Étiquettes

, ,

Le discours traditionnel tente de séparer environnement et problèmes sociaux. Mais il en est rien. Comme un système interdépendant et symbiotique, l’environnement et la sphère sociale sont intimement liés. L’effet de l’un de ses aspects agit sur l’autre, et réciproquement.

Par exemple, un ouvrier du Brésil, de la Chine ou de l’Inde ne peut faire des choix écologiques pertinents lorsque sa condition de vie le pousse à concentrer ses efforts uniquement sur les moyens de sa survie. Il ne considère pas d’utiliser un moyen de transport peu polluant ou de chauffer sa demeure avec une énergie propre, car il n’en a pas la possibilité économique de le faire.

Il en est de même pour les entreprises. La mondialisation et la compétitivité accrue du commerce mondial obligent les entreprises à couper dans les programmes de protection de l’environnement. Trop se soucier de la planète devient alors peu profitable sur le plan commercial et donc, on n’investit pas dans ce domaine, afin d’assurer la survie financière de l’entreprise.

On voit ainsi le paradoxe entre survie économique (autant pour les travailleurs que les entreprises) et respect du milieu vivant.

Publicités