Une électrification improbable

Cet article a paru dans Le Devoir,  le 25 avril 2016 et dans Métro Montréal, le 26 avril 2016

On apprenait récemment que Québec désire instaurer l’obligation d’une borne de chargement à voiture électrique dans chaque construction résidentielle neuve dans la foulée du plan d’électrification des transports prévoyant la présence de 1,2 million de véhicules de ce type en 2030.

Un vœu louable, mais qui se heurte malheureusement à la réalité économique d’un marché du pétrole et de l’automobile peu enclin à une telle mutation de la flotte véhiculaire au Québec et même ailleurs.

En effet, il demeure peu probable que l’industrie et les consommateurs amorcent volontairement ce changement de cap avec les aléas du cours du pétrole: de l’un, la hausse éventuelle du prix de l’essence fait engranger des milliards de dollars de profits aux pétrolières acoquinées avec les constructeurs automobiles qui n’ont qu’à maintenir le statu quo à leur avantage au lieu de provoquer une transformation du secteur ; de l’autre, advenant la baisse du coût du carburant fossile, les clients retardent l’achat d’une voiture plus «  verte  » et vont même jusqu’à se procurer des véhicules utilitaires sport dispendieux pourtant très énergivores au grand bonheur des industriels.

Un cercle vicieux du marché qui ne se brisera qu’avec une conscientisation véritable de la population et une volonté politique concrète d’en finir avec le pétrole ou ultimement avec une crise environnementale telle que l’urgence de la situation forcera un changement de paradigme dans le domaine des énergies du transport…

5 réflexions sur “Une électrification improbable

  1. The Ubbergeek

    Et puis, il est débatu par ceux insinués comme plus ‘radicaux’ (hum!) que le choix le plus écolo, ca devrait être pas de voitures (individuelles au moins) du tout.

  2. Je crois que les deux doivent coexister avec un penchant plus fort pour le transport en commun. certes. Mais, il est difficile pour une famille de vaquer à ses occupations (école, travail, activités culturelles et parascolaires, sports des enfants…) avec le simple transport en commun, aussi efficace soit-il.

  3. The Ubbergeek

    Je dois avouer que si on habite en campagne par exemple, c’est dur des fois oui. Mais on peut vivre en ville sans voiture tout à fait – j’en veut pas et je m’en sort pas mal pour parler de moi-même.

    Y’a plusieurs questions qui s’entremèlent là, comme l’image de prestige d’avoir son (beau et rapide) char que les pubs nous vendent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s