Flaherty 2012: le budget du mensonge

Certains poussèrent un soupir de soulagement.  Le premier budget conservateur majoritaire n’a pas été aussi draconien que prévu dans son austérité –  les conservateurs ayant sciemment choisi de couper la poire en deux afin de ne pas nuire à la relance de l’économie.  Mais le pire est sûrement à venir.

Le budget consacre des coupures dans tous les ministères, laissant croire à une certaine forme d’équité interministérielle dans la méthode.  En fait, c’est mensonger.

Le plus inconcevable est l’émasculation du ministère de l’Environnement qui deviendra un simple organisme de certification des études-maison des entreprises d’exploitation de ressources naturelles, ainsi que la hausse future de l’âge de l’accès aux prestations de la sécurité de la vieillesse et du supplément de revenu garanti pénalisant les travailleurs à faible revenu.

Notons aussi les révisions des crédits d’impôt aux organismes caritatifs ou écologistes qui pourront être suspendues s’ils critiquent trop ouvertement le gouvernement et le retranchement de 378 millions $ en aide internationale.

Cependant, malgré les coupures généralisées dans l’ensemble de l’appareil gouvernemental, les subsides des ministères de la Sécurité Publique et de la Défense Nationale, eux, continueront à augmenter.

En effet, le fédéral a annoncé, il y a à peine quelques mois, la construction de nouvelles prisons à un coût de 4,8 milliards $ rendant risibles les 688 millions $ de restrictions budgétaires demandées par le gouvernement au ministère de la Sécurité Publique.

Même logique pour les Forces Armées : près de 100 milliards $ – ajoutés à la dette publique du pays – ont été injectés dans l’achat d’équipements militaires depuis l’accession des conservateurs au pouvoir et des augmentations de 2% par année sont prévu par le cabinet Harper.  En soustrayant les 1,1 milliard $ de coupes d’ici 2015, le budget de la Défense Nationale haussera tout de même de 300 millions $ au terme de l’exercice.

Soulignons aussi le maintien des subventions de 1,4 milliard $ à l’industrie pétrolière proche des conservateurs. Stephen Harper a vraiment le sens des priorités!

Apparemment, le principe « faire sa juste part » est aussi relatif dans la gérance des deniers fédéraux qu’il l’a été au Québec avec le dernier budget Bachand…

Niveau de difficulté de texte selon Scolarius d’Influence Communication : 173 (universitaire)

About these ads

6 réflexions sur “Flaherty 2012: le budget du mensonge

  1. Bien d’accord avec l’ensemble du billet et la conclusion, mais…

    «Le premier budget conservateur majoritaire n’a pas été aussi draconien que prévu dans son austérité – les conservateurs ayant sciemment choisi de couper la poire en deux afin de ne pas nuire à la relance de l’économie.»

    Je ne partage pas cette vision. Comme je l’ai écrit dans le billet que j’ai consacré à ce budget («Il a ainsi décidé de baisser ses dépenses de 5,2 milliards $, soit 30 % de plus que les 4 milliards $ dont il parlait lors de la campagne électorale»), il n’a coupé aucune poire en deux, sinon pour ajouter cette portion de poire à une poire entière!

    Bien sûr, des rumeurs (fuites calculées, je dirais plutôt) ont parlé de compressions de 7 milliards $. Il était presque certain que ces rumeurs visaient justement à faire passer plus facilement la pilule, qui n’en reste pas moins amère. Il ne faudrait pas tomber dans ce piège.

    Et le reste que tu décris me semble assez austère, merci!

  2. Moi, je me serais attendu à des coupures style Mike Harris.

    Je crois que les conservateurs ont voulu ménager l’électorat plus à gauche en ne sabrant pas sauvagement.

  3. «je me serais attendu à des coupures style Mike Harris»

    Comme?

    «Je crois que les conservateurs ont voulu ménager l’électorat plus à gauche en ne sabrant pas sauvegement.»

    Moi, je crois et constate qu’il ne se préoccupe nullement de l’électorat de gauche!

  4. Harper et ses prisons
    Regardez ce que veut faire Harper au Canada… avec la loi C10.

    Remplir au maximum les prisons pour ensuite les privatiser et donner un BIG BUSINESS à ses lobbyst de l’Alliance Canadienne anciens de l’Extrême droite des années 90 du type Georges W.Bush et compagnies.

    À l’heure actuelle, la Californie est littéralement en faillite et les contribuables californiens sont en train de financer la seule industrie qui n’a aucune retombée positive sur la société.

    Cherchez L’erreur!!
    In the past two decades, the money that states spend on prisons has risen at six times the rate of spending on higher education. In 2011, California spent $9.6 billion on prisons, versus $5.7 billion on higher education. Since 1980, California has built one college campus; it’s built 21 prisons. The state spends $8,667 per student per year. It spends about $50,000 per inmate per year.

    06:34 PM ET
    Share
    Comments (796 comments)
    Permalink
    Zakaria: Incarceration nation

    Editor’s Note: Tune in this Sunday at 10am or 1pm EST for Fareed Zakaria GPS.

