Étiquettes

, ,


Les derniers décès de soldats canadiens en sol afghan touchent particulièrement le Québec. Les morts inutiles de ces deux soldats de la base de Valcartier et (la blessure) d’un caméraman de Radio-Canada font prendre conscience aux Québécois que la guerre et l’occupation d’un pays, même pour les meilleures raisons soi-disantes humanitaires, ont un prix à payé, et c’est souvent au sacrifice des enfants de la patrie.

Que faisons-nous là? Pouvons-nous croire que notre seule présence en ce territoire changera quoi que ce soit à la réalité socio-politique de ce pays? Il existe en Afghanistan une franche extrémiste de religion musulmane et une occupation militaire intrusive par des forces étrangères n’atténuera pas la situation, au contraire. Une telle politique ne fera que faire détériorer les choses pendant que le nombre de soldats canadiens tués augmentera. Idéalement, il faudrait, afin de susciter l’acceptation de l’implication de forces occidentales, fournir une réelle aide économique pour relever le niveau de vie des afghans, mais cette démarche coûterait des milliards de dollars à très long terme et aucun pays industrialisé ne désire s’engager dans cette voie.

Derrière cette intervention occidentale et toutes les bonnes prétentions, il y a les intérêts pétroliers des pays développés et surtout des États-unis, qui désirent faire passer un oléoduc en Afghanistan pour permettre un accès des réserves de pétrole de l’Asie Centrale jusqu’au marché mondial.

Cessons de croire que le déploiement de troupes canadiennes sert à aider le peuple Afghan. C’est une illusion, au pire, un mensonge. On ne peut imposer nos valeurs à un peuple étranger sans, en premier lieu, tenter de lui faire comprendre nos motivations. Et dans ce cas présent, elles sont plus économiques qu’humanitaires, ce qui jette sûrement un doute dans l’esprit de nombreux afghans sur le caractère altruiste de cette mission.

Le plus troublant est que la jeunesse québécoise embarque dans le mouvement et s’engage de plus en plus dans les forces armées. Il faut croire que la propagande du gouvernement conservateur pro-militariste porte ses fruits, même au Québec.

Advertisements