Un troisième référendum sur la souveraineté du Québec?

Le débat sur la souveraineté devrait gagner en popularité dans les prochaines années en raison du contexte économique défavorable.

Dans le passé, nous avons pu remarquer une effervescence de la cause souverainiste en période de turbulence économique et le même phénomène pourrait opérer dans un futur pas si lointain.

 

En effet, les années antérieures aux deux référendums sur la souveraineté du Québec (1980, 1995) furent des périodes d’incertitudes économiques qui ont ravivé la problématique de la question nationale. 

 

Dans les années 70,  l’économie mondiale connu ses premiers ralentissements majeurs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.  Les Trente Glorieuses se terminaient abruptement avec les deux chocs pétroliers et l’entrée d’un nouveau mal : la stagflation, c’est-à-dire la présence simultanée de la stagnation de l’économie et d’une forte inflation.

 

C’est dans ce climat de vacillement du système économique mondial ainsi que dans l’éveil de la conscience nationale des québécois émergeante de la révolution tranquille que le mouvement souverainiste prit le pouvoir en 1976 avec une coalition hétéroclite appelée Parti Québécois.  Quatre ans plus tard, le premier référendum sur la souveraineté du Québec eut lieu avec le résultat que l’on connaît. 

 

Quinze ans plus tard, le discours référendaire renaissait de ses cendres après la dure récession du début des années 90.  Le chômage progressa significativement de 1990 à 1994 et la crise des finances publiques frappa le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux.

 

C’est alors que, dans une ambiance de difficultés économiques combinée avec la crise politique de l’après Lac Meech, le Parti Québécois regagna le pouvoir en 1994 et eu l’audace de suggérer un nouveau référendum se soldant par une amère défaite des partisans de l’option souverainiste qui fut rejetée par seulement quelques milliers de voix.

 

Si l’Histoire tend à se répéter, nous devrions assister à un troisième référendum dans les années à venir.  La présente crise économique devrait exacerber l’insécurité économique des québécois et la moindre friction politique Québec-Ottawa pourrait propulser encore en avant le sujet de l’indépendance du Québec.   

 

En somme, lorsque l’économie va bien, que tout le monde est occupé par le travail, que chacun est plus ou moins satisfait de sa condition matérielle, une société ne s’interroge pas sur son futur ou sa situation politique. 

 

Mais, au contraire, en temps de ralentissement, de récession ou de crise économique, les problèmes non-résolus d’une société reviennent la hanter car il n’y plus rien pour détourner l’attention des citoyens envers les affaires publiques. 

 

Dans la foulée, une société peut rechercher de nouveaux moyens afin de résorber un état de crise chronique et ces nouveaux moyens peuvent parfois se présenter dans un rapatriement d’un plus grand pouvoir politique dont le but serait de mieux sortir cette dite société d’une situation difficile.  Ainsi, en possédant tous les leviers de la politique économique (taux d’intérêt, aide financière ciblée dans des secteurs en difficultés propre au Québec, fiscalité, etc.), le peuple Québécois serait ainsi plus en mesure de relancer adéquatement son économie.    

 

Le dernier budget fédéral du conservateur Stephen Harper semble démontrer la pertinence d’un État québécois indépendant.  Effectivement, le Québec va subir un sous-investissement prononcé des subsides du gouvernement central au profit de l’Ontario.  Le gouvernement conservateur a décidé de laisser tomber le Québec après ses faibles résultats des deux dernières élections fédérales dans la Belle Province.

 

La règle non-écrite de l’alternance politique devrait être à l’avantage du Parti Québécois aux prochaines élections générales et l’alignement des astres pourrait bien être plus favorable à une éventuelle souveraineté du Québec dans cet environnement économique précaire.

About these ads

10 réflexions sur “Un troisième référendum sur la souveraineté du Québec?

  1. Bonne analyse M. Jimmy.
    Vous voyez pourquoi je ne fûs aucunement malheureux de la courte victoire du Parti Libéral/Liberal Party aux dernières élections ainsi que les bleus d’Harper quoique au fédéral Rouges, Bleus, Caille, c’est du pareil au même.

  2. Je suis d’accord avec l’analyse, tout en conservant mes principes et donc, mes idées à propos du PQ.

    C’est un parti bourgeois qui ne saura que rendre le Québec, à ses bourgeois québécois. Il n’en sortira rien de révolutionnaire, encore moins de socialiste.

