Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Jean Charest, ce machiavel des temps modernes, a ouvert une trappe, avec le projet de loi 33 concernant le placement syndical,  devant la FTQ-Construction – le syndicat le plus important dans cette industrie- afin de détourner l’attention de la population des liens incestueux du Parti Libéral du Québec avec certains entrepreneurs pratiquant la collusion – et cette association de travailleurs s’est jetée dedans à pieds-joints!

Un piège à con – et la FTQ-Construction, ainsi que l’Inter dans une moindre mesure,  ont tombé dans le panneau avec leurs réactions démesurées – élaboré dans l’objectif de ternir encore plus le mouvement syndical dans son ensemble à un moment où le patronat cherche à faire oublier ses excès et ses rapports étroits avec le gouvernement actuel.

Par ailleurs, cette section de la FTQ agit contre les intérêts généraux des travailleurs en privilégiant, dans le placement syndical,  les membres de sa propre affiliation au détriment d’autres ouvriers aussi compétents et ayant aussi droit au travail.  Sans compter que la pression exercée en violation au droit de la liberté d’association , via ce placement syndical quasi-monopolistique, contraint ces travailleurs à quitter leurs syndicats et à joindre les rangs de la FTQ-Construction.

Et le premier ministre Charest rit dans sa barbe car il a usé des divisions latentes du mouvement syndical pour l’affaiblir.   Et ça marche! Grâce aux fins stratèges de la FTQ-CONstruction…

Publicités