Étiquettes

, , , ,

Des banlieux troublées de Paris, des quartiers malfamés de Los Angeles ou des rues embrassées de Montréal-Nord, la bêtise policière est toujours la même et transcende toutes les frontières.

En fin de semaine, le Québec a prouvé que sa culture policière ne valait guère mieux que celle des Etats-Unis ou d’autres pays occidentaux avec la magistrale bavure d’un policier qui a abattu de quatre balles Fredy Villanueva sans motif apparent. Le jeune voulait simplement s’interposer contre une intervention abusive envers son frère aîné et a récolté une pluie de projectiles en réponse. Il était pourtant non armé.

Le plus déroutant est qu’on ne connaît pas la raison de l’appréhension du plus âgé des frères et qu’apparemment l’emploi de cette force excessive était purement injustifié.

On connaissait les méthodes douteuses de certaines unités des forces de l’ordre au Québec, comme par exemple le scandale des pratiques de la SQ autour du Sommet de Montebello.

Mais, cette fois-ci, la communauté policière du Québec a dépassé ses propres limites. On a joué aux cow-boys en tirant d’abord et posant des questions ensuite. De plus, il est fort probable que l’agent concerné n’aurait pas été aussi prompt à dégainer son arme si la bande de jeunes fut composée de « bons » québécois de souche à la peau blanche.

On devrait limoger les deux policiers à l’origine de cette triste affaire, voire même les congédier pour manque flagrant de jugement, et imposer dès maintenant des tests psychologiques à tous les policiers afin de s’assurer de ne pas placer dans une position d’autorité des individus à la gâchette facile et au jugement déficient.

Le Québec sera désormais marqué par les conséquences de ce meurtre crapuleux d’un membre d’une minorité ethnique.

Notre image de peuple accueillant et respectueux des autres cultures vient de manger un autre dur coup et la pente sera longue à remonter avant de regagner l’estime de certaines communautés ethniques.