Étiquettes

, , , , ,

En terres du Canada, un conflit épique fit rage.  Les citoyens de la Cité de la Fleur de Lys résistèrent à l’invasion anglo-saxonne après des dizaines de décennies de siège.

Et vint alors un temps où la victoire était presque acquise.  Ils repoussèrent les hordes barbares loin de leurs palissades, mais échouèrent de peu.

Pris par le désarroi, les guerriers du Canada eurent l’idée d’un stratagème ingénieux.

Ils envoyèrent un Charest parmi les résistants, parlant comme eux, arborant les mêmes costumes d’apparats, mais cachant son véritable jeu.

Après plusieurs printemps, lorsque la vigilance des habitants du Fleur de Lys fut à son plus bas, le Charest devint chef de cette cité à l’aide de belles paroles et de promesses creuses.  Le ver était ainsi inséré dans la pomme.

Il demeura premier magistrat durant sept révolutions terrestres au tour du soleil profitant de l’insouciance des citadins pour miner les fondations de la cité.

Les murailles de la ville finirent par tomber en ruine avec conséquences l’infiltration silencieuse de troupes adverses attendant depuis longtemps leur heure et l’attrition de la population indigène locale.

Aussi, la gestion de la cité se voyait gangréner par la corruption engendrée par le nouveau chef.

La confiance des habitants en leurs dirigeants atteignit des bas-fonds tandis que  les adversaires riaient de satisfaction.

La tactique du Charest de Troie a pu atteindre ses objectifs.  La Fleur de Lys n’offrira plus de résistance à l’invasion.

Désormais, les portes de la cité sont grandes ouvertes…