Étiquettes

, , ,

3246-maitre-des-loupsL’homme est toujours un loup pour l’homme. Malgré ses exploits, ses réussites, il n’a pu, à ce jour, dépassé ses instincts primaires. Après s’être élevé au rang d’espèce dominante dans la chaîne alimentaire, il s’attaque maintenant à ses semblables afin de satisfaire ses pulsions de prédation et de domination. 

Partout nous pouvons constater à l’échelle de la planète de la pauvreté, des injustices, des guerres tribales, rappelant la préhistoire ou l’antiquité, qui nous font douter que l’être humain a évolué pour le mieux.

Pourtant, après la deuxième guerre mondiale, les choses semblaient évoluer dans le bon sens. L’espérance en un monde meilleur laissait présager des lendemains prometteurs.  Le niveau de vie s’élevait, les pays sous-développés sortaient du carcan de la misère, mais au tournant des années 80, le vent a changé de direction. 

Les possesseurs des moyens de production et d’échange ont pris alors le contrôle total des sociétés des nations développées et ont dicté aux peuples les plus pauvres de nouvelles règles économiques inspirées d’un dogme dénommé « néolibéralisme ».  Maintenant, mêmes les habitants des pays dits « riches », à l’instar de leurs congénères du sud, commencent à connaître un recul de leur qualité de vie.

Nous sommes revenus à notre point de départ malgré notre longue évolution et désormais notre égoïsme aveugle menace l’environnement et notre existence même.