Mario Dumont: le Barack Obama du Québec?!

Le chef de l’ADQ nous a depuis toujours habitués à un discours incohérent et à un opportunisme politique de bas niveau.

En ce début de campagne électorale provinciale, ses premières déclarations démontrent qu’il utilise encore les mêmes stratégies boiteuses.

Il appelle au changement, à l’image du résultat des récentes élections américaines, un changement que bien sur lui seul représente au Québec.

On aura tout entendu. Au niveau de la récupération politique, Dumont vient de battre son propre record.

Oser se comparer ainsi à Barack Obama qui prône un interventionnisme accru de la part de l’État dans la sphère économique ainsi qu’une meilleure justice sociale pendant que le programme politique de l’ADQ a toujours suggéré une orientation inverse frise l’indécence.

Et comme si cela n’était pas suffisant, il s’est référé à Jean Lesage dans un discours au lac à l’Épaule dans la réserve faunique des Laurentides, lieu où les premières prémisses de la révolution tranquille ont été établies. Il a suggéré de balancer les acquis sociaux de la révolution tranquille qui ne fonctionneraient plus selon lui afin de « moderniser » le Québec, c’est-à-dire privatiser le plus possible les services publics (comme Hydro-Québec, la santé, l’éducation…).  Jean Lesage a fait un bon travail dans le passé. Alors faisons le contraire et appelons cela du progrès pour la société québécoise!

Incohérence et démagogie. Au moins, Dumont reste égal à lui-même. Il s’obstine à demeurer sur ses positions de droite tout en essayant de profiter insidieusement d’un changement politique vers la gauche aux États-Unis.  De plus, le décalage total de l’idéologie adéquiste avec le mouvement politique mondial de régulation et d’interventionnisme dans l’économie éclate encore plus au grand jour avec la crise financière planétaire.

D’accord pour du changement. Mais ne changeons pas pour n’importe quoi et surtout pas pour un retour en arrière aux années 50!

13 réflexions sur “Mario Dumont: le Barack Obama du Québec?!

  1. L’indispensable RUPTURE avec L’EMPIRE FINANCIER
    Par Jacques Cheminade

    C’est le nouveau tract de Solidarité et Progrès pour comprendre l’enjeu du vrai ou du faux Nouveau Bretton Woods et pour que la France pese sur le sommet du G20, le 15 novembre 2008, à Washington

    « Pourvu que nous nous ressaisissions, la grande crise mondiale peut être l’occasion de construire un monde meilleur. Elle peut aussi être ce qui va nous entraîner vers l’abîme. Nous sommes face à une échéance décisive : la grande réunion monétaire et financière des vingt principaux pays du monde, le 15 novembre. Le défi est ainsi lancé aux responsables politiques, mais nous savons tous qu’ils ne sont pas à la hauteur. Nous devons donc, nous autres citoyens, monter sur la scène de l’histoire. »

    I- Les vérités qu’il faut dire
    II- Un Nouveau Bretton Woods

    Lire le tact dans son intégralité : http://solidariteetprogres.org/IMG/pdf/TRACT_2008_11_03_NBW_1_.pdf

    « L’avantage des crises est qu’elles changent les règles du jeu. Il dépend de nous que ce ne soit pas pour le pire, mais pour le meilleur. »

    David C.
    http://david.cabas.over-blog.fr
    leretourdusillon@gmail.com

  2. pjeanguy

    Encore plusieurs jours avant le 8 et les incohérences ne font que débuter.

    En langage de sport, il y a les « perronneries », on va avoir les »dumonteries ».

    Pourquoi ce retour en arrière, Dumont dit n’importe quoi!

  3. Brigitte

    Réponse à Anarcho-pragmatiste

    Je suis loin de partager la vision de Charest, mais il a su mettre un frein à la catastrophique réingénierie de l’État. Je sais, il a allumer l’incendie, mais il a appeler les pompiers…certain, comme Couillard qui a glissé vers le privé mine de rien en sifflotant ont prolongés le désastre, mais le rapport Castonguay n’a pas été encaissé comme un chèque en blanc comme Dumont l’a fait.

