Le comportement écologique : un privilège de riches?


Une attitude environnementale responsable semble n’être qu’une affaire de personnes relativement aisées. Loin d’être démocratisées, les actions pro-écologiques déterminantes demeurent souvent accessibles à ceux qui en ont les moyens.

Bien sûr, il y a les bacs de recyclage qui sont répandus dans la plupart des familles. Il s’agit d’un pas dans la bonne direction, mais la protection de l’environnement demande beaucoup plus.

Par exemple, afin de réduire les émissions de CO2 ainsi que préserver la biosphère, il faudrait généraliser les voitures hybrides, les maisons écosensibles, les jardins personnels, les équipements de compost(incluant le terrain nécessaire à son utilisation) et les sources d’énergies peu polluantes. Cependant, le fait est que toutes ces alternatives sont coûteuses pour le travailleur moyen et sont peu réalisables dans le concret avec ses moyens monétaires limités.

Cela rappelle que l’environnement est indissociable de la condition socio-économique. Une personne luttant pour sa survie quotidiennement met la préservation de son milieu biophysique à un niveau beaucoup plus inférieur dans sa liste de priorités.

De plus, la détérioration de l’environnement à tous les niveaux sur l’ensemble du globe, comme la contamination des sols ou de la nappe phréatique avec des produits chimiques de toutes sortes, la déforestation et l’empiètement des villes sur les terres arables aggravent encore plus la malnutrition et les conditions précaires de vie.

En outre, on ne pourra résoudre la problématique environnementale sans passer par une redistribution plus équitable des richesses qui permettrait à tous de s’impliquer écologiquement et de mettre fin au cycle de la pauvreté par la négligence envers le respect des écosystèmes dans lesquels évolue l’humanité.

Voir aussi : Les deux visages d’une même problématique

Publicités

25 réflexions au sujet de « Le comportement écologique : un privilège de riches? »

  1. C’est très probant ce texte. Je n’avais jamais vu le lien entre la pauvreté et l’environnement aussi bien démontré.

  2. Bon billet l’ami. C’est pas mal lié avec ce que Hervé Kempf a écrit dans son bouquin.

    Être vert, ça coûte, et ça demande d’être très éduqué, ce qui est l’apanage des gens aisés.

    Et comme la fixation des prix dépend du volume, les produits verts n’arrivent pas à concurrencer les autres, car ils ne vendent pas assez pour baisser leur prix.

    En ce qui concerne les automobiles, j’ai entendu Jacques Duval expliquer pourquoi on passait pas au vert. C’est une totale connerie. Par exemple, Honda fixe le montant publicitaire consacré à chaque véhicule en lien avec le nombre de ventes. Donc, une voiture hybride qui représente 1% des ventes n’aura droit qu’à 1% des dépenses publicitaires.

    Mais les riches, ils veulent flasher. Et pour flasher, faut que ça soit gros et que ça fasse du bruit, deux choses qui sont assurément en contradiciton avec toute philosophie écolo.

    En plus, en raison du phénomène d’émulation entre humains, les pauvres et la classe moyenne veulent faire comme les riches. On est mal parti de vouloir conscientiser ceux qui manquent de moyens. La cible est en haut.

  3. @Renart

    Merci de me citer!

    @Eric

    Merci de ce bon commentaire. Il est vrai que les prix des produits verts sont élevés. On peut citer en exemple la bouffe bio. On préfère acheter du fas-food pas chère.

    La mode est enclin au luxe, au « show-off » et l’image est plus importante que l’écologie. Tu as bien raison la dessus.

  4. Très bonne observation. On peut pas attendre les gens à s’occuper de l’environnement s’ils se inquiètent à cause de besoin.

  5. Comme le dit Éric Bondo (mais à ma façon), les aspirants au titre de bourgeois sont nombreux à faire la queue. Il y aussi tous les jeunes « gangsters » qui se pilent sur les pieds pour ne pas dire, si tirent, pour avoir des Escalad, des Hummers, bref, des grosses bagnoles très polluantes et très contraire à ce qui serait de mise dans un état respectant les travaux des scientifiques qui, ne l’oublions pas, y passent leur vie!

    Peu importe, le système en place est le capitalisme et il ne prône en rien une réduction, bien au contraire, il faut donc faire constat d’échec, le but est bel et bien la production, la consommation et la pollution est relative des deux premières, malheureusement. Donc en faisant l’éloge du capitalisme, on fait aussi l’éloge de la sur-exploitation, la sur-production, la sur-consommation et sans aucun doute, la sur-pollution!

