Mots-clefs

, , , ,

Les Habs viennent de perdre leur dernière partie contre les Flyers et sont par le fait même en vacance technique.  Ils joueront au golf ce printemps.

 

Toutes mes condoléances aux fans qui doivent enterrer leur espoir en le Canadien qui a connu une belle saison mais qui n’a pu conserver la cadence en séries.

 

Mais, pour moi, cette défaite permettra de passer à autre chose. Je commençais à être las des unes des journaux étalant les prouesses de ces joueurs lorsque des sujets beaucoup plus importants auraient mérité de défrayer la une, comme la détérioration de l’environnement, le privé dans la santé, la pauvreté croissante, la centralisation de l’information ou tout autre sujet plus pertinent que ces événements de sportifs de salon qui ne sont pas déterminants dans nos vies.

 

Comme je le citais dans mon billet Du pain et des jeux, le sport professionnel est comparable aux jeux de l’antique Colisée de Rome qui abrutissaient la plèbe romaine en dérivant l’attention de la populace des véritables problèmes. Les gens se laissent prendre dans l’euphorie tandis que les affairistes accroissent leurs profits « par la bande ».

 

J’ai de la difficulté à comprendre la suraffection des québécois envers une équipe qui ne leur rapporte rien personnellement, sauf une poussée d’adrénaline lors des victoires, et qui de plus, ne contient que peu de joueurs québécois.

 

La nation québécoise en est rendue ainsi.  On transporte notre fierté nationale sur une équipe sportive commerciale qui n’a plus rien de québécois et qui nous fait oublier que notre véritable salut réside dans notre seule indépendance collective en tant que nation souveraine.

 

 

 

 

 

Publicités