Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Ce texte a été publié dans Le Devoir le 16 décembre 2003

Les commentaires antisyndicaux que l’on peut lire ces derniers temps sur certains blogues sont déconcertants. C’est à croire que les syndicats sont responsables de tous les maux du Québec et des penseurs de droite comme Martin Masse ou Nathalie Elgrably de l’École de l’Institut Économique de Montréal jettent de l’huile sur le feu en montrant du doigt les grandes centrales comme des boucs émissaires de la crise économique actuelle.

Les syndicats ne sont pas parfaits, certes, et comme toutes les organisations humaines, ils commettent parfois des erreurs.  Les récentes nouvelles concernant les dérives de la FTQ-Construction entachent le mouvement syndical, mais il ne faut pas s’empresser d’affubler des mêmes travers tous les syndicats.  La plupart sont transparents et s’impliquent positivement dans leurs communautés.

Au bout du compte, le rôle de redistribution des richesses du mouvement syndical l’emporte sur ses possibles effets négatifs. Citons un exemple concret: les États-Unis ont un faible taux de syndicalisation (13 % contre 41 % au Québec), mais l’écart économique entre riches et pauvres dans ce pays est le plus élevé de tous les pays industrialisés selon l’économiste Alain Lipietz.

De plus, de récentes études socio-économiques montrent que le Québec est la société en Amérique du nord avec l’écart le plus faible entre les classes sociales.

La problématique est simple: voulons-nous un développement économique hors de contrôle qui ne permettrait pas une bonne répartition des revenus comme aux États-Unis, ou, au contraire, devrions-nous rechercher une politique économique plus équitable teintée d’une meilleure redistribution des richesses?

La société idéale devrait, en principe, chercher à rapprocher les individus et ne pas accentuer les inégalités sociales, surtout en ces temps de crise économique.