Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Le scandale est plus énorme qu’on ne l’avait escompté.

Suite à la révélation, la semaine dernière, d’une donation douteuse d’Hydro-Québec au collège Notre-Dame qu’aurait fréquenté le PDG d’Hydro-Québec, Thierry Vandal, on apprenait ce jeudi qu’une autre école privée, le séminaire de Sherbrooke, avait pu elle aussi se prévaloir d’un généreux don de la part de la société d’État.

Le hic, c’est que le premier ministre lui-même fut un élève de cette institution d’enseignement pour privilégiés pendant que la grande majorité des écoles publiques souffre de sous-financement chronique et d’un taux de décrochage endémique!

On est en droit de se demander si Hydro-Québec n’est pas devenu la propriété virtuelle du Parti Libéral du Québec.

Tout d’abord,  il y a eu cette affaire touchant Thierry Vandal, un ancien directeur de la  Commission politique du Parti libéral du Québec sous Robert Bourassa, et ensuite cet apparent conflit d’intérêt impliquant le premier ministre Charest lui-même (il est le véritable patron d’HQ après tout)!

En à peine une semaine, les médias ont pu creuser assez profondément pour dénicher des preuves de donations louches d’Hydro-Québec à certaines écoles privées et il est fort probable que de nouvelles informations à ce sujet transpireront et viendront puer aux nez des contribuables québécois.

Mercredi dernier, à l’émission radiophonique Dutrizac, l’après-midi, le porte-parole d’Hydro-Québec, François Taschereau, a affirmé sur les ondes que la société d’état n’a jamais fait d’autres donations de ce type à des écoles privées !  Mensonge ou déclaration par méconnaissance?  Qui sait? De toute façon,  il y a évidemment anguille sous roche.

Le Parti Libéral du Québec est ce qu’il est: une formation politique de nantis qui avantage les ressortissants des classes opulentes en dépit des besoins essentiels de la majorité des québécois.

Ce fait a pu être constaté depuis le début de la gouvernance de Charest qui a toujours refusé de pallier au manque de financement en éducation au Québec.  En 2008, l’ancienne grande argentière du gouvernement Charest, Monique Jérôme-Forget, rejeta du revers de la main la demande pertinente de la Centrale de l’enseignement du Québec d’injecter 1,5 milliard$ dans le réseau sur trois ans.  Cela n’est pas sans rappeler les belles années du règne libéral de Bourassa.

Une subvention gouvernementale de 60% aux institutions d’enseignement privées n’est toujours pas assez pour les libéraux.  Le PLQ ne se soucie guère de l’éducation publique et augmenta les tarifs d’Hydro-Québec de 18% en six ans afin de saupoudrer les institutions scolaires de ses riches contributeurs électoraux pour ainsi leur retourner l’ascenseur et bonifier par la bande l’aide étatique aux écoles privées.

De la bonne vieille crasse politique quoi!

AJOUT IMPORTANT:  Hydro-Québec aurait aussi fait cadeau de 50 000$ au Conference Board du Canada!  Un think tank de droite!  De plus, Thierry Vandal siégeait sur le conseil de cette organisation en 2006!!!  Encore bonjour les conflits d’intérêts!

À lire: Les ti-amis de Thierry Vandal et Hydro-Québec

Advertisements