Les dérives réactionnaires de Mario Dumont

Cette semaine, le chef de l’ADQ a émis deux déclarations qui laissent perplexes et démontrent les penchants réactionnaires de son parti. 

La première : il s’oppose à la volonté du gouvernement libéral de ne pas multiplier les effectifs de répression policière qu’il aurait pu faire à l’aide d’un transfert fédéral à cet effet vers le Québec de 93$ millions sur cinq ans.  Le ministre Jacques Dupuis étudie le dossier et affirme que l’administration libérale utilisera ce montant comme bon elle lui semble.

Plusieurs portefeuilles de l’État, comme la santé ou l’éducation, sont en manques chroniques de financement et le fait d’augmenter les forces policières serait malvenu dans un contexte de sous-investissement de ces secteurs sociaux.

Mais que cela ne tienne, l’ADQ tient mordicus à augmenter le nombre d’agents de la paix tout en promettant, si elle obtient le pouvoir, de sabrer dans les budgets ainsi que de privatiser les services et les organismes publics tout en s’attaquant au monde syndical.  Cela traduit aussi un illogisme de son programme politique: pendant qu’on désire réduire la taille et l’interventionnisme du gouvernement, on suggère une police étatique plus imposante!  Finalement, on aggravera les inégalités sociales, la pauvreté et la criminalité que l’ADQ réprimera avec une force de l’ordre accrue afin de protéger les intérêts de ses contributeurs, c’est-à-dire les supers riches, dénigrant tout ce qui est progressiste.   En fait, une nouvelle ère Duplessiste avec ses répressions sanglantes contre les mouvements ouvriers et sociaux.

La deuxième déclaration : Dumont a préconisé un gel de l’immigration devant le rapport de l’Office québécois de la langue française (OQLF) prédisant une future diminution du fait français, particulièrement à Montréal, si le Québec continue à accueillir 55 000 immigrants par année.  Pourtant, Statistique Canada a affirmé que la place du français dans l’ensemble de la province a demeuré stable entre 2001 et 2006. 

Certes, il faut agir afin de permettre l’augmentation de l’utilisation du français dans la société québécoise, mais ce n’est pas en se refermant sur lui-même que le Québec fera des avancées positives sur le plan démographique (à balance négative), à moins de revenir à l’époque auto-procréative de Duplessis.  Il y a d’autres solutions : comme l’investissement d’argent supplémentaire pour l’intégration des immigrants et la mise en place d’avantages fiscaux incitatifs aux francophones de part le monde désirant immigrer chez-nous.

L’ADQ monte en épouvantail les craintes du subconscient collectif québécois de perdre du terrain devant les « étrangers ».  On joue sur les peurs primitives et on dénigre les autres cultures en espérant recueillir un jour assez de voix pour obtenir le pouvoir.  De plus, ce parti vise au démantèlement quasi-total de l’État et par ricochet de la justice sociale.  Davantage de privé, davantage de profits pour les entreprises, davantage de richesses pour les nantis tandis que l’ordre social vacillant sera maintenu avec un appareil de répression rehaussé tenant fermer le couvercle de la marmite des injustices sociales exacerbées.

Voilà, en somme, la vision réactionnaire à l’inspiration duplessiste de l’Action Démocratique du Québec.
 

16 réflexions sur “Les dérives réactionnaires de Mario Dumont

  1. internationaliste

    Excellent billet Jimmy. Mario Dumont est vraiment un populiste réactionnaire qui me fait penser à Preston Manning.

  2. L’ADQ n’est pas logique et consistant de discours.
    Elle veut 100$ semaine pour des enfants hors-garderies.
    Vous avez raison quand vous écrivez : « Cela traduit aussi un illogisme de son programme politique: pendant qu’on désire réduire la taille et l’interventionnisme du gouvernement, on suggère une police étatique plus imposante! « 

  3. Arnold S.

    En ce qui concerne l’immigration, je vous invite à la plus grande prudence.