    Je ne vois pas beaucoup d’alternative, en fait, je vois un murs droit devant. Si quiconque ici suit au jour le jour le dossier des changements climatiques et tout ce que ça englobe, c’est vraiment dommage, mais c’est foutu. Le point de retour est invisible à mes yeux, je ne vois pas comment on pourrait renverser la vapeur tout en continuant de faire des petits (sur-population compte tenu des ressources restantes, qui elles-même, disparaîssent à cause de la sur-consommation des ressources naturelles.

    La crise de l’eau qui s’annonce est bien réelle et malheureusement, nous ne pourrons y échapper. Bien qu’au Québec, il y ait une grande réserve d’eau douce, il faut comprendre que dans de telles situations où, certaines grandes puissances en manque d’eau se verront dans l’obligation d’aller en chercher quelque part, nous serons le centre de l’Univers! Quiconque a déjà joué, étant plus jeune, à des jeux de stratégie sait très bien que lorsqu’il manque de ressource, il doit regarder chez le voisin. Et bien c’est pareil ici, les humains sont aussi primitifs que ces NPC (non playing character). Le socialisme mise sur le partage de ces ressources et une gestion scientifiquement appliquée.

    Je n’ai là, que parler de la crise de l’eau, mais cette crise entraînera à son tour, d’autres crises. Les céréales, qui déjà semblent vouloir faire leur propre crise, se verront beaucoup plus rares, comme le bétail, l’herbe, les plantes etc.. L’équilibre menant à la possibilité de la vie sur la Terre est très fragile et nous l’avons changé, modifié, pourquoi? Pour survivre au début, mais on parle aujourd’hui de profit comme réelle cause. Le profit serait plus important que tout le reste, la stabilité économique à tout prix nous chantent Elgrably et Harper. Vos vies ne valent pas le profit…

    Et Éric, les voitures électriques ne voient pas le jour, parce que quiconque assez débrouillard, pourrait installer des panneaux solaires sur le toît de son garage et ne plus jamais faire le plein, aussi simple que ça. Le profit est encore l’enjeux et d’ailleurs, c’est pourquoi il y a près de 100 ans, ils ont opté pour la Ford, plutôt que la voiture de Thomas Edison électrique, ils (les bourgeois) ne voyaient pas comment le profit serait engendré avec un véhicule électrique et l’idée de d’exploiter le bien commun qu’est le pétrole, leur est apparu comme LA solution pour nous tenir en otage, et ils avaient raison!

    « Merci de ce bon commentaire. Il est vrai que les prix des produits verts sont élevés. On peut citer en exemple la bouffe bio. On préfère acheter du fas-food pas chère. »

    -Important de dire que le fast-food a amené les cancers. Les inuits, avant de consommer le fast-food, ne démontrait aucun signe de cancer de la prostate. Quand on leur a interdit de pêcher, ils ont dû remplacer leurs mets traditionnels pour le fast-food. Abracadabra! Le cancer de la prostate est apparu! Le taux de cancer est en hausse dans à peu près tous les pays capitalistes vendus au fast-food! Le temps, c’est de l’argent, alors faut « VITE » bouffer pour aller produire.

    Bref, bon texte encore Jimmy, si seulement les médias faisaient leur part, mais ils sont privés, donc vendus au plus offrant!

    Oh! Vous avez vu le « governator » de la Californie? Il va faire voter un projet de loi pour établir un système de santé public universel! Ce sera le deuxième état des États-Unis, avec le Massachussetts, à en faire autant! Incroyable! Et pas question pour nos médias privés pourris d’en parler dans leur discution sur le « privé » au Québec, ce ne serait pas profitable de renseigner la population sur les échecs d’un système de santé privé aux États-Unis, on le sait bien!

    Le discours est de plus en plus réactionnaire au Québec, le totalitarisme s’installe. À télé-Québec, la semaine dernière, ils ont passé un « résumé » du communisme, mais que de désinformation! J’ai eu la nausée tout au long des 20 secondes auquelles je me suis donné à cette prêche néo-libéraliste, faisant fi des faits et répétant encore une fois, les mêmes ânneries remâchouillées à maintes reprises par les Facal, Elgrably, Bouchard et les Mario Dumont de ce monde! Le duplesssisme est de retour au Québec et le peuple aliéné en redemande! Fouettez-moi! Oh que oui j’aime ça être exploité!

