Détournement de démocratie


Encore une fois, on tente d’en passer une vite à la population québécoise et canadienne avec le projet de Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité (PSP). Le sommet de Montebello aura lieu cette semaine dans cette municipalité du Québec qui réunira les présidents américain et mexicain, George W. Bush et Felipe Calderon ainsi que le premier ministre Stephen Harper. De plus, une brochette de dirigeants d’entreprises triés sur le volet y seront aussi présents.

Il s’agit en fait d’une tentative de création d’un supra-gouvernement bicéphale englobant le Canada, les États-unis et le Mexique, qui serait constitué d’un cabinet fantôme composé de 2 ministres par pays et d’un Conseil nord-américain de la compétitivité qui regrouperait 30 des plus grandes entreprises du continent. Lors du dernier sommet tenu au Texas en 2005, on avait prévu de mettre en place un commandement militaire unifié pour l’Amérique du Nord et la libre exploitation des ressources naturelles, telles que le pétrole ou l’eau, dont les américains auront grandement besoin dans l’avenir.

Ici, l’unification du commerce et des enjeux de sécurité nationale est établie. On ne fait pas de bonnes affaires dans un climat d’incertitude terroriste, alors on associe le monde des affaires aux prises de décisions politico-militaires. Mais, la démocratie, là-dedans, que devient-elle? Sera-t-elle assujettie aux intérêts des grandes entreprises plutôt qu’à la volonté du peuple ?

Les trois chefs d’État du continent étant de farouches partisans du néolibéralisme (ils sont tous de droite) tentent de détourner la démocratie à l’avantage de ceux qui les supportent. On élève le monde des affaires au-dessus de la libre détermination des peuples en écartant du processus tout les autres acteurs sociaux, comme les groupes communautaires, écologistes et syndicaux, qui auraient sûrement mots à dire dans un sommet de ce genre. Par ailleurs, pourquoi les partis d’opposition officielle de ces trois pays ne seraient-ils pas présents lors des négociations ? De plus, avant toute ratification, pourquoi ne pas soumettre l’entente par référendums aux citoyens ?

Le manque de transparence de cet événement et les mesures de sécurité hors du commun (des centaines de policiers américains seront sur place) traduisent un réel danger pour la démocratie.

P.S.: Merci à Radio-Canada d’avoir cité ce texte dans sa chronique « Sur Le Web » de son édition du 20 août. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/surLeWeb/2007/08/20/index.shtml

8 réflexions sur “Détournement de démocratie

  1. Manx

    Cette réunion est ridicule, et l’idée d’un tel gouvernement n’est qu’une façon pour les plus grandes entreprises pour pouvoir faire du lobbying au niveau du commerce international entre ces 3 pays, le vrai axe économique mondial (même avant l’UE, qui a l’air du pet d’un puceron comparativement au potentiel de consommation économique des Amériques), la privatisation de l’eau et l’inclusion de deux pays dans le bouclier américain, à des fins de réduction de coût.

  2. Jimmy St-Gelais

    Je crois, pour ma part, qu’il s’agit d’une volonté de « bypasser » les gouvernements légitimes au profit des grandes entreprises. Bien sûr, des représentants élus seront présents dans cette organisation, mais la création d’un autre « pouvoir » dominé par 30 des grandes compagnies du continent risque d’amoindrir l’influence de ceux-ci.

    Que dirions-nous si l’on créait à coté de l’Assemble Nationale une chambre « corporative » investit par les entreprises? Cela ne serait pas acceptable, comme ce l’est aussi dans cette situation.

  3. Folliculaire

    Danger pour la démocratie. Tout est là. Pour ce qui en reste de la démocratie, car je crois que les dés sont pippés et que l’on nous joue de la parade pour nous amuser!

  4. Jimmy St-Gelais

    Oui, la démocratie représentative est un peu démodée face aux pouvoirs des corporations. Après tout, le modèle démocratique n’a pas changé depuis 3 siècles. Du renouveau serait le bienvenue…

  5. Sylvain Guillemette PCQ

    Et c’est pourquoi Québec-Solidaire prône un mode de scrutin proportionnel. Nous appuyons sans réserve cette initiative. Il est plus que temps que ça change!

    Le PVQ et Q-S aurait des députés à l’Assemblée si tel avait été le cas le 26 mars 2007.

  6. Jimmy St-Gelais

    Oui, c’est vrai, mais le système majoritaire uninominal à un tour empêche les petits partis de percer. Mais regardons l’ADQ. Il y a donc espoir que le PVQ ou QS finissent par émerger.

  7. Sylvain Guillemette PCQ

    Mais a t-on le temps d’attendre aussi longtemps pour ensuite aller se battre dans un arène corrompu? L’ADQ était aussi pour les proportionelles, parcontre, l’ADQ est opportuniste et n’en voudra peut-être plus maintenant.

    Mario est un jour souverainiste, un jour fédéraliste, un autre autonomiste, mais il est à jamais un opportuniste.

  8. Jimmy St-Gelais

    Le PQ était aussi pour la proportionnelle à sa création. On sait ce qui est arrivé par la suite. Cela donne plus de pouvoir aux tiers partis et diminue le nombre de députés des « grands » partis.

    D’accord avec toi sur Dumont. Une vraie girouette opportuniste!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s