Le piège à con

Jean Charest, ce machiavel des temps modernes, a ouvert une trappe, avec le projet de loi 33 concernant le placement syndical,  devant la FTQ-Construction – le syndicat le plus important dans cette industrie- afin de détourner l’attention de la population des liens incestueux du Parti Libéral du Québec avec certains entrepreneurs pratiquant la collusion – et cette association de travailleurs s’est jetée dedans à pieds-joints!

Un piège à con – et la FTQ-Construction, ainsi que l’Inter dans une moindre mesure,  ont tombé dans le panneau avec leurs réactions démesurées – élaboré dans l’objectif de ternir encore plus le mouvement syndical dans son ensemble à un moment où le patronat cherche à faire oublier ses excès et ses rapports étroits avec le gouvernement actuel.

Par ailleurs, cette section de la FTQ agit contre les intérêts généraux des travailleurs en privilégiant, dans le placement syndical,  les membres de sa propre affiliation au détriment d’autres ouvriers aussi compétents et ayant aussi droit au travail.  Sans compter que la pression exercée en violation au droit de la liberté d’association , via ce placement syndical quasi-monopolistique, contraint ces travailleurs à quitter leurs syndicats et à joindre les rangs de la FTQ-Construction.

Et le premier ministre Charest rit dans sa barbe car il a usé des divisions latentes du mouvement syndical pour l’affaiblir.   Et ça marche! Grâce aux fins stratèges de la FTQ-CONstruction…

5 réflexions sur “Le piège à con

  1. Tout à fait d’accord avec ce billet.

    J’ai trouvé autant et même plus déplorable de voir le président de la FTQ, Michel Arsenault, venir en commission parlementaire appuyer son syndicat aux pratiques anti-syndicales, sans s’apercevoir qu’il discréditait ainsi la quarantaine d’autres syndicats qui sont aussi affiliés à la FTQ.

  2. the Ubbergeek

    À la fin, le vrai vainqueur est… le patronat, qui peut pointer le ‘mal des syndicats’. URGH.

  3. «Ces agissements m’ont surpris. Je croyais que la FTQ agirait plus intelligement… mais non.»

    Moi aussi

    Dans le billet que j’ai écrit sur le projet de loi 33, j’ai cité Jean Charest :

    «M. Charest a appelé les syndicats de la construction à se comporter en citoyens responsables et respectueux, ajoutant qu’il serait « inacceptable » qu’il y ait des arrêts de travail.»

    Et commenté ainsi :

    «Or, d’arrêts de travail, il n’y a pas! Ça doit bien l’embêter.»

    C’était assez évident que Charest n’espérait qu’une chose : que les syndicats agissent comme ils l’ont fait la semaine dernière. Comme tu dis, ils sont vraiment tombé dans un piège à con…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s