La fin de la droite

Tenons-nous le pour dit : l’idéologie de droite sera jetée aux oubliettes dans quelques années.

La dérape majeure des marchés financiers américains que nous connaissons actuellement est loin de se résorber. On parle même d’un état de panique. La crise n’est pas seulement bancaire, mais touche toutes les facettes de l’économie américaine et même mondiale. Récemment, on annonçait que la première caisse d’épargne des États-Unis, la Washington Mutual, sombrait à son tour sous la mer houleuse de la faillite.

Et cette fois-ci, la droite néolibérale de G.W. Bush ne pourra mettre les torts sur quiconque que sur elle-même, même avec son projet de financement d’urgence de 700 milliards$ dont l’efficacité est loin d’être garantie.

En déréglementant l’économie à tout vent, la droite américaine prétendait créer la richesse, mais il ne s’agissait que d’une prospérité à court terme qui s’essoufflerait de manière brutale une fois le point de rupture atteint. Et nous en sommes rendus là.

L’économie des États-Unis était sur le respirateur artificiel depuis plusieurs années. On a facilité le crédit en absence de barèmes ou limitations sans penser aux contrecoups futurs sur un système économique basé sur l’emprunt facile.

De plus, le gouvernement républicain ayant sabré dans les programmes sociaux afin de financer ses guerres impérialistes a favorisé l’instabilité économique en dénuant de recours sociaux les travailleurs américains affectés par le sans-emploi ou le travail précaire. Ce que la droite n’a pas compris est que les mesures sociales en matière d’aide aux chômeurs et aux démunis ou en rapport au droit de services de santé accessibles et gratuits permettent de réguler l’économie ainsi que de la protéger relativement des soubresauts des cycles économiques capitalistes.

Mais non. Ils ont dégraissé les budgets sociaux d’un État régulateur pour faire aveuglément confiance aux sacro-saintes lois du marché et à l’entreprise privée. On en constate les résultats aujourd’hui.

Même chose pour les promesses d’abondance du Consensus de Washington envers les pays sud-américains. Le FMI et la Banque Mondiale ont déréglementé les économies locales sous coups de menaces et obligé les gouvernements à privatiser les services publics sans considération des effets très négatifs sur le niveau de vie des habitants et en conséquence des partis politiques de gauche ont investi les parlements de ces pays afin de rétablir un certain équilibre social.

Le problème, c’est que cette idéologie de droite ne marche pas! L’économie selon la vision néolibérale est comparable à un camion qu’on laisserait sans chauffeur sur l’autoroute. Soyez certain qu’il se fracassera dans le fossé!

L’évidente incompétence au niveau économique de la droite vient d’éclater au visage de toute la planète. Après avoir dominé le paysage politique occidental et international depuis plus de 20 ans, elle a creusé sa propre tombe par sa négligence et son inconscience.

Par ailleurs, ce ne sera pas seulement ses préceptes économiques qui prendront la voie de sortie, mais aussi tous les aspects de ses conceptions réactionnaires en justice, en religion, en écologie ou en sciences sociales.

Elle aura perdu toute crédibilité politique après cette grave crise économique qui s’annonce et l’on assistera enfin à un retour de la raison et à une gouvernance éclairée soucieuse du bien-être des citoyens et de la préservation de l’environnement au-lieu de la crasse primauté des intérêts corporatistes sur tout le reste dont nous avaient habitué les idéologues de droite.

Voir aussi:

Une croissance à credit

L’économie américaine au bord du gouffre

La bourse au bord du gouffre financier

Frénésie boursière et endettements massifs

14 réflexions au sujet de « La fin de la droite »

  1. Excellent texte Jimmy!

    Sinon, j’ai trouvé une idée pour rembourser les dettes des bourgeois de Wall Street. Pourquoi est-ce qu’ils ne vendraient pas leurs organes, comme le font les indiens (Inde) pour survivre?

    Bye bye les parasites! Place au socialisme!

  2. Quelqu’un veut le rein de Beth Wilkinson, le vp exéc. de Fanny Mae?

    Nah, sérieusement, ça m’embarasse de voir ça. Si c’est pour éviter une crise majeure, je ne vois pas trop le mal d’investir des sous. C’est d’ailleurs la preuve même de la nécessité de la notion du « Guardian ». Je suis bien heureux de voir cela, car cela prouve que même les plus extrémistes du libre-marché comprennent maintenant que le gouvernement DOIT être capable de mettre des barrière afin d’éviter une croissance non-durable (car la perte a un effet plus négatif que le gain n’a un effet positif). Bien entendu, ces barrières doivent être responsables.