  4. Brigitte

    Réponse à pjeanguy

    Les contradictions, les incohérences, lorsqu’elles s’allient peuvent construire une illusion de ‘gros bon sens’. La politique de Harper est construite sur cet état de fait.
    L’indéniable fait, -cela m’attriste- qu’un leader charismatique et sûr de lui fera toujours disparaître ses incohérences par sa théorique est un élément dont l’on doit certes critiquer, mais ne jamais sous-estimer.
    La droite, depuis longtemps, s’est approprier le ‘common sens’, et cette aberration démagogique doit être stopper, par je ne sais quel moyen.
    Il ne faut jamais sous-estimer l’incohérence de ceux qui tape du poing sur le bureau, qui font des déclarations simplistes et des sorties insensées: le peuple y voit une force de caractère, une vision…

    Dsl pour mon français, je suis en ce moment même à apprendre les base de votre langue.
    merci de me répondre
    Bri

  5. Brigitte

    Je voulais aussi rappeler un truc:

    Duplessis a dit: Coopération toujours, assimilation jamais.

    Dumont semble dire: Coopération à tout prix, assimilation possible, à condition de rester autonomiste!…

    Tout ça est malheureux, parce que le petit Mario est un homme intelligent il n’y a aucun doute là=dessus, mais comment en est-il arriver à ses politiques jusqu’auboutistes???

  6. @Brigitte

    Merci pour tes commentaires.

    « Dsl pour mon français, je suis en ce moment même à apprendre les base de votre langue.
    merci de me répondre »

    Tu apprends notre langue et tu la possèdes déjà si bien? Ainsi que l’Histoire du Québec?

    Je suis confus…

  7. Brigitte

    Je me suis taie(s)s si longtemps…

    J’admire le modèle démocratique de votre pays, mais je comprends plus difficilement l’organisation de vos politiques!!!

    Le bloc BQ fait fureur au fédéral mais le PQ est si pâle et maladif au provincial… je ne comprend pas!
    expliquez moi!!!

    j’étais à Dublin, hypnotisée par la tv pendant vos référendum…je suis au bout de la ligne verte(joliecoeur) en ce moment et je vous comprend moins…

    Mon grand-père s’est mutilé le bras gauche à cause de son tatoo du IR… vous comprenez…
    ici, on ne pense pas au bombe , on espère une sociale démocratie, est-ce trop rêver???

    la barrière de la langue m’empêche de comprendre les nuances peut être????

    je souhaite une sociale démocratie point barre, dois-je brandir un diplôme???

    et ceci dit sans arrogance: l’histoire de l’empire britanique englobe votre pathétique histoire (j’entend ici défaites militaires et conscription) sans jugement de valeur.

    NPD ça vous tente pas???

  8. sylvainguillemette

    @ Brigitte

    « Je suis loin de partager la vision de Charest, mais il a su mettre un frein à la catastrophique réingénierie de l’État.  »

    Et pourtant, tous les exemples contraires, ceux qui ouvrent les portes à la privatisation, prouvent que le coût augmente pour le contribuable, dont le prolétariat qui de plus, lui, se retrouve à nouveau exploité par la bourgeoisie qui, comme nous le savons, est minoritaire, non-élue, parasitaire et totalement inutile à l’humanité.

    Glisser vers le privé, c’est glisser un peu plus vers la catastrophe que l’on voit aux États-Unis.

    « Je sais, il a allumer l’incendie, mais il a appeler les pompiers…certain, comme Couillard qui a glissé vers le privé mine de rien en sifflotant ont prolongés le désastre, mais le rapport Castonguay n’a pas été encaissé comme un chèque en blanc comme Dumont l’a fait. »

    N’empêche que le glissement vers le privé est bien réel, et néfaste, comme les chiffres le rapportent, tout en omettant de parler de l’exploitation des prolétaires par la bourgeoisie.

    Le parasitisme n’a pas besoin de plus de place, place à l’évolution, place au socialisme.

