Étiquettes

, , , , , , ,

Le virage nationaliste de la CAQ et la venue récente parmi ses rangs d’un transfuge du Parti québécois, le conseiller politique Stéphane Gobeil, suscitent l’espoir d’un regain de popularité de ce parti vivotant dans le paysage politique québécois.

Mais cette image revampée – ultime tentative de relancer la formation politique – ne constitue en rien une nouveauté. On tente simplement d’appliquer une nouvelle couche de vernis sur un tableau déjà bien craquelé. En fait, cette nouvelle allégeance «  nationaliste  » n’est point différente de la position de l’ADQ, son ancêtre, et aussi de la défunte Union nationale.  L’une comme l’autre prônaient une politique autonomiste – c’est-à-dire un nationalisme mou prétendant défendre les intérêts du Québec dans la Confédération canadienne.

De plus, ce nationalisme de droite, disons-le, s’aligne dans la même pensée de l’ancien premier ministre Maurice Duplessis de tendance très conservatrice: donner un appui exclusif à l’entreprise privée locale ou étrangère, rapetisser un État jugé trop tentaculaire et s’opposer aux revendications syndicales.

Ce changement cosmétique de la Coalition Avenir Québec ne cache pas sa véritable intention, soit «  retourner vers le passé  » – tout comme l’Action démocratique du Québec affichait fièrement l’adjectif «  démocratique  » dans son appellation pendant qu’elle proposait ni plus ni moins une politique économique de droite qui aurait favorisé indubitablement un écart croissant entre riches et pauvres.