    Comme tu le dis, Jimmy, je pense que les gens vont commencer à voir une nouvelle version du marché. Ce n’est pas la « destruction de la droite » qui s’en vient; c’est une évolution de la droite qui passera indubitablement par un virage à gauche.

  3. @ Manx

    « Si c’est pour éviter une crise majeure, je ne vois pas trop le mal d’investir des sous. »

    Les sous du public, ouais, tk…

    « C’est d’ailleurs la preuve même de la nécessité de la notion du “Guardian”. »

    sauf qu’il est totalitaire de parler du système sans se demander à quoi servent vraiment les bourgeois et les riches financiers de Wall Street, si ce n’est qu’ils préservent leurs intérêts de classe et ceux de leurs alliés idéologiques.

    L’État, dans le capitalisme, oui, c’est un GARDIAN. Mais lors du socialisme, c’est le gardien contre les intentions capitalistes de renverser la vapeur, souvent par les armes…

    « Je suis bien heureux de voir cela, car cela prouve que même les plus extrémistes du libre-marché comprennent maintenant que le gouvernement DOIT être capable de mettre des barrière afin d’éviter une croissance non-durable (car la perte a un effet plus négatif que le gain n’a un effet positif). »

    Désolé Manx, mais c’est du totalitarisme…
    Vous portez une conclusion sur un sujet qui n’a jamais été débattu, ni même voté par quelconque référendum.

    Ce système a échoué, et oui, encore! Il a échoué, mais surtout, il n’a jamais partagé les richesses comme il entendait soit-disant le faire. Vous pouvez nier, mais c’est peine perdue, les chiffre sont de mon côté et de ceux de Karl Marx qui écrivait ces lignes il y a plus d’un siècle.

    « Comme tu le dis, Jimmy, je pense que les gens vont commencer à voir une nouvelle version du marché. Ce n’est pas la “destruction de la droite” qui s’en vient; c’est une évolution de la droite qui passera indubitablement par un virage à gauche. »

    C’est un pansement sur le Titanic de plus, voilà.

  4. Je n’embarque pas (comme souvent) dans les détails idéologiques comme l’avènement du socialisme ou les tares infinies du libre-marché, mais si les marchés boursiers continuent à dégringoler, nous assisterons bien à un changement politique profond. C’est d’ailleurs sur des changements économiques que les changements politiques s’érigent.

    Le Krach de 1929 a conduit, de fil en aiguille, à l’adoption de politiques keynésiennes, menant à 30 années de glorieuse croissance économique présidées par une gauche bon ton après la Deuxième Guerre mondiale. La crise des années 1980 a pour sa part conduit au retour en force du néo-libéralisme à la Tatcher et Reagan. Si les marchés boursiers plongent, il s’ensuivra une profonde remise en question de la manière de penser l’économie mondiale.

    Je ne suis pas très au fait des grandes théories économiques de l’heure, mais il y a de fortes chances pour que peu à peu la gauche récupère ses lettres de noblesse, mais pas sous les formes qu’on lui connaît actuellement. Il ne s’agira pas de socialisme, ni d’un retour du keynésianisme. Surtout, ce changement ne se matérialisera pas au Québec dans l’immédiat, car nous avons cette tendance à toujours réagir en retard.

    Quand le monde allait vers le keynésianisme, le Québec stagnait dans le monde d’avant avec Duplessis (ce n’est qu’une quinzaine d’années plus tard que la Révolution Tranquille nous mettait à jours). Notre virage à droite post-1980, il a fallu attendre 1996 avec l’arrivée de Lucien Bouchard pour qu’il se matérialise (encore 16 ans…). Nous sommes en train de vivre cette phase de redressement des finances publiques, de réduction des impôts et de rationnalisation des services publics. Avec notre situation démographique qui entraînera une explosion des coûts de rentes de retraite, et les tendances plus droitistes des jeunes Québécois, il faudra attendre encore un bon moment avant de revenir à une autre forme de gauche. Moi, c’est ce jour là que j’attends et que j’espère.

