Étiquettes

, , , ,


On savait depuis l’élection de GW Bush que l’influence de la religion sur la vie politique et sociale américaine s’était amplifiée. Ce président, un « born again », a plusieurs fois réitéré sa profession de foi religieuse et a eu le concours de plusieurs mouvements de croyants dans ses victoires électorales à titre de chef de l’état.

Nous apprenons maintenant que la Maison Blanche a interdit au Dr Richard Carmona, responsable fédéral de la Santé publique jusqu’en 2006 de parler de cellules souches, de la pilule du lendemain ou d’éducation sexuelle. En 2001, Bush a aussi bloqué le financement de recherches sur les cellules souches se basant sur des convictions religieuses. Le pouvoir religieux américain s’attaque directement à la science en évoquant des théories aussi dépassées et farfelues que le créationnisme. Les fondamentalistes religieux dénigrent le réchauffement de la planète, l’évolution des espèces et les principes mêmes de la biologie.

Cette nouvelle mouvance religieuse met en péril la séparation de la politique et de la religion et plusieurs scientifiques s’inquiètent de la situation. On a même empêché à un haut fonctionnaire de la Nasa de subir une interview avec des journalistes de peur qu’il divulgue des informations concluantes sur le réchauffement de la planète. La censure religieuse s’implante graduellement dans toutes les organisations publiques américaines.

Au mois de mai dernier, au Kentucky, un musée promouvant la théorie créationniste a ouvert ses portes avec un budget de 27 millions de dollars et des effets spéciaux dignent de Hollywood. Ce dernier se veut une explication biblique des origines humaines en opposition au Darwinisme qui met en avant la sélection naturelle comme moteur de l’évolution. Le monde aurait été créer voila seulement 10 000 ans affirme-t-on, en contradiction flagrante avec l’astrophysique qui fait remonter la formation du système solaire voila près de 5 milliards d’années. On y prétend aussi que les dinosaures, certains de dangereux carnivores, auraient vécu à proximité des humains, ce qui contredit toutes les recherches archéologiques sur le sujet. Comment les humains, avec des bâtons et des flèches, auraient pu combattre de telles créatures?

Le capitalisme américain exploite aussi cet engouement pour la thèse créationniste. Sur le site du musée, une entreprise commerciale, on peut acheter des livres et différents articles promouvants cette conception de la création du monde.

Les États-unis retournent lentement au Moyen-âge idéologique lorsque 46% des américains croient en une telle théorie. L’enrichissement de certains entrepreneurs sur le dos de la croyance des gens soulève aussi un conflit d’éthique que peu de personnes évoquent en ce pays. On pourrait dire aussi la même chose du présent conflit en Iraq, une occupation aux caractères purement économique et culturel. Comme tous les anciens empires, ils désirent exploiter les ressources des pays conquis en imposant leurs valeurs aux populations locales. Les américains combattent des extrémistes religieux lorsque leur propre pays pullule de radicaux chrétiens. Ils ne sont finalement que l’autre coté du miroir de l’ennemi qu’ils combattent.

Advertisements