Mots-clés

, , , ,

Noël, quelle belle fête.  On se retrouve, on se dit comment on s’aime, on prend une petite bière en admirant le sapin tout illuminé.

Mais Noël n’a pas la même signification pour tout le monde.

Pour les plus chanceux, c’est un moment de réjouissance et de retrouvaille familiale qui donnent lieu à un joyeux festin et à une remise réciproque de cadeaux.

Pour les moins chanceux, c’est la vie à l’extérieur à une température inférieure à zéro.  C’est les maigres repas provenant des dons alimentaires ou charitables pour les familles démunies.  C’est l’apathie envers leurs conditions misérables malgré les chants cantiques et le soi-disant « esprit de Noël ».

On prétend être compatissant durant ce temps des fêtes, mais le reste de l’année nous nous complaisons dans l’indifférence envers nos congénères.

Noël n’est plus Noël.  Ce n’est que la période la plus prospère pour les commercants.

Ce n’est qu’un prétexte pour nous vendre des bébelles inutiles et des cochonneries superficielles, originaires de la Chine ou d’une autre partie du monde.  Des travailleurs, souvent des enfants, partout sur la planète,  se tuent à la tâche dans la production de ces biens avec des salaires médiocres.

Nous accourons dans les centres commerciaux en achetant des cadeaux pour nos proches afin de nous racheter de notre désintéressement envers autrui à tous les autres jours de l’année tandis que les mercantiles s’en mettent plein les poches.

En fait, plusieurs entreprises ne pourraient survivre sans cette fête devenue maintenant capitaliste.

Joyeux Noël à tous, malgré tout!

Publicités