    Voilà pour ma petite analyse personnelle…

  5. Bon billet Jimmy. C’est également la preuve irréfutable que les entreprises sont incapables de se surveiller et « s’auto-réglementer » elles-mêmes. Peu importe ce que les défenseurs du libre-marché peuvent tenter de nous faire croire, il est essentiel que l’état (représentnate des citoyens) agisse en tant que « chien-de-garde » et impose sa souveraineté sur la réglementation des activités financières et boursières.

    Tout comme les anciens dirigeants d’Enron, SBC, Adelphia, Hollinger… les fraudeurs devraient être traités en justice et condamnés à payer de fortes amendes.

  6. @ Alexis St-Gelais

    Mais le socialisme, Alexis, a percé en Amérique du sud et centrale. Certes, le socialisme n’est pas nécessairement à la porte du Québec, mais je ne dirais pas non plus que les jeunes du Québec, soient tous de droite. Je c rois aussi que les jeunes sont conditionnés par des médias partiaux qui les encouragent au néo-libéralisme, à la consommation, etc.. Tout est une question de propagande, et qui contrôle les médias aux Québec, et majoritairement de par le monde? La bourgeoisie…

    Les années impérialistes états-uniennes sont à leur apogée. Un autre empire les remplacera, peut-être la Chine, allez savoir…

    Washington est plus endettée que jamais, les guerres leur coûtent également une fortune, les vrais chiffre ne sortent pas encore. Nous les verrons après le conflits, bien des années plus tard. On parle déjà de 3000 milliards de dollars injectés en Irak seulement, sans parler de l’Afghanistan donc.

    Le « party » est fini comme on dit…

    Quant à moi, je crois que las gauche fera sa percée, ici aussi. D’ailleurs, même si je ne considère pas le NPD comme étant de gauche extrême, il est néanmoins plus progressiste que les autres partis connus canadiens, et reflète déjà un intérêt populaire qui risque de surprendre pas mal de monde aux élections. Le parti de Douglas était bien avant aujourd’hui, bourré de communistes et de socialistes. Le système de santé universel est d’ailleurs issu des ancêtres du NPD.

  7. Et encore lutopium, ces grands bourgeois ne méritent nullement leurs avoirs. Pensez-y, qui a besoin, sans même le mériter réellement, de 16 maisons, de 14 toilettes par maison, si en plus, tout prouve qu’ils ne soient même pas aptes à entretenir leurs multiples propriétés, alors qu’en même temps, des millions de prolétaires, vraiment méritants, perdent leur seul et unique foyer, où ils devaient jadis élever leurs enfants et finir leurs jours?

    Les capitalistes parlent ensuite de partage des richesses, or, même les économistes s’entendent ces jours-ci, pour dire qu’il y a des opportunités à cause de ces récentes dégringolades. N’est-ce as là, une autre preuve de la cartellisation que Lénine dénonçait au 19e et 20e siècle? Les gros bonnets mangent les petits, ainsi va la vie, dans le capitalisme, pendant que d’autres gens meurent de faim, de soif, même de travail…

    Ce système est pourri et ne fait qu’entretenir l’injustice de l’exploitation des prolétaires majoritaires par une minorité parasitaire bourgeoise, non-élue, non-méritante et totalement inutile. Ce faisant, le soit-disant partage des richesses créées n’a tout simplement jamais eu lieu, pis encore, elles n’en finissent plus de se cartelliser dans les poches de cette même minorité parasitaire bourgeoise.

    Vive le socialisme et non au salariat!

  8. HA HA HA HA HA HA HA bande de parasites social….vous êtes complètements fou, parano de socialiste!!!!!

  9. HA HA HA HA HA HA HA!

    Bande de concédés capitalistes opportunistes crasse, lécheux de raies de bourgeois, parasites en devenir, vous avez tous le nez brun foncé!

    Vous êtes complètement timbrés, tellement, que votre idéologie fanatique et sectaire vous aveugle au point de ne plus savoir compter les ressources naturelles, insuffisantes à l’épanouissement de votre modèle sectaire, et suicidaire finalement!

    En plus d’être incapable de signer ses dires avec un vrai nom, tout ce que ça trouve à dire quand c’est bouché, c’est « HA HA HA HA HA HA HA bande de parasites social….vous êtes complètements fou, parano de socialiste!!!!! ».