    Le problème comporte plusieurs dimensions, il faut prendre le temps de bien les analyser.

    D’abord, on l’a vu lors de la Commission B-T, le peuple québécois, le Québec profond, est xénophobe. J’en ai personnellement conclu que, collectivement, nous n’avons pas encore suffisamment de vigueur économique et de maturité sociale pour accueillir et intégrer de grandes masses d’immigrants. C’est triste de se savoir xénophobe, mais c’est la réalité. Faut faire avec. Il faut commencer par éduquer et déniaiser les gens.

    Ensuite, on sait que l’intégration économique d’une bonne proportion d’immigrants des pays du tiers monde est difficile. Par exemple, selon les dernières études du MICC, le taux d »emploi des immigrants d’Afrique du Nord n’est que de 52%. On peut ici constater que notre « modèle québécois » constitue un puissant attracteur et que celui-ci génére une immigration économique dont le financement menace notre stabilité financière. L’immigration risque donc de contribuer à accroître la pauvreté du Québec. Je dis donc, ici aussi, prudence. Nous sommes déjà suffisamment dans le trou (financièrement).

    Finalement, la pauvreté va continuer à progresser inéluctablement parce que notre modèle québécois, qui devait nous protéger de la pauvreté et de la précarité, fait fuir les plus actifs d’entre nous générant une fuite du capital humain hors du Québec, ec qui est très grave selon moi, en tout cas. Exemple: 8000 anglophones universitaires quittent le Québec annuellement; des milliers de professionnels(les) québécois, des infirmières, des médecins, des ingénieurs, etc. quittent aussi la provice pour être remplacés par une main d’oeuvre issue de l’immigration, moins chère mais beaucoup moins bien formée et moins performante (J’ai engagé une dizaine de professionnels issus de l’immigration, je sais vraiment ici de quoi je parle). Donc, je dis simplement: faisons donc un petit effort supplémentaire pour garder nos petits québécois au Québec, avant de se fendre en 4 pour accueillir des « truck loads » d’immigrants économiques. C’est bien beau la compassion et l’ouverture, mais charité bien ordonnée commence par soi-même.

    Bon, sur ce, je vais continuer à pelleter..

  4. @Arnold S.

    Le Québec est beaucoup moins raciste ou xénophobe que d’autres nations occidentales. Chez nous, il n’existe pas de groupe d’extrême droite prônant la suprématie « québécoise française », contrairement aux États-unis ou l’Europe dans lesquelles on retrouve beaucoup de factions de ce type.

    Je dirais que la peur de l’étranger est un réflexe normal chez tous les peuples. On a toujours peur de ce qu’on ne connaît pas. Par ailleurs, bien des immigrants provenant de l’Afrique ou du Moyen-Orient s’intègrent très bien à la culture québécoise.

    Aussi, si on adoptait le capitalisme total comme aux Etats-Unis en abandonnant la social-démocratie, je ne suis pas certain que la pauvreté diminuerait, bien au contraire.

    Des gens quittent le Québec, mais beaucoup reviennent après un certain temps. La culture québécoise est différente de celles des américains ou des canadiens anglais, et le coût de la vie est beaucoup plus élevé malgré les plus hauts salaires. Plusieurs se rendent compte qu’ils ne sont pas gagnants au change.

  5. Arnold S.

    Salut Jimmy ,

    Pour te dire la vérité, je pense que le réel problème de l’immigration se situe sur un autre plan.

    Mon sentiment actuel est que nous avons atteint, pour la planète, le point de non-retour et l »urgence est plutôt de se préparer au pire.

    Les effets du réchauffement climatique vont entraîner une catastrophe climatique telle, que le seul équivalent connu à peu près du même ordre, est le « Paleocene–Eocene Thermal Maximum » survenu il y a 55 millions d’années (augmentation de + 6 °C de la T °C globale et disparition consécutive d’un nombre incalculable d’espèces animales et végétales, etc.).

