Étiquettes

,

Dans ce monde où j’habite, l’air est crasseux et les ressources manquent. L’eau potable se fait rare et les hommes s’entassent dans des villes grises, polluées et sans attrait. Les hivers ont depuis longtemps cessé de succéder aux étés et la canicule se fait sentir à toute période de l’année.

Depuis mes plus lointains souvenirs, les rues sont bondées de pauvres gens n’ayant aucun abri et nulle part où aller. Les autorités publiques distribuent à l’occasion ici et là de médiocres vivres à la populace qui crie famine pendant que les plus riches se réservent les denrées les plus prisées qui se font de plus en plus difficile à dénicher.

Les matériaux et les énergies se raréfient en conséquence de leur exploitation abusive et prolongée par l’élite qui fut aveugle devant ses comportements irréfléchies dans le passé. De nos jours, ne pensez pas trouver un réfrigérateur ou un micro-ondes au commerce du coin. Cette époque est maintenant révolue et ces anciens produits de consommation tombent en ruine car on ne trouve plus personne pour les réparer.

Sur ma terre, seul demeure l’humain en tant que richesse exploitable et les privilégiés n’hésitent pas à déterminer son prix à leur guise. Il y a trop d’hommes marchant sur une planète devenue trop petite et leurs valeurs n’équivauent qu’à l’utilité que lui trouve la classe opulente. Parfois, devant le manque de moyens de subsistance, les plus faibles sont servis en nourriture aux plus forts dans la plus complète indifférence. Ici, l’Homme est concrètement devenu un loup pour l’Homme.

Il y a plusieurs années, mon grand père m’a raconté avant de partir pour le grand voyage que le monde d’autrefois était fort différent et se demandait comment nous avions fait pour en arriver là…

Note: ce texte est inspiré du film « Soleil vert » et cherche à conscientiser à la problématique de l’environnement.