    Ce sera au moins ça de fait…

  3. Très bonne analyse Jimmy. La pertinence de l’indépendance du Québec est plus valable que jamais, car le régime fédéraliste canadien est incapable de répondre à nos revendications et nos besoins. La crise du fédéralisme canadien continue de s’amplifier et ce n’est pas une vague reconnaissance de la nation québécoise dans un Canada uni qui va changer quoique ce soit.

  4. Bon billet. Personnellement, je ne crois pas que les récentes interventions des gouvernements occidentaux permettront le retour d’un espoir collectif, où on peut être assurés d’une existence paisible tout en étant solidaire au sort réservé aux plus démunis. Il me semble que nous fonçons tête première vers le pire du pire.

    Si on pouvais se donner un pays qui pourrait resserrer l’étau sur nos voisins du sud. L’Amérique latine vire à gauche. Si les gaulois du nord pouvaient contribuer à un véritable changement…

  5. @Antipollution

    Merci. Je suis toujours heureux de recevoir votre approbation.

    @Sylvain

    Je parle du PQ ici car c’est sûrement le seul parti souverainiste capable de faire l’indépendance à court ou moyen terme.

    @Internationaliste

    Harper a cherché à séduire les québécois en reconnaissant la nation québécoise mais on voit bien que ça ne "pogne" pas. Un fédéralisme viable serait possible au Canada, mais avant tout, le Québec doit être reconnu comme nation souveraine.

    @Lutopium

    Y’a de l’espoir! Nous sommes sûrement la société la plus à gauche dans cet océan anglo-saxon nord américain.

  6. Il faudrait que ce soit une fédération volontaire de nations souveraines ce qui va à l’encontre du fédéralisme canadien actuel.

  7. Selon les dernières informations la reconstitution de la Bataille des Plaines d’Abraham est annulée car la Commission des champs de bataille nationaux a peur de la violence qui pourrait survenir lors d’affrontements entre souverainistes et fédéralistes. Une bonne victoire car célébrer notre Conquête par la Couronne britannique était une véritable provocation de la part du gouvernement canadien.

  8. Effectivement, cela n’aura pas lieu et c’est mieux ainsi. Je vois mal, moi, les français reconstituer l’occupation allemande nazie ou les canadiens leur débarquement de Dieppe.

    Barbara Kay compare l’évènement aux français qui reconstituent eux, la bataille de Waterloo. Cette conasse ne précise pas que la France, elle, est souveraine et pleinement indépendante! Quelle nulle! Barbara Kay est une ultra-nationaliste CANADIAN.

  9. Pingback: Pour atteindre la souveraineté du Québec, il faut une crise! | Crise économique

  10. Le Québec est déjà indépendant. En 1968 avec la création de l’Assemblé Nationale, le Québec rejette les représentants de la Reine.

    Le Québec n’a pas signé la Constitution de 1982.

    Le Québec se crée une Charte des drois & liberté de la Personne, ce qui est inutile si le Québec fait partie du Canada. Le fait que le Québec se définit ses propres lois pour protéger la personne n’est pas simplement un autre exemple de dédoublement des fonctions fédérales vers le provincial.

    J’avais receuilli un peu de documentation mais je n’ai plus le temps de présenter l’information à du monde très probablement pas intéressé à faire de la recherche, comme c’est le cas partout.

    Je vais simplement suggérer de vous référer à Jacques-Antoine Normandin pour rechercher d’autres informations qui nous indique que le Québec est déjà indépendant et qu’on nous fais encore un show de boucane pour nous faire penser que le Québec n’est pas indépendant.

    Jacques-Antoine a différents audios en ligne et des vidéos aussi. Regardez son information pour mieux comprendre.

    Jacques-Antoine:Normandin Dictature politique et juridique au Québec

    http://video.google.com/videoplay?docid=-483360643958506332&ei=sFPuSvOUBoLZlQew7KGTAg&q=jacques+antoine+normandin

    Quelques audios de Jacques Antoine Normandin

    http://www.botcast.net/file12

    2 heures de Jacques-Antoine: Normandin. La première demie-heure devrait couvrir où aller chercher.
    http://www.botcast.net/dl60

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s