    D’après Lovelock, la catastrophe devrait survenir vers 2040-2050. Donc, dans à peu près 35-40, i.e. demain matin en pratique.

    En fait, Lovelock s’attend à ce que 80% de la population terrestre disparaisse.

    La raison pour laquelle j’en parle ici, c’est que le Québec, le Canada, les Highlands, la Sibérie et les pays scandinaves resteront à peu près les derniers endroits vivables sur Terre. L’immigration écologique va prendre le relais sur l’immigration économique d’ici 15-20 ans et il faut s’y préparer dès maintenant. Et comme au Québec, nous avons tendance à voir la réalité avec des lunettes roses et ne sommes pas forts pour mettre nos pantalons quand il le faut, nous risquons (i.e. nous allons) de faire face à des problèmes sérieux.

    Tout ça pour dire que les délires ethnocentriques de Mario Dumont ou de Pauline me touchent peu. Il faut porter le combat à un autre niveau.

  6. @ Arnold S.

    Tu prêches à un converti.

    Tu parles de thèmes que j’ai déjà évoqué dans mes nombreux billets, comme l’immigration écologique, le réchauffement climatique, la disparition des espèces animales et l’avènement prochain d’un écofascisme.

    Mais ce n’était pas ici le sujet de mon billet.

    Pour moi, l’environnement doit demeurer au premier plan, au-delà des considérations économiques, politiques, religieuses ou culturelles.

    Si tu parcoures mon blogue, tu verras que c’est en plein ça que je prône depuis le tout début de mon blogue et de mes contributions dans Le Devoir.

  7. sylvainguillemette

    « D’abord, on l’a vu lors de la Commission B-T, le peuple québécois, le Québec profond, est xénophobe. »

    C’est encore ici, votre vision des choses. J’habite en région et je ne connais pas de racistes xénophobes, à chacun son entourage. Et laissez-moi vous dire que vous n’avez écouté que les parties qui vous intéressaient, car il y avait aussi, de beaux témoignages d’ouverture.

    Vous semblez toujours considérer le capitalisme comme viable, or, il ne l’est pas et ne l’a jamais été.

    Maintenant, pointer en direction de l’Afrique pour nous démontrer ses problèmes, sans toutefois parler des ravages faits par la Banque Mondiale et le FMI, c’est tout simplement de l’hypocrisie et encore, je n’aborde même pas la question de l’impérialisme chinois, états-unien et autres…

    « Finalement, la pauvreté va continuer à progresser inéluctablement parce que notre modèle québécois, qui devait nous protéger de la pauvreté et de la précarité, fait fuir les plus actifs d’entre nous générant une fuite du capital humain hors du Québec, ec qui est très grave selon moi, en tout cas. »

    Bon, ça y est, les capitaux sont effrayés et vont fuir la terre promise.
    Le capitalisme est une secte suicidaire au service des bourgeois minoritaires et parasitaires, au dépend de la majorité globale, le prolétariat. Votre système n’est tout simplement pas viable, c’est un suicide collectif qui favorise une poignée de parasites, au détriment de la planète entière.

    « (J’ai engagé une dizaine de professionnels issus de l’immigration, je sais vraiment ici de quoi je parle). »

    Vous êtes un bourgeois? Ça expliquerait tout! Saviez-vous que l’on pourrait aisément vous remplacer par une patte de chaise, que ça ne changerait absolument rien à la productivité? Toutefois, le profit engendré, serait réparti parmi les ouvriers, les prolétaires.

    À Jimmy,

    malheureusement, il existe au Québec des groupes xénophobes, racistes et haineux. Désolé de te l’apprendre.