    Quelle honte, puisse t-il ne jamais y avoir de tels imbéciles dans mes rangs! Heureusement, le marxisme est bien trop compliqué pour ce microbe et je ne risque donc pas de le voir traîner dans mes rangs. Ces microbes se tiennent de toute façon, sous le rectum de leurs maîtres bourgeois, question de ne rien manquer, opportunisme oblige!

    Perdant! Votre modèle a échoué, malgré le plan de pillage des contribuables états-uniens. Rendez-vous utiles chers capitalistes et allez jouer dans le trafic bande d’incapables intellectuels.

  10. démagogie……
    à propos de la crise aux Etat Unis ce n’est pas M.Bush qui la causer et c’est faux de dire qu’en 8 ans il a rien fait pour votre information c’est le président Jimmy Carter ( 1977) Démocrate qui a passer cette loi obligeant les banques à faire des prêts à risque à des gens non solvable ou trop pauvre pour avoir accès, par la suite Bill Clinton ausi démocrate en 1995 il a passer des amendement au CRA pour obmenter les prêts a risque pour l’achat de maison pour ses même personne non solvable, par la suite en 2003 le président Georges W. Bush a voulu apporter des correctifs a ses pratiques et en 2005 le sénateur John Mc Cain a pousser pour des réformes pour Fannie mae an Freddie Mac , à ses deux occasions de corriger les mesures ils ont été déraillée par le sud commitée du congret par les démocrates et le sénateur Christopher Dodd, donc de dire que c’est la faute a Bush et qu’il n’a rien fait pendant ses 8 ans est de la démagogie et c’est de penser que tout les québecois son inculte que de penser qu’ils vont tous croire cela, de plus cela prouve que lorsque les gouvernements fourre son nez partout c’est là que tout vas mal crontrairement à ce qu’on essaye de faire croir en dissant que le laisser aller à causer cette crise aux Etat Unis alors que c’est faux c’est le gouvernement démocrate qui a fourrez son nez ou il devait pas qui à causer cette crise. une autre information important un des grand dirigeant de Freddie Mac est un conseillé financier de Barrack Hseim Obama de son vrai nom.

  11. Bush a coupé dans les services sociaux, a retiré l’État des affaires socio-économiques et s’est laissé aveugler par le laisser-faire économique.

    Ce sont des faits.

    Les démocrates ont voulu donner la chance aux personnes à faibles revenus d’obtenir un chez-soi, mais la dérive républicaine et la non-intervention idéologique du clan Bush nous ont donné la situation actuelle. Pourquoi alors cette crise se produit-t-elle précisement en 2008 après deux mandats républicains?

    Le privé devait ne plus avoir d’entrave pour l’obtention de profits et c’est ce que Bush a fait.

  12. @ Harold l’anti-communiste primaire

    « c’est le président Jimmy Carter ( 1977) Démocrate qui a passer cette loi obligeant les banques à faire des prêts à risque à des gens non solvable ou trop pauvre pour avoir accès, »

    Le démocrate a fait ça en 1977, Bush a déjà eu la majorité, et à la chambre des représentants, et au sénat. Il a donc eu le temps de changer, à sa guise, les lois. Ensuite, Bush a coupé dans les programmes sociaux, c’est un fait.

    Il a même coupé dans l’aide aux vétérans qu’il venait d’envoyer à la charcuterie! Faut le faire!

    « en 1995 il a passer des amendement au CRA pour obmenter les prêts a risque pour l’achat de maison pour ses même personne non solvable, »

    On voit quand même qui se soucie des moins nantis ici, ho ho!

    Les mesures néo-libérales de l’heure n’ont jamais fonctionné et ne sont pas à la veille de fonctionner non plus. Par exemple, si on parle de la santé, ça se gâte pas à peu près! Avec des mesures républicaines, ce sont plus de 55 millions d’états-uniens qui se retrouvent sans soins, pendant qu’à Cuba, un pays du tiers-monde avec pour richesse, du sucre plus coûteux à produire que ce qu’il rapporte, tous les cubains ont droit à des soins de santé. Aussi, Cuba est capable d’envoyer plus de 30 000 médecins dans les Barios, au Venezuela.

    Tout simplement, à chacun ses priorités!