    Bon, j’ai assez parlé je crois, désolé Jimmy pour cet étalage de mes sentiments sur TA place publique…

    😛

  6. Pour ce qui est des voitures hybrides, ya une solution encore plus environnementale que ça qui coûte encore moins qu’un char normale: transport en commun, bicycle, marche!

    Je sais pas pourquoi mais j’ai comme l’impression que plus t’es pauvre, moins tu pollues: petit appart = bcp moins de chauffage que grosse maison ainsi que bcp de pollution de par les matériaux utilisés pour le contruire et l’entretenir ainsi que bcp moins de terrain volé à la nature, et ça permet aussi un système de transport bcp plus efficace, etc. etc. ; si t riches tu prends l’avion plus souvant ce qui pollue énormément; tu prends ton char pour te déplacer au lieux du transport en commun ou des autobus Orléans, tu consommes plus de choses (qui contribuent tous à polluer la planète); etc. etc.

    Oui, p-ê que si t’es pauvre tu peux pas te permettre les carottes biologique à l’épicerie (par contre le papier toilette avec papier recyclé lui n’est pas plus cher) mais en tout et partout je suis pas mal sur que globalement tu pollues beaucoup beaucoup moins. Si on prend les cas extrêmes par exemple de quelqu’un en Éthiopie vs. les Simons (du magasin Simons) qui se promènent dans leur hélicoptère privée sur l’Île d’Orléans, la comparaison ne se fait même pas!

    -matchafa
    matchafa.quebecblogue.com

  7. Je suis assez d’accord avec toi, sans compter les aliments bio qui coûtent beaucoup plus chers que les aliments OGM. Très bon billet et je viens de mettre l’adresse de ton blogue dans mes blogues favoris, je ne sais pas si tu te rapelles de mon blogue, tu y avais écrit des commentaires sur un billet : http://www.sauvonslaplaneteterre.blogspot.com

  8. Oui et c’est tout le problème ! Les pays riches ont donc une responsabilité particulière dans les politiques de protection de la planète.

  9. @Matchafa

    Mon billet ne parlait pas simplement de l’Occident, mais de l’ensemble des habitants de la planète. On utilise encore le charbon dans de nombreux pays du tiers-monde car il est plus abordable. Les pays pauvres ont des programmes environnementaux peu développés car ils n’en ont simplement pas les moyens.

    @écologik

    Merci de ta visite! Je me souviens de ton site et je pense y retourner. Je vais aller voir aussi le lien que tu mentionnes. À la prochaine!

  10. @Sylvain

    Pas de problème Sylvain.
    Ton commentaire est un peu long mais il est pertinent. Tu as bien saisi les contours du problème!

  11. Je suis d’accord avec l’idée véhiculée dans le dernier paragraphe selon laquelle il faudrait diminuer le fossé entre les riches et les pauvres.

    Ainsi, on limiterait la surconsommation et le surgaspillage des riches et on permettrait aux pauvres d’utiliser des sources d’énergie plus écologiques que le charbon.

    Celà dit, les comportement pro-environnementaux ne sont loin d’être réservés au riche. Reprenons l’exemple de la voiture hybride : certe les gens moins fortunés ne peuvent se l’offrir, mais ils peuvent choisir de ne pas avoir de voiture, ce qui est encore plus écologique.

    Un argument plus éloquent est celui de l’empreinte écologique. Par exemple, bien que les chinois utilisent beaucoup de charbon, leur empreinte écologique est 7 fois plus faible que celle des américains.

    Les actions écologique sont accessible à tous le monde, pourvu qu’on arrête de se regarder le nombril!

    Certes, une répartition plus équitable de la richesse serait probablement la mesure la plus efficace pour lutter contre les problèmes actuels. Toutefois, son impact le plus fragrant se traduirait par une diminution majeure de l’empreinte écologique des riches.

    En attendant que l’État cesse de dormir au gaz et instaure une telle mesure, la simplicité volontaire demeure assurément un de nos meilleurs outils.

  12. @Richard

    Merci de ce commentaire.

    Une voiture devient souvent indispensable dans notre société. Il y a des endroits en région où le transport en commun est peu efficace et où le vélo n’est pas pratique en raison de longues distances.

