Étiquettes

, , ,

En théorie, les valeurs occidentales tentent de réunir la liberté et l’égalité entre les individus.  Ces deux paradigmes ont marqué l’histoire de la philosophie politique moderne avec l’éclosion de deux opposés idéologiques que sont le libéralisme et le courant socialiste.

Mais peut-on faire cohabiter la liberté et l’égalité de façon durable et cohérente ?

Trop de liberté engendre d’importantes inéquités socio-économiques car certaines personnes se démarquent et acquièrent plus de richesses qu’il leur est nécessaire.  Au contraire, trop d’égalité engendre un nivellement vers le bas et tue l’élan d’innovation et de dépassement de soi.

Par exemple, le communisme dictatorial ultra-centralisateur de la défunte URSS n’a pas su résister à la volonté d’émancipation individuelle des citoyens russes et la grande disparité des richesses dans l’actuel États-unis d’Amérique laisse entrevoir de grands bouleversements politiques et sociaux dans les prochaines années, comme le démontre la popularité du candidat démocrate Barack Obama avec son programme pro-social.

Comme un éternel retour de balancier, tout mouvement radical vers l’une ou l’autre de ces extrémités se résulte à plus ou moins long terme par un effet inversement proportionnel en réponse au mécontentement populaire.

Difficile de résoudre ce paradoxe récurrent et ce, surtout, quand le concept de propriété individuelle surclasse les droits humains et que la dictature est souvent la seule alternative à une crise sociale.

L’Histoire sera jonchée de ce va et vient perpétuel jusqu’à l’éveil de conscience de l’Humanité qui la fera entrer, enfin, dans sa maturité sociale.