Oui à la hausse de la taxe sur l’essence

Les maires de Montréal et des banlieues vont bientôt demander à la Régie de l’énergie du Québec d’augmenter la taxation sur le prix du litre d’essence afin de supporter les coûts du transport en commun.

Cette majoration pourrait se situer entre 2 cents et 10 cents le litre dépendamment des projets en cours sous l’égide de l’Agence Métropolitaine de transport (AMT).

Il s’agit d’une excellente initiative pour deux raisons.

Premièrement, cette hausse du tarif de l’essence inciterait encore plus les automobilistes à utiliser les transports en commun, plus particulièrement les trains de banlieue, qui ont connu depuis un an une baisse d’achalandage et donc de financement.

Deuxièmement, cela contribuerait à opérer une pression à la baisse sur le prix du carburant fossile.  En effet, en offrant aux automobilistes une satisfaction alternative à leur besoin de transport, c’est-à-dire le train de banlieue au lieu de leurs voitures, on induirait un effet de substitution sur ce produit pétrolier qui poussera indubitablement son prix vers le bas.  Même si l’industrie du raffinage de pétrole est un oligopole imposant sa volonté implacable, la concurrence de la part d’un moyen de transport désormais plus économique aura tendance à faire replier la demande et à influer sur la fixation du prix du litre de manière baissière.

En fait, une telle suggestion intègre parfaitement la philosophie du présent cabinet libéral prétendant à une profession de foi envers la protection de l’environnement et la lutte contre les abus des pétrolières : on se souviendra des menaces contre ces dernières du ministre des ressources naturelles, Claude Béchard, à l’été 2007.

Le gouvernement provincial devrait accueillir favorablement cette proposition car elle permettra de délivrer un tant soit peu la population du joug des multinationales du pétrole et de jouer positivement sur l’écosystème en atténuant la pollution et le réchauffement climatique.

À lire: Oligopole et prix du carburant à Montréal

5 réflexions sur “Oui à la hausse de la taxe sur l’essence

  1. Darwin

    Bien d’accord avec toi. C’est pas mal plus efficace de hausser les taxes sur l’essence pour combattre les GES et la pollution que d’augmenter les tarifs d’électricité. Cela démontre que l’objectif de hausser les tarifs d’électricité n’est pas de réduire les GES, comme certains des promoteurs de cette hausse l’affirment, mais qu’ils ont mentionné cet objectif uniquement parce qu’il semble progressiste te pour masquer ses objectifs réels, soit de faire payer la classe moyenne et les démunis plutôt que les plus riches (par une hausse des impôts).

  2. Steph_anne

    Je suis en désacord!

    J’habite la banlieue et le transport en commun n’a jamais pu nous satisfaire (heure, localisation, stationnement, horaire, itinéraire…)

    L’idée c’est qu’en taxant plus, ça fini par m’écoeurer! Tiens nouveau rapport rôle d’évaluation municipale et me voilà moins riche de 1000$ (NET non déductible…)

    SANS AUCUNE FARCE!!! (désolé pour les mjuscules mais y’a pas d’autres moyens de mettre en évidence… )

    Je n’ai aucun nouveau service!!!

    Mais je paye le 1/3 de plus!!!

    Ou va mon 1000$???

    Je ne peux pas m’acheter une maison à Montréal comme j’ai ici, pour pouvoir avoir un bon transport en commun) sans claquer une véritable fortune…

    Moi dans ma petite tête… Je ne vois pas comment considéré l’achat d’une maison à 3/4 de million… même avec ce que nous faisons à deux et même avecc ce que nous avons fais…

    C’est Irréel!!! En 2000 ma maison vaudrait un montant logique à Montréal et Laval.

    La vérité sur l’étalement urbain et ses paradoxes:

    Premio: Le gouv ne veut pas que Montréal perdent son statut de seconde ville francophone du monde… (donc on construit pas de pont… et pas de route. Entendons nous qu’une voiture presqu’immobile pendant près d’une heure trente pollue autant qu’une voiture mobile pendant 20 minutes 😉

    Deuzio: Le gouv autorise un nombre déterminée de permis de construction par municipalité… il augmente sans cesse!

    Pourquoi?

    Les Zamis qui financent les partis… et le lobby des municipalités dirigés par les lobbys de construction en municipalité!!!

    La solution réelle à l’étalement urbain?

    1- Stopper les permis de construction en banlieue!

    2- Dézonner d’immenses terres sur l’ile même de Montréal

    3- Déduire en crédit d’impôt le coût des hypothèques des maison de « range » moyen sur l’île de Montréal. (pas des château de riche là… non juste des unifamilial inachetable en ce moment!)

    Ces idées là (1-2 et 3) me viennent de quelques maires connus de la région de Montréal qui m’ont véritablement ouvert les yeux sur la réalité du trou de beigne et de ce que NE FONT PAS les politiciens pour règler le problème facile!

