L’antigouvernement du Parti Libéral du Québec

Comment désigner un gouvernement qui va à l’encontre des aspirations de ses commettants?

On l’appelle un antigouvernement.

Une administration publique qui ne considère pas les objections des nombreux groupes de la communauté et qui néglige les bonnes relations avec les acteurs de la société civile.

Un gouvernement au comportement intransigeant qui ne remet que rarement en cause ses actions et rejette du revers de la main toute volonté de protestation.

Nous connaissons actuellement ce genre de gouvernement.

Manifestations, protestations et incompréhension imprègnent le paysage politique du Québec dans une ambiance de crise sociale.

Le présent gouvernement libéral du premier ministre Charest semble posséder la vérité absolue. Nul besoin de consultation, ni d’implication des intervenants sociaux. On impose sa vision de la société, sans tenir compte, visiblement, de l’opinion de la population.

L’inéquitable budget Bachand teinté d’une attaque frontale contre la classe moyenne s’est révélé être la goutte qui a fait déborder le vase après de nombreuses allégations de corruption et de trafic d’influence en relation au financement du Parti Libéral du Québec dans l’octroi de contrat de construction routière, de permis de garderie, de nomination de juges et de hauts fonctionnaires de l’État.

Suite au budget, l’insatisfaction du gouvernement libéral est à son plus bas, soit à 77%. Du jamais vu.

Et voilà que Marc Bellemarre jette son gros cailloux dans la marre et assure de dévoiler tout ce qu’il a vu dans le cadre de son rôle de ministre de la Justice sous le premier mandat de Charest.

Toute cette odeur nauséabonde de scandale constitue un précédent depuis l’époque duplessiste.

Rappelons que Jean Charest fut ministre conservateur sous le règne de Brian Mulroney, une triste période où les scandales ne cessaient de pleuvoir à Ottawa.

Il apparait que Jean Charest ait appris à bonne école car la situation politique au Québec ressemble beaucoup à celle qui existait entre 1984 et 1993 dans la capitale fédérale. Une révélation n’attend pas l’autre tandis que l’électorat est submergé de cynisme et de découragement.

Néanmoins, la trame maitresse demeure : un gouvernement de droite est toujours plus prompt à générer des scandales en raison de son affiliation avec les puissances d’argent.

 

Et l’article d’Alec Castonguay, du Devoir, semble le confirmer: une fois au pouvoir, le Parti Libéral du Québec attire plus de contributeurs et multiplie par deux son financement privé tandis que le Parti Québécois reçoit approximativement les mêmes dons indépendamment de sa position à l’Assemblée Nationale.

Voilà ce qu’est un antigouvernement: une administration publique, vendue aux intérêts des plus nantis, se rapprochant d’une ploutocratie.  En somme, pas un gouvernement pour et par le peuple, mais un gouvernement contre et sans le peuple.

Par ailleurs, nous devons nous inquiéter de tous les soupçons qui pèsent sur l’équipe libérale.  Comme un iceberg, seule une portion est visible et les mensonges cachent la majeure partie du tableau.  Bref, nous ne saurons jamais toute la vérité, car l’arbre cache la forêt, mais ce que nous apprenons lance un signal d’alerte et doit inciter la population à changer de gouvernement et cela très rapidement afin de contrer le désintéressement des citoyens à la chose politique qui met en péril la santé démocratique.

Afin d’embellir l’image de la classe politique qui n’est pas toute corrompue, on se doit d’assainir les mœurs politiques en rapport au financement des partis en réformant la loi dans le sens d’une contribution purement publique afin d’éviter le copinage entre élus et donateurs et de redorer le politique.

Ainsi, pourrons-nous redonner confiance à l’électorat et freiner l’érosion du taux de participation aux élections.

About these ads

13 réflexions sur “L’antigouvernement du Parti Libéral du Québec

  1. Bon billet… Et Jean Charest, questionné sur le fait que la ministre Weil a finalement avoué qu’il était consulté (nomination des juges), a tout simplement lancé: « Je suis premier ministre du Québec, alors c’est tout à fait normal »

    Il me semble avoir déjà entendu pareil language chez certains dictateurs…

  2. Personnellement, j’ai, de plus en plus, l’impression que le scandale de la corruption et de la collusion dans l’industrie de la construction, du tripotage des appels d’offre, du financement occulte des partis politiques (surtout celui du PLQ, qui serait à la botte des entreprises, ce qui est tout à fait normal, selon Michelle Courchesne, Julie Boulet et Norm MacMillan) et de la nomination partisane et crapuleuse des juges sera le scandale des commandites de John-James Charogne.

    Une chose est sûre, c’est que, si Marc Bellemare dit vrai, le gouvernement sera forcé de démissionner!!! Dans n’importe quel vrai pays démocratique, un tel scandale attaquant aussi directement la démocratie et la séparation des pouvoirs se terminerait comme ça!!! Ça sent vraiment la fin de régime à Québec, mes amis!!!!

    Pour ce qui est de Bastarache, j’ai l’impression que son passé libéral ne le rendra pas tout à fait impartial. C’est comme la mafia qui enquête sur la mafia!! C’est ironique, puisque la mafia fait, justement, partie du scandale!!!

