Étiquettes

,

On croyait depuis toujours que l’altruisme était le propre de l’Homme mais de récentes études démontrent le contraire.

En effet, les expérimentations de l’Institut d’anthropologie Max Planck de Leipzig en Allemagne tendent à suggérer que les comportements compassionnels sans rétribution sont aussi présents dans les communautés de singes que chez les jeunes enfants humains.

On peut alors affirmer que la générosité gratuite est un attribut du monde animal et de l’état de nature. La tendance de l’humanité à aider son prochain ne serait donc pas un phénomène incongru et réservé à son espèce.

Une bonne nouvelle pour ceux qui désespèrent de la bonté de l’Homme et de sa capacité de survivre en société et de perdurer en tant que race.

Néanmoins, certains affirment que la prodigalité serait un attribut de la jeunesse et qu’avec l’age, les individus (humains ou animaux) perdraient ce trait de caractère. Ce qui pourrait expliquer l’évolution de la jeunesse contestataire des années 60 qui est aujourd’hui à sa maturité et qui est devenue la plus grande consommatrice de biens matériels et la plus farouche partisane des valeurs individualistes.

Cependant, une analyse plus objective démontre que les humains ont une prédisposition à s’entraider lorsque les conditions de vie sont difficiles (survie de la race oblige) et à s’éloigner ainsi qu’à ignorer la misère de l’autre lorsqu’une relative prospérité domine (comme depuis la fin de la deuxième guerre mondiale). Par exemple, les tribus primitives humaines chassaient en groupe et s’appuyaient collectivement dans le milieu hostile de la préhistoire. Cela peut faire penser au communisme primitif que suggérait Marx.

En conclusion, l’altruisme est une caractéristique chez certaines races animales, dont l’Humanité, mais le contexte joue aussi un très grand rôle dans le développement de ce comportement. Un environnement défavorable, comme celui que nous réserve l’avenir, poussera le genre humain à concerter ses efforts, regrouper ses forces, ses énergies ainsi qu’à s’entraider mutuellement afin de perdurer, comme il l’a déjà fait dans le passé.