    Pensez-y!

    Alors une autre taxe pour développer le TC? NOP!!!

    Commencer par bien gèrer ce que je vous donne!

    Et non, une nouvelle taxe ne va pas nécessairement dire moins d’utilisation d’autos… Lors des dernière hausse depuis 2005, a-t-on vu moins de véhicule? Moins de pétrole?

    Non! les gens sont déjà pris à la gorge par le pétrole!

    Taxer les véhicule gourmands seulement???

    OUIIIII!!!! 99% d’accord!

    Mais dépend du nombre de membres dans une famille!

    2 adultes et trois enfants = NON!

    C’est une nécessité!

  3. Darwin

    @ Jimmy (et Steph_anne )

    Il est certain qu’on est actuellement un peu pris dans une situation où on se demande par où commencer : par l’œuf ou la poule. On voudrait plus d’incitatifs pour encourager les gens à prendre le transport en commun (j’espère au moins qu’on est d’accord là-dessus), mais les infrastructures sont pour l’instant insuffisantes pour attirer une proportion significative de ceux qui conduisent actuellement une auto.

    L’augmentation des taxes sur l’essence représente tout de même un des moyens pour viser des changements significatifs dans le comportement de la population. C’est vrai, comme le dit Steph_anne, que la dernière augmentation des prix de l’essence n’a eu aucun impact sur l’utilisation de l’automobile. Si cette augmentation avait été permanente, ou avait duré plus longtemps, il est certain qu’on aurait pu observer des changements tangibles, surtout s’il y avait une meilleure offre de services de transport en commun.

    Dans ce sens, il faut aussi adopter d’autres mesures. Par exemple, on devrait concentrer les futurs investissements dans le système de transport dans l’augmentation de l’offre de transport en commun, et pas seulement en milieu urbain. La construction de nouveaux ponts (comme celui de la 25) est par exemple une aberration. L’augmentation des taxes sur les grosses cylindrés, proposée par Steph_anne, n’est surtout pas à rejeter, mais est aussi insuffisante : cela ne fait que repousser l’échéance. Il faut que les comportements changent, même les comportements de ceux qui conduisent des voitures moins énergivores.

    Quant à ses trois propositions, il faut bien sûr les examiner. Ses deux premières propositions me semble extrêmes compte tenu des besoins de logement. Avant d’interdire la construction en banlieue, il faudrait être certain de pouvoir bâtir dans l’Île de Montréal. Or, le prix des maisons de tout nouveau développement dans l’Île serait plus élevé que celui des développements qui s’y font actuellement (qui sont déjà plus chers que ceux faits en banlieue), car les entrepreneurs commencent toujours par les endroits qui leur coûtent le moins cher (sauf, bien sûr, pour les logements de luxe, mais ce n’est pas de cela dont on parle). Or, comme il le dit, le prix des maisons est déjà trop élevé pour bien des familles. Il ne le serait pas moins avec sa proposition. Si on ne peut réaliser sa deuxième proposition, la première tombe d’elle-même.

    Sa troisième proposition est le meilleur moyen pour gonfler une bulle immobilière. Je vous rappelle qu’une des raisons du gonflement de la bulle immobilière aux États-Unis est justement le fait que les hypothèques y donnent droit à des réductions d’impôt. Dans un contexte où les taux d’intérêts sont à un niveau très faible, accorder des crédits pour les hypothèques, même pour des logements dits abordables, est un moyen idéal pour faire augmenter le prix de ces logements, d’autant plus que ce type de logement a déjà un taux d’inoccupation très faible. Il y a déjà un manque d’offre et sa proposition augmenterait la demande, moyen infaillible pour faire augmenter les prix. Et on ne parle pas du financement d’une telle mesure (augmenter quelle taxe, quel impôt, au détriment de quelles dépenses, celles pour le transport en commun ?…)

    Bref, on ne s’en sort pas, la meilleure solution est de favoriser le transport en commun. Steph_anne lui-même dit qu’il ne l’utilise pas parce que le service est inadéquat. C’est donc par là qu’il faut commencer et l’augmentation de la taxe sur l’essence doit être dans le panier de mesures pour y parvenir, car sans incitatif pour abandonner l’auto, le développement du réseau de transport en commun serait inutile, ou en tout cas insuffisant.

  4. mikedundee

    moi je me demande juste, taxe sur l’essence, taxe sur le carbone,pour réguler les gazs à effet de serre et miser sur l’énergie renouvelable, c bien, mais les gros industriels payent combien dans tout ca ?

    Je suis d’accord avec une taxe de plus pour la bonne cause, mais que donne les pétrolières et autres polueurs ? Je suis curieux et de plus c difficil de trouver des articles sur ce sujet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s