La droite est inadéquate

La droite est néfaste à la continuation de l’espèce humaine.  Cette idéologie politique est désormais inadéquate devant le flot de problématiques qui assaillent le genre humain.

Elle défend, au mieux, le statu quo, et, au pire, la prolongation et le renforcement de ce système économique capitaliste qui détruit sur son passage l’équilibre de l’environnement, la justice sociale, l’égalité des chances, l’empathie et la compassion envers nos congénères pour les remplacer par le signe du dollar qui est maintenant devenu la nouvelle idole que tous adulent. 

Le néolibéralisme n’est que la phase ultime de ce régime économique s’apparentant à l’impérialisme, le stade suprême du capitalisme, décrié par Lénine et qui élève chaque homme contre son prochain et chaque nation contre une autre.

La démocratie n’a plus d’effet dans ce contexte car les véritables décisions sont prises au-dessus de la volonté populaire.  Le pouvoir économique transnational domine et l’influence des oligopoles commerciaux atténue les forces publiques.

Les politiciens ne sont que des pantins des hyper-bourgeois.  Ils se prosternent devant leurs seigneurs et lèchent leurs bottes en espérant obtenir leur faveur.  Ils ne sont que des prostitués vendant leurs âmes pour des rétributions monétaires au mépris des revendications populaires.  Il n’est alors pas surprenant que les électeurs se sentent inutiles et dénigrent le monde politique.
 
En plus, on projette les idées de la droite dans les médias contrôlés par les grandes corporations qui nous désinforment des véritables enjeux de notre époque.  Les mensonges sont tellement énormes que le battage médiatique les tourne en vérités.

En fait, on détourne notre attention des véritables parasites sociaux. Ils nous montent les uns contre les autres : la classe moyenne contre les démunis; les prestataires d’aide sociale contre les travailleurs; les syndiqués contre les non-syndiqués car cela sert les objectifs de la droite qui consistent à diviser pour régner tandis que les élites maintiennent leur pouvoir. 

Pendant que l’on se déchire pour des miettes, les nantis se gardent la plus grosse part du gâteau.

7 réflexions sur “La droite est inadéquate

  1. En effet. La politique du laisser-faire porte bien son nom. On laisse les choses aller. C’est la stratégie de la droite et du néo-libéralisme.

    Pas besoin d’intellectuels, dans ce temps là : tout se fait tout seul.

  2. Belle dénonciation… quel monde horrible dans lequel je vis.

    Je me demande qui sont ces individus qui nous mènent de la sorte et forcent mes politiciens à leur lécher si abjectement les bottes quel coeur noir ils doivent avoir… En prison!À la guillotine! Tous ces profiteurs et parasites.

    Pardonnez mon sarcasme, mais j’entends beaucoup de dénonciations des forces dangereuses et inexhorables qui se sont infiltrées à tous les niveau de la société… comme s’il y avait derrière une volonté maléfique ayant pour but notre perte… une force mystérieuse appelée « la droite ». C’est presque …animiste comme vision.

    En fait, ma question: Si j’accepte le constat, que faire?

  3. Arnold S.

    Salut Jimmy,

    En passant…un petit commentaire… la protection de l’environnement n’a jamais été une véritable préoccupation des société communistes.

    pour les remplacer par le signe du dollar qui est maintenant devenu la nouvelle idole que tous adulent.

    Il y a +- 50 ans, dans la soi-disant Grande Noirceur, les gens adulaient Dieu. En 1962-1967, nos leaders ont alors dit au bon peuple qu’ils étaient une bande d’arriérés, de primitifs et de demi-civilisés et qu’ils devaient se mettre au goût du jour et embarquer dans la « Course au Progrès », la « Modernité », la société matérialiste et que c’était la Clé du bonheur.

    Et bien Voilà! On a remplacé « Dieu » par « $$ »!
    Hé! Quel progrès!

    La conséquence de cette pseudo-évolution, nous l’avons devant nos yeux, les gens veulent du fric, encore du fric et toujours plus de fric. Et ça, ça n’a rien à voir avec le débat droite-gauche. Tout ça relève de la matérialisation de notre société et de l’instrumentalisation de l’homme: je me sers de mon voisin comme d’un outil pour faire plus de fric (ou, pour un état, plus de pouvoirs).

    L’homme est une créature complexe. Nous n’avons tout simplement pas fini de payer le prix de l’abandon des valeurs spirituelles.