    « Des gens quittent le Québec, mais beaucoup reviennent après un certain temps.  »

    Et Jimmy, il suffit aussi de signaler que lorsqu’ils quittent, ils agissent comme ces ingrats de capitalistes bourgeois, égoïstes jusqu’à la mort. « Ça paie plus là-bas? Good, je scram. »
    C’est ça que je dois apprendre à mes enfants? On blague ici j’espère…

    Aux capitalistes con-vaincus,

    les médecins « socialistes » de Cuba, servent au Vénézuéla (ils sont plus de 30 000 dans les Barrios) gratuitement, ils donnent même un sourire en prime! Ça, c’est un exemple à suivre. Je ne parle pas de faire un Cubec avec pour chef, un éternel barbu, etc.. Et tout d’abord, ce système « PAUVRE » sur lequel se permettra de cracher n’importe lequel des capitalistes con-vaincus, est tout simplement plus viable que le capitalisme. Qu’ils prouvent le contraire d’ailleurs.

    Le système nord-américain, s’il était étendu à la planète entière comme, le souhaitent les capitalistes con-vaincus, nécessiterait au moins 7 planètes Terre. Allez! Pelletez-en des nuages!

    (Jimmy, c’est une secte le capitalisme. Quand tu n’es même plus capable de voir les côtés néfastes du système, la pollution, la pauvreté qui ne fait que s’étendre, tu deviens sectaire pis pas à peu près.)

    Je suis toutefois très content de voir que Arnold ne conteste pas les études scientifiques sur les études scientifiques, la responsabilité de l’humanité et les prochains problèmes qui s’y rattachent. Malheureux, mais vrai.

    Lovelock a non seulement raison, mais il oubli un autre problème, dont je n’ai d’ailleurs pas vraiment vu de trace où que ce soit. Le fait de connaître ces problèmes, nous amène maintenant à prévoir aussi, les conflits. Qui ici a déjà joué à un jeu de stratégie, étant plus jeune? Lorsque vous manquez de ressources, que faites-vous? Vous allez les chercher chez le voisin.

    Personnellement, je ne crois pas que Bush ne croit pas du tout aux changements climatiques, je crois qu’il joue un rôle, comme les autres. Il a d’ailleurs commencé à tenir dans la précarité, ses ennemis. Son impérialisme laisse entrevoir que c’est loin d’être terminé, que ça ne fait en fait, que commencer. Attendez que les autres puissances s’en mêlent, effectivement, les années prochaines ne seront pas roses.

    Et oui, Arnold, nous serons l’oasis. Mais encore, il faut faire attention. Sybérie, nord du Québec, deux endroits où se trouvent des centaines de milliards de tonnes de méthane, sous le pergélisol. Ce pergélisol a déjà commencé à fondre, laissant s’échapper ce méthane mortel pour nous, dans le sens où il est 23 fois l’effet de serre du CO2.

    Conclusion: J’ai bien l’impression que des choix difficiles nous attendent, comme entre autre, laisser crever les étrangers, ou de façon utopique, les aider.

    Sincèrement, le point non-retour franchi, je suis en questionnement, mais je dois avouer aujourd’hui, que tout me semble illogique. Nous pelletons des nuages.

    Continues quand même ton bon travail Jimmy, tu ne le fais pas pour rien, on a toujours des enfants.

    *Sans rancune Arnold, je suis communiste, alors les bourgeois et moi…

  8. sylvainguillemette

    Je peux sortir comme ça, une bonne dizaine de pays où les États-Unis ont joué de la mitraillette, pour leurs intérêts économiques. Au Liberia par exemple, Washington a soutenu Taylor, avant de soutenir une opposition plus forte. ils ont fourni des calibres .50 aux rebels, et des mortiers. Rien de plus précis! alors vous pouvez vous imaginer que c’est encore les civils, qui ont mangé les balles.

  9. Arnold S.

    « Saviez-vous que l’on pourrait aisément vous remplacer par une patte de chaise, que ça ne changerait absolument rien à la productivité?