    Au sujet des Chinois, leurs empreintes écologiques sont encore moindres car la plupart habitent en campagne et de plus cela peut changer avec l’industrialisation croissante.

  13. Et il est nécessaire de rappeller, que la voiture hybride n’est pas si non-polluante que ça. Aussi, il a été démontré que l’éthanol polluait autant et qu’il priverait certaines nations dans le monde (avec la crise de l’eau et des céréales qui s’annonce) de nourriture et d’eau potable.

    ayant peut-être trop regardé les constats scientifiques un par un et les ayant empilé les uns sur les autres, je dois avouer que je vois un murs devant, un murs infranchissable. Un type d’apogée, c’est triste, mais ça semble réellement le cas quand on considère que le Canada continuera à émettre plus de CO2 que jamais et donc ainsi, aidera l’évaporation du méthane enfermé depuis des milliers d’annés. On parle de centaines de milliards de tonnes qui s’échappent en ce moment même alors que nous discutons si paisiblement.

    Le méthane=23 fois l’effet de serre du CO2! Re-bienvenue sur Terre!

    (Pour ce qui est de la crise de l’eau, les scientifiques prévoient qu’il en manquera pour 2/3 de la population mondiale dans une quizaine d’années ou moins, ce qui veut dire que c’est commencé. Pour les céréales, c’est déjà commmencé aussi. Ceci dit, il n’est certes pas difficile d’imaginer la guerre des ressources essentielles, la troisième guerre mondiale et la dernière serait-elle à notre porte? Je vous laisse songeurs?)

  14. Bonjour à tous !
    Je me permets d’apporter mon point de vue sur ce blog que je trouve fort intéressant, notamment ce sujet qui, à mon avis, sera de plus en plus d’actualité : le comportement écologique.
    Par ailleurs, les commentaires sont très pertinents, et ils me rassurent : en fait, je suis français, mais cela fait un peu plus d’un an que je suis établi (avec ma ptite famille) ici au Québec. Il faut savoir que, vu de France, le Canada et le Québec sont perçus comme étant des (un) pays hautement sensibles en matière d’écologie, et dont les habitants ont un comportement environnemental particulièrement exemplaire ! Que la chute est dure ! On tombe de très haut en arrivant ici, de ce point de vue !! C’est ahurissant… Je vais dire les choses crûment et sans prendre de pincettes : la majorité des québécois (et certainenemt des Canadiens et plus généralement des nord-américains) n’en ont absolument rien à faire de l’environnement, c’est le dernier de leurs soucis ! C’est tout simplement lamentable… comme le signalait Sylvain, le plus important pour eux, c’est le confort sans effort… c’est affligeant de voir autant de pick-up, de VUS et autres gros 4×4 ici, alors que les routes sont absoluement toujours dégagées ! Les québécois seraient ils tous des déménageurs ? travailleraient ils tous dans la construction ?
    Et le déneigement ? c’est fou ici : même chez moi, en zone rurale (et quelques kms au nord de Québec, autrement dit dans un coin neigeux), la route n’est quasiment jamais enneigée !!! à peine le moindre cm de neige s’accumule t-il sur la route que la « gratte » passe, et râcle la route jusqu’à l’os ! Je comprends mieux maintenant pourquoi une partie des québécois ne chaussent pas de pneus neige ! C,est honteux ! Alors j’aimerais savoir combien de CO2 est relâché dans l’air à chaque passage, ça doit être faramineux… sans compter l’argent que ça coûte… (en scandinavie, les gens roulent sur de la neige damée, eux !)
    Et le chauffage ?!! moyenne des habitations et divers établissements (entreprises, écoles, magasins, etc…) : 22 à 25°C de octobre à mai !! C’est là encore inadmissible… en Europe, les gens chauffent à 19/20°C, et on met un ptit pull et tout va bien ! (et là je ne vous dis pas les économies impressionnantes que ça ferait !)
    Et l’éclairage… comment se fait il que toutes les salles de l’université dans laquelle je suis soient constamment, 24h/24, allumées ??!! (et c’est pas des ampoules à économie d’energie!)
    Y a plein de choses à dire…

    Qu’en pensez-vous ?
    Sincèrement, y a du boulot ! Et je pense que lorsque des mesures draconiennes devront être prises ici, y en a beaucoup à qui ça fera « drôle » !