    « donc de dire que c’est la faute a Bush et qu’il n’a rien fait pendant ses 8 ans est de la démagogie et c’est de penser que tout les québecois son inculte que de penser qu’ils vont tous croire cela »

    Ce qui est démagogique ici, c’est de parler des problèmes des états–uniens sans spécifier que Bush et ses comparses ont toujours prôné les coupures dans les services sociaux, indispensables, et qu’ils ont commis ces gestes. C’est un fait indéniable.

    Et nul n’a à payer la dette des banques, elles sont supposées savoir gérer leurs affaires. Ensuite, tout cela vient péter l’imaginaire « MÉRITE » dont vantent les capitalistes, parlant de certains bourgeois.

    Ces mêmes banques sont des entreprises privées, qu’elles fassent avec leur désastreux résultat.

    Et toujours est-il que vous évitez de parler des débats de fond. Bush et ses comparses, même certains démocrates, sont de dangereux criminels de guerre, des tueurs de masse et de vrais terroristes. Et j’attends toujours le procès de ces génocidaires…

    Et que dire des ancêtres de ces derniers? Reagan et ses « démocraties » en Amérique latine? Il a financé des tueurs à gage, mercenaires, formés les Contras, des terroristes et j’en passe..

    Les républicains sont des terroristes et des impérialistes, point final! Ce parti, dans un monde cohérent avec ses prétentions, devrait être dissous depuis des décennies déjà!

    Je peux leur imputer des attaques aux ADM, du terrorisme, des coups d’État, des mises en place de dictature, de la torture, l’utilisation de mines-antiperso.., et j’en passe…

    Que vous vous portiez aujourd’hui à leur défense m’en dit long sur vos principes, contradictoire soit dit en passant!?!

    « de plus cela prouve que lorsque les gouvernements fourre son nez partout c’est là que tout vas mal crontrairement à ce qu’on essaye de faire croir en dissant que le laisser aller à causer cette crise aux Etat Unis alors que c’est faux »

    Outre VOTRE démagogie, les gouvernement sont les serviteurs et les grands défenseurs des bourgeois que vous défendez également. Ce sont vos copains!

    Ensuite, le capitalisme est « ENCORE » mort! Revenez-en!

    Et sinon, certes la richesse se promène, mais les familles, sur cet instant précis, elles, paient pour les pots cassés, et « LA MAUVAISE GESTION » des bourgeois minoritaires et parasitaires, lesquels n’ont jamais été élus, ni même utile à l’humanité.

    Rien n’explique la provenance de leurs Ô Capitaux « divins » qui « légitiment » l’exploitation de l’être humain par un semblable. Loteries, héritages, antécédentes exploitations, blanchiment d’argent, etc.. Rien de tout ça n’encadre quelconque mérite. C’est du vent, du vent de droite, du vent capitaliste, sans argumentaire…

    Nous nageons ici, dans un totalitarisme des plus profonds, puisque le capitalisme n’a jamais été élu démocratiquement, qu’il nous a plutôt été imposé par cette même bourgeoisie minoritaire, parasitaire, non-élue, non-méritante et surtout, totalement inutile à l’humanité!

    « une autre information important un des grand dirigeant de Freddie Mac est un conseillé financier de Barrack Hseim Obama de son vrai nom. »

    Belle tentative de faire de la propagande raciste en passant par là… Saleté de conservateur raciste!

    Sinon, McCain lui, ne faisait pas qu’entretenir des liens avec des terroristes de la maison blanche, il en était un lui-même au Vietnam! Il bombardait au NAPALM, une ADM imprécise, des villages de vietnamiens! Quel héros! C’est un terroriste, tout simplement. Et le Vietnam, de plus, n’avait aucunement menacé les États-Unis d’Amérique. Les États-Unis d’Amérique se sont tournés vers les rouges du Vietnam après leur échec dans la Baie des cochons à Cuba. Une autre tentative de « putch » ratée! Oups!

    Faut le faire! Un terroriste comme candidat à la présidence, appuyée d’une colistière qui abuse de son pouvoir et qui se dit expérimentée en affaires étrangères parce qu’elle voit la Russie de chez elle! Complètement débile!

    Allez, patinez donc un peu, l’hiver arrive de toute façon, alors ce sera de mise!

    @ Jimmy

    Content de te revoir Jimmy!

  13. Ping : Les blogueurs influencent-ils les chroniqueurs politiques? « Homo politicus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s