Étiquettes

, , , , , , , ,

Il y a des événements dans l’actualité qui changent la course de l’Histoire.

La tuerie de Tucson en Arizona, perpétrée par Jared Lee Loughner, quoi que malheureuse par ses victimes innocentes, dont la représentante démocrate Gabrielle Giffords gisant sur un lit d’hôpital, peut éventuellement et contre tout attente débouchée sur un aspect positif.

Dans ces moments de stupeur et de tristesse devant le drame humain et l’inconséquence du geste meurtrier commis, le contexte est propice à une remise en question et à des changements de paradigmes importants dans la société américaine.

En effet, cet incident lugubre a permis de découvrir, pas son allocution, la grandeur d’un président, Barack Obama, hautement contesté par une puissante droite idéologique, appuyée par des médias colossaux comme le réseau Fox, n’hésitant pas à appeler aux armes pour renverser l’administration en place.

Aussi, il a dévoilé l’inconsistance d’une Sarah Palin, oracle du néoconservatisme, et l’irresponsabilité des ténors du Tea Party évoquant l’utilisation de la violence dans le débat politique.

De plus, cela donne des munitions aux opposants du trop libre accès à l’armement aux États-Unis, ce fer de lance de la droite républicaine.  Nul ne peut prévoir les agissements d’un individu dérangé lorsqu’il saisit une arme à feu dans ses mains, malgré la constitution américaine qui permet à tout américain de posséder une arme pour lutter contre la tyrannie.  Ce qui n’est sensiblement pas le cas ici.

Ainsi, le pendule devrait retourner dans l’autre direction et recentrer la politique américaine vers la modération et le bon sens.

Comme un papillon battant des ailes et créant une tempête à l’autre bout du monde, cette tragédie pourrait avoir des conséquences ultérieures dans les vents orageux de l’Histoire.

Ce serait, en fait, le seul moyen d’honorer la mémoire des victimes de Tucson et de s’assurer que leurs morts ne soient pas vaines.