Le petit jeu que jouent les trois grands partis politiques au Québec ressemble à la roulette russe. Le budget, contestable selon plusieurs, est le premier test d’un gouvernement minoritaire libéral et il semble qu’il l’échouera. Il y a un an, l’ADQ était pratiquement enterrée, de même que le PQ il y a quelques semaines, et maintenant les faibles scores en sondage du PLQ chez les francophones annoncent peut-être maintenant la disparition de ce parti de la carte électorale.

Aucun parti ne voulant céder, la population finira par perdre patience devant l’inefficacité du parlement et éliminera l’une des formations politiques par attrition naturelle. Tourne et tourne le barillet…