Participalisme politique

S’il y a une chose que les Indignés du monde peuvent nous apprendre, c’est le modèle différent de concevoir la société et les rapports entre les hommes qu’ils apportent.

Dans leurs camps d’occupation – inspirés de l’autogestion et de la participation de tous aux délibérations ainsi que dénués de chef ou de figure dominante –  une véritable vie communautaire et solidaire se développe en opposition à la société qui les entoure où règne le chacun pour soi et l’individualisme exacerbé.

Ce modèle, situé à l’antipode des dogmes productivistes et compétitifs du capitalisme, influe un vent de changement dans des sociétés mercantiles déracinées de tous liens sociaux durables.

Et, au niveau politique, le mouvement des indignés suggère un nouveau paradigme.  Il propose le participalisme politique et la prise de décision en groupe au-lieu d’une démocratie représentative, datant du 13e siècle,  aux mains de groupes d’intérêt privés dont les velléités sont souvent contraires au bien commun.

Pour lutter contre le cynisme ambiant envers la classe politique, il est de mise de redonner le pouvoir décisionnel aux principaux intéressés, les citoyens, en organisant des jurys citoyens, des budgets participatifs, des sondages délibératifs ou des référendums.

Après tout, comme le dit l’adage, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Et cela se vaut aussi en politique.

Niveau de difficulté de texte selon Scolarius d’Influence Communication : 185 (universitaire)

29 réflexions au sujet de « Participalisme politique »

  1. Cependant, il faut se questioner peut-être sur les Occupy et compagnie. Est-ce que le mouvement a été surévalué et glorifié, globalement?

    Regardons par example la manif du truc des Luttes Anti-Capitalistes… Il est à noter que pas beaucoup des occupy les ont joint. Ca en dit long, peut être.

  2. Jimmy, note que BIENS des gens interviews dans les Occupy ne voulaient PAS abolir ou combatre tant le capitalisme en tant que tel, que le réformer dans ses parties les plus iniques.

    Je suis de centre, alors mes vues la dessus sont complexes (je veus de nuvelles idées en économie, pas un néocapitalisme ou nécommunisme tant que par example, une économie style star treck dans le futur, les ressources et idées en tant que bases…), mais…

    Occupy était peut-être pas si important, si radical. La formule est haineuse – ‘bobos et gosses de bourg’ gauche caviar’ – mais elle a un point…

  3. le problème pour moi, au contraire, non.

    Tant que la situation n’empirera pas, il n’y aura pas la radicalisation que vous souhaitez voir.

    C’est comme ce qui se serait passé pendant les années 70s-80s, peut-être; le plus urgents des changements sociaux comme les droits civiques obtennus, les gens se sont contentés de ce qu’ils ont eu. Ce poster communiste dont j’oublie le nom (le type à l,avatar de Lénine) a dit un truc très similaire dans son jargon communiste – ‘l’état bourgeois a fais des concessions pour obtenir la paix, et les prolétariens en furent content’, un truc comme cà.

  4. Oui, mais vient un temps où les réformettes n’apaissent plus la colère de la population. À ses dernières limites, le capitalisme ne pourra faire de concessions qu’à un prix très élévé. Ce que je prévois est un retour du balancier vers la gauche, après 30 ans de droite. Et je ne parle pas de révolution à la prolétarienne, mais bien une vague de fond qui modifiera profondement l’économie sans détruire les bases de la propriété privée, comme le prône le communisme.

  5. le problème aussi, et je l,ai déjà dit, ca pourrait au contraire mener à une radicalisation.. vers la DROITE. D’autre droite.

    Comme un certain néofascisme, avec les immigrés (et musulmans) en cibles, par example.

    Ou une victoire libertarienne…

    Les gens sont sots, des fois. La masse a besoin de ‘sauveurs’ et de ‘boucs émissaires’.

    Comme les ‘néolibéralistes’ pour les démagogues de gauche.

  6. Oui, la tendance vers une radicalisation de la droite est déjà en marche. Les États sont émasculés en raison de leurs déficits records. Alors la seule solution est de sabrer dans les budgets sociaux. Mais, en agissant de la sorte, la grogne populaire croîtra jusqu’au point de bascule.

  7. Mais ironiquement, une autre forme de droite, encore là, pourrait gagner.

    Libertarienne ou néofasciste.

