Que le monde serait beau sans les fonctionnaires syndiqués. L’offre et la demande s’appliqueraient à tous les aspects de la vie sociale.

Pourquoi s’embarrasser d’un appareil étatique dispendieux, lourd et bureaucratique, lorsque l’entreprise privée peut se charger du travail?

Imaginez. Tous les services seraient offerts par le plus bas soumissionnaire, et ainsi la population serait délivrée du fardeau de la taxation et de l’impôt. Plus de fonctionnaires inefficaces, plus de syndicats revendiquant toujours plus sur le dos des contribuables. La loi du marché dans son état le plus pur. Celui qui utilise paie la facture.

Au ministère du Revenu, pourquoi ne pas donner la gestion des fonds du gouvernement à une firme d’administration? Le privé est meilleur, tout le monde le sait, et nous confierons ainsi notre argent à des gens responsables et loin des magouilles financières.

La santé, bien sûr, remise au privé, dont les utilisateurs seraient les payeurs. Cela permettrait des économies substantielles aux citoyens payeurs d’impôt.   Si quelqu’un est malade, c’est qu’il ne travaille pas assez.  Après tout, le travail, c’est la santé, c’est bien connu. Alors pourquoi payer pour quelqu’un qui ne désire pas travailler?

Le ministère du transport, quelle perte incroyable d’argent. Donnons les routes aux compagnies de construction routière. Péages à tous les coins de rue, et pourquoi pas un GPS sur chaque voiture afin de calculer combien de kilomètres de route vous consommez? À chaque mois, les compagnies dont vous aurez parcouru les routes vous enverraient la facture. Vous consommez, vous allonger les bidous. Ce serait paradisiaque.

Même principe pour les municipalités. Fini les cols blancs assis derrières leurs bureaux à rien faire et à nous rire en pleine face. Terminé aussi les cols bleus, ces parasites de la société. On donnerait la place aux personnes, engagées par les entreprises, voulant travailler pour un salaire moindre afin, encore, d’abaisser les taxes de la population. Vous allez dans un parc de quartier avec la famille? Vous devrez débourser les frais d’entrée au commis privé présent sur place.

L’environnement, pas besoin de ce ministère! Laissons les compagnies s’occuper elles-mêmes de ce problème. Ce sont des gens conscientisés, et leurs groupes-conseils veilleront à assurer le bien être futur de la planète. Le gouvernement n’a pas à leur mettre des balises qui peuvent nuire à leurs développements.

Vous êtes sans emploi? Pas de trouble. Ceux qui ont l’argent, c’est-à-dire les banques, vous en prêterons jusqu’au temps où vous trouverez un emploi. Et si vous n’y parvenez pas, ils incomberont le montant à vos descendants, et si vous n’avez pas d’enfants, ils prélèveront, à votre décès, vos organes encore fonctionnels afin de se rembourser. Rien n’est gratuit sur cette terre.

Enfin la rentabilité au service du bien commun! Que le monde serait merveilleux ainsi…

Note: ce texte est purement sarcastique. Il tente de démontrer que la logique capitaliste poussée à l’extrême n’a aucun sens.