    Bonne journée à tous!

  4. Alain B.

    « comme s’il y avait derrière une volonté maléfique ayant pour but notre perte… une force mystérieuse appelée “la droite” »

    Non, ce n’est pas une volonté, mais je dirais plutôt une contre-volonté, un laisser-aller qui replie l’être humain sur sa petite existence et fait fi de ses semblables. Pendant ce temps, chacun se bat pour soi-même pendant que nos lits brûlent…

    Arnold S.

    « En passant…un petit commentaire… la protection de l’environnement n’a jamais été une véritable préoccupation des société communistes. »

    Même si je parle de Lénine au niveau théorique, je ne suis pas communiste. Ceci dit, l’URSS était en pleine guerre froide économique et militaire contre l’Occident et elle a pu couper les coins ronds en protection de l’environnement afin de survivre. . Le plus incompréhensible est que les pays développés ne se préoccupent pas aujourd’hui de l’écologie, malgré l’absence d’une puissance rivale qui pourrait drainer leurs ressources, pour que les coffres des grandes corporations se remplissent. C’est encore plus niais à mon avis. L’URSS était en conflit et devait faire des choix mais l’Occident en 2008 n’a aucun conflit majeur et décide tout de même de se foutre de l’environnement pour le précieux dollar qui ne profite qu’à quelques-uns finalement.

    « La conséquence de cette pseudo-évolution, nous l’avons devant nos yeux, les gens veulent du fric, encore du fric et toujours plus de fric. Et ça, ça n’a rien à voir avec le débat droite-gauche ».

    La droite est l’idéologie du statu quo, de la conservation de la structure sociale au profit des élites. Le phénomène de l’Argent-Dieu est intimement relié aux adeptes de la droite qui en sont les grands prêtres, si je puis dire.

    « Nous n’avons tout simplement pas fini de payer le prix de l’abandon des valeurs spirituelles. »

    Je suis d’accord, et des valeurs de solidarité et de partage aussi.

  5. Salut,
    Tous le disent: la droite n’as pas de coeur, mais la gauche n’a pas de cerveau… Le stéréotype du fumeur de pot de l’UQÀM colle définitivement aux gens de la gauche et personne ne les prend au sérieux dans notre société, malheureusement. Les gens croient qu’il est impossible de protéger l’environnement en favorisant l’industrie. Alors, ils votent pour des gens comme M. Harper qui pénalisent les entreprises canadiennes en leur refusant l’accès au marché international des crédits du carbone! Quelle société, ma foi!
    Mía

  6. Arnold S.

    Bonjour Jimmy, Mia et DavidG,,

    La question du « salut de l’environnement » est une problématique récente (disons +- 25 ans) et dépasse largement, selon moi, le simple débat idéologique gauche-droite.

    Dans ce domaine, le « track record » des gouvernements de gauche est aussi faible que ceux de droite. Enfin… on pourrait en débattre longuement.

    Quoiqu’il en soit, le problème se situe ailleurs et il est maintenant devenu tellement grave et profond, qu’il en appelle à une refondation complète de nos principes civilisationnels. Et dans tout ça, le combat de la gauche contre la droite (ou vice-versa) en est maintenant un d’arrière-garde.

    Dans cette optique, il y a actuellement un mouvement très intéressant qui s’appelle l' »Industrial Ecology » qui a peut-être une partie de de la réponse. Ce mouvement se propose de repenser en profondeur le développement industriel et technologique dans une nouvelle perspective holistique, qui est un mot malheureusement galvaudé qui signifie que les usines, les industries, les systèmes urbains (i.e. les villes), etc. font « organiquement » partie de la biosphère et qu’ils doivent être analysés comme tels – i.e. ils font désormais partie de l' »équation ». C’est dans cette direction qu’il faut regarder pour trouver des solutions à nos problèmes, pas du côté des vieilles idéologies politiques du XIXè siècle.

    Quant à l' »équation » en question, il reste encore à la formuler correctement. C’est LA question du XXIème siècle. Ce sera un défi que seul un jeune esprit extrêmement brillant et ‘sage’ aura l’audace d’affronter.

    Et quand l’équation industrielle sera résolue, il y aura le problème, beaucoup plus grave, de la « Grande singularité », i.e. la fin de l’homme comme espèce biologique, qui se posera (vers les 2040-2050).

    Enfin… C’était là mon opinion! 😉

    Arnold S.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s