    Toutefois, le profit engendré, serait réparti parmi les ouvriers, les prolétaires. »

    lol! Super!

    Je commence à comprendre mieux maintenant pourquoi les régimes communistes s’effondrent l’un après l’autre: ils ont remplacé leurs élites professionnelles et intellectuelles par des PATTES DE CHAISES!!

  10. @Sylvain

    Il existe sûrement des groupuscules racistes insignifiants au Québec, mais ils ne sont pas organisés politiquement. Tu parles sûrement des skinheads.

    De plus, dans les médias ou les blogues, les discours xénophobes sont très rares.

    Peux-tu me donner des exemples de tels groupes? Ça m’intéresse. Ce serait un bon sujet pour un futur article.

  11. Arnold S.

    Il ne faut pas mélanger racisme et xénophobie.

    Il y a très peu de vrais groupes racistes au Québec. Le racisme n’est pas un problème au Qc. Les seuls groupes racistes, à ma connaissance, sont les mouvements extrémistes pour un Québec français intégral.

    Le « québécois profond » n’est pas raciste, ce n’est pas dans notre mentalité, mais il est xénophobe. Plus exactement, une xénophobe « soft ».

    Ce n’est pas à nous, québécois, de décider si nous sommes xénophobes ou non. C’est aux immigrants à nous le dire.

    Le québécois moyen est naïf et voit la réalité avec des lunettes roses. Oui, oui, il y a plein de gens à l’esprit ouvert, généreux, beaux, fins, smattes, etc. mais ils ne sont pas la majorité.

    Les déclarations de Parizeau, le « nous » ethnocentrique de Pauline, les demandes pour des lois encore plus fortes pour un français imposé par la loi du CPE à l’université, tout le débat même sur les accommodements raisonnables, toutes les critiques incessantes des groupes de femmes, voire le harassement, sur l’interdiction du port du voile devraient au moins sonner une toute petite cloche…Relis ton histoire et tu vas voir que les Québécois étaient très anti-sémites, pro-Pétain et pro-nazi durant la 2è guerre mondiale. On a un certain fond douteux….

    Il faut demander à des immigrants, aux gens qui ont un accent, une couleur de peau différente, qui se cherchent un emploi, qui se cherchent un appart, ec. eux te diront la vérité. Parle à des ingénieurs africains qui ont passé des entrevues à St-Georges de Beauce, ils te donneront le vrai son de cloche. Le québécois ouvert, généreux, gentil, fin, n’existe que dans les rêves de je ne sais trop qui.

    Il faut commencer par admettre le problème si on veut le résoudre.

  12. @ Arnold S.

    Tu le dis toi-même :  » Le “québécois profond” n’est pas raciste, ce n’est pas dans notre mentalité, mais il est xénophobe. Plus exactement, une xénophobe “soft” « .

    Mais je te confirme que c’est normal, comme je l’évoquais antérieurement: « Je dirais que la peur de l’étranger est un réflexe normal chez tous les peuples. On a toujours peur de ce qu’on ne connaît pas ».

    De plus, tu dis: « toutes les critiques incessantes des groupes de femmes, voire le harassement, sur l’interdiction du port du voile devraient au moins sonner une toute petite cloche… »

    Le port du voile ne constitue par de problème en soit, mais cela devient un enjeu quand cela contrevient aux règles démocratiques, notamment dans la pratique du droit de vote. Ce n’est que le bon sens.

    « Relis ton histoire et tu vas voir que les Québécois étaient très anti-sémites, pro-Pétain et pro-nazi durant la 2è guerre mondiale. On a un certain fond douteux… ».

    Le Québec d’aujourd’hui est beaucoup plus évolué que sous la période duplessiste. Nous étions alors qu’une bande d’illettrés incultes sans instruction. Nous avons changé pour le mieux.

  13. Je trouve son approche de conservatisme fiscal très bon pour l’économie tel que l’on peut l’observer en Alberta avec les Conservateurs là bas au pouvoir depuis 18 ans (4% de chômage VS à peu près le double au Québec).