    «Néanmoins, la trame maitresse demeure : un gouvernement de droite est toujours plus prompt à générer des scandales en raison de son affiliation avec les puissances d’argent.»

    Droite, gauche, ça ne veut rien dire!!! Quand un parti est au pouvoir pendant trop longtemps, le risque de corruption devient très élevé, et ce, peut importe son idéologie!!! Je peux te nommer des gouvernements de gauche qui, avec le temps, son devenus aussi sales que des gouvernements de droite et vice-versa!!!

  3. "Droite, gauche, ça ne veut rien dire!!! Quand un parti est au pouvoir pendant trop longtemps, le risque de corruption devient très élevé, et ce, peut importe son idéologie!!!"

    Lis bien mon billet. Je ne disais pas que la gauche est irréprochable, mais que la droite, étant plus près des gens d’affaires, a plus de risque de se corrompre.

    Les démocrates aux États-Unis n’ont pas connu autant de corruption que les Républicains comme le PQ n’a pas atteint le sommet actuel de trafics d’influence de l’actuel PLQ. C’est un fait avéré.

  4. Excellent billet. Je ne peux que m’incliner devant autant d’éloquence. Votre point est incontestable. La droite a toujours plus de chance de se corrompre. Mais est-ce par proximité avec les gens d’affaires, ou plutôt à cause d’une mentalité d’être au-dessus des autres, et d’être d’intouchables privilégiés? Il y a des hommes d’affaires qui ne possèdent pas cette mentalité, et ils ne sont pas aussi rares qu’on pense. Seulement, comme ils ne courent pas les chambres de commerces, on ne les voit pas et on ne les entend pas…
    @lutopium, pour résumer ta pensée disons que Charest, comme tout bon dictateur, a deux modes: d’abord il nie (comme il a fait avec les accusations de Bellemare, comme il a fait aussi lorsque l’opposition soupçonnait qu’il recevait un deuxième salaire caché du parti libéral), puis, quand Charest ne peut plus nier, il dit que c’est tout-à-fait normal ! N’est-ce pas commode ?

  5. @Lutopium

    Charest se moque des règles et de l’éthique politique. En principe, la procédure de nomination des juges est encadrée depuis les années 60 et Charest la bafoue sans vergogne. Et il semble bien qu’il fait à sa tête dans l’ensemble de la gestion de l’État en dépit des conventions établies. Il s’est nommé lui-même comme le responsable de l’éthique! Pas surprenant tous ces scandales!

    @Paysanurbain

    Merci de cette visite. Oui, il y a surement des gens d’affaires corrects, mais à mon avis, ils sont une minorité dans la communauté d’affaire. Après tout, le but, c’est de faire de l’argent le plus vite possible.

  6. Au delà des scandales et du processus de nomination des juges trône pour moi le dernier budget. Il entraîne légalement besucoup plus d’inégalités que les scandales. Il ne faudrait pas le perdre de vue.

    @ Jimmy

    «ils sont une minorité dans la communauté d’affaire.»
    « le but, c’est de faire de l’argent le plus vite possible.»

    Je trouve cette remarque un peu dogmatique, quoiqu’il faudrait s’entendre sur ce qu’on englobe dans le vocable «homme d’affaires». J’abonde plutôt dans le sens de paysanurbain à ce sujet. La plupart des gens veulent faire des choses utiles dans la vie. Sinon, comment imaginer un monde le moindrement solidaire ! Et ne te méprends pas, je ne m’illusionne nullement au sujet de la nature humaine…

    P.S. Je n’ai pas de compte Facebook… et ne suis pas vraiment intéressé à en ouvrir un !

  7. @Darwin

    Je disais bien: "A MON AVIS, ils sont une minorité dans la communauté d’affaire"…. je ne vois pas de dogmatisme là-dedans… et de plus, minoritaire ça peut être 49,99999%… je pense avoir été prudent dans mes propos sans me confiner à un présumé dogme.

  8. Ping : Le scandale s’appelle André Pratte + La Presse. « Paysan Urbain

  9. À propos des gens d’affaires… À mon avis, c’est la culture d’entreprenariat qui ronge (parfois, souvent?) la démocratie des partis politiques. Dans les associations de comtés, exécutifs nationaux, comités de financement, l’ambition se mêle à l’exercice de la démocratie. Y’a donc des ambitieux qui se faufilent dans les instances politiques, certains décrochent les investitures et d’autres deviennent députés. Ils se retrouvent à l’Assemblée nationale empreints de cette culture… Culture du "fais-moi une faveur et elle te sera rendu au centuple"…

    L’importance du financement des partis politiques, spécialement le PLQ, est démesurée et dangereuse pour l’exercice de la véritable démocratie, dépourvue d’intérêts.

  10. Ping : La machine à magouille des libéraux « Homo Politicus

  11. Ping : Jean Charest doit démissionner et déclencher des élections « Homo Politicus

  12. Ping : Politicoblogue » Jean Charest doit démissionner et déclencher des élections

  13. Bonjour, nous faisons un débat dans le cadre de notre cours d’histoire et nous avons besoin d’arguments béton contre le PLQ. Si vous avez de idées, faites-moi signe!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s