Bloguer ou ne pas bloguer II ou la fin des blogues

Encore une fois, je me questionne.  Pourquoi bloguer?

Et je ne parle pas ici des blogues journalistiques créés par les médias afin de mousser la popularité de leurs journalistes.

Quel est le but de tout blogueur indépendant? Se faire lire? Émettre ses opinions?  Projeter ses idées dans la communauté?

Après un an d’activité personnelle dans la blogosphère, le doute persiste.

Bien sûr, mon blogue a gagné en popularité, ce qui devrait me satisfaire.

Mais, il me semble que c’est toujours les mêmes lecteurs/blogueurs qui reviennent encore et encore sur les différents blogues québécois.

C’est comme si les blogueurs faisaient partie d’un petit club dont la majorité des citoyens serait absente.  En fait, les différents débats sur les blogues demeurent souvent stériles car les mêmes personnes aux idées arrêtées se confrontent éternellement sans apporter de solutions à leurs oppositions.

En somme, nous tournons en rond, répétons les mêmes schèmes, sans avancer.

Ce que je redoute, c’est la fin de la popularité des blogues.

Si rien de positif ne sort de cette activité, les internautes et les blogueurs perdront rapidement leur intérêt en la blogosphère car le temps aura démontré l’inutilité intellectuelle de cette pratique.

Bloguer ou ne pas bloguer?

Là est encore la question que je me pose à tous les jours.

Voir aussi: Bloguer ou ne pas bloguer

30 réflexions sur “Bloguer ou ne pas bloguer II ou la fin des blogues

  1. Je vais peut-être me répéter, mais je crois que c’est le désir de communiquer qui est le plus important. Si écrire pour soi seulement est satisfaisant, je trouve que d’écrire en sachant qu’on est lu, même seulement par une poignée de personnes est doublement intéressant. Aussi, je crois que la vision à court terme est le plus à proscrire.

    Mais une question, est-ce que tu fréquentes quelquefois des blogues plus « légers »?

  2. Salut Jimmy. Si je comprend bien, c’est ton anniversaire à toi aussi? Alors, bonne fête à Pour Que Demain Soit!

    La question que tu poses me passe par la tête régulièrement. C’est encore pire chez moi… Incapable d’attirer plus d’une centaine de visites par semaine et les commentaires se font de plus en plus rares… Mais je le fais d’abord pour moi. Et je réoriente cette énergie vers le militantisme politique de plus en plus. Alors, les recherches que j’effectue pour rédiger mes modestes billets seront de plus en plus canalisées vers un « travail de terrain ».

    J’en ai discuté avec quelques amis et connaissances et nous allons tenter de fonder un club de discussion politique dans notre région. Il y a, un peu partout au Québec, des gens qui veulent se rencontrer – en chair et en os – et s’informer sur les enjeux politiques et économiques tout en ayant un droit de parole. L’énergie et la solidarité citoyenne qui s’y dégagent sont inspirantes et extrêmement motivantes. Bien des gens ne connaissent pas la blogosphère et ne consacreraient probablement pas beaucoup de temps à naviguer sur la toile parce qu’il y a « trop » d’information. Tu le sais, ça prend du temps avant de découvrir des blogues intéressants et, comme la majorité semble occupée à se divertir devant le téléviseur et à feuilleter les publicités en se demandant comment dépenser leur fric, les blogues politiques sont voués à demeurer des endroits fréquentés par des passionnés qui ne changeront pas d’idée facilement!

    Les gens qui prennent le temps de « surfer » sur les blogues politiques semblent être attirés vers les vedettes. Rien de nouveau dans cette réalité, le culte de la personnalité est toujours vivant et c’est bien injuste pour les blogueurs qui investissent beaucoup de temps pour essayer de s’immiscer dans les débats.

    Je crois donc qu’il faut fusionner les énergies qui inspirent la rédaction d’opinions politiques à un travail de terrain. Si on veut changer le monde, il faut trouver les moyens pour y arriver. Et je crois toujours que les blogues collectifs sont un meilleur outil pour y arriver… On s’en reparle!