  8. Le problème est multiple – de un, même si ca dure pas, une dictature, ca fais MAL pendant le temps que cà vit.

    De l’autre, aussi… si le libertarisme gagne, c’est… insidieux. Une anti-dictature, la Mobocracy peut-être. La dictature du peuple, ‘libre’, tyrannie de la majorité ou minorité.

  9. Si les libertariens prennnent le pouvoir un jour, ce sera l’anarchie et le retour au moyen-âge. Pour ma part, ça n’arrivera pas. Même les américains plus à droite commencent à trouver le Tea Party trop extrème dans ses positions. Certains sondages le prouvent.

  10. Ouf, je me sens quasiment gêné de vous déranger! 😉

    Je ne comprends pas the Ubbergeek (ce n’est pas la première fois!). J’abonde avec Jimmy que ce mouvement met en pratique des modes de gestion participative très intéressants et prometteurs.

    @ the Ubbergeek

    «Regardons par exEmple la manif du truc des Luttes Anti-Capitalistes… Il est à noter que pas beaucoup des occupy les ont joint. Ca en dit long, peut être.»

    Jamais je ne manifesterai avec eux non plus, même si je partage beaucoup de leurs revendications. Ce que ça dit de la gang d’Occupons, c’est selon moi plus qu’elle est pacifiste qu’autre chose.

    @ Jimmy

    «Alors la seule solution est de sabrer dans les budgets sociaux.»

    Petit lapsus ici, j’imagine… C’est la seule solution que les néolibéraux voient, pas la seule solution.

    «Les États sont émasculés en raison de leurs déficits records. »

    Pas d’accord du tout. Il s’émasculent eux-mêmes en prétendant que la mondialisation et le pouvoir de la finance sont inéluctables, tandis qu’ils ne font que leur laisser la place. Ils refusent encore de taxer les plus riches adéquatement et, surtout en Europe, jouent à la concurrence fiscale les uns contre les autres alors que 90 % (ou quelque chose du genre) de leurs échanges internationaux se font entre eux! Ils n’ont qu’à s’entendre et à agir de concert!

    D’accord, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais cette solution existe, il faudrait au moins en parler!

    Et il reste l’impression d’euros… Mais, cela, c’est trop long à élaborer!

  11. @Darwin

    « Petit lapsus ici, j’imagine… C’est la seule solution que les néolibéraux voient, pas la seule solution. »

    Je me positionne seulement selon leur point de vue.

    « Pas d’accord du tout. Il s’émasculent eux-mêmes en prétendant que la mondialisation et le pouvoir de la finance sont inéluctables, tandis qu’ils ne font que leur laisser la place. »

    Encore une fois, je me place selon leur angle de vue. Tu sais très bien que j’ai déjà traité d’une imposition accrue des nantis et des compagnies.

    ***

    Et merci pour l’acquiescement!

  12. Bof, les républicains n’arrêtent pas d’en parler pour éviter une hausse des impôts des riches! Je sais, ils le disent pour associer Obama aux communistes…

  13. Reste que les (ex) ‘bourgeois’ et cie doivent aussi avoir une part dans le ‘nouveau monde’, ou…

  14. @ Darwin :
    « ce mouvement met en pratique des modes de gestion participative très intéressants et prometteurs. » Ha oui? Quel « mode de gestion »? Je pensais que leur principe était justement de PAS avoir de mode de gestion… :o\

    « Jamais je ne manifesterai avec eux non plus [les anti-capitalistes] »
    Heum…t’es tu en train de dire que les anti-capitalistes sont pas pacifistes? Si on considère que le capitalisme est à la base de tous les conflits modernes et passés, SEULS les anti-capitalistes sont réellement pacifistes, les autres sont des charlatans, des chauvins, qui ne comprennent nullement l’Histoire et la structure du système. Ce n’est que mon point de vu, mais la prochaine fois, je te propose de te joindre à leur groupe et de ne pas te fier aux préjugés.

