Le monde est fou

Cet article a été publié dans Le Soleil de Québec, le 23 novembre 2022

«Le monde est fou, c’est ce qu’on s’est dit mon chum puis moi.» Ces célèbres paroles de Beau Dommage me reviennent à l’esprit à chaque conclusion d’un sommet sur le réchauffement climatique. Depuis la première COP en 1995 à Berlin, ces sommets nous ont habitués aux mêmes discours lénifiants et aux belles promesses creuses tandis que l’aiguille de l’horloge climatique s’approche de minuit.

La rivalité entre les puissances économiques, les divergences entre les économies développées, émergentes et pauvres ainsi que les intérêts des grands acteurs du secteur des énergies fossiles ont toujours constitué des freins à une solution optimale de la crise climatique. Et la COP27 n’en fait pas exception… Comble de l’ironie, l’industrie pétrolière s’y invite désormais dans une tentative lamentable de «greenwashing» et les pays riches n’offrent au final qu’une vague promesse de compensation financière encore reconduite afin d’aider les pays touchés par les catastrophes à s’adapter aux impacts du réchauffement climatique au lieu d’investir immédiatement dans la décarbonisation de la planète. Qui plus est, pendant le déroulement de ce sommet, le gouvernement du Canada et celui de Terre-Neuve-et-Labrador envisagent de leur côté de délivrer des permis d’exploration pétrolière en milieu marin.

Pourtant, il est plus que temps de tenter une approche différente et plus radicale face à l’échec des initiatives précédentes. Plusieurs penseurs le suggèrent, comme la journaliste et essayiste Naomi Klein. Selon sa vision, il serait nécessaire de placer en position prioritaire la lutte aux changements climatiques dans les politiques gouvernementales, car depuis longtemps les impératifs du commerce international ont préséance sur tout le reste. En effet, les accords commerciaux internationaux nuisent aux initiatives nationales dans la transition énergétique en raison des ententes garantissant une juste compétitivité. De plus, en parallèle, madame Klein suggère d’opérer une transformation sociétale écologique qui permettrait aux exclus du système d’intégrer le monde du travail tout en participant à de vastes projets d’économie durable et sociale.

«La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s’attendre à un résultat différent», nous rappelait Einstein. Cette phrase célèbre devrait être en en-tête de tous les documents des rencontres de la COP, surtout après plus d’un quart de siècle de tentatives infructueuses de s’entendre sur ce problème et de l’aggravation de la situation. Serons-nous capables de soigner notre folie collective avant qu’il ne soit (vraiment) trop tard?

Publicité

Une réflexion sur “Le monde est fou

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s