Une des matières les plus toxiques dans l’écosystème est le mercure. Bien sûr, il y a les sources naturelles du mercure (éruptions volcaniques, érosion des sols), mais l’activité industrielle humaine est aussi l’une des causes principales de la propagation de ce métal lourd dans l’environnement.

Le taux de mercure dans l’atmosphère est de trois fois supérieur à celui du début du 19e siècle (0,5 à 1,6 nanogramme). Dans le milieu aquatique, on estime le facteur de multiplication de l’ordre de 2 à 4 fois supérieur. La responsabilité humaine est déterminante dans cette hausse. On estime la quantité de mercure rejetée par l’homme à 2 900 tonnes par année, et à 2 100 pour les sources naturelles.

Le mercure possède aussi des propriétés de transport étonnantes. Il peut migrer de l’un à l’autre des milieux biotiques, que cela soit l’air, l’eau et le sol. On a trouvé dans certains organismes vivants de l’Arctique des proportions élevées de mercure, même si ces derniers se situent loin des points initiaux d’émission.

Ainsi, le mercure peut s’emmagasiner dans les aliments que les être humains consomment, et se déposer dans les tissus vivants. On recommande d’ailleurs de ne manger seulement qu’une portion de poissons ou de fruits de mer par mois (la présence de mercure y étant très élevée). Les effets sur la santé sont nombreux et donnent froid dans le dos : troubles du système nerveux central, céphalée, tremblement, perte de mémoire, dommages aux reins, problème de concentration, intelligence amoindrie, et j’en passe.

Ce métal très toxique se retrouve dans beaucoup de biens de consommation. Mais le pire cas est sans aucun doute les amalgames dentaires « gris » qui sont composés à plus de la moitié de mercure. Heureusement, les dentistes évitent maintenant l’utilisation de ce matériel après des études démontrant le risque pour la santé de leurs patients.

Les gouvernements devraient légiférer pour encadrer encore plus adéquatement les émissions du mercure et empêcher son utilisation dans les procédés industriels et la fabrication des produits que nous consommons tous les jours.

Publicités