    Cependant, son approche réactionnaire de droite sur la question de l’immigration me fait dire que l’ADQ fait fausse route quant au type de nationalisme québecois préconisé.

    Salutations cordiales,

    Tym Machine

  14. @Jimmy St-Gelais:

    Racisme n’égale pas nécessairement ignorance et manque d’instruction.

    L’Allemagne nazie était une des sociétés les plus instruites au moment de l’avénement de Hitler, est-ce que cela les a empêché de perpétrer un génocide?

    L’instruction peut nous apprendre à être en désacord avec le racisme et le combattre comme elle peut nous apprendre à le devenir également.

  15. « Je trouve son approche de conservatisme fiscal très bon pour l’économie tel que l’on peut l’observer en Alberta avec les Conservateurs là bas au pouvoir depuis 18 ans (4% de chômage VS à peu près le double au Québec). »

    Wooooooooooooow les moteurs, comparer le Québec à l’Alberta. Notons aussi que le taux de chômage est, pour les deux premiers mois de 2008, de moins de 7% au Québec, un des plus bas taux des 20 dernières années.
    http://www.stat.gouv.qc.ca/princ_indic/tchomag.htm

    « En février, le taux d’activité québécois a légèrement avancé pour atteindre 65,9 %. C’est exactement le même qu’aux États-Unis. Certes, les États-Unis traversent une mauvaise passe par les temps qui courent, mais n’empêche…

    Qui aurait pu prévoir cela il y a quelques années? »
    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080308/LAINFORMER0202/803080977/5976/LAINFORMER0202

    Moi, je trouve ça bien d’arriver au niveau de productivité des États-Unis. Ce n’est pas ce que Antagoniste va dire, mais c’est pas grave ^^.

    On a pas de pétrole albertain ni de boom économique dans les sables bitumineux. Nos industries sont dans les services, l’énergie, les ressources naturelles. La fiscalité albertaine ne se compare pas; les pétrolières sont si riches et paient tant en impôts que le gouvernement ne fait pas d’impôts aux particuliers. Si tu regardes, par contre, je préfère être au Québec. Pars-toi un commerce à Calgary; si tu paies moins de 12$/h, bonne chance! Il est possible qu’un employer se pointe un jour et ne se pointe plus après, et qu’il ne donne pas d’avis. À Fort MacMurray (Fort MacMoney, aussi connu), on peut gagner 100 000$. Avec ce 100 000$, on peut vivre dans une boîte de carton isolée de métaux recyclés. Ma résidence étudiante est plus belle que les appartements des travailleurs en sables bitumineux. Il y a aussi une crise du logement, si bien que certains dorment sous des toiles bleues dans la forêt et vont prendre leur douche dans le logement communautaire pour sans-abris avant d’aller au travail (source: The Dominion). Et que faire de ce 100 000$ annuel en salaire… Le seul divertissement de la ville serait un casino.

    Je préfère être au Québec, où l’économie diverisifée permet à plusieurs secteurs de performer et d’offrir des services, en plus de services publics pour lesquels nous payons. C’est le fait que les Albertains paient si peu d’impôts qu’ils obtiennent moins de services.

  16. @Tym Machine

    « L’Allemagne nazie était une des sociétés les plus instruites au moment de l’avénement de Hitler, est-ce que cela les a empêché de perpétrer un génocide? »

    Oui, mais ce n’est qu’après la guerre que les camps d’extermination ont été découverts, autant par les alliés que par les allemands eux-mêmes. Si la vérité avait éclot plutôt, je ne suis pas certain que le peuple allemand aurait approuvé. La surprise fut grande.

    @Manx

    Au sujet de la comparaison du Québec avec l’Alberta : tu m’enlèves les mots de la bouche ! Je voulais dire exactement la même chose !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s