En guise de mon dernier billet pour 2007, je vais énumérer ce qu’il faut espérer pour la prochaine année (en politique bien sûr!):

– Que le Québec se réveille enfin, en tant que nation, et prenne les rênes de sa destinée en respectant les particularités et les droits des autres cultures qui vivent sur son territoire sans tomber dans la démagogie et l’intolérance.

– Que le gouvernement conservateur réalise que ses politiques sont anti-environnementales et que les demandes « vertes » de la population et de celles des autres pays du monde ne sont pas un complot socialiste! Qu’il regarde la cadence de la fonte des pôles pour s’en convaincre!

– Que l’on diminue la faim dans le monde par l’annulation des dettes des pays sous-développés et par l’élimination de la dictature du Fond Monétaire International et de la Banque Mondiale sur les peuples les plus fragiles.

– Que l’on réduise la pollution ainsi que le dépérissement des ressources en restreignant la consommation, en généralisant le recyclage tout azimut et en tenant responsables les grandes corporations des impacts écologiques négatifs de leurs activités sur l’écosystème planétaire.

– Que l’on interdise la guerre et l’impérialisme politique, économique ou culturel sous toutes ses formes. Cependant, pas seulement sur papier, comme le fait présentement l’ONU, mais en imposant des conséquences sévères à toute nation, peu importe son importance, qui viole impunément les droits d’autres nations.

– Que l’Humanité apprenne à vivre avec les différences qui la composent sans recourir à la violence, au mépris ou à l’injustice.

Des vœux utopiques me direz-vous? J’en conviens.

Par contre, les utopies deviennent réalités lorsque les hommes commencent à y croire. Il ne tient qu’à nous de concrétiser le monde dans lequel nous voulons vivre. Après tout, nous sommes les seuls maîtres de notre destin.

Bonne année à tous et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté!

Advertisements