  15. Cher Gaël merci pour ton message. Par contre je dois rajouter qu’il y a une différence importante entre le Québec et la France au niveau des chutes de neige. On ne peut comparer l’hiver québécois et canadien avec celui de la France.

    Même chose pour la température. C’est donc normal que le chauffage soit plus élevé au Québec. Quand il fait très froid, je dois monter le chauffage à un niveau plus élevé. L’appartement ou j’habite se trouve dans un édifice mal isolé et il y en a plein comme ça à Montréal.

  16. Au sujet du déneigement tu viendras faire un tour à Montréal et tu verras par toi-même le plaisir intense de marcher sur des trottoirs pas déneigés après une grosse tempête!

    Je ne veux pas te manquer de respect mais parfois il est bon de savoir de quoi l’on parle avant de se prononcer.

  17. @Gaël Briant

    Merci de visiter mon blogue et bienvenue au Québec.

    Tu as entièrement raison. Il reste encore beaucoup de travail à faire au Québec en protection de l’environnement. L’abondance des ressources nous fait oublier qu’un jour, il n’y en aura plus.

  18. Je tiens à te répondre à « internationaliste », car il y a quelques points que je dois éclairer : je voudrais que tu saches que je connais très bien(vraiment très bien!) la différence entre les hivers québécois et les hivers français. En effet je suis passionné de météo et climato, et je connais toutes les statistiques concernant l’anneigement et les températures ici au Québec (sans rire, je suis sérieux). Bref… et par ailleurs, comme je l’ai dit dans mon post précédent, c’est le 2ème hiver que je passe ici au Québec, à côté de Québec en plus ! Et à Québec nous en sommes déjà à 4m60 de neige tombée depuis le début de l’hiver, et je vais régulièrement en ville. Donc les trorroirs enneigés, ben je sais bien ce que c’est, et sincèrement, entre nous, je ne vois vraiement pas où est le « gros problème » qui te dérange tant, à savoir marcher sur ces trottoirs enneigés ! Ça, sans vouloir te manquer de respect non plus, permets moi de te dire que c’est une réaction de citadin qui n’accepte pas qu’il y ait de la neige en ville. La neige, elle a toujours existé en masse ici, alors c’est à nous de nous y adapter, et pas le contraire : vous ne vivez pas avec la neige, non vous vivez contre elle !
    Ensuite, je ne comparais pas les hivers québécois et français, mais l’etat des routes en hiver au Québec et en Scandinavie (où il neige beaucoup aussi).
    Pour terminer, concernant le chauffage des habitations québécoises, je n’ai pas dit qu’il n’etait pas normal de chauffer plus au Québec qu’en France ! Non, je dis qu’il n’est pas normal qu’au Québec, la tempérarure des habitations ici soit maintenue entre 22 et 25°C (même plus parfois!), alors qu’en Europe on maintient la température entre 19 et 20°C. Cette différence de 3-4°C est énorme en terme de consommation énergétique.

    Voilà, je m’excuse sincèrement si je t’ai paru un peu « sec », mais il fallait remettre les « pendules à l’heure » !

    Bye 🙂

  19. Pour ton info il n’y a pas que les trottoirs qui sont enneigés en ville mais aussi les rues, ce qui bloque le trafic. Il est donc tout à fait normal de faire du déneigement. Parfois les trottoirs ne sont pas simplement recouverts de neige mais entravés par la neige, alors il est impossible d’y marcher.

    Avant de remettre les pendules à l’heure il faut savoir de quoi l’on parle.

  20. Désolé pour avoir oublié de m’enregistrer pour le commentaire précédent. J’oubliais de mentionner que cet hiver le déneigement est très long à Montréal et c’est faux de prétendre comme le fait Gael que toute la neige est enlevée instantanément. Sur ma rue la neige de samedi est encore là et n’est pas prête de partir. Il est pratiquement impossible de marcher sur les trottoirs, donc on marche dans la rue qui est très étroite et on risque de se faire frapper par les autos.

