, il est plus facile de mettre l’emphase dans les médias sur les têtes de turcs de l’assistance sociale qui n’ont pas droit à la réplique que sur ses riches copains donateurs au Parti Libéral extorquant le Québec d’une somme bien plus considérable que ces misérables millions.

Ça passe ou ça casse pour Barack Obama

Suite de mon billet Le moment de vérité pour Barack Obama

___________________

Il y a onze jours, le nouveau président américain, Barack Obama, annonçait vouloir s’attaquer aux paradis fiscaux des particuliers et surtout des grandes entreprises.

Lundi dernier, il a continué de plus belle en promettant d’annuler les avantages fiscaux concédés sous l’ancienne administration  aux contribuables les plus riches ainsi qu’aux grosses compagnies.

En plus, il veut mettre fin au laxisme économique du règne de G.W. Bush en poursuivant des monopoles comme Microsoft, IBM et même Google pour pratiques anticoncurrentielles.

Le tout doit être approuvé prochainement par le congrès américain.

Ouf!  Obama a du pain sur la planche!

Il joue désormais toute sa carrière et le bien-fondé de sa politique économique avec un congrès pourtant démocrate mais hostile à de trop grandes transformations économiques car trop infiltré par des groupes de pression affairistes.

Certains disaient qu’Obama laisserait tomber son agenda économique après la prise du pouvoir… il semble qu’il y tient plus que jamais.

Ça passe ou ça casse pour Obama!  Souhaitons-lui bonne chance!

Le moment de vérité pour Barack Obama

Le moment de vérité est arrivé pour Barack Obama.

Cette semaine, le nouveau président américain a entrepris des démarches pour lutter contre l’évasion fiscale.  Des mesures qui rapatrieraient aux États-Unis 210 milliards $US sur 10 ans.

Ses cibles?  Les compagnies américaines qui se soustraient du paiement de leur juste dû en impôt en établissant des filiales à l’étranger.  Il pointe du doigt les Îles Caïmans où 18 857 sociétés seraient enregistrées à la même adresse !!!  De plus, un rapport de janvier 2009 évoque que 83 des 100 plus grandes sociétés américaines auraient des filiales dans des paradis fiscaux.  Notons qu’il désire aussi s’attaquer aux riches particuliers qui exilent leurs capitaux afin de payer moins d’impôts.

Les yeux du monde seront braqués sur ce dossier chaud qui fait crier le monde des affaires aux États-Unis.

Des difficultés sont aussi à prévoir au congrès américain qui mettra sûrement des bâtons dans les roues dans l’acceptation du budget 2009 contenant ces nouvelles réformes fiscales.

Étrangement, même si la majorité est démocrate à la chambre des représentants et au sénat, rien ne garantit la passation de ce budget si contesté.

En effet, la chambre des représentants et le sénat, constituant les deux têtes de ce pouvoir législatif bicaméral, sont dénués de ligne de parti comme nous le connaissons dans le système parlementaire britannique dont le Canada s’inspire.  Rien n’oblige un représentant ou un sénateur démocrate de voter favorablement à un projet de loi initié par un président démocrate.  En fait, d’autres considérations rentrent en ligne de compte et la principale de ces considérations est le lobbying.

Dans le système politique américain, les lois ou réglementations sur le financement des élus sont très laxistes.  Au plus fort la poche.  Ainsi, n’importe quelle compagnie ou groupe de pression peut exercer une pression insidieuse sur les élus afin d’influer sur le processus législatif dans le but de servir ses propres intérêts privés sans considération du bien public.

Autant dire que, dans ce contexte, les réformes fiscales d’Obama auront la vie dure.

C’est dans les prochains jours que nous verrons si le nouveau président est digne de l’espoir qu’il a suscité.   Lui, le représentant de la classe moyenne,  s’oppose désormais aux puissantes compagnies américaines et il pourrait bien mordre la poussière.

Ses comparses démocrates au congrès pourraient lui faire défaut et privilégier les intérêts de leurs contributeurs électoraux issus en grande partie du business.

Malgré toutes ses bonnes volontés, il devra probablement réaliser les limites de son pouvoir présidentiel devant l’influence de l’argent et de ceux qui le détiennent.

La transformation totale d’une société aussi mercantile et corrompue que celle des États-Unis d’Amérique ne peut s’opérer seulement par l’élection d’un président réformateur.  Elle doit passer par une remise en question profonde du mode de fonctionnement politique ainsi que des rapports de forces socio-économiques qui traversent de long en large le corps social.

Lire la suite:  Ça passe ou ça casse pour Barack Obama