Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Que fait-t-on, lorsqu’un expert à l’allégeance douteuse, comme André Caillé, se casse la gueule en tentant de faire avaler aux québécois la pertinence et la sécurité de l’exploitation des gaz de schiste?  Tout simple. On envoie le larbin des affairistes, Lucien Bouchard, à la rescousse.

L’Association pétrolière et gazière du Québec espère, par la nomination de ce nouveau président, amadouer la population en propulsant à l’avant-scène l’ancien premier ministre le plus populaire de l’histoire récente du Québec.

Pourtant, Lucien Bouchard se situe à des millions d’années lumière des préoccupations du citoyen québécois ordinaire.

Toute sa carrière, il pencha du bord du monde des affaires, sans compter ses va-et-vient constants entre foi souverainiste et fédéraliste démontrant à maintes reprises son caractère frivole et ambivalent.

Que cela soit clair : Bouchard n’est pas là comme médiateur dans ce dossier, mais comme représentant de commerce pour l’oligopole énergétique fossile.

Et cela lui sied bien.

En fait, Bouchard couche avec les gens d’affaires depuis toujours.

Comme député et ministre de l’environnement sous les conservateurs de Mulroney – c’est un comble! – il marcha main dans la main avec la communauté d’affaire.

Parlons aussi de ses coupures sauvages en éducation et particulièrement en santé pendant son règne de premier ministre du Québec dont on ressent encore les effets en 2011.

Par ailleurs, son adhésion, en 2005, au Manifeste pour un Québec Lucien….lucide,  confirma ses positions conservatrices en économie souvent aux antipodes des besoins sociaux de la population.

Et souvenons-nous de sa déclaration outrageante sur le manque d’ardeur au travail des salariés québécois.  En somme, « travaillez plus pour moins », comme il l’a dit aux employés d’Olymel dans son rôle de négociateur de la partie patronale – preuve ultime de son aversion pour la populace laborieuse.

Plus récemment,  il siège sur de nombreux conseils d’administration de grandes compagnies, comme Saputo, Transforce, Transcontinental et surtout Dessau (Conseil consultatif) qui est partenaire en règle de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), instigateur du projet des gaz de schiste!!!

Quand on parle du jupon qui dépasse!

Ne soyons pas dupe.  Le Québec ne doit pas tomber dans le panneau des gaz de schiste.

Lucien Bouchard n’est pas impliqué là-dedans pour des considérations altruistes ou pour faire avancer le Québec.  Il débarque dans ce dossier uniquement pour appuyer ses  petits copains et récolter en prime les 700$ de l’heure que lui paiera l’APGQ.  À ce tarif, n’importe quel opportuniste pourrait vendre sa propre mère.

Il sera intéressant de voir planer Bouchard sur les vapeurs des gaz de schiste avec la nouvelle information dévoilée concernant les fuites importantes sur les sites de Leclercville et de La Présentation de la compagnie albertaine Talisman en parallèle avec l’arrêt de ses projets gaziers aux États-Unis suite à un grave incident en Pennsylvanie … au risque de le voir perdre encore plus de crédibilité parmi ses compatriotes.