Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Cette semaine, la courte conférence de presse à sens unique de l’ancien ministre des affaires étrangères ne fait que verser de l’huile sur le feu de la contreverse dans l’affaire Julie Couillard.

Si monsieur Bernier pense tirer un trait sur ce dossier et passer à autre chose en affirmant qu’il ne connaissait pas les antécédents de son ex-petite amie, il se met un doigt dans l’œil.

Lorsque Julie Couillard sortira son autobiographie qui deviendra rapidement un best-seller, les mêmes questions et les mêmes doutes persisteront dans l’esprit des gens.  De toute évidence, elle maintiendra sa version des faits.

Peu importe qui a tort ou raison, qui ment ou dit la vérité, le mal est fait et cette affaire deviendra un véritable boulet pour le politicien de la Beauce qu’il traînera derrière lui durant des années.

Il espère continuer en politique. Peut-être, mais sa carrière ministérielle est bel et bien foutue.  Il devra se résigner à demeurer simple député.

Sa série de gaffes innombrables lui aliénera tout poste d’importance dans l’avenir car la confiance que lui prodiguait le premier ministre Harper ne remontera pas la pente de sitôt.  Il a déclaré ne pas se souvenir d’avoir égaré des documents à la maison de Julie Couillard… rien pour rehausser sa crédibilité.

Enfin, pourquoi a-t-il attendu si longuement avant de contredire les propos de madame Couillard à son égard?  Pourtant, une personne politique « innocente » aurait tout de suite monté aux barricades afin de laver sa réputation avant que l’opinion des électeurs ne se fige à son désavantage.

Une histoire à suivre…

Publicités