  21. Bon, là vous êtes en train de me prêter des propos que je n’ai pas dit, ou dont je ne voulais pas parler… j’imagine très bien (et je le répete, je le sais, puisque je suis souvent à Québec!) que de passer à pied par-dessus des bancs de neige entravant les trotoirs, ce n’est pas simple, c’est sûr je suis bien d’accord… mais… mais cet hiver est un peu particulier, et, il ne faut pas exagérer, ce n’est pas tous les jours (pendant les 5 mois hivernaux) que les conditions sont à ce point délicates ! Et je n’ai jamais dit que la neige était déblayée instantanément !!
    Ce que je voulais dire, pour terminer avec cette histoire de déneigement, c’est que d’une manière générale, il y a beaucoup, vraiment beaucoup trop de moyens et d’argent dépensés pour cette tache, surtout en zone rurale : entre les passages répétés de façon abusives et le salage à outrance, ça en deviendrait risible, sauf que ça ne me fait pas rire puisque tout ceci représente beaucoup de pollution et de dépenses inutiles ! Je le répete : en campagne… car oui, j’en suis convaincu, en zone rurale, il suffirait de damer la neige (c’est ce qui se faisait dans avant les années 50-60), et puis c’est tout : avec des pneus hiver, on roule dessus sans aucun problème. C’est ÇA le problème. Ça se faisait très bien avant, ça se fait très bien dans d’autres pays hautement civilisés et enneigés eux aussi, alors pourquoi pas ici ?? parce que, comme je le disais dans mon premier post, les québécois sont devenus, pour bcp d’entre eux, complètement addicts du confort facile… ce type de comportement est tout à fait fréquent ici en amérique du nord. C’est un fait. Ne me dites pas le contraire… je vous assure, c’est flagrant de le constater quand vous venez de l’extérieur.
    Donc au-delà du déneigement, je voulais surtout parler de ce problème de cette société de surconsommation et de gaspillage. Je parlais surtout des habitudes comportementales liées par exemple au chauffage éxagéré, aux véhicules bien trop gourmands, je parlais des « mauvaises habitudes » telles que de laisser tourner son char pendant de longues minutes avant de rentrer dedans ou pendant qu’on fait son épicerie (même par un petit 0°C ! je l’ai déjà vu plein de fois !!!), ou telles que de prendre son char (qui plus est, souvent VUS, pick-up ou gros 4×4) à l’heure du lunch, et faire 300m avec pour aller s’acheter un Mc Do au drive-in en laissant, là encore, tourner le moteur… je parlais de l’éclairage abusif aussi…
    Et j’aurais même pu mentionner le fait que parmi les loisirs préférés et les plus répandus au Québec, c’est la pratique du motoneige ! Là encore, si on calculait la quantité impressionnante de CO2 qui doit être relâchée dans l’atmosphère à cause de ça, on serait certaienement bien surpris… à ce propos, j’ai remarqué qu’ici, personne ne se ballade à skis sur les chemins ou les bords des routes l’hiver ! C’est fou ça ! Non, ici on préfère ces gros trucs qui font du bruit…

    Si je vous dis tout ça, c’est parce que ça m’a sauté aux yeux ! C’est normal que la plupart des québécois ne s’en rendant pas compte, puisqu’ils vivent ainsi, et qu’ils n’ont pas d’autres exemples d’ailleurs sous les yeux. Donc je ne les blâme pas.
    Je fais seulement un constat. Et je pense que, tenant compte de tout ça, il sera très difficile pour bcp de gens ici de baisser d’un cran leur niveau de vie, car là , on touche en plein à leur façon d’être, à leur comportement même… mais il faudra bien y venir…

  22. Je prends note de ce que tu dis Gael, par contre je demeure en ville et la réalité est différente.

    Par contre je ne pense pas que les Européens soient si écologiques et environnementalistes que ça. Je suis d’accord pour dire qu’il y a un gros travail à faire en Amérique du Nord, mais il y en a sûrement un à faire dans le Vieux Continent.

  23. Tout à fait d’accord avec toi internationaliste. En effet, un bon nombre d’européens ne valent pas mieux que certains américains de ce point de vue. Même si, globalement, les gens dont la devise préférée est « après moi, le déluge… » sont un peu moins nombreux qu’ici, c’est un fait qu’il y en a aussi pas mal !

    Mais je me rends compte de mes propos un peu agressifs envers les québécois sur ce plan, alors je m’en excuse. C’est juste que je suis un peu déçu (uniquement sur ce plan, j’insiste), car comme je vous disais, on tombe de haut… en France, le Québec et les québécois sont pas mal idéalisés du point de vue de l’environnement… quelle blague ! 😉

    Bye ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s