    Ultimement, je suis aussi contre l’État, mais jusqu’à ce que mon but ultime soit atteint, j’en ai besoin.

    « Il ne faut jamais sous-estimer l’incohérence de ceux qui tape du poing sur le bureau, qui font des déclarations simplistes et des sorties insensées: le peuple y voit une force de caractère, une vision… »

    Entièrement d’accord avec vous et pour suivre dans cette logique, il ne faut surtout pas sous-estimer la bêtise humaine!

    « Tout ça est malheureux, parce que le petit Mario est un homme intelligent il n’y a aucun doute là=dessus, mais comment en est-il arriver à ses politiques jusqu’auboutistes??? »

    C’est un opportuniste crasse qui défend les intérêts d’une minorité parasitaire. L’opportunisme fait faire bien des choses, bonnes et mauvaises.

    « Le bloc BQ fait fureur au fédéral mais le PQ est si pâle et maladif au provincial… je ne comprend pas!
    expliquez moi!!! »

    Effectivement, d’où venez-vous?

    Les québécois sont à plus de 70% contre bien des mesures de l’Ouest de ce pays, qui n’est pas le miens soit dit en passant. Mon pays, c’est le Québec, jusqu’à preuve du contraire.

    Ho ho! D’Irlande! Hé hé! Là je vois pourquoi vous vous intéressez à ce débat!

    « NPD ça vous tente pas??? »

    Les politiques du NPD se détachent, certes, moins de celles des autres partis fédéralistes, vis-à-vis les ouvriers et les autres prolétaires, mais demeurent nettement capitalistes et le capitalisme, il est mort ces récentes semaines si vous avez suivi les affaires internationales.

    Sans les poches de « plasma » des contribuables (plan de sauvetage), le capitalisme serait mort et enterré. Malgré l’effort collectif fait sans notre consentement, le système tente à s’écrouler (et j’imagine mal les prolétaires états-uniens aller se faire soigner au privé, alors qu’ils perdent, à raison de près de 2700 par jour, leur maison!)

    Mais c’est aussi qu’au Québec, le prolétariat vit beaucoup plus à gauche qu’à droite, si on le compare au prolétariat de l’Ouest du territoire contrôlé par la reine.

    Par exemple, le militarisme ne bat pas son plein ici, plus de 70% des québécois étaient et demeurent contre la guerre en Afghanistan, qui dans les faits, n’était qu’un coup d’État suivi d’une dictature (Karzaï n’a jamais été démocratiquement élu).

    Aussi, sur les questions de l’avortement par exemple, les québécois se démarquent de l’Ouest (Alberta surtout!), pareil pour les syndicats, etc..

    Mais ma raison à moi, c’est un peu plus compliqué que cela, car je ne suis aucunement nationaliste.
    reactionismwatch.wordpress.com/2008/11/08/lindependance-du-quebec-un-projet-revolutionnaire-deja-paru-mais-dactualite-comme-jamais/

  9. Brigitte

    Mr Guillemette

    Vous savez, les 2 référendums ont atteint des cotes d’écoutes incroyable par chez moi, et les deux fois nous étions indignez (és?).
    J’ai lu que plusieurs pratiques anti-démocratiques ont eu lieu en faveur du ‘non’, mais si il y avait eu une volonté réel du peuple en faveur du oui, ne sommes nous pas en droit de croire que le « oui’ l’aurai emporté tout de même? Pour faire un lien avec Obama, car j’avoue avoir glisser loin du sujet de l’article, je dirais que nombres tactiques républicaines anti-démocratiques (robot call, faux tracts démocrates, etc) ont eu lieux et qu’il l’a emporté tout de même.
    Ça c’est pour la partie référendaire.

    J’ai une question pour vous: Si vous êtes socialiste, comment conciliez-vous vos idées indépendentiste?
    À la vu des 2 référendums ne serait t-il pas préférable d’avoir un gouvernement fédéral social démocrate qui laisserait plus de place à la gauche radicale?