    Voilà, quelques réactions spontanées et désordonnées… Bonne fin de semaine à toi Jimmy!

  3. De mon côté, c’est Noisette qui m’a transféré cette passion. Ce n’est pas tant le fait d’être lu par une grande quantité de gens (mon blogue étant indépendant de WordPress.com, je ne peux même pas profiter de cette visibilité et donc, mon lectorat est assez modeste), que le fait de ne pas avoir l’impression d’écrire ou de parler pour rien.

    Il est clair qu’à mesure qu’on découvre la blogosphère, on finit par joindre une petite clique qui pense un peu comme nous et a les mêmes idéaux. C’est d’ailleurs là le paradoxe : si nous écrivons des textes à saveur politique ou sociologique, nous n’avons pas vraiment de gens à convaincre… pas dans l’entourage immédiat du moins.

    Cependant, Google s’occupe du reste assez bien, j’imagine. Et, pour plusieurs, un blogue restera toujours d’excellentes archives de vie.

  4. Au Détracteur Constructif: entièrement d’accord avec toi. Y’a quelques fois des opposés qui s’affrontent mais peu d’entre nous changeront de position… Espérant qu’un curieux voulant se faire une opinion sur Mario Dumont atterisse sur mon blogue!

  5. Pour ma part, le but premier de mon blogue était d’abord (et reste!) un outil pour donner des nouvelles de ma vie à mes parents qui sont éloignées… L’outil me permet assez de souplesses et de possibilités pour bien atteindre ce premier objectif et, lorsque je me questionne sur le « pourquoi » de mon blogue, je garde bien ça en tête! Bien évidemment, il se crée un « réseau social » qui n’est pas non plus à négligé et, parfois l’intérêt manifesté par mes lecteurs, dirigent un peu la nature de quelques billets… Je navigue donc entre ces deux directions…

  6. Nada,

    cette question n’est surtout pas dénigrante, bien sûr, car je ne blogue pas toujours hyper sérieusement. C’est juste que je me dis que de toujours bloguer sérieusement et lire seulement des trucs sérieux peut finir par devenir déprimant. Je questionne.

    Pour ma part, je suis tout aussi influencé par des trucs légers que des trucs sérieux, et surtout, comme dans la vie, ça fait du bien de décrocher et de ne pas juste avoir tous les problèmes du monde à deux centimètres de la face…

    Et, pour poursuivre la réflexion de Lutopium, au sujet de la camaraderie idéologique, je crois justement que d’élargir son réseau social permet à tout le monde d’ajouter à sa palette, car je considère ma pratique bloguale d’une manière extrêmement éducative, surtout pour moi-même : j’ai souvent l’impression que je ne ferais pas mieux pour une maîtrise…

  7. Antipollution,

    « par manque d’intérêts des autres blogueurs. »

    voilà ici une preuve de distorsion de la réalité dans la blogosphère. Par exemple, j’ai ce blogue dans mon agrégateur et je le lisais furtivement de temps à autre, sans vraiment laisser de commentaires, ( mais je sais que j’en ai au moins laissé un, et lui jamais chez moi…), donc, j’avais un minimum d’intérêt : je doute qu’il le sût… Mais l’intérêt, ça se cultive! Alors, je trouve assez discutable de dire (et surtout de penser) que c’est la faute des autres…

    Bloguer (d’une manière citoyenne) est majoritairement un travail de dialogue, et pas nécessairement seulement au niveau de son propre blogue. Je le répète : bloguer est synonyme du verbe « dialoguer ». Comme dans la vie, rester dans son coin n’est pas la bonne chose à faire!

  8. Difficile question!

    Je peux vous parler un peu de mon expérience jusqu’à présent, si cela vous intéresse. La plupart des blogueurs politiques du Québec appartiennent à des groupes plus ou moins étendus partageant les mêmes opinions. Je distingue trois grands groupes: les droitistes, les progressistes-gauchistes et les indépendantistes (parfois la dernière catégorie se mêle aux deux autres). Pour ma part, toutefois, je demeure seul, isolé de ces groupes. Je suis très heureux que vous veniez me lire, car c’est ce qui me permet de tirer ce constat: alors que parfois les progressistes-gauchistes me critiquent, d’autres fois ils disent être d’accord avec moi. Il n’y a qu’avec les indépendantistes que je ne peux m’entendre de temps à autres!