    By Fareed Zakaria, CNN

    Something caught my eye the other day: Pat Robertson, the high priest of the religious right, had some startling things to say about drugs.

    "I really believe we should treat marijuana the way we treat beverage alcohol," Mr. Robertson said in a recent interview. "I’ve never used marijuana and I don’t intend to, but it’s just one of those things that I think. This war on drugs just hasn’t succeeded."

    The reason Robertson is for legalizing marijuana is that it has created a prison problem in America that is well beyond what most Americans imagine.

    "It’s completely out of control," Mr. Robertson said. "Prisons are being overcrowded with juvenile offenders having to do with drugs. And the penalties – the maximums – some of them could get 10 years for possession of a joint of marijuana. It makes no sense at all."

    Read: America needs a 2-page tax code.

    He’s right. Here are the numbers: The total number of Americans under correctional supervision (prison, parole, etc.) is 7.1 million, more than the entire state of Massachusetts. Adam Gopnik writes in the New Yorker, "Over all, there are now more people under ‘correctional supervision’ in America…than were in the Gulag Archipelago under Stalin at its height."

    No other country comes even close to our rates of incarceration. We have 760 prisoners per 100,000 people. Most European countries have one seventh that number (per capita, so it’s adjusted for population). Even those on the high end of the global spectrum – Brazil and Poland – have only a quarter the number we do.

    If you say this is some kind of enduring aspect of America’s "Wild West" culture, you would be wrong. In 1980, our rates of incarceration were a quarter what they are now. What changed was the war on drugs and the mindless proliferation of laws that created criminal penalties for anything and everything. If you don’t believe me, listen to Pat Roberston again. Here’s a quote:

    "We here in America make up 5% of the world’s population, but we make up 25% of jailed prisoners….We have now over 3,000 – the number must be might higher than that – but over 3,000 federal crimes, and every time the liberals pass a bill – I don’t care what it involves – they stick criminal sanctions on it. They don’t feel there is any way people are going to keep a law unless they can put them in jail…. So we have the jails filled with people who are white collar criminals.

    In the past two decades, the money that states spend on prisons has risen at six times the rate of spending on higher education. In 2011, California spent $9.6 billion on prisons, versus $5.7 billion on higher education. Since 1980, California has built one college campus; it’s built 21 prisons. The state spends $8,667 per student per year. It spends about $50,000 per inmate per year.

    Read: Deterring Iran is the best option.

    Why is this happening? Prisons are a big business. Most are privately run. They have powerful lobbyists and they have bought most state politicians. Meanwhile, we are bankrupting out states and creating a vast underclass of prisoners who will never be equipped for productive lives.

    I never thought I’d say this, but God bless you, Pat Robertson.

  5. Daniel Pautet, si les propos de Pat Robertson, ici, sont justes sur la question du canabis, ses autres ne le sont pas autant, quand il demande par exemple en ondes, en direct, l’assassinat du président démocratiquement élu du Venezuela, Hugo Chavez.

    Robertson est un malade en soif d’attention. Ce aurait pu être Bush et cie, ça aurait fait pareil.

    Néanmoins, ce qu’il rapporte sur les prisons, c’est un fait bien répertorié par d’autres avant lui, spécialistes, eux, de la question.

  6. Et pour revenir sur le sujet, je crois également que les conservateurs se fichent bien éperdument de la gauche et que rien dans ce budget, ne propose un rapprochement entre celle-ci et le gouvernement de Stephen Harper. Au contraire, on achève un projet idéologique chez les conservateurs, on finit le travail déjà entamé.

    Il y avait d’abord eu les coupes antérieures, l’abolition du financement des partis politiques par le public, la nomination d’une belle brochette de sénateurs, alors qu’on promettait ni plus, ni moins, l’abolition du Sénat.

    Il y a eu les guerres impérialistes, et ça continue. Ces bombes, elles ne sont pas gratuites… Il y a eu les avions F-35… Il y a eu le Sommet du G20, où l’État policier désiré apparaissait enfin aux yeux de toutes et tous. Il y a eu les liens entre le SCRS et la torture, dont Lester se disait solidaire. Il y a les crimes des Blackwater -la cie a changé de nom…-, que les conservateurs avaient aussi engagés en Afghanistan.

    Bref, il y a tous ces actes régressistes, mais il y a également le reste. L’abaissement continuel des impôits des riches entreprises et des riches particuliers. Les cadeaux aux pétrolières et aux minières, représentantes du TSX à Toronto. Bref, on tente de museler les organisations écologistes et/ou qui critiquent le «régime conservateur», etc.. On a également créé de nouvelles escouades, en partenariat avec le SCRS, comme la GAMMA, une police politique edestinée à «visiter» les gens de gauche pricnipalement. Et j’en passe…

    Les conservateurs poursuivent donc leur lancée, dans la même lignée, sans se retourner, ni pour voir la gauche, ni pour voir les dégâts causés.

    À mon humble avis, tous les budgets conservateurs sont anti-gauche, même les moindres. Pour moi, un conservateur qui veut nourir un oiseau dans son nid, représente un risque d’étouffement pour l’oisillon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s