    Votre exposé sur la faillite du capitalisme est fort intéressante, de plus appuyé par plusieurs études, mais est-il envisageable de croire qu’elle mènera à la gauche et non pas à une droite encore plus extrèmes? Ceci dit, ce n’est pas un souhaits, mais plutot un inquiétude.

    Pour vous faire un confidence, j’applique l’espoir du ‘moins pire’ et non de l’idéal depuis un bon moments.

  10. « On aura tout entendu. Au niveau de la récupération politique, Dumont vient de battre son propre record. »

    Dumont croit au recyclage. Mais évidemment, le message ne passe plus noyé dans sa propre auto-incohérence et ça c’est le problème principal de Mario Dumont.

    Quant au retour aux années 50, chaque époque a ses hauts et ses bas, la perfection et la société parfaite n’est pas de ce monde.

  11. jean

    Dumont pathétique! Il ne sait plus quoi faire pour tenter de mousser ses idées poussièreuses de droite conservatrice. Le contraire d’un Obama, pour ne pas dire l’antithèse. C’est ironique que M Dumont la marionette de Harper, by the way, bien plus près d’un Bush ou d’une Sarah Pallin, essaye de faire avaler ces sornettes aux citoyens du Québec. Soit il a un gros sens de l’humour ou un énorme égo pour oser telle comparaison…

  12. sylvainguillemette

    @ Brigitte

    « J’ai une question pour vous: Si vous êtes socialiste, comment conciliez-vous vos idées indépendentiste? »

    En fait, il s’agit au Québec d’une vieille bataille issue même, des années ’40, sinon avant. Les combats entre le Parti communiste canadien et la branche québécoise n’est pas d’hier!

    Sinon, je ne partage aucun sentiment « NATIONALISTE » avec mes camarades l’étant au Québec, c’est purement révolutionnaire et je vous invite à chercher ce texte («L’Indépendance du Québec, un projet révolutionnaire») sur internet, écrit par Alexandre Pouliot-Roberge. Il explique en gros, ma perception du combat qui nous afflige.

    « À la vu des 2 référendums ne serait t-il pas préférable d’avoir un gouvernement fédéral social démocrate qui laisserait plus de place à la gauche radicale? »

    Gauche radicale et Fédération ne sont pas de mise, malheureusement. Sans parler de la dite constitution et de la popularité des conservateurs dans les provinces profitant des retombées économiques des polluants sables bitumineux.

    En France par exemple, comme ailleurs dans le monde, certaines traditions persistent et signent avec la bourgeoisie, des ententes de conciliation.

    Sur bien des points, je pourrais également différencier le Québec, d’abord parce qu’il est une nation parmi tant d’autres, mais aussi parce qu’il se démarque de l’ouest canadien quant à ses principes et ses valeurs, que l’on parle du militarisme-impérialiste canadien ou de ses ambitions à l’établir.

    Je vis sur le territoire où plusieurs nations vivent (les premières nations) et je désire la pleine autonomie de celle-ci. Je suis en passant 100% d’accord pour que les premières nations aient un territoire bien à eux, celui-ci, bien entendu, pris sur le territoire de l’actuel Québec. Etc. pour les nations des États-Unis, que l’on parle des Navaros ou des autres.

    Sinon, la social-démocratie, dans les faits, par alliance avec la bourgeoisie, bloque tout espoir pour la gauche radicale. C’est une conciliation de classes, comme vous le savez certainement.

    L’abolition du salariat s’impose aujourd’hui.

    « Votre exposé sur la faillite du capitalisme est fort intéressante, de plus appuyé par plusieurs études, mais est-il envisageable de croire qu’elle mènera à la gauche et non pas à une droite encore plus extrèmes? »

    Tout est possible, malheureusement! La bêtise humaine n’a pas de limite et il ne faut surtout pas la sous-estimer.

    « Pour vous faire un confidence, j’applique l’espoir du ‘moins pire’ et non de l’idéal depuis un bon moments. »

    Idem, je milite dans Québec-solidaire, un parti qui ne se dit toujours pas anti-capitalisme. Hé hé!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s