    Pourquoi ai-je démarré un blogue? Tout est dans le petit texte de présentation. Il y a aussi le fait que les libéraux provinciaux, à mon exception, sont presque totalement absents de la blogosphère québécoise.

    Peut-être avez-vous aussi remarqué que j’essaie toujours de savoir ce que mes quelques lecteurs pensent. Je veut croire que, si j’ai un jour la chance de faire de la politique active (ce que j’aimerais beaucoup, je dois l’avouer), je ne resterai pas les bras croisés. J’ai quelques idées de mon côté, mais je suis toujours à l’affût des éclairs de génie des autres. C’est également l’objectif du blogue. J’ai peu de commentaires mais ceux que j’ai sont toujours lus avec attention. Et si je vous demande votre idée sur la question, c’est que je veux vraiment la connaître. Nul ne bâti un programme, une vision tout seul.

    Il est vrai que nous sommes entre nous. Mais c’est déjà mieux que rien, ne trouvez-vous pas? Il est certain que ça ne vaut jamais une discussion franche, aussi j’encourage ceux qui en ont parlé à mettre sur pied des groupes de discussion politique. J’aime à discuter politique avec d’autres libéraux, mais je suis certain que j’aimerais également beaucoup jaser sur le sujet avec des passionnés, peu importe l’idéologie.

    Bien isolé dans mon Saguenay, entouré de jeunes qui, pour l’immense majorité, se foutent carrément de la politique ou se lassent vite d’en parler, mon blogue me permet pour l’instant de canaliser le tout dans un ensemble structuré.

    Voilà également mes pensées désordonnées!

  9. Y’a quelque chose qui nous rassemble… Si on pouvait canaliser cette énergie pour provoquer les changements que l’on souhaite…

  10. Merci à tous pour vos commentaires.

    @Renart

    Mon billet ne reflétait pas mon désir de cesser de bloguer. C’était plus un questionnement sur la pertinence des blogues.

    Je ne fréquente que rarement d’autres types de blogues car, en fait, le temps me manque.

    « je considère ma pratique bloguale d’une manière extrêmement éducative, surtout pour moi-même : j’ai souvent l’impression que je ne ferais pas mieux pour une maîtrise »

    Oui, les blogues sont une excellente école pour les écrivains en herbe. Moi-même, j’ai amélioré mon français et mon style.

    @Lutopium

    Merci. Un an déjà!

    Je pense que ton blogue attire peu de visiteurs en raison du nombre limité de textes. Moi, j’ai plus de 150 billets en archive. Cela est une plus-value pour tout blogue.

    Mais tient le cap. Avec le temps, tes sujets s’élargiront et plusieurs personnes tomberont sur ton blogue après une recherche sur Google.

    Tu as raison concernant la fusion du travail de terrain et la rédaction des blogues. Nous devons appliquer dans la réalité ce que nous suggérons!

    @Antipollution

    Oui, je savais pour André. Il m’a envoyé un courriel là-dessus. Ce n’est pas la première fois qu’il ferme un blogue. C’est dommage. Tout le travail est perdu et devient inutile.

  11. @renart:ne t’en fait pas, je ne sentais rien de dénigrant dans ton commentaire!
    🙂
    Je trouve ce sujet fort intéressant.

  12. Alexis, vous êtes dans le mauvais parti, venez nous rejoindre au PQ et pronez l’indépendance du Québec ! Vous ne serez plus seul dans votre coin. 🙂

  13. Oueppe, je ne lâche pas… Je suis particulièrement fier de mon dernier billet. Un style très conventionnel mais des heures de recherche… Rockland MD: de la chiure de mouche!

  14. Salut Jimmy,

    Je me suis posé la question avant de déménager mes pénates sur WordPress. Durant les premiers mois de 2007, alors que j’étais encore sur Blogger, j’avais orienté mon blogue davantage vers l’actualité et la politique.

    Puis, avec le retour en classe de septembre 2007, j’écrivais moins. Je lisais toujours l’actualité, mais n’avais point le temps d’élaborer des billets argumentatifs sur le sujet. Il y avait aussi que depuis quelques mois, il me semble que l’actualité politique canadienne et québécoise est moins stimulante… ou est-ce mois qui suis plus blasé?

    Enfin, quand je suis arrivé sur WordPress, j’ai décidé de revenir à mes objectifs de départ, lorsque j’avais démarré les Chroniques de Gradlon en avril 2006, sur Canalblog: un journal de bord.

    Journal de bord parce que pas tout à fait un journal intime. Je déballe pas tout sur mon blogue comme je le ferais dans un journal intime. C’est plutôt un exutoire de mes réactions et réflexions face à ce que je vis, aussi directement qu’indirectement, comme ces choses que je vois ou que j’entends sans les vivre moi-même.

    Moins d’analyses factuelles pour plus d’impressions personnelles.

    Est-ce que l’expérience bloguesque est pertinente? Je pense que oui, tant et aussi longtemps que nous n’essayerons pas de forcer cette pertinence. Sans doute qu’une jour, elle s’essoufflera et une tentative de réanimation pourrait être plus négative que la fatalité d’un dernier soupir.

  15. @Gradlon

    Merci pour tes commentaires.

    « Il y avait aussi que depuis quelques mois, il me semble que l’actualité politique canadienne et québécoise est moins stimulante… ou est-ce mois qui suis plus blasé? »

    Oui, j’abonde dans le même sens. Les sujets politiques sont moins nombreux par les temps qui courent.

    Au fédéral, l’immobilisme du parti libéral perpétue le gouvernement conservateur minoritaire. La faiblesse du leadership de Stéphane Dion le fait hésiter à déclencher une élection.

    Au provincial, Mario Dumont avec sa baisse de popularité le pousse à soutenir le gouvernement de Jean Charest.

    Mais le statu quo ne perdurera pas éternellement.

  16. « Alexis, vous êtes dans le mauvais parti, venez nous rejoindre au PQ et pronez l’indépendance du Québec ! Vous ne serez plus seul dans votre coin. 🙂 »

    Alexis, vous êtes dans le mauvais parti, venez nous rejoindre au PCQ, dans Q-S et prônez l’indépendance du Québec!

    Pourquoi le PCQ et pas le PQ?

    http://reactionismwatch.wordpress.com/2008/03/13/lindependance-du-quebec-un-projet-revolutionnaire/

    Quant à moi, les blogues m,ont apportés des contacts, dont Jimmy, mais encore, plusieurs membres du PCQ et de futurs membres du PCQ, pour qu’enfin, comme mentionné par certains ici, les discussions se rabattent vers le terrain, en réelles actions constructives. Québec-solidaire est justement le parti où les courants de gauche se rejoignent, où le débat est possible, où l’indépendance du Québec est aussi une priorité, où la démocratie est réelle et non, bafouée par quelconque vieux principe de grands chefs charismatiques.

    Bref, les blogues m’auront donné dans cette seule année, des connaissances toutes aussi pertinentes les unes que les autres. J’aurai aussi appris à mieux écrire, à argumenter plus pertinemment, à démolir l’argumentation fragile de la droite, etc..

    Les blogues représentent tout simplement un média, des médias, une alternative aux médias capitalistes censurées de toute pertinence et de toute neutralité et sous contrôle capitaliste, sous contrôle bourgeois. Au Québec, comme au Venezuela (97%), les médias sont majoritairement privés et contrôlés par la bourgeoisie. Nous nous devons d’informer les gens, coûte que coûte (même le questionnement et le désintérêt) et cela nous sera remercié en temps et lieu.