    Les problèmes de l’Union Européenne et de l’EURO sont un leurre! Le réel problème, c’est les 20 000 milliards de US$ qu’il y a de trop en circulation dans l’économie mondiale et le fait qu’un pays (les É-U) peut imprimer autant de devise nationale qu’il veut et les blanchir avec l’économie mondiale et donc reporter l’inflation sur les autres pays. Mais dans les 9 prochains mois, ce sera la moitié de ces 20 000 milliards qui partiront en fumé. Attention à vos fonds de pensions, vos économies de retraites, vos placements en bourses, les intérêts de votre hypothèque….. quand ça va planté, ça va faire mal en CRI**E ! Pis, évidemment, ça va être les mêmes qui vont payer!

    Présentement, les 3 classes dominantes (bancocratie, bourgeoisie, formoisie) sont encore liées entre elles, mais leur allégeance commence à s’effriter. On voit de plus en plus les bourgeois et les formois faire alliance pour proposer des alternatives ou des encadrements aux banquiers. Mais dès que la situation s’aggravera encore d’avantage ou que le « problème bancaire » sera résolu, la division bourgeoisie/formoisie se révélera de nouveau au grand jour.

  15. Le participalisme est une magnifique façon de gérer une tribu de100 personne mais pour gérer le Québec, je préfère la démocratie participative;)

    Je pense que c’est Nicolas qui avait dit « Si on instaurait le libertarianisme pour vrai dans une société, ça serait la guerre civile au bout de 2 jours ».

    Je n’ai aucune crainte par rapport à un régime libertarien, par contre leur propagande influence, ils gueulent très fort mais niveau contenu, c’est tellement pauvre!! Ils sont à réhabiliter Duplessis en ce moment, c’est pas les gros chars quand même au niveau des idées! Ça ne devrait pas vous faire peur autant The Ubbergeek!

  16. Le terme « participaliste » est emprunté à l’économie du même nom. Mais son sens politique, employé ici, est pas mal similaire à la démocratie participative…

  17. D’accord, je ne connais pas beaucoup ce concept d’économie participative mais ça a l’air à contenir des idées intéressantes de gauche.

    Par contre, j’adore ce mot « parecon » que j’avais déjà lu mais dont la signification m’échappait, j’ai trouvé sur Wiki!

    « L’économie participative, également traduit par économie participaliste (en anglais, participatory economics, désignée par l’abréviation parecon)  »

    Magnifique, ça vient de l’anglais mais en français, ça fait pare-con, donc protection anti-cons! 😉

    J’aime ça!

  18. @ Koval

    «Magnifique, ça vient de l’anglais mais en français, ça fait pare-con, donc protection anti-cons!»

    Les Français de France aimment bien les mots en anglais. En français du Québec, on tente de populariser l’expression Écopar, comme Normand Baillargeon le fait ici «http://classiques.uqac.ca/contemporains/baillargeon_normand/proposition_libertaire/proposition_libertaire_texte.html»

    @ André

    «Je pensais que leur principe était justement de PAS avoir de mode de gestion»

    Pourquoi se réunissent-ils alors pour prendre des décisions? Qu’on aime le mot ou pas, c’est un mode de gestion.

    «je te propose de te joindre à leur groupe et de ne pas te fier aux préjugés.»

    Je suis un grand garçon qui va continuer à ne pas s’associer à des gens qui sont masqués. Le pacifisme n’est pas qu’un texte sur une pancarte, c’est aussi une attitude. Libre à vous de les appuyer, je n’ai pas de conseil à vous donner. Libre à moi de ne pas le faire, je n’ai pas de conseil à recevoir là-dessus.

    «Mais dans les 9 prochains mois, ce sera la moitié de ces 20 000 milliards qui partiront en fumé.»

    Ben oui… Vous ne disiez pas un peu la même chose il y a deux ans? Si ce n’est vous, c’est quelqu’un d’autre. Et le chronomètre repart à zéro régulièrement.

  19. Et cependant… Occupy is done for much. L’Indignation est plus ou moins finis.

    Je l’ai dit ici; Ca ne résultera pas en de grands changements.

    On m’a traité d’éteignoir, comme d’hab, trop cynique. Mais… Encore une fois, mon cynisme avait eu un point.

  20. Et en passant, les indignés n’ont pas quitté de leur grè, mais contre leur volonté en conséquence de la répression.

    Et l’histoire a souvent démontré que la répression des puissants ne réussit qu’à ralentir un mouvement politique, pas à l’éliminer. Au contraire, elle l’alimente..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s