    Sur ce, Jimmy, tu as fait un excellent travail cette année et la plupart de tes billets étaient très justes et bien argumentés.

    Les débats qui pullulent entre la gauche et la droite peuvent sembler redondants, mais sachez que jusqu’ici, nous possédons amplement l’avantage de l’argumentation, nous dépassons de longues distances, ces apôtres du Capital. Cela aura donc donné quelque chose, car nous pouvons démolir point par point, leur charabia mensonger.

    Autre chose qui n’était pas envisageable avant, le débat entre nous et les personnages connus, comme par exemple M. Facal que j’ai dû remettre à sa place sur la question afghane, Richard Martineau lors des élections 2006… Ces personnages étaient autrefois, intouchables pour nous, simples citoyens. Cela a changé.

    Bonne fin de semaine à toutes et tous. (Je quitte d’urgence, ma plus jeune pleure…)

    Sylvain Guillemette

  17. @Antipollution et Sylvain Guillemette: C’est de bonne guerre, mais je ne suis pas près de changer d’avis… Avez-vous lu ma position constitutionnelle précise?

    Si je suis seul dans mon coin (sur les blogues, entendons-nous), c’est simplement une question de philosophie de parti. Les libéraux ont toujours été plus tranquilles et réservés; en dehors de la blogosphère, ils sont très nombreux :).

  18. clusiau

    On blogue pour s’amuser….passer l’temps….critiquer….insulter….apprendre cé quoi la censure….!

    Ceux et celles qui se prennent au sérieux seront déçus. Salut

  19. sylvainguillemette

    Je ne suis aucunement déçu Clusiau, le PCQ a vraiment recruté depuis, alors…

    Et St-Gelais, le fait que les libéraux soient des milliers, des millions ou des milliards, cela ne change rien aux inepties proférées par ces derniers. Le libéralisme n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais. C’est une conciliation entre les classes, un grand respect des bourgeois minoritaires et parasitaires (2% de la Terre), au dépens de la majorité prolétarienne internationale. Les bourgeois exploitent les prolétaires, que cela vous plaise ou non, et vivent sur le travail d’autrui, et ne méritent aucunement, d’aucune façon explicable scientifiquement, les profits engendrés par le travail de la classe prolétarienne.

    Je vous suggère, au moins avant de faire un choix final, de lire « Le Capital », « De l’État », « L’État et la révolution », « Salaires, prix et profits », et en gros, le plus d’oeuvres possible de Karl Marx, de Engels ou de Lénine. Avant de faire un choix, il faut prendre notre des divers choix qui s’offrent à nous. On ne saute pas en bas du pont parce que la majorité saute en bas du pont, cela n’a pas de sens.

    Les libéraux sont nombreux, soit, donc les aliénés aussi, les opportunistes aussi, les idéalistes aussi, etc..

    Choisir une voie politique, soit, mais on doit également pouvoir s’expliquer avec des arguments, avec des faits scientifiques, avec de bonnes raisons quoi. Qu’a fait le néo-libéralisme depuis qu’il existe? Il a entre autre, mené la Terre où elle est, donc l’humanité, et ensuite, il a créé des monopoles, des cartellisations des richesses, tout comme le prévoyaient Marx, Engels, Lénine et bien d’autres marxistes. La redistribution des richesses jamais appliquée, on le doit aussi aux libéraux.

    Bonne lecture, j’espère que vous en lirez au moins « 1 » de ceux-là, ce sont des livres de poche faciles à lire, qui se traînent bien dans un autobus, ou quelconque ennuyante activité. Votre choix n’en sera que meilleurs, une fois cette tâche accomplie.

  20. sylvainguillemette

    Je m’adressais à Alexis St-Gelais, désolé de ne pas avoir précisé.

    Toute lecture est de la propagande, appliquez-y mensongère et cela change le tout. Vous ne trouverez aucune propagande mensongère parmi ces livres cités, aucune. Les écrits de Marx furent et demeurent, incontestés. Ils sont toujours d’actualité et plus vite le prolétariat lira ces oeuvres, plus vite il prendra conscience de sa classe, de ses intérêts de classe, et plus vite arrivera la révolution et la dictature du prolétariat. Enfin, nous aurons une bonne fois pour toute, une vraie démocratie, régionale d’abord, pour ensuite se transporter à l’international, ce qui est indispensable pour voir le communisme sous son vrai jour. Car le communisme n’est pas applicable en seul pays, tout comme le capitalisme. Ce serait, pour rependre les dires d’un camarade, comme un système sanguin dans une seule jambe.

    Voilà, j’espère que vous oserez à tout de moins, ouvrir un de ces bouquins.

    Bonne journée.

  21. sylvainguillemette

    Les sujets que j’aborde, sont des plus sérieux. Je ne crois pas qu’il y a exploitation des masses prolétaires par les bourgeois parasitaires et minoritaires (2% de la planète Terre), c’est un fait.

  22. sylvainguillemette

    De par Internet, je peux débattre sur les intérêts de classe, sur la révolution prolétaire qui pourra mettre fin à l’exploitation de l,être humain par ses semblables.

    Les blogues constituent un média pratiquement gratuit (ordinateur+logis+internet ou café internet), une alternative aux mensonges répétés par les médias capitalistes. Et un mensonge répété,, devient réalité. Alors aussi bien se servir de cette alternative, plutôt que de laisser aller tout bonnement les David G. de ce monde. David G., je crois, prends lui aussi très au sérieux son blogue, même s’il est axé sur l’exploitation d’autrui, sur de la propagande mensongère issue des pires domaines (FMI, BM), et totalement totalitaire, en plus d,être un appui inconditionnel à la pollution, au terrorisme étatique, etc.. Bref, à la double-mesure.

  23. André Tremblay

    11 octobre 2010.

    Bonjour Jimmy !

    Contrairement à ce qu’affirmait Antipollution, je n’ai pas fermé « Sociétés et décadence » par manque d’intérêt des autres blogueurs, ni en raison d’un manque de commentaires. Bien au contraire, les commentaires étaient nombreux et la plupart d’entre eux exigeaient des réponses où l’argumentaire devait être omniprésent : il n’y avait pas beaucoup de place pour l’improvisation…

    En fait, si j’ai fermé ce blogue (et bien d’autres avant celui-là, la plupart traitant par ailleurs de sujets « politiques », c’est uniquement pour des raisons de santé. Ayant alors eu des ennuis cardiaques assez sévères, je n’avais plus le temps et encore moins la force pour maintenir un blogue de qualité. L’écriture des articles et des réponses aux commentaires devenaient pour moi trop exigeants pour que je continue. Je considérais que les délais, que je m’accordais pour répondre aux commentaires les plus judicieux, étaient beaucoup trop longs. Et puisque je n’aime pas nécessairement faire les choses à moitié, j’ai préféré me retirer, plutôt que de traîner bêtement comme une vieille chaussette.

    Bref, comme le chantait (et le chante encore) si bien Charles Aznavour :
    « Il faut savoir quitter la place…quand le dessert est desservi… » !

    Bon automne !

    André Tremblay,
    Anciennement de « Société et décadence » et, peut-être, bientôt d’un autre titre dont l’idée germe présentement dans ma tête. Le hic, c’est qu’il y a tant de sujets à aborder, que je ne sais sur lequel m’arrêter. Mais, en ce qui a trait à des idées de sujets pour la création de futurs blogues, sois assurés qu’elles foisonnent à souhait !

    A. T.

  24. @André Tremblay
    Toute une surprise de voir une réponse à un commentaire vieux de deux ans, moi qui vous croyait hors service de blogue pour toujours.
    Si j’ai dit ce que j’ai écrit à l’époque c’est que cela me semblait vrai, mais bon si c’était uniquement à cause de votre condition physique (qui s’est améliorée et c’est tant mieux) j’ai mal interprété vos billets ou vos messages.
    En espérant vous lire bientôt sur Société et Décadence (le site est encore disponible) ou sous un autre nom de blogue.

